Articles

Accueil > Actualités > Des quatre coins de la France, une Marche pour l’espérance... et sans (...)

 

Des quatre coins de la France, une Marche pour l’espérance... et sans illusions

1er mars 2012 - Dernier ajout 2 mars 2012

Samedi, ils partiront du Vieux-Port de Marseille pour Paris. Bientôt rejoints par d’autres processions convergeant de plusieurs points du pays - et même d’ailleurs - une trentaine de marcheurs marseillais entendent « manifester leur espérance et dire qu’ils ne croient plus au système actuel  ». Électrons libres pacifistes se tenant éloignés du monde politique, ils n’ont qu’un objectif : que la population se ressaisisse de ses pouvoirs. Et un slogan : « Nous sommes un, Nous sommes un peuple, Nous sommes un peuple en marche ! » Mais promis, pas de putsch en vue. Interview de Samba, marcheur marseillais.


 

Pourquoi cette Marche de l’Espérance, qui partira le 3 mars de Marseille, ainsi que de différentes villes de France, pour finalement converger vers Paris et arriver le 21 avril 2012 ?

Il y a en effet quatre marches, voire deux autres encore : au départ de Bayonne, de Lille, de Toulouse et de Marseille samedi. La marche marseillaise est la première à partir. Nantes et Strasbourg, ça n’a pas été confirmé pour le moment. Mais une marche se fera sûrement depuis la Bretagne et il y a des gens qui vont partir de Francfort pour nous rejoindre. Eux feront une partie du trajet depuis l’Allemagne en camion.
Ce sont des marches pour manifester notre espérance et aussi dire qu’on ne croit plus au système actuel, quel que soit le système politique ou économique. Peu importe le futur président qui sera élu : en fait, ceux qui gouvernent ce sont les banques, les marchés, les pouvoirs et lobbys financiers. Il s’agit de vraiment mettre la pression là-dessus et dire que nous ne sommes pas dupes de cette mascarade électorale qu’on nous propose.

Qui est à l’initiative de cette action ? On peut voir sur le site de la Marche Paris 2012 que le réseau s’appuie sur l’ensemble des mouvements Occupy, mais aussi les Anonymous, CopWatch France, et est soutenu par Emmaüs, Mediapart ou encore la CGT,...

C’est un appel qui est parti de Bayonne de personnes qui effectivement sont proches de ces nouveaux mouvements. Après, à Marseille, ce ne sont pas que des personnes qui sont dans le mouvement des Indignés : la moitié des gens qui participent à cette marche ne sont jamais venues aux assemblées des Indignés de Marseille par exemple. En quelques mois, il y a un réseau qui s’est créé de citoyens un peu désabusés de ce qui se passe.

Y a-t-il volonté de faire converger les luttes également ? Vous participerez notamment à une chaîne humaine le 11 mars, visant à dénoncer le nucléaire...

Oui, il y a plein d’associations. On va effectivement travailler par exemple avec Sortir du nucléaire ou le CADTM, le comité pour l’annulation de la dette du tiers-monde et aussi avec Kokopelli, qui milite pour la libération des semences. Il faut savoir qu’il y a des droits intellectuels sur les graines : des graines qui sont de l’ordre du vivant, qui étaient là avant nous. C’est l’une de nos thématiques. Et puis il y a la question de tout ce qui est Amap (Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne), organisation locale, retour à des systèmes d’échanges locaux... C’est important pour nous.

D’autres mouvements vous ont-ils inspirés, comme la marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983 ?

Oui, c’est dans cette continuité. Il y a eu d’autres marches, ce n’est pas quelque chose de nouveau. Notre démarche s’inscrit notamment dans l’héritage de Gandhi, de ces manifestations pacifistes où un peuple manifestait son espoir ou son mécontentement, par le biais de ce genre d’actions symboliques. Il y a eu la marche des sans-papiers, la marche du Larzac, les Indignés espagnols qui ont marché pour rejoindre Bruxelles l’été dernier...

N’a-t-on pas constaté dans l’histoire les limites de l’impact de ces marches, avec des répercussions politiques inégales ?

Nous ce qui nous intéresse, c’est de toucher et de rencontrer les gens. On n’a plus envie de donner autant d’importance à ce système politique basé sur la représentativité. On veut montrer aux gens qu’ils peuvent être acteurs de la vie sociale et politique au niveau local, qu’ils peuvent se ressaisir de pleins de pouvoirs. Nous allons, nous, exploiter notre pouvoir d’expression de circulation en occupant l’espace public.

Vous avez des propositions à mettre sur la table ?

Nous ne sommes pas dans un rapport aux pouvoirs publics, à déposer des revendications ni exiger des choses. On est dans un rapport à la proposition envers les citoyens qui vont venir à notre rencontre. Concrètement, on va arriver dans les villes, on va s’installer sur une place, monter un campement avec des panneaux explicatifs sur différentes thématiques. Dans chaque ville il y aura un comité d’accueil qui sera constitué à la fois de citoyens mais aussi d’associations qui travaillent sur des thématiques précises. Avec ce collectif-là on va faire des projections-débats, des repas solidaires aussi.

Pour rassurer tout le monde, vous n’envisagez pas un putsch ?!

Nous ce que l’on veut c’est recréer du lien entre nous. Il n’y a pas d’objectif de prendre le parlement ou quelque chose comme ça. Dans la même ligne de ce qui s’est passé un peu en Espagne c’est monter un mini village avec une bibliothèque, sa cuisine, des espaces pour les enfants, plein d’activités et plein d’ateliers pour apprendre. Je dirais que c’est un mouvement d’éducation populaire. On est peut-être plus dans l’éducation populaire que dans le politique à proprement parler.

En définitive, qu’espérez-vous avec cette marche ?

Créer un autre rapport au temps et à la distance. Aujourd’hui, tout va de plus en plus vite, les rapports aux distances, les échanges etc. C’est réaffirmer aussi ce rapport au temps à et à l’espace. Que les gens s’organisent collectivement, dans un souci de localité. On a envie de réinventer le rapport au militantisme : chez nous il n’y pas de porte-parole, pas de ligne précise. On croit beaucoup plus en ça que ce rapport de mettre la pression sur les politiques. Même si je pense qu’ils auront quand même la pression. Il y a une convergence qui s’est créée, un mouvement déjà assez conséquent.

Vous arrivez un 21 avril, tout un symbole ?

Oui, bien sûr, c’est la veille [du premier tour] de l’élection [présidentielle]. C’est aussi un peu un rappel du 21 avril 2002.

Les étapes et dates (provisoires) de la Marche Marseille-Paris :

- Marseille le 3 mars au matin départ du Vieux Port
- Aix le 3 mars au soir
- Avignon le 9 mars (ou le 10)
- Orange le 11 ou 12 mars (11 mars, participation à une chaîne humaine contre le nucléaire qui s’étirera entre Avignon et Lyon)
- Montélimar vers le 15 mars
- Valence vers le 17 mars
- Saint-Etienne vers le 20 mars
- Lyon, « qui sera la première grande étape vers Paris », le week-end du 24 mars
- Chalon-sur-Saône le week-end du 31 mars
- Dijon le week-end du 7 avril
- Auxerre le week-end du 14 avril
- Arrivée prévue à Paris vendredi 20 avril
- Défilé commun dans la capitale le 21 avril, veille du premier tour de la présidentielle

 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard