Articles

Accueil > Actualités > Crash de l’A310 : les comoriens en quête de vérité

 

Crash de l’A310 : les comoriens en quête de vérité

1er juillet 2010

Le 30 juin 2009, le drame survenait. Les médias annonçaient en boucle le crash de l’A310-300 au large des côtes de la Grande Comore. 152 passagers perdaient la vie dont de nombreux marseillais. Hier, à Marseille, l’association des victimes du vol avait mobilisé la diaspora comorienne pour une « Marche pour la dignité », dans le centre-ville. La compagnie aérienne Yéménia est plus que jamais remise en cause. On peut regretter la faible participation des élus et surtout, la présence d’un cordon de CRS devant la mairie centrale, lieu d’arrivée de la manifestation pacifique.


 

JPEG - 89.7 ko

« 30 juin 2009, les français doivent se souvenir », « Devoir de vérité », « Pour notre dignité, nous voulons la vérité », tels sont les messages inscrits sur les pancartes, banderoles ou imprimés sur les tee-shirts. Porte d’Aix, les comoriens se pressent sur la place Jules Guesde. La communauté marseillaise s’est déplacée massivement pour commémorer cette triste date anniversaire. Des personnes étrangères à la diaspora, par solidarité ont rejoint le cortège. Une « Marche pour la dignité » afin de ne pas oublier la tragédie sur fond d’injustice.

Beaucoup n’ont pas oublié non plus la disparition brutale en février dernier, de Mariata Youssoufa, la jeune présidente de l’association des victimes du vol A310-300 de la compagnie Yemenia. Mariata Youssoufa avait accompli un travail extraordinaire au sein de l’association.

JPEG - 90.2 ko

Difficile de « faire le deuil entièrement »

Hier, Azlat nous disait tristement, « nous ne savons pas ce qui s’est passé ce jour-là. (Cette interrogation) ne nous permet pas de faire le deuil entièrement ». Cette marche « Tous ensemble pour la dignité » est un hommage revendicatif, « nous n’avons aucune aide, on (les autorités) nous laisse dans le désespoir. Nous gardons l’espoir un jour d’un début de preuve ». Sa copine Mariama ne décolère pas « l’association a demandé une contre-expertise à Yemenia. Nous sommes gênés, Yéménia ne garantit toujours pas ses conditions de vol. La compagnie fait comme si de rien n’était ».

JPEG - 91 ko

Indemnisations et conditions de vol en question

L’association des victimes du vol A310-300 de la compagnie Yemenia est toujours dans l’expectative d’une réponse sur les origines de l’accident. Ben Amir Saadi, porte-parole de l’association Ushababi précise que « les indemnisations de la compagnie tardent, certaines familles les ont obtenu au forceps ». Il réclame la vérité aussi. Par exemple, « dans le vol de Rio-Paris (crash début juin 2009), les boîtes noires n’ont pas été retrouvées » mais des hypothèses sont déjà transmises. Abal Moindanze, de l’association des victimes explique des dysfonctionnements dans le bon déroulement de l’enquête, confiée aux autorités comorienne, française et yéménite. Aucune avancée n’est à souligner dans cette affaire, très peu d’informations filtrent. On pourrait assister à un changement de bureau d’investigation, « a priori on se dirigerait vers une autre agence compétente ».

Si les deux boîtes noires ont été retrouvées sur ce vol Paris-Saana/Saana Moroni, l’une d’elles n’est pas exploitable pour les deux minutes précédant l’accident. Autre problème est le refus de coopération des autorités yéménites dans le cadre de la commission rogatoire internationale. Ce procédé permet de ralentir l’enquête en cours. Ben Amir Saadi ne peut s’empêcher d’aborder les questions d’insécurité. Yemenia avait été dénoncé en 2008 pour des conditions de vol indignes sur ce trajet Paris-Comores. « Il y a deux poids, deux mesures. La législation internationale devrait intervenir sur la protection des voyages à destination des pays du Sud » fait-il observer. Il dit ne pas comprendre « pourquoi des appareils sont interdits de circulation dans les pays du Nord, mais autorisés vers le Sud ? ».

JPEG - 75.8 ko

Peu d’élus

Ce 30 juin 2010, l’association remplit un devoir de mémoire, « c’est très dur, les dépenses se font sur nos fonds propres » confie Abal Moindanze. Il ressent « un certain abandon, un mépris des pouvoirs publics. Il y a très peu d’élus aujourd’hui ».

Effectivement, ils brillaient par leur absence. Cependant, on notait la présence de Samia Ghali, sénateur maire du 8e secteur de Marseille, pour la Région, des socialistes, Michèle Trégan, Patrick Mennucci et Nadia Boulainseur, pour le Département, des vices-présidents, Lisette Narducci et Denis Rossi. Ce dernier, délégué à l’animation pour les seniors connaît bien le dossier. Dès le départ, il avait été chargé par le Conseil général des Bouches-du-Rhône de la mise en place de la cellule psychologique en lien avec les deux associations créées. Il se dit indigné que « Yemenia continue à transporter des gens en toute impunité » dans les mêmes conditions de vol. « Les provisions par famille sont de 15 000 €, c’est le prix d’une vie pour Yemenia ? C’est honteux, il y a un côté colonial » dans cette décision. Pour Nadia Boulainseur, « il lui semblait normal de partager la douleur des familles, qui souffrent encore ».

JPEG - 106.5 ko

Des CRS à l’arrivée !

Une manifestation pacifique qui s’est hélas terminée de façon choquante. Le cortège, à son arrivée devant la mairie de Marseille a été accueilli par un cordon de CRS. L’assistance, attristée n’a vraiment pas compris cette intervention déplacée, préférant se recueillir dans les prières. Abal, visiblement en colère a condamné la mairie centrale, « la marche était autorisée jusqu’à la mairie » se défend-t-il. Nora Preziosi, adjointe au maire à l’Action familiale et Droits des Femmes a tenté de couper court à la polémique sur la présence de CRS « ce n’est pas de la responsabilité de la mairie mais de la préfecture ». Et d’ajouter, « vous êtes une communauté de sages, il faut continuer à rester sages ». Pour sa part, la présidente de l’association a déclaré devant la foule que « les indemnités doivent être distribués par ces charognards (compagnie Yemenia) qui diminuent notre soif de vérité et de justice. Je me tourne vers vous pour faire tomber les murs du silence » en s’adressant symboliquement aux pouvoirs publics.

JPEG - 91.2 ko
JPEG - 73.1 ko

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard