Articles

Accueil > Actualités > Des violences policières illégitimes dénoncées

 

Des violences policières illégitimes dénoncées

8 mars 2012

Le rapport biannuel de l’Observatoire départemental sur les violences policières illégitimes (OVPI) vient de tomber, le constat est sans appel : conditions d’interpellations discutables, arrestations injustifiées de jeunes, contrôles au faciès, humiliations gratuites, insultes et propos racistes, de plus en plus de cas à traiter pour toujours plus de dérives. Retour sur la présentation de ce rapport.


 

Depuis sa création, en 2001, l’OVPI recense et analyse les affaires pour lesquelles il a été sollicité, suit leur traitement par l’institution judiciaire, soutient les victimes, informe le citoyen et interpelle les pouvoirs publics. Le rapport 2010/2011 illustre quarante-deux cas pour lesquels l’Observatoire a été saisi contre trente pour le rapport passé. Une augmentation qui est représentative de l’ambiance de ces deux dernières années en terme de violences policières illégitimes. Dans son combat, l’Observatoire départemental, composé de la Ligue des Droits de l’Homme 13 (LDH), du Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP), de la Cimade, de l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT) et, cette année, Médecins du monde et Rencontres Tziganes, œuvre pour une police au service du citoyen et respectueuse des droits de l’Homme. Mais la situation actuelle tend vers un comportement non déontologique.

A travers ce rapport, trois axes ont été mis en exergue : les contrôles au faciès répétitifs qui, « après la traque de l’émigré clandestin » visent « une chasse aux Roms, dûment explicitée dans le discours de Grenoble et par quatre circulaires émanant du ministère de l’Intérieur, ce qui a valu à la France d’être condamnée, une fois de plus, par le Conseil de l’Europe ». Pour en témoigner, Caroline Godard de Rencontres Tziganes, indéfiniment présente sur le terrain, pointe « l’accélération des expulsions avec un déploiement de forces policières considérables alors que les familles ne posent aucune résistance ». A cela s’ajoute « des harcèlements répétés auprès de ces familles sur le terrain avant même que la décision de justice ne soit prononcée ». Si des exemples, il y en a à la pelle, Caroline Godard a décrit l’un des plus démonstratifs, l’épisode de l’Eglise Saint-Martin qui a donné lieu à une plainte auprès du procureur : « très souvent, des équipes de police venaient sur le terrain et leur disait de partir et faisaient fréquemment usage de gaz lacrymogène à l’encontre des personnes, adultes et enfants, et sur les aliments les rendant impropres à la consommation ». Des violences qui se sont répétées jusqu’au jour de l’expulsion, « où une personne a été fortement bousculée par un policier qui a provoqué sa chute. Elle s’est retrouvée avec une fracture du col du fémur qui a entrainé une hospitalisation de deux mois ». Une enquête est actuellement en cours.

JPEG - 62.7 ko
 : C’est le quatrième rapport de l’OVPI

Interpellés de plus en plus jeunes

Deuxième axe pointé par le rapport, l’âge des interpellés, de plus en plus jeunes : « être jeune et dans la rue, même de jour, semble être délictueux ». Pour en parler, Maissara Mradabi, juriste au MRAP 13 et l’OVPI : « c’est le fait d’une série de loi sécuritaire qui tente de rayer du vocabulaire le mot enfant pour le remplacer par celui de mineur qui est beaucoup plus anonyme et beaucoup plus neutre ». Maissara Mradabi reprend, sur six cas d’enfants interpellés qui avaient entre douze et treize ans, celui de ce jeune, « verbalisé après une garde à vue traumatisante et humiliante, pour défaut de papier d’un véhicule non-homologué, à savoir une trottinette qu’il avait achetée à un ancien gendarme ». Sur les six cas recensés, l’Observatoire « s’inquiète » que seulement un a été verbalisé. De plus, « trois d’entre eux ont fait l’objet de coups et blessures. On s’interroge quant aux motifs de ces violences et l’utilité de tels gestes » déclare la juriste au MRAP 13 avant d’ajouter que « cette atmosphère ne fait que renforcer l’impression de la primauté du répressif sur l’éducatif ». Elle pointe par là la suppression des unités éducatives des hébergements collectifs qui s’est chiffrée à 68 en 2011 et 28 autres en 2012. Pour Maissara Mradabi, « il faut arrêter de stigmatiser la délinquance des mineurs et offrir plus de moyens pour pouvoir endiguer ce phénomène ». Mais comment faire avec « une justice des mineurs vraiment mise à mal ».

Des moyens d’interventions discutés

Troisième et dernier axe traité, celui « des gestes techniques d’interventions et de la force strictement nécessaire, motifs régulièrement repris par les procureurs pour classer les affaires sans suite » . L’Observatoire fait état de coups filmés pendant la garde à vue, de dermabrasions, d’ecchymoses, de traces de coups attestés, mais aussi de brimades par le biais de menottes trop serrées, de violences, d’humiliations diverses et inutiles « qui génèrent des problèmes psychologiques importants », et qui ont abouti sur diverses fractures, parfois multiples. L’Observatoire expose le cas de deux hommes décédés sous les coups des flash-ball et un autre par compression thoracique. Le résultat du procès de ce dernier, après huit années d’enquête, a donné un non-lieu pour les policiers, alors que l’avocat général a admis « que la prolongation de contention au niveau du thorax était inutile et inadaptée ». Une technique d’interpellation violente qui est enseignée aux élèves policiers en France mais qui a été proscrite, notamment en Suisse, en Belgique et dans certains Etats américains. L’Observatoire dénonce d’ailleurs, depuis 2002, ces gestes qui tuent, et demande qu’ils soient interdits.

Pour l’anecdote, Chantal Mainguy de la LDH 13 rappellera « que le flash-ball a été introduit, en 1995 par Claude Guéant, alors directeur national de la police générale, pour lutter surtout contre les manifestants ».

JPEG - 81.8 ko
Membres de l’OVPI et de la commission Citoyens Justice Police

Par la même occasion, l’antenne PACA de la commission Citoyens Justice Police représentée par Christine Bartolomeï, ancienne présidente du tribunal pour enfants de Marseille, a présenté son dernier rapport d’enquête, portant sur le même sujet. La magistrate expose l’arrestation d’un père de famille naviguant avec sa femme et ses trois enfants près de la plage de l’Estaque, et qui a été arraisonné par deux policiers, lui reprochant de circuler dans une zone interdite à la navigation. Séparé de sa famille, il sera enfermé près d’une heure dans le poste de secours le plus proche en compagnie de cinq policiers et en ressortira avec une fracture de deux côtes et un ramassis d’insultes qui lui ont été déversées. Arrêté à 10h, il sera amené au Commissariat du 15e et relâché seulement vers 15h, sans avoir été placé en garde à vue, c’est à dire sans avoir pu contacter un avocat, ni un médecin malgré ses demandes réitérées - la police ne peut garder un suspect en rétention que quatre heures sans que celui-ci ne puisse bénéficier des droits attachés à la garde à vue -. Poursuivi pour outrage, rébellion et menace à personnes dépositaires de l’autorité publique, il n’a été convoqué quelques mois plus tard que pour des faits d’outrage, les autres s’étant envolés. Finalement, les faits d’outrage ont été classés sans suite par le Parquet de Marseille pour « infraction insuffisamment caractérisée ». Mais entre temps, sa compagne a fait l’objet d’harcèlements téléphoniques de la part d’un policier, de menaces, de grossièretés et d’intimidations. Une plainte a été déposée à l’encontre des policiers, classée sans suite. La défense s’est alors constituée partie civile auprès du Doyen des Juges d’instruction. Une enquête de l’IGPN est en cours. « Ça montre comment un citoyen ordinaire peut se retrouver dans une situation de blessé relativement grave pour finalement une queue de cerise » déplore Christine Bartolomeï.

Ce que dénote la commission sur ce type d’affaires, « c’est la disproportion entre la force employée par la police et l’infraction initialement reprochée ». Pour pallier ces dérives, elle propose « l’enregistrement audio-visuel des auditions en rétention et en garde à vue, la poursuite systématique des manquements des fonctionnaires de police à leurs obligations déontologiques, et une rénovation de l’instruction de l’IGPN qui n’est composée que de membres de police et qui doit intégrer des juristes citoyens, comme cela se passe dans d’autres pays ». Christine Bartolomeï n’oublie pas de dénoncer « cette omerta entre les policiers qu’il faut combattre et qui, dans ce cas, devrait être poursuivie pour complicité en cas de violences ». Pour combattre ce fléau, il faut remonter à la base : « la formation de base des policiers devrait être plus axée sur la gestion non violente, aussi bien verbale que physique des conflits, afin éviter des dérapages verbaux et l’emploi disproportionné de la violence ».

« L’omerta se lézarderait-elle ? »

Si des dérapages sont constatés, l’OVPI veut clore sur une note plus positive. Depuis peu, l’Observatoire a recueilli des témoignages d’interpellés notant la courtoisie de quelques policiers : « au commissariat de Noailles, certains policiers ont donné notre adresse, c’est extrêmement nouveau ». Si certains policiers agissent en toute impunité, le rapport révèle que « de nombreux policiers n’appréciaient pas les méthodes agressives et violentes de certains collègues et qu’ils tenaient à se démarquer de ces attitudes. L’omerta se lézarderait-elle ? »

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 8 août

     

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, 9 août

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, prévu pour mercredi 9 Août à 18h. Les défenseurs de l’Histoire et du Patrimoine de Marseille appellent à se rassembler devant les vestiges de la Corderie à Marseille. Démontrant être toujours aussi mobilisés pour la sauvegarde totale des vestiges, la poursuite des fouilles et l’abandon définitive du projet d’immeuble. Interview dans le journal de France Culture du vendredi 4 août 2017 à Alain Nicolas était Conservateur en chef des Musées Nationaux de France, créateur du Musée d’Histoire de Marseille. docteur en archéologie. (...)

     

  • 8 août

     

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis "La cour d’appel d’Aix-en-Provence a condamné le militant Cédric Herrou, mardi 8 août, à quatre mois de prison avec sursis. L’agriculteur de Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes), visage de la solidarité et de l’aide apportée aux migrants qui traversent la frontière italienne par la vallée de la Roya, est plus sévèrement sanctionné qu’en première instance." En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2017/08/08/poursuivi-pour-aide-a-l-immigration-clandestine-cedric-herrou-attend-son-jugement-en-appel_5169880_1654200.html#dw62oCLAdEcDgVtS.99 En savoir plus sur (...)

     

  • 2 août

     

    3 août, Rassemblement sur site archéologique Corderie contre Vinci

    Suite au début de travaux entrepris ce matin par Vinci sur le site archéologique de La Coderie, qui doit être classé par Madame Nyssen ministre de Culture, demain jeudi 3 aout 2017 à 18h, un rassemblement devant le site archéologique au bd de la Corderie à Marseille est organisé par le CIQ St Victor, association " Laisse béton" et les marseillais.

     

  • 2 août

     

    Soutien à Cédric Herrou, Cour d’appel d’Aix le 8 Août

    Soutien à Cédric Herrou la Ligue des Droits de l’Homme Aix auquel s’associe Attac, appelle au soutien à Cédric Herrou. Le mardi 8 août à 08H00 : Rassemblement devant la cour d’appel à Aix-en-Provence, 20 Place Verdun. Pour avoir pris en charge des migrants sur le sol italien et les avoir aidés à transiter en sécurité vers la France. Cédric Herrou avait été condamné en février dernier à 3000 € d’amende avec sursis ; en appel, le 19 juin dernier, le procureur a requis 8 mois de prison avec sursis. L’arrêt de la Cour sera rendu le 8 août. NOUVEAU FILM : FESTIVAL DU DROIT D’ASILE DE CANNES par le Collectif Roya Solidaire : (...)

     

  • 1er août

     

    Calais : le conseil d’Etat oblige l’Etat à installer points d’eau et sanitaire pour les migrants

    Le rapporteur du Conseil d’Etat a recommandé vendredi de contraindre l’Etat à installer des points d’eau et des sanitaires à Calais pour les centaines d’exilés présents dans la ville. Depuis plusieurs semaines, un bras de fer oppose d’un côté les associations d’aide aux migrants, et de l’autre le ministère de l’Intérieur et la ville de Calais. La décision du Conseil d’Etat est attendue très prochainement. Elle devrait suivre les recommandations de son rapporteur http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/07/31/migrants-le-conseil-d-etat-demande-au-gouvernement-d-installer-des-points-d-eau-et-des-sanitaires-a-calais_5166938_3224.html

     

  • 11 mai

     

    Patrick Mennucci : "Mélenchon a choisi l’affrontement, il va l’avoir"

    Au micro de BFMTV ce mercredi, Patrick Mennucci a réagi à l’annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon dans sa circonscription de Marseille pour les législatives. "C’est la cinquième fois qu’il change de lieu de vote, on va devoir discuter de tout ça, en même temps qu’il nous explique ce qu’il connaît du centre-ville de Marseille, à paris le Vieux-Port un jour de soleil et de meeting". Et dans un communiqué, Patrick Ménucchi critique ce parachutage parisien : "Jean-Luc Melenchon a fait le choix d’être candidat à Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, circonscription dont je suis le député sortant et candidat pour un second mandat. C’est une clarification. Il clarifie la (...)

     

  • 10 mai

     

    Benoît Hamon lancera son propre mouvement transpartisan le 1er juillet

    Benoît Hamon, candidat socialiste à l’élection présidentielle, a annoncé mercredi 10 mai, sur France Inter, vouloir lancer, le 1er juillet 2017, son propre mouvement, transpartisan. "Le 1er juillet, je lancerai un mouvement, large, qui s’adressera aux hommes et aux femmes de gauche, citoyens, a-t-il déclaré, pour être en situation de se retrouver, de penser les suites que nous pouvons donner à ce travail que nous avons commencé lors de la campagne présidentielle, un travail sur ces idées nouvelles". Ce mouvement n’a pas encore de nom, a-t-il (...)

     

  • 10 mai

     

    Législatives : Jean-Luc Mélenchon candidat à Marseille face au PS sortant Patrick Mennucci

    "Le chef de file de La France insoumise a informé ses adhérents de son choix. Il confirmera sa décision lors de sa visite à Marseille jeudi 11 mai. Jean-Luc Mélenchon devrait être candidat aux législatives à Marseille dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. Le chef de file de La France insoumise, qui, mercredi 10 mai au matin sur l’antenne de RMC-BFM-TV, a estimé qu’il serait « probablement » candidat à Marseille, a confirmé son choix dans la journée dans une lettre adressée aux « insoumises et insoumis » marseillais, que Le Monde a pu consulter". En savoir plus sur (...)

     

  • 10 mai

     

    Anne Hidalgo, Christiane Taubira et Martine Aubry lancent un mouvement politique, "Dès demain"

    Ils s’adressent à "tous les humanistes qui croient encore en l’action". Des figures politiques comme les maires PS de Paris et Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, et l’ex-ministre de la justice Christiane Taubira, ainsi que des intellectuels et des artistes, parmi lesquels Yann Arthus-Bertrand ou Jacques Higelin, cosignent une tribune publiée dans Le Monde, mercredi 10 mai. Ils y annoncent le lancement d’un mouvement politique baptisé Dès demain." http://www.francetvinfo.fr/politique/anne-hidalgo-christiane-taubira-et-martine-aubry-lancent-un-mouvement-politique-des-demain_2184369.html#xtor=CS1-746

     

  • 5 mai

     

    CONSOLAT VS US BOULOGNE : L’affiche du prochain match à domicile ce samedi 6 mai à 15h

    Contacté par Rachid Tigilt, un des fervent supporter du GS CONSOLAT nous relayons volontiers l’affiche du prochain match contre l’US Boulogne. En effet, encore une fois le club Marseillais évoluant en National fait une remarquable saison : il est 6ème à 7 point du leader ! Aussi pour saluer encore une fois les exploits du staff et de l’équipe du président Mingalon nous vous informons qu’il s’agit de l’avant-dernier match de la saison à domicile ( Stade La Martine) se jouera ce samedi, à 15h, Venez nombreux ! et hou ha allez Consolat (...)

     

Articles récents

Articles au hasard