Articles

Accueil > Actualités > Droits des femmes : La France à la traîne …

 

Droits des femmes : La France à la traîne …

8 mars 2010

Une journée pour les droits de la Femme, en 2010 cela peut sembler superflu… Et pourtant loin d’être anodin ce combat nous concerne tous. Les chiffres sont atterrants. Simone de Beauvoir disait « on ne nait pas femme on le devient » (1). Pour elle la femme était un produit social, construite par l’éducation relayée par toutes les instances de la société et placée en situation d’infériorité. Infériorité qui n’est pas un destin mais une situation de fait qu’il appartient aux femmes de changer par la lutte. Elle était sans doute loin de se douter que le chemin serait aussi tortueux pour les femmes.


 

La Politique chasse gardée des hommes

En France, le constat est alarmant. Dans toutes les sphères les femmes sont quasiment inexistantes, ou très peu représentées. En politique, alors qu’elles représentent 54 % des électeurs, elles ne sont que 5 % des parlementaires. Il faut dire qu’en termes de retard, on revient de loin.

Le droit de vote des femmes acquis difficilement entre en vigueur le 21 avril 1944, alors qu’en Allemagne il date de 1919, en Angleterre de 1928 et en Turquie 1930.

Il faudra attendre 1991 pour qu’une femme soit Premier Ministre. Edith Cresson essuie les plâtres. Un an de souffrance pour cette femme dont le « règne » aura été difficile et de courte durée. Une expérience qui reste unique, puisque depuis, aucune autre femme n’a eu le privilège de ce poste.

Une loi…pour acquérir un droit …

Et attendre encore la loi sur la parité de juin 2000 pour que la donne en politique soit quelque peu bouleversée. Grâce à elle, on arrive à 47 % de femmes dans les conseils municipaux et régionaux. Chiffre qui s’effondre quand on monte dans les sphères du pouvoir, 6% seulement dans l’ensemble du parlement (Assemblée plus Sénat)

Le monde de l’entreprise à la traine aussi…

Dans les instances de direction des grandes entreprises, même son de cloche. Recherche « femmes » désespérément pourrait être un slogan.

Dans son rapport sur l’égalité professionnelle entre hommes et femmes remis en 2009 à Xavier Darcos, Brigitte Grésy (2) souligne la difficulté des françaises à s’imposer. Elles ne représentaient que 7,6% des membres des instances de décision des 300 plus grandes entreprises françaises.

Une loi …pour un droit ici aussi …

D’ailleurs pour y remédier le rapport propose de s’inspirer de l’exemple norvégien, ou la part des femmes dans les conseils d’administration est passée de 7% à 40 % en 2008, grâce notamment à un système de quotas.

Cette idée a fait son chemin puisque les députés français ont adopté une proposition de loi le 20 janvier qui oblige à terme les grandes entreprises à un quota de 40 % de femmes dans leurs conseils d’administration d’ici 2016.

Une Représentation réductrice de la femme

Les causes de cette réalité sont sûrement à chercher du côté de l’image que la société donne des femmes. Des médias, en passant par les livres d’histoires, les clichés sont encore tenaces.

C’est d’ailleurs ce qui a motivé Valérie Létard (3), secrétaire d’Etat à la solidarité en mettant en place une action dans ce sens. Elle charge Michèle Reiser, en mars 2008, de constituer une commission de réflexion sur l’image des femmes dans les médias. L’objectif de ce travail complet en dit long sur l’état d’esprit de la société française :

« Associer à la politique de promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes un travail sur les représentations. Conscients d’un décalage inacceptable entre les stéréotypes qui continuent à s’appliquer à l’image des femmes et la pluralité de leurs rôles familial et social, de leurs activités et de leurs aspirations, notre questionnement était de savoir pourquoi et comment l’image des femmes véhiculée par les médias ne correspondait pas à leur place véritable dans la société.

Car le sentiment était fort que ces images stéréotypées qui s’ancrent dans l’inconscient collectif contribuent à figer la place des hommes et des femmes dans la société, à freiner cet élan vital pour la constitution des identités de chacun comme de sa vision du monde. Les représentations symboliques stéréotypées, qui s’inscrivent dans nos têtes par le biais des médias, constituent bien, après le droit, la morale et la politique, la dernière frontière de l’inégalité »

En témoigne, le documentaire d’Agnès Poirier (4) « Bienvenue dans la vraie vie des femmes » qui met en évidence cette vision parfois complexe inscrite dans nos inconscients et qui freine la mobilité sociale des femmes. Elle montre aussi que sans mesures volontaristes, les mentalités ne changent pas ou très peu car toujours à l’avantage des hommes.

Un combat incessant pour une égalité pour tous

En réalité, le problème de l’égalité des femmes n’est pas seulement un combat « féministe ». Il va au-delà, c’est un vrai défi pour notre société. C’est un combat qui porte sur l’évolution des comportements et des mentalités.

La France, l’occident, le monde doit donner sa vraie place à la Femme, car se battre pour l’Egalité en mettant au centre cette priorité c’est comprendre qu’elle est la clé pour une société plus juste.

Malika BOUFERCHA

1- Simone de Beauvoir : le Deuxième Sexe. Le livre fondateur du féminisme moderne en situation, ouvrage dirigé par Ingrid Glaster, Paris, Éditions Champion, 2004

2- Brigitte Gresy : Rapport sur l’égalité professionnelle entre hommes et femmes Remis au ministre du travail le 8 juillet 2009

3- Michèle Reiser : Rapport sur l’image des femmes dans les media, par Michèle Reiser. Remis à Valérie Létard le 25 septembre 2008

4- “Bienvenue dans la vraie vie des femmes”, un documentaire réalisé par Virginie Lovisone et Agnès Poirier pour Canal+

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard