Articles

Accueil > Actualités > Depuis 2000, l’AFIJ lutte contre les pratiques discriminatoires des (...)

 

Depuis 2000, l’AFIJ lutte contre les pratiques discriminatoires des employeurs

13 octobre 2010

La crise économique, la pénurie d’emplois, le chômage des jeunes diplômés, ajoutez à cela les diverses discriminations qui s’exacerbent davantage en ce contexte national de stigmatisation, n’est pas pour réjouir les plus fragiles à savoir les jeunes diplômés notamment issus des quartiers populaires. C’est un aussi un public qui intéresse l’AFIJ (Association pour Faciliter l’Insertion des Jeunes diplômés). Riche de son expérience, l’AFIJ a pour finalité depuis 1995, d’améliorer l’insertion professionnelle des étudiants et des jeunes sortants de l’enseignement supérieur diplômés ou non, en les préparant à l’accès à l’emploi au travers d’actions concrètes de terrains. C’est en 2000 que l’association a choisi de prendre en compte « de manière particulière le public diplômé de l’enseignement supérieur victime des pratiques discriminatoires des employeurs ou susceptible de l’être. »


 

JPEG - 60.7 ko

Il est bien beau de faire de longues études, encore faut-il que cela paie. Ils ne cessent de le dire haut et fort, poussés par la contrainte et la nécessité. « Nos enfants sont diplômés mais personne ne veut les embaucher. Pourquoi ? Parce qu’ils sont noirs ou arabes et qu’ils habitent dans les quartiers » ne cessent de marteler lors de débats/conférences, les parents désespérés de voir leurs enfants pointés au chômage alors qu’ils sont diplômés d’un Bac + 3 ou d’un Bac + 5. La crise économique et les tensions actuelles nées de la stigmatisation d’une certaine catégorie de la population, ne sont pas pour arranger les choses.

L’AFIJ constatait en 2009 « la poursuite de la dégradation de l’accès à l’emploi des jeunes diplômés ». A cela plusieurs raisons, parmi elles la baisse de 5% du nombre des postes à responsabilité. Il est aussi intéressant de souligner qu’en 2009, seulement la moitié des jeunes en emploi ont occupé un emploi en adéquation avec leur projet professionnel. L’absence d’offres et le manque de réseau relationnel sont les principaux freins rencontrés par ces jeunes. Mais une analyse

PDF - 382.3 ko

du public jeune diplômé des quartiers prioritaires de la politique de la ville suivis par l’AFIJ en 2009 indique que « les jeunes sont très nombreux à évoquer le sujet des discriminations raciales à l’embauche. Ils mettent plus en évidence la problématique des discriminations raciales que celle des discriminations sociales ».

L’AFIJ a réalisé une dizaine de diagnostics représentant dix années de réflexions dans le cadre d’actions menées sur l’approche des discriminations vécues ou ressenties par des jeunes diplômés. Le diagnostic de 1999 a par exemple mis en lumière des pratiques discriminatoires au travers de témoignages de recruteurs interviewés par l’association. « La très grande majorité des jeunes diplômés des quartiers, 89% sont français. 11% d’entre eux ont la seule nationalité étrangère. D’autres jeunes diplômés des quartiers conservent une double nationalité. Les discriminations à l’embauche liées à la nationalité (réelle ou supposée par certains employeurs) demeurent » précisait en 2009 l’association.

Un responsable manager dans la restauration rapide s’était alors confié à l’association

PDF - 151.7 ko

et avait déclaré : « On embauche des Français purs et on n’embauche pas des jeunes d’origine étrangère. C’est la volonté du Directeur régional. (…) Avec le nom et la photo, déjà on fait une première sélection. C’est un peu dommage, mais bon. En général, les étrangers d’origine maghrébine, de suite il y a un blocage. On préfère embaucher un Black plutôt qu’un Arabe, pour être clair. C’est sûr qu’il y a une sélection à ce niveau là ».

Un responsable d’agence de travail temporaire avouait également : « Je ne pratique pas la discrimination mais je sais que j’ai des clients qui m’interdisent de leur adresser des candidatures de jeunes de telle ou telle origine. Et vous savez, il y a une concurrence entre les agences, on doit faire bonne impression : sur 3 CV que je reçois, je n’enverrai pas celui qui appartient à une personne d’origine étrangère. »

C’est après avoir recueilli de tels témoignages que l’association a mis en place en 2002 un Comité Interne de Réflexion sur les Discriminations réunissant des chargés de mission de chaque région de France pour faire remonter les cas de discrimination vécue par les jeunes diplômés issus de l’immigration. A tout cela s’ajoutent les barrières auxquelles tout jeune diplômé est très tôt confronté. Les freins à l’élaboration de son projet professionnel sont nombreux. L’AFIJ tente depuis une quinzaine d’années d’apporter son expérience aux jeunes souvent dépassés par la recherche d’emploi qui s’avère être le parcours du combattant.

Cette association, « née du désir des organisations étudiantes représentatives et des mutuelles étudiantes d’intervenir concrètement pour apporter des solutions au problème de l’insertion professionnelle des jeunes diplômés » mobilise en nombre les entreprises. Pour cela elle crée des partenariats qui favorisent la rencontre entre les recruteurs et les candidats en vue d’un entretien d’embauche qu’il n’est pas toujours facile d’obtenir. Ceci est d’autant plus difficile, que l’on demande à ces jeunes diplômés d’avoir deux ans d’expérience. D’après une enquête réalisée par l’association « 64% des jeunes, diplômés en 2009, ne sont pas « en emploi en avril 2010 ». A l’attente d’emploi (6 à 10 mois en moyenne), s’ajoute la précarité de ces jeunes chercheurs d’emplois qui n’ont bien souvent pas atteint l’âge de 25 ans pour bénéficier des aides sociales et ils sont majoritairement issus de milieux modestes. A cela s’ajoute le faible réseau relationnel des jeunes diplômés issus des quartiers prioritaires pour accéder à un entretien d’embauche et faire valoir leurs compétences.

Le rôle de l’AFIJ prend ici tout son sens. Depuis 2005, l’association s’est engagée dans des actions en faveur de l’accès à des Entretiens de Recrutement dans les Grandes Entreprises pour ces jeunes. Soit elle transmet, les profils aux recruteurs partenaires, soit elle organise des journées d’entretien de pré-recrutement, appelées « Rencontres Improbables ». Elles réunissent des jeunes diplômés susceptibles d’être victimes de discrimination, sélectionnés selon leur profil, et des recruteurs de grandes entreprises. « En 2009, 140 entreprises ont confié à l’AFIJ, à l’occasion de 20 rencontres improbables sur toute la France, 402 offres d’emploi. »

L’AFIJ travaille à améliorer l’interface entre les jeunes diplômés et les entreprises

Outre les forums, les journées de l’emploi et les ateliers, l’association des rencontres thématiques où les professionnels décrivent leur secteur d’activité, leurs modes de recrutement, présentent leur itinéraire, leur gestion de carrière. Des rencontres qui permettent le dialogue entre le monde professionnel et le monde des jeunes en quête d’un premier boulot. « 140 rencontres thématiques ont pu être organisées en 2009 avec 2 708 jeunes et 412 professionnels ». A jouter à cela l’organisation de simulations d’entretiens qui réunissent un ou plusieurs recruteurs et des groupes de jeunes.

L’AFIJ dispose de 51 relais sur le territoire dans les villes universitaires. 300 000 étudiants et jeunes diplômés bénéficient chaque année de ses services. « A Aix-en-Provence ce ne sont pas moins de 700 jeunes diplômés qui ont été accompagnés dans leur démarche pour l’année 2010 » précise Sophie Regno, chargée de Mission Insertion des Jeunes diplômés à Aix. Les jeunes issus des quartiers populaires peuvent rencontrer aux heures de permanences, les chargés de mission de l’AFIJ dans les centres sociaux des quartiers aixois, au Jas de Bouffan, à Beisson ou encore à Corsy. « L’AFIJ a fait ses preuves et ne fait que se développer » poursuit Sophie Regno ; voilà une nouvelle qui a de quoi rassurer les jeunes qui se sont déjà vu amputer du programme « Envie d’Agir », un dispositif vieux de 20 ans qui avait aussi fait ses preuves.

Pour ceux qui préfèrent créer leur entreprise ou leur association, l’AFIJ vous invite à participer à une rencontre d’information sur la création d’activité autour de l’économie sociale et solidaire, le jeudi 21 Octobre 2010 de 10h à 12h au Bureau d’information jeunesse (37 Boulevard Aristide Briand - 131000 Aix en Provence). Seront présents, la chambre régionale de l’économie sociale et solidaire, Pays d’Aix initiative et un jeune diplômé qui témoignera de son expérience d’entrepreneur. L’inscription est obligatoire auprès de Sophie Regno. regno@afij.org - 04.42.96.94.33

Pour plus d’informations :
http://www.afij.org

http://www.jd-recruteurs.info

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard