Articles

Accueil > Actualités > <FONT COLOR="#01B0F0">Dedans-Dehors "Gens du voyage" et Rroms au Conseil (...)

 

<FONT COLOR="#01B0F0">Dedans-Dehors "Gens du voyage" et Rroms au Conseil municipal

13 décembre 2011 - Dernier ajout 14 décembre 2011

Alors qu’une manifestation pour soutenir les Rroms avait lieu devant la mairie lundi 12 décembre, dans l’enceinte du Conseil municipal à l’Espace Bargemon, le vote du lancement d’une procédure de délégation de service public pour la gestion des aires d’accueil pour « Gens du voyage » aménagées par la Ville a été approuvé par la majorité municipale. Si la gauche a refusé de prendre part à la consultation, le rapporteur du projet - l’adjoint au maire Michel Bourgat - a estimé que pour des raisons de délais, il était impératif de le valider. Quant à la question des Rroms évoquée par la gauche, la patate est toujours brûlante...


 

Etait débattu lundi dernier au Conseil Municipal le renouvellement d’une procédure de délégation de service public pour la gestion des aires aménagées par la Ville à destination des « Gens du voyage », délégation qui doit prendre prochainement fin. Cette DSP concerne les aires aménagées pour les « Gens du voyage » de St-Menet (XIe arrondissement) et Mazargues-Eynaud dans le IXe.
L’élu communiste Christian Pellicani, s’est, le premier, lundi matin exprimé, lors du Conseil Municipal sur le lancement de la procédure : « Ce rapport porte sur le principe d’une DSP, délégation de service public, pour la gestion des aires d’accueil des « gens du voyage » de la Ville de Marseille. Nous sommes pour de véritables aires d’accueil mais nous ne sommes pas d’accord avec le document technique qui va servir de base au cahier des charges. Nous demandons à retirer le dossier. »

Puis l’élu communiste a recadré le débat sur la question des Rroms proprement dite : «  En matière de concertation, le collectif qui se mobilise pour un traitement juste et solidaire des Rroms attend encore la table ronde qui a été acceptée sur le principe par votre adjointe Madame Servant et qui est restée pour le moment lettre morte ». Et s’adressant à Jean-Claude Gaudin : « Vous devez prendre vos responsabilités et appuyer votre demande de table ronde auprès des services de l’Etat. La solution ne passe pas par des aires d’accueil mais par des solutions plus spécifiques, du type de celles financées par le protocole région-associations qui ont permis de résoudre un certain nombre de cas. Sur cette question, ne perdez plus de temps, entendez les propositions des associations qui sont devant la mairie, ce jour, pour ne plus être le mauvais élève de l’Europe ».
Nathalie Pigamo, PS prend le relais : « Nous demandons le retrait du rapport qui est erroné sur des points et contredit les divers engagements que vous avez pris et qui contredit le dialogue constructif qui avait pu se mettre en place avec Didier Réault, ces derniers mois. »

Interrogée plus tard, Nathalie Pigamo s’est expliquée sur le refus de voter : « On n’est pas contre la DSP, on est contre la façon dont c’est fait, puisqu’il y a des fausses informations, il y a des choses qui sont erronées, le fait de considérer Eynaud comme une aire d’accueil, ce n’est pas vrai. Eynaud n’est pas considéré comme une aire d’accueil sur le schéma départemental. Comme Messieurs Bourgat et Réault ont dit que le cahier des charges allait être modifié, nous allons attendre le nouveau cahier des charges. »
De la même façon, Sébastien Barles, d’EELV : « Je demande également le retrait du rapport qui est inexact au niveau de la DSP des aires d’accueil et par ailleurs je renouvelle la demande portée par le collectif d’une table ronde avec l’ensemble des acteurs avec représentants de l’Etat et les collectivités locales ». Le porte-parole local du mouvement a également tenu à préciser qu’«  un des attendus du jugement du TGI de Marseille a récemment pointé du doigt la responsabilité de la ville dans les troubles à l’ordre public générés par l’impossibilité des populations Rroms de s’implanter sur les terrains dédiés. Il y a obligation de la ville relevée par un tribunal de trouver des aires d’accueil ». (voir plus bas la décision TGI du 25 octobre).

En réponse à la gauche, Michel Bourgat a rétorqué que « le cahier des charges de cette proposition est simplement un descriptif qui ne contraint pas et qui laissera toute latitude à Didier Réault et aux maires de secteur de travailler sur ce sujet. Si on en est venu au schéma départemental, c’est que l’aire d’Eynaud accueille majoritairement des personnes sédentaires et que le schéma départemental ne s’occupe que de nomades. Par contre la délégation de services s’occupe bien des « Gens du voyage ». »

Quelle solution pour l’aire d’Eynaud, de fait sortie du schéma départemental ? Que faire pour que la Ville de Marseille entre en conformité avec la loi l’obligeant à disposer d’au moins deux aires d’accueil ? Didier Réault, conseiller municipal du 5e secteur répond.

Pour ce qui est du dossier Rroms, Michel Bourgat a tenu ses propos habituels : « ce n’est pas juridiquement la compétence de la ville de régler la problématique des Rroms. C’est une compétence d’Etat et notamment européenne. Deuxièmement, l’unité d’hébergement d’urgence est la seule qui depuis des mois, voire des années héberge des Rroms. Pour ne pas être dépassé par le nombre de demandes, parce que nous ne pouvons pas héberger toute la misère du monde, ce n’est pas une phrase qui est de moi, on est obligé de faire des accords et effectivement les gens qui sont à l’unité d’hébergement d’urgence sont des volontaires pour faire un retour consenti au pays dans les meilleurs conditions. »
« La table ronde, ce n’est pas à la ville de l’initier, et de la présider, c’est à la préfecture et à l’Etat, tout le monde sait ma volonté de respecter les Rroms. Je suis plutôt enclin à avoir la main tendue que le poing fermé. » Le maire de Marseille réitère lui-même son bon-vouloir concernant sa participation à un tour de table, s’il est organisé « par les services de l’Etat ». Façon commode et efficace de renvoyer ladite réunion aux calendes grecques sans avoir l’air d’y toucher.

Didier Réault concède : « je pense qu’avec les moyens qui étaient ceux de la municipalité, [la question des Rroms] a été traitée au mieux. Ce n’est pas pour ça qu’elle a été traitée de façon satisfaisante, à la fois pour les habitants de Marseille, et à la fois pour les Rroms. C’est une vraie difficulté que nous avons, partout, pas seulement à Marseille. Et donc il faut que nous ayons une politique qui soit à la fois plus ferme mais aussi plus respectueuse des lois, notamment sur le schéma départemental. »

Rroms : « aucune solution n’est recherchée efficacement »

Entre les 272 délibérations traitées ce jour, la douloureuse question du sort de ces familles n’a pas encore trouvé d’issues positives.

JPEG - 106.4 ko
Les indignés ont apporté leur soutien à la cause des familles rroms

De rassemblements en rassemblements, les militants associatifs voient les jours défiler sans qu’un véritable dénouement pour la population Rroms à Marseille ne soit trouvé. Afin de rappeler la situation de tourmente dans laquelle ces familles sont plongées, et que certains élus tendent à oublier, les militants - Rencontres Tsiganes, Fondation Abbé Pierre, Emmaüs, Médecins du Monde... - se sont déplacés, place Bargemon, pour les interpeller. Dès l’ouverture du conseil municipal, ce lundi, des tracts leur ont été distribués rappelant la réalité des démantèlements des bidonvilles Rroms, le mutisme des institutions locales - municipales et communautaires - et l’ordonnance d’expulsion du Tribunal de grande instance (TGI) pointant notamment l’inaction de celles-ci.

Interrogé sur la pertinence pour MPM de demander l’évacuation de bidonvilles, mais également sur la volonté communautaire de trouver des terrains, Eugène Caselli - président de la communauté urbaine - botte en touche.

Si, d’un côté, les expulsions s’exécutent, de l’autre, l’implication et la responsabilité des institutions locales sont dénoncées. En effet, le TGI de Marseille a ordonné, sur décision du 25 octobre, l’expulsion du campement de l’avenue Zoccola (15e) et de l’espace sous la passerelle Capitaine Gèze (15e), applicable dès le 17 décembre. Tout en jugeant que « l’expulsion des occupants ne sert qu’à déplacer le problème puisqu’aucune solution n’est recherchée efficacement, aucun quartier de Marseille ne voulant les accueillir […] le refus étant unanime ». Aucun dénouement recherché hormis le démantèlement des camps, et des vices de forme rendus, comme l’expulsion du boulevard Lazer qui a été éconduite. Une nouvelle fois c’est plus d’une centaine de personnes, adultes et enfants du camp de Zoccola, qui vont se retrouver désorientées. Des personnes qui avaient pourtant fait un premier pas vers l’insertion : «  ils sont suivis et assistés par l’AMPIL, certains enfants sont scolarisés au Collège Rosa Parks et dans les écoles primaires des environs » a relaté l’ordonnance du TGI. Pour l’heure, « ils vont être expulsés d’un trottoir pour aller sur un autre trottoir. C’est d’un cynisme ! » se désole Caroline Godard de Rencontres Tsiganes. Qui plus est lorsque «  l’Etat détient des terrains et des propriétés que l’on pourrait réquisitionner » pointe Jean-Paul Delanaud, militant de la Ligue des droits de l’homme (LDH).

Ordonnance Du TGI de Marseille Du 25 Octobre 2011 Copie

Mais parce qu’une critique se construit également par une note positive, les militants y ont joint un panel de solutions, qui ont fleuri sur le sol national et qui pourraient servir de base pour les pouvoirs en place. Dès 11h30, les militants associatifs ont formé un attroupement devant la mairie, rejoints par le mouvement des « Indignés » : « nous manifestons contre les pouvoirs publics et la mairie de Marseille, expose Alain Fourest de Rencontres Tsiganes, avant de souligner que, contrairement à ce que dit la mairie, rien n’a été fait […] et elle n’a pas à se prévaloir de l’unité d’hébergement d’urgence (UHU) » - qui conditionne l’accueil des familles à la garantie de retour dans leur pays. La tenue de la table ronde est elle aussi très sollicitée puisqu’attendue depuis son annonce, il y a bientôt six mois.

« Aujourd’hui, on interpelle la mairie, dans la semaine, on interpellera la communauté urbaine » affirme Caroline Godard.

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 8 août

     

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, 9 août

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, prévu pour mercredi 9 Août à 18h. Les défenseurs de l’Histoire et du Patrimoine de Marseille appellent à se rassembler devant les vestiges de la Corderie à Marseille. Démontrant être toujours aussi mobilisés pour la sauvegarde totale des vestiges, la poursuite des fouilles et l’abandon définitive du projet d’immeuble. Interview dans le journal de France Culture du vendredi 4 août 2017 à Alain Nicolas était Conservateur en chef des Musées Nationaux de France, créateur du Musée d’Histoire de Marseille. docteur en archéologie. (...)

     

  • 8 août

     

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis "La cour d’appel d’Aix-en-Provence a condamné le militant Cédric Herrou, mardi 8 août, à quatre mois de prison avec sursis. L’agriculteur de Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes), visage de la solidarité et de l’aide apportée aux migrants qui traversent la frontière italienne par la vallée de la Roya, est plus sévèrement sanctionné qu’en première instance." En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2017/08/08/poursuivi-pour-aide-a-l-immigration-clandestine-cedric-herrou-attend-son-jugement-en-appel_5169880_1654200.html#dw62oCLAdEcDgVtS.99 En savoir plus sur (...)

     

  • 2 août

     

    3 août, Rassemblement sur site archéologique Corderie contre Vinci

    Suite au début de travaux entrepris ce matin par Vinci sur le site archéologique de La Coderie, qui doit être classé par Madame Nyssen ministre de Culture, demain jeudi 3 aout 2017 à 18h, un rassemblement devant le site archéologique au bd de la Corderie à Marseille est organisé par le CIQ St Victor, association " Laisse béton" et les marseillais.

     

  • 2 août

     

    Soutien à Cédric Herrou, Cour d’appel d’Aix le 8 Août

    Soutien à Cédric Herrou la Ligue des Droits de l’Homme Aix auquel s’associe Attac, appelle au soutien à Cédric Herrou. Le mardi 8 août à 08H00 : Rassemblement devant la cour d’appel à Aix-en-Provence, 20 Place Verdun. Pour avoir pris en charge des migrants sur le sol italien et les avoir aidés à transiter en sécurité vers la France. Cédric Herrou avait été condamné en février dernier à 3000 € d’amende avec sursis ; en appel, le 19 juin dernier, le procureur a requis 8 mois de prison avec sursis. L’arrêt de la Cour sera rendu le 8 août. NOUVEAU FILM : FESTIVAL DU DROIT D’ASILE DE CANNES par le Collectif Roya Solidaire : (...)

     

  • 1er août

     

    Calais : le conseil d’Etat oblige l’Etat à installer points d’eau et sanitaire pour les migrants

    Le rapporteur du Conseil d’Etat a recommandé vendredi de contraindre l’Etat à installer des points d’eau et des sanitaires à Calais pour les centaines d’exilés présents dans la ville. Depuis plusieurs semaines, un bras de fer oppose d’un côté les associations d’aide aux migrants, et de l’autre le ministère de l’Intérieur et la ville de Calais. La décision du Conseil d’Etat est attendue très prochainement. Elle devrait suivre les recommandations de son rapporteur http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/07/31/migrants-le-conseil-d-etat-demande-au-gouvernement-d-installer-des-points-d-eau-et-des-sanitaires-a-calais_5166938_3224.html

     

  • 11 mai

     

    Patrick Mennucci : "Mélenchon a choisi l’affrontement, il va l’avoir"

    Au micro de BFMTV ce mercredi, Patrick Mennucci a réagi à l’annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon dans sa circonscription de Marseille pour les législatives. "C’est la cinquième fois qu’il change de lieu de vote, on va devoir discuter de tout ça, en même temps qu’il nous explique ce qu’il connaît du centre-ville de Marseille, à paris le Vieux-Port un jour de soleil et de meeting". Et dans un communiqué, Patrick Ménucchi critique ce parachutage parisien : "Jean-Luc Melenchon a fait le choix d’être candidat à Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, circonscription dont je suis le député sortant et candidat pour un second mandat. C’est une clarification. Il clarifie la (...)

     

  • 10 mai

     

    Benoît Hamon lancera son propre mouvement transpartisan le 1er juillet

    Benoît Hamon, candidat socialiste à l’élection présidentielle, a annoncé mercredi 10 mai, sur France Inter, vouloir lancer, le 1er juillet 2017, son propre mouvement, transpartisan. "Le 1er juillet, je lancerai un mouvement, large, qui s’adressera aux hommes et aux femmes de gauche, citoyens, a-t-il déclaré, pour être en situation de se retrouver, de penser les suites que nous pouvons donner à ce travail que nous avons commencé lors de la campagne présidentielle, un travail sur ces idées nouvelles". Ce mouvement n’a pas encore de nom, a-t-il (...)

     

  • 10 mai

     

    Législatives : Jean-Luc Mélenchon candidat à Marseille face au PS sortant Patrick Mennucci

    "Le chef de file de La France insoumise a informé ses adhérents de son choix. Il confirmera sa décision lors de sa visite à Marseille jeudi 11 mai. Jean-Luc Mélenchon devrait être candidat aux législatives à Marseille dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. Le chef de file de La France insoumise, qui, mercredi 10 mai au matin sur l’antenne de RMC-BFM-TV, a estimé qu’il serait « probablement » candidat à Marseille, a confirmé son choix dans la journée dans une lettre adressée aux « insoumises et insoumis » marseillais, que Le Monde a pu consulter". En savoir plus sur (...)

     

  • 10 mai

     

    Anne Hidalgo, Christiane Taubira et Martine Aubry lancent un mouvement politique, "Dès demain"

    Ils s’adressent à "tous les humanistes qui croient encore en l’action". Des figures politiques comme les maires PS de Paris et Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, et l’ex-ministre de la justice Christiane Taubira, ainsi que des intellectuels et des artistes, parmi lesquels Yann Arthus-Bertrand ou Jacques Higelin, cosignent une tribune publiée dans Le Monde, mercredi 10 mai. Ils y annoncent le lancement d’un mouvement politique baptisé Dès demain." http://www.francetvinfo.fr/politique/anne-hidalgo-christiane-taubira-et-martine-aubry-lancent-un-mouvement-politique-des-demain_2184369.html#xtor=CS1-746

     

  • 5 mai

     

    CONSOLAT VS US BOULOGNE : L’affiche du prochain match à domicile ce samedi 6 mai à 15h

    Contacté par Rachid Tigilt, un des fervent supporter du GS CONSOLAT nous relayons volontiers l’affiche du prochain match contre l’US Boulogne. En effet, encore une fois le club Marseillais évoluant en National fait une remarquable saison : il est 6ème à 7 point du leader ! Aussi pour saluer encore une fois les exploits du staff et de l’équipe du président Mingalon nous vous informons qu’il s’agit de l’avant-dernier match de la saison à domicile ( Stade La Martine) se jouera ce samedi, à 15h, Venez nombreux ! et hou ha allez Consolat (...)

     

Articles récents

Articles au hasard