Articles

Accueil > Actualités > Débat MFA autour des quartiers populaires et de la diversité en (...)

 

Débat MFA autour des quartiers populaires et de la diversité en politique.

27 décembre 2011 - Dernier ajout 28 décembre 2011

Le 26 novembre dernier, « Mixité de France en Action » en partenariat avec Med’in Marseille, organisait à l’UFM 13 une deuxième conférence/ débat autour de la notion de « diversité », de plus en plus remise en question car dévoyée par les partis politiques. Le débat prend de l’ampleur à l’approche des prochaines élections électorales. « Quelle diversité dans le France de 2012 ? Diversité ou Diversion ? » Pour en débattre, El Yamine Soum, sociologue, co-auteur d’un nouveau livre : « La France que nous voulons » ainsi que Nassurdine Haidari, Délégué Régional du Conseil Représentatif des Associations Noires de France et initiateur de l’appel « Nous ne marchons plus », faisant ainsi écho à la marche pour l’Egalité et contre le racisme de 1983. En effet, la question de l’égalité est au cœur des débats et des préoccupations des populations issues des quartiers populaires qui souhaitent interpeller les politiques sur la situation des quartiers. Un débat animé par notre confrère Ahmed Nadjar. Vidéo.


 

La notion de diversité est à la mode depuis le début du mandat de Nicolas Sarkozy. Le choix de ministres ou de secrétaires d’Etat issus de l’immigration sous Sarkozy avait suscité l’espoir d’un avenir meilleur et d’une nouvelle considération égalitaire pour les « issus de ». Mais l’enthousiasme a vite perdu de sa vitalité après la nomination de Rachida Dati en tant que garde des sceaux, choisie pour faire passer la pilule de réformes (statut pénal des jeunes, carte scolaire) contestées par les français et ainsi que la nomination de Fadela Amara en tant que Secrétaire d’Etat à la Politique de la Ville, choisie quant à elle pour enterrer la promesse d’un « Plan Espoir Banlieues » qualifié de « Plan Anti-glandouille ». La déception est à la hauteur de la dissimulation qui consiste à promouvoir la « Diversité Cosmétique » ou « Diversité Diversion » à l’Egalité réelle.

GIF - 83.5 ko
El Yamin Soum, sociologue

Dans « Discriminer pour mieux régner », les sociologues El Yamine Soum et Vincent Geisser expliquent que ce terme « diversité », galvaudé, revête un caractère discriminatoire et crée même une nouvelle forme d’ethnicisation et de séparatisme qui reflète le mécanisme de l’époque coloniale. Par exemple, dans les partis politiques l’étiquetage « diversité peut contribuer à reléguer les militants à la périphérie des partis et peut même se révéler être une assignation identitaire durable ». La diversité en politique fonctionne sur un registre schizophrénique affirme El Yamine Soum pour qui « cette forme d’ethnicisation douce est contraire à l’idéal républicain, censé ne faire aucune différence. » C’est donc une forme de frein à l’Egalité réelle.

GIF - 109.3 ko
Myriam Salah-Eddine, conseillère communautaire MPM

C’est pourquoi, un très grand nombre de militants en est venu à haïr ce terme et ce, à l’image d’Hanifa Taguelmint, marcheuse pour l’Egalité en 1983, dénonçant le comportement de grandes entreprises qui, ayant la charte de la diversité, se cachent derrière le mot diversité pour ne nommer que des femmes ou des handicapés. Myriam Salah-Eddine, conseillère communautaire à Marseille Provence Métropole et ex-membre du Haut Conseil à l’Intégration, affirme quant à elle, qu’au début « ce terme n’était pas quelque chose de négatif ». Son expérience lui a permis de prendre du recul. « Je reviens de loin, et la politique de sensibilité pour laquelle j’ai été élue et qui est à droite, je ne la cautionne plus du tout. Aujourd’hui, au travers du mot diversité, on voit bien qu’on nous différencie. (…) on voit un étranger et pourtant on est de la troisième ou quatrième génération. On se doit de ne plus le cautionner. Au nom de la diversité, il faudrait accepter telle ou telle place ? Non ! Aujourd’hui, si je dois accepter de négocier c’est en tant que française » a-t-elle insisté.

« Si le PS ne change pas, il mourra »

De son côté Hacen Boukhelifa - avocat à Paris et à Marseille, professeur de droit des étrangers mais aussi conseiller au pôle « immigration-intégration » dans l’équipe de campagne de François Hollande, s’est quant à lui donné un objectif au sein PS : faire en sorte que la diversité devienne une réalité au sein de ce parti qu’il considère « en régression par rapport à ces questions ». « Je témoigne de la difficulté que j’éprouve lorsque je vais à des réunions où l’on s’étonne de ma présence et où l’on me dit : « mais qu’est-ce qu’il vient foutre ici celui-là. Je ne veux plus qu’on nous considère comme des citoyens de seconde zone. Si le PS ne change pas, il mourra ».

Faire émerger la parole politique dans les quartiers pendant les élections présidentielles

Si l’égalité est difficile à atteindre au sein des partis politiques, il n’est pas difficile d’imaginer qu’elle l’est encore plus dans les quartiers populaires dévastés par le chômage, la précarité et la relégation sociale et politique sans que cela n’interpelle les politiques. Face à l’urgence, un certain nombre d’initiatives se crée pour tenter de mettre au cœur des campagnes électorales à venir, les préoccupations des mouvements politiques et associatifs des Quartiers Populaires. A l’image du « Printemps des quartiers » lancé le 8 décembre dernier à Bagnolet par un collectif d’associations ou encore de l’appel « Nous ne marcherons plus » initié par Nassurdine Haidari, élu PS à Marseille et Délégué Régional du Conseil Représentatif des Associations Noires (CRAN). Souhaitant faire faisant écho à la marche pour l’Egalité et contre le racisme de 1983, Nassurdine Haidari, « demande aux candidats à la présidentielle de ne pas oublier les quartiers, de présenter un projet politique » qui mette enfin en application le principe constitutionnel d’égalité ».

GIF - 67.7 ko
Nassurdine Haïdari, élu PS auteur de l’appel "Nous ne marcherons plus !

En effet, le plus choquant reste le fait que sur les programmes politiques, les quartiers populaires ne sont même pas mentionnés. Aucune proposition ne figure pour pallier au chômage endémique et aux discriminations à l’emploi. Or « la situation est alarmante » souligne l’élu PS à Marseille. Selon lui, pour changer la donne, il n y a d’autres choix que d’ « exister politiquement » et de « sortir du verbiage car la société se construit sur des rapports de force »(..). « On a appris à parler des choses mais pas à les régler » a-t-il insisté.

JPEG - 146.6 ko
Crédit photo : Nouriati Djambae

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard