Articles

Accueil > Actualités > De la guerre d’Espagne à la dictature franquiste, Francis Aldosa se souvient (...)

 

De la guerre d’Espagne à la dictature franquiste, Francis Aldosa se souvient de ces années de misère

14 juillet 2010

Aujourd’hui âgé de 75 ans, Francis Aldosa n’a rien oublié de son enfance teintée de labeur et de survie dans un contexte de guerre civile et de dictature franquiste (1939-1975) qui ne lui ont certes pas laissé les meilleurs souvenirs. Témoin privilégié de ces « années noires », il nous raconte avec une certaine nostalgie, son parcours de vie qui a failli prendre fin en 1938, 3 ans après sa naissance mais le destin en aura décidé autrement. Cet « enfant de la guerre et de la dictature » garde toujours enfoui au fond de sa mémoire, les années de souffrance et de labeur qui ont suivies la guerre civile espagnole (1936-1939). Sa jeunesse, il ne l’a pas connue sauf à travers sa force de travail. Car la misère était telle que le travail était indispensable pour survivre.


 

JPEG - 109.3 ko

« Je suis un enfant de la guerre et un enfant de la dictature ». C’est ainsi que se décrit Francis Aldosa toujours aussi marqué par ces épisodes douloureux qui lui en ont fait voir de toutes les couleurs et en particulier celle de la misère. Une misère noire qu’il évoque avec la gorge nouée.

Francis Aldosa est né un an et demi après le début de la guerre civile espagnole, un 16 juillet 1935 à Lérida (Lleida) au nord-est de l’Espagne, zone frontalière avec la principauté d’Andorre. Il est très tôt confronté à la brutalité et aux conséquences de la guerre. « On a vécu toutes les misères du monde possibles et inimaginables » lance-t-il avec nostalgie et émotion. « Nous étions situés en zone chaude, en zone transfrontalière. L’armée a évacué toute la population civile du village où nous étions et s’est accaparée tout le bétail (poules, vaches, etc...) » se souvient-il. Un épisode anecdotique à côté de ce que la population allait subir .... La guerre civile allait en effet durer quatre longues années et la dictature qui allait suivre, plus de 25 ans. Les épisodes se succédèrent.

« Il n’y a rien de pire qu’une guerre civile [...] »

Un jour, alors qu’il n’était âgé que de trois ans, Francis Aldosa a survécu à un bombardement qui aurait dû lui coûter la vie. Alors qu’il jouait prés d’un bunker, une bombe de plus de 80 kilos atterrit à 1 mètre et demi de là où il se trouvait, créant un trou de 2 mètres de largeur. « J’ai eu de la chance, elle n’a pas explosé mais l’impact au sol à crée un impressionnant nuage de poussière. Je m’en souviendrai toute ma vie » confie-t-il, toujours aussi remué par ce souvenir. « Il n’y a rien de pire qu’une guerre civile car c’est un pays tout entier qui est divisé » poursuit-il avant de la comparer à celle de Bosnie. « C’était exactement la même chose que la guerre de Bosnie. Elle est au moins similaire à 80%. Il n’y avait qu’à regarder les images diffusées par les médias de l’époque pour s’en rendre compte. »

La guerre civile s’acheva en 1939 par la défaite des républicains et l’établissement de la dictature de Francisco Franco qui conserva le pouvoir absolu jusqu’à sa mort en 1977. Une période de vaches maigres où la lutte pour sa survie était presque un sport qu’il fallait savoir pratiquer, « sinon c’était la mort » rappelle Francis Aldosa. Ce n’était pas la lutte armée que la famille Aldosa préconisait, mais la lutte par le travail. Malgré « les exactions, les règlements de compte, les emprisonnements et la barbarie dictatoriale » [...] ma famille était plutôt pacifiste » confie-t-il. Elle n’avait de toute façon pas forcément le choix. Elle s’est donc réfugiée vers le travail, la persévérance et la patience.

C’est donc à l’âge de 12 ans que Francis Aldosa s’est mis à travailler pour subvenir au besoin de sa famille. Jusqu’à l’âge de sa retraite il ne connaîtra que le travail, loin des bancs de l’école qu’il aurait aimé fréquenter, si d’ailleurs il y en avait eu. En effet, les destructions massives de la guerre civile n’ont rien laissé. Son village d’enfance a même été entièrement rasé. Il n’avait donc pas d’autres choix que de répondre à l’appel du travail et au sortir de la guerre ce n’était pas ce qu’il manquait. Les maisons à retaper et à reconstruire ne leurs laissaient aucun répit. C’est ainsi que durant des années entières, il a dû quitter le foyer familial à 4 heures du matin, avec son père, pour ensuite parcourir 15 à 20 kilomètres à pied, les outils sur le dos et atteindre, le lieu de leur travail. Ce n’était que le week-end qu’il retournait chez eux, le temps de ramener des provisions. Les années passèrent péniblement. Sous la dictature de Franco, c’était « travailler ou crever ». « Aujourd’hui les gens me font rire. Ils disent subir la crise, or s’ils avaient vécu la guerre, il saurait ce que c’est que la crise. Puis, « le stress », ça me fait rire. Je n’avais jamais entendu parler de ce terme auparavant, et pourtant nous, on avait beaucoup de boulot » dit-il non sans humour.

Il n’était pas rare de voir les Espagnols chasser des rats pour se nourrir

La vie dans l’Espagne de Franco n’était pas de tout repos. Le pays était désorganisé et détruit. Ainsi il n’était pas rare de voir les Espagnols chasser des rats pour se nourrir. Les rations données n’étaient pas suffisantes. « Tout était rationné. On nous donnait 30 grammes de pain par jour et par personne. Deux fois par an, on nous donnait du savon. Des chaussures, il y’en avait pas. On prenait alors les pneus de voitures pour faire des semelles et on y ajoutait des ficelles. Aujourd’hui, on ne sait plus quoi faire des pneus » lance-t-il non sans ironie.

Francis Aldosa travaille alors doublement pour subvenir aux besoins de sa famille. Son père victime d’une éventration fût en incapacité de travailler, les longues années de labeur auront eu raison de sa santé. En plus de son acharnement au labeur, Francis Aldosa fréquentait les bancs de l’école pour rattraper les années d’études volées par la guerre. Après 10 à 13 h de travail sous le soleil intense de la méditerranée, il se réfugiait toutes les fins de journée à l’école du coin pour apprendre à lire et à écrire. Il travaillait alors dans la principauté d’Andorre, autonome et indépendante ... c’est là bas qu’il prit connaissance qu’un patron français d’Aix-en-Provence avait besoin de main d’œuvre. En 1963, alors âgé de 28 ans, il plie bagage, direction Aix-en-Provence. C’est alors une carrière intense qui se poursuit en France. « Je suis arrivé en France le 3 septembre 1963, je me suis mis à travailler le 5 septembre de la même année. C’est nous qui avons construit les bâtiments qui se situent autour du Rectorat et de la Gare SNCF d’Aix » souligne-t-il avec fierté.

Ce n’est qu’à l’âge de 65 ans qu’il prend sa retraite bien qu’il ne se soit pas vraiment arrêté de bosser. Retraité depuis 10 ans, il n’a pas perdu ses vieilles habitudes. « A 5 h du matin, je suis debout pour travailler et entretenir la maison et le terrain que j’ai acquis » dit-il, nostalgique des années de sa jeunesse perdues entre le sable et le béton. Mais il avoue tout de même que le travail ne lui a jamais fait peur.

Jeudi, il fêtera ses 75 ans.

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 8 août

     

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, 9 août

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, prévu pour mercredi 9 Août à 18h. Les défenseurs de l’Histoire et du Patrimoine de Marseille appellent à se rassembler devant les vestiges de la Corderie à Marseille. Démontrant être toujours aussi mobilisés pour la sauvegarde totale des vestiges, la poursuite des fouilles et l’abandon définitive du projet d’immeuble. Interview dans le journal de France Culture du vendredi 4 août 2017 à Alain Nicolas était Conservateur en chef des Musées Nationaux de France, créateur du Musée d’Histoire de Marseille. docteur en archéologie. (...)

     

  • 8 août

     

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis "La cour d’appel d’Aix-en-Provence a condamné le militant Cédric Herrou, mardi 8 août, à quatre mois de prison avec sursis. L’agriculteur de Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes), visage de la solidarité et de l’aide apportée aux migrants qui traversent la frontière italienne par la vallée de la Roya, est plus sévèrement sanctionné qu’en première instance." En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2017/08/08/poursuivi-pour-aide-a-l-immigration-clandestine-cedric-herrou-attend-son-jugement-en-appel_5169880_1654200.html#dw62oCLAdEcDgVtS.99 En savoir plus sur (...)

     

  • 2 août

     

    3 août, Rassemblement sur site archéologique Corderie contre Vinci

    Suite au début de travaux entrepris ce matin par Vinci sur le site archéologique de La Coderie, qui doit être classé par Madame Nyssen ministre de Culture, demain jeudi 3 aout 2017 à 18h, un rassemblement devant le site archéologique au bd de la Corderie à Marseille est organisé par le CIQ St Victor, association " Laisse béton" et les marseillais.

     

  • 2 août

     

    Soutien à Cédric Herrou, Cour d’appel d’Aix le 8 Août

    Soutien à Cédric Herrou la Ligue des Droits de l’Homme Aix auquel s’associe Attac, appelle au soutien à Cédric Herrou. Le mardi 8 août à 08H00 : Rassemblement devant la cour d’appel à Aix-en-Provence, 20 Place Verdun. Pour avoir pris en charge des migrants sur le sol italien et les avoir aidés à transiter en sécurité vers la France. Cédric Herrou avait été condamné en février dernier à 3000 € d’amende avec sursis ; en appel, le 19 juin dernier, le procureur a requis 8 mois de prison avec sursis. L’arrêt de la Cour sera rendu le 8 août. NOUVEAU FILM : FESTIVAL DU DROIT D’ASILE DE CANNES par le Collectif Roya Solidaire : (...)

     

  • 1er août

     

    Calais : le conseil d’Etat oblige l’Etat à installer points d’eau et sanitaire pour les migrants

    Le rapporteur du Conseil d’Etat a recommandé vendredi de contraindre l’Etat à installer des points d’eau et des sanitaires à Calais pour les centaines d’exilés présents dans la ville. Depuis plusieurs semaines, un bras de fer oppose d’un côté les associations d’aide aux migrants, et de l’autre le ministère de l’Intérieur et la ville de Calais. La décision du Conseil d’Etat est attendue très prochainement. Elle devrait suivre les recommandations de son rapporteur http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/07/31/migrants-le-conseil-d-etat-demande-au-gouvernement-d-installer-des-points-d-eau-et-des-sanitaires-a-calais_5166938_3224.html

     

  • 11 mai

     

    Patrick Mennucci : "Mélenchon a choisi l’affrontement, il va l’avoir"

    Au micro de BFMTV ce mercredi, Patrick Mennucci a réagi à l’annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon dans sa circonscription de Marseille pour les législatives. "C’est la cinquième fois qu’il change de lieu de vote, on va devoir discuter de tout ça, en même temps qu’il nous explique ce qu’il connaît du centre-ville de Marseille, à paris le Vieux-Port un jour de soleil et de meeting". Et dans un communiqué, Patrick Ménucchi critique ce parachutage parisien : "Jean-Luc Melenchon a fait le choix d’être candidat à Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, circonscription dont je suis le député sortant et candidat pour un second mandat. C’est une clarification. Il clarifie la (...)

     

  • 10 mai

     

    Benoît Hamon lancera son propre mouvement transpartisan le 1er juillet

    Benoît Hamon, candidat socialiste à l’élection présidentielle, a annoncé mercredi 10 mai, sur France Inter, vouloir lancer, le 1er juillet 2017, son propre mouvement, transpartisan. "Le 1er juillet, je lancerai un mouvement, large, qui s’adressera aux hommes et aux femmes de gauche, citoyens, a-t-il déclaré, pour être en situation de se retrouver, de penser les suites que nous pouvons donner à ce travail que nous avons commencé lors de la campagne présidentielle, un travail sur ces idées nouvelles". Ce mouvement n’a pas encore de nom, a-t-il (...)

     

  • 10 mai

     

    Législatives : Jean-Luc Mélenchon candidat à Marseille face au PS sortant Patrick Mennucci

    "Le chef de file de La France insoumise a informé ses adhérents de son choix. Il confirmera sa décision lors de sa visite à Marseille jeudi 11 mai. Jean-Luc Mélenchon devrait être candidat aux législatives à Marseille dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. Le chef de file de La France insoumise, qui, mercredi 10 mai au matin sur l’antenne de RMC-BFM-TV, a estimé qu’il serait « probablement » candidat à Marseille, a confirmé son choix dans la journée dans une lettre adressée aux « insoumises et insoumis » marseillais, que Le Monde a pu consulter". En savoir plus sur (...)

     

  • 10 mai

     

    Anne Hidalgo, Christiane Taubira et Martine Aubry lancent un mouvement politique, "Dès demain"

    Ils s’adressent à "tous les humanistes qui croient encore en l’action". Des figures politiques comme les maires PS de Paris et Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, et l’ex-ministre de la justice Christiane Taubira, ainsi que des intellectuels et des artistes, parmi lesquels Yann Arthus-Bertrand ou Jacques Higelin, cosignent une tribune publiée dans Le Monde, mercredi 10 mai. Ils y annoncent le lancement d’un mouvement politique baptisé Dès demain." http://www.francetvinfo.fr/politique/anne-hidalgo-christiane-taubira-et-martine-aubry-lancent-un-mouvement-politique-des-demain_2184369.html#xtor=CS1-746

     

  • 5 mai

     

    CONSOLAT VS US BOULOGNE : L’affiche du prochain match à domicile ce samedi 6 mai à 15h

    Contacté par Rachid Tigilt, un des fervent supporter du GS CONSOLAT nous relayons volontiers l’affiche du prochain match contre l’US Boulogne. En effet, encore une fois le club Marseillais évoluant en National fait une remarquable saison : il est 6ème à 7 point du leader ! Aussi pour saluer encore une fois les exploits du staff et de l’équipe du président Mingalon nous vous informons qu’il s’agit de l’avant-dernier match de la saison à domicile ( Stade La Martine) se jouera ce samedi, à 15h, Venez nombreux ! et hou ha allez Consolat (...)

     

Articles récents

Articles au hasard