Articles

Accueil > Actualités > Dome Karukoski : l’humour noir de l’hiver lapon

 

Dome Karukoski : l’humour noir de l’hiver lapon

11 février 2011

« Les clichés ne me dérangent pas, car ils sont souvent vrais » s’amuse à lancer Dome Karukoski, alors qu’il choisit le saumon sur la carte d’un resto parisien. Grand, blond, carré et au sourire discret, le Finlandais est à Paris pour trois jours pour le lancement de son dernier film, « Very Cold Trip », grinçant road movie lapon. Il fait partie de ces rares réalisateurs scandinaves qui s’exportent en France et ailleurs. « Le cinéma finlandais se renouvelle, et je suis content d’apporter ma pierre à un édifice initié par les frères Kaurismaki. En France, les gens peuvent encore s’assoir dans un café et parler de cinéma, sans que ce soit une parenthèse entre deux Big Brother » ironise le cinéaste de 34 ans. Rencontre volée entre Helsinki et Berlin.


 

JPEG - 83.6 ko

Celui qui garde encore chez sa mère le poster de Juliette Binoche sur fond « Bleu » de Kieślowski et qui connait par cœur l’intégral de Jacques Tati est l’étoile montante du septième art finlandais. Son dernier film y a écrasé Harry Potter au box office et vient d’arracher toutes les distinctions à la cérémonie des awards finlandais : Meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénario et prix du public. Il avait habitué le public aux drames avec « Beauty and the Bastard » (2005), « The home of Dark Butterflies » (2008) ou encore « Forbidden Fruits » (2009). Mais avancer, c’est se mettre au défi. « Une comédie est un outil puissant pour aborder des thèmes aussi noirs que le suicide, l’alcoolisme, l’amertume, la dépression. J’ai voulu faire un film que les jeunes hommes désœuvrés et un peu paumés, à l’image de Janne, le héros de l’histoire, iraient voir. Je voulais qu’ils puissent y trouver un écho, un message positif » explique le réalisateur.

Car en Finlande, le chômage et ses pendants -alcoolisme et suicide- sont loin d’être des mythes. Le système éducatif est certainement le meilleur au monde, mais la pression de la réussite est d’autant plus lourde à porter. Les ventes d’antidépresseurs n’ont jamais été aussi hautes, particulièrement chez les étudiants. Les journaux sont noircis de success stories, dans un système qui pousse à « devenir quelqu’un » pour exister. « Au moment du tournage en laponie, le gérant de la station d’essence locale s’est suicidé, ainsi qu’un ami d’un membre de l’équipe. Là-bas, le suicide tue plus que le trafic routier » lance le réalisateur, acide. En ligne de compte, le climat rigoureux, la nuit six mois par an, le manque de travail mais aussi des pertes de repères, des relations homme/femme bouleversées dans un pays qui change à grande vitesse.

JPEG - 50.6 ko

Le film dépeint un couple en crise entre Inari, une jeune femme qui travaille et ramène l’argent et Janne, qui vit à son crochet et boit des bières avec ses potes cyniques et/ou dépressifs et/ou puceaux. En Finlande, la présidence et le premier ministère sont des postes occupés par des femmes, et les filles sont majoritaires sur les bancs de l’université. Mais les écarts de salaires à qualification égale sont encore de 15 à 30%. Les mentalités évoluent lentement et la société est encore par certains aspects patriarcale, comme l’explique Dome Karukoski : « Si les femmes prennent le pouvoir, certaines taches restent encore dévolues aux hommes : réparer la télé, acheter un décodeur, monter une étagère. Janne, qui glande sur son canapé, est symptomatique des jeunes hommes finlandais qui ne parviennent pas à être à la hauteur du rôle social qui leur est attribué. Il se défile par honte ou par peur de l’échec. Et ça me touche aussi. Quand je me suis installé avec ma copine, ça m’a pris deux ans et demi pour installer la bibliothèque ».

Aki Kaurismaki lui a un jour soufflé : «  Un bon film c’est du divertissement. Un très bon film c’est du divertissement, mais avec message ». Le film est le road trip de Janne vers son graal-décodeur. Mais il est aussi plus largement l’odyssée de l’Homme finlandais qui part affronter ses ennemis symboliques : il doit se méfier de l’ex-petit ami qui a réussi, subir le mépris du beau-père, échapper aux attaques de russes richissimes, repousser les avances de sirènes suédoises. Le réalisateur aime parler de « comédie bicolore ». Avec un côté western spaghetti mais version congelée, le film révèle la complexité de chaque personnage, en fait des anti-héros et joue sur les paradoxes. La bande son y ajoute une atmosphère étrange, une folk irlandaise ambrée à l’arrière-goût de myrtilles du Nord, prenant systématiquement le contre-pied de l’ambiance visuelle.

JPEG - 101.6 ko

Le réalisateur est amoureux de son pays. Newsweek ne semble pas s’y être trompé en le désignant « meilleur pays du monde » en août dernier. Mais l’amoureux reste critique. Politiquement, il s’inquiète particulièrement de la montée du parti nationaliste alors que les élections parlementaires du mois d’avril approchent à grands pas. Si la Suède voisine est confrontée depuis plus longtemps au phénomène d’immigration et à la montée des positions dures de fermeture des frontières, la question est relativement nouvelle pour la Finlande, qui n’a jusqu’aux années 90 été confrontée qu’à l’immigration estonienne et russe, limitée. Depuis une petite vingtaine d’année seulement, des migrants et réfugiés arrivent d’Afrique, spécifiquement de Somalie. « L’immigration est présentée par la majorité des partis comme un problème. Je pense à la société que je veux pour mes enfants, et je me dis que l’immigration est une richesse, à la fois économique et humaine. Mais la question centrale est celle de l’intégration. Comment la Finlande pourra accueillir de nouvelles populations sans perdre ses valeurs libérales ? Par exemple, la Burqa est un problème épineux. Beaucoup de finlandais seraient tentés de la faire interdire car, sortie d’un livre écrit par des hommes, elle semble restreindre les droits de la femme. Mais d’un autre côté, chacun doit pouvoir rester libre de porter ce que bon lui semble et d’exercer sa religion. Je n’ai pas la réponse. Mais certaines questions sont instrumentalisées et stigmatisent l’ensemble des immigrés dans le pays. »

Pas encore de film prévu sur l’immigration en Finlande, mais plusieurs scénarios sont en cours d’écriture. L’un sur le monde du mannequinat entre Paris et Tokyo, et l’autre justement autour de la rivalité finno-suédoise et plus généralement du rapport à l’Autre. Un film qui se déroulera de nouveau en Laponie. Pour ses aurores boréales, ses forêts, ses montagnes ? Le réalisateur sourit : « Pour la mentalité qui règne là-bas. L’idée que tout peut arriver, qu’il faut l’accepter et aller de l’avant. Si ton grand père tente de te poignarder alors que tu as 12 ans, il faut le comprendre, c’est qu’il a beaucoup de problèmes. Un lapon m’a expliqué ça dans une voiture, par -15°C, à la fin d’une soirée passée dans le bar du village. Leurs histoires sont d’une folie ordinaire ».

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • Novembre 2017

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • Novembre 2017

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • Octobre 2017

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • Octobre 2017

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • Octobre 2017

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • Septembre 2017

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard