Articles

Accueil > Actualités > Congo My body soulève la question du sort des enfants soldat.

 

Congo My body soulève la question du sort des enfants soldat.

4 avril 2012

Dans le cadre de l’excellente Biennale des écritures du réel, jeudi 22 mars, était donné un spectacle de danse-marionnettes, intitulé Congo My body par la Compagnie Kazyadance. Conçu à partir des textes de Serge Amisi, ex-enfant soldat au Congo dans les années 1990, le spectacle qui entrelace danse et marionnettes revient sur l’embrigadement des enfants dans des conflits dont ils deviennent, malgré eux, des acteurs à part entière.


 

A la cité-Maison de théâtre, rue Edmond Rostand, jeudi 22 mars, la salle de spectacle était comble pour Congo My Body. Au départ, intrigués et cachant leur étonnement par des rires nerveux, les lycéens invités au spectacle, ont été progressivement happés par la tension du récit et des images. Car le spectacle ne prêtait pas à rire, mais bien à se confronter à l’expérience sordide et traumatisante vécue par des enfants à la fin du XXème. Récit en danse et marionnettes, orchestré par la chorégraphe Djodjo Kazadi, Congo-My body était interprété par Djodjo Kazadi, Serge Amisi, et Youndé Mulumba, tous deux enfant-soldat au Congo à l’âge de 10 ans.

Sur scène, des corps torse nu, des têtes qui disparaissent sous des étoffes, des marionnettes, des déhanchements de bassin, de la vidéo, des chants et les mots de Serge Amisi, étaient tout autant d’artifices artistiques tentant de restituer l’expérience dramatique d’enfants de 10 ans, armés de kalachnikov et lâchés dans un conflit sanglant, dans lequel ils devaient faire office de guerriers. Dire le corps, voilà l’enjeu du spectacle ; « Congo mon pays, Congo My body, corps morcelé, brisé, tordu, blessé, Congo, c’est nous. Un corps oublié qui nous porte comme une mère à la dérive. Dérouler et remonter l’histoire de nos vies, se forcer à se souvenir d’un instant, d’une période. Nous avons 10 ans ».

Serge Amisi est enrôlé à 10 ans dans un service militaire commandé. Yaoundé Mulumba, a lui aussi 10 ans, quand il est arrêté par l’armée sur le chemin l’école. Tous deux seront des enfants soldat en RD Congo de 1997 à 2001. Démobilisés, ils suivent l’enseignement de l’Espace Massalo, un centre de ressource artistique et artisanal de Kinshasa, où interviennent de nombreux artistes étrangers. L’un devient artiste et sculpte le métal récupéré, l’autre devient comédien et marionnettiste. Serge Amisi écrira son histoire, publié en France aux éditions Vents d’ailleurs. Aujourd’hui, ils vivent en France avec le statut de réfugiés politiques. Ce spectacle qui tourne depuis un an en France et en Allemagne, est l’une des occasions de faire un travail de mémoire qui n’a pas été fait au Congo. Il n’est évidemment pas encore bienvenu au Congo, car sur place personne ne souhaite évoquer de ce pan de l’histoire du pays à l’extérieur.

Les cauchemars des ex-enfants soldat

A la suite du spectacle, Serge Amisi a décrit sa difficile réinsertion et son entrée dans l’écriture : « Après la démobilisation, j’étais dans une association qui devait nous apprendre à nous insérer dans la vie civile, cela n’a pas bien marché parce que nous étions entre nous, entre ex-enfants soldat. J’avais quitté l’armée depuis un an et demi, mais je continuais à voir mes amis de cette époque, j’avais du mal à avoir des amis civils, parce qu’on n’avait pas les mêmes délires. Et puis on me posait toujours la question : as-tu tué des hommes ? Des parents interdisaient mêmes à leurs enfants de me fréquenter. Je faisais des cauchemars récurrents, j’avais 16 ans. Plus tard, j’ai suivi une formation, avec des artistes professionnels, Congolais et étrangers. Au début, dans ce centre d’initiation à l’art, je réalisais des dessins de toutes les armes que je connaissais, et avec les marionnettes, je faisais des militaires sans tête. J’ai conçu une première exposition, que j’ai appelée « Les rêves d’enfants soldats » où j’avais créé des sculptures de militaires qui n’avaient pas de tête. Parce que pour moi, avoir sa tête dans l’armée ne servait à rien, qu’on soit intelligent ou pas, cela ne comptait pas. Pour réaliser l’exposition, j’avais des cahiers où j’écrivais afin de me souvenir des choses, et surtout me rappeler comment les enfants que nous étions étaient poussés à commettre des crimes contre les civils. Je me suis lancé alors à raconter mon histoire, 1200 pages d’un coup, je n’ai pas arrêté, ce qui a donné un livre plus tard. Ça m’a permis de sentir que je n’étais plus dans l’armée, que j’étais démobilisé et de comprendre que j’avais évolué. Même si j’étais encore réserviste, j’ai dit : pour moi, les armes c’est fini. »

« Je me bats, aujourd’hui, avec l’art »

De son côté, Youndé Mulumba explique son parcours et sa démarche qui est désormais celle d’un artiste : « Je suis artiste et ex-enfant soldat, on m’a enrôlé par la force, pendant que j’allais à l’école. Ca a abimé beaucoup de choses dans ma tête, dans ma vie. Je regrette, quand j’étais gamin, je pensais que j’allais être historien mais je n’ai pas eu la chance de faire des études. Ma famille a été séparée par la guerre. Ce n’est pas facile. Maintenant, je ne suis plus la même personne, je suis quelqu’un qui se bat pour les évènements passés, pour savoir pourquoi on m’a enrôlé. Je me défends en tant qu’artiste et je me bats contre les gens qui enrôlent les enfants. Il faut qu’on arrête les enrôlements, pour l’instant on en est incapable. Parce que l’avenir de demain ce sont les enfants d’aujourd’hui. Si on continue à envoyer des enfants à la guerre, on tue le pays, on n’aura pas d’intellectuels, on n’aura pas de gens qui pensent bien à l’avenir dans ces pays. On voit comment les jeunes souffrent dans toutes les formations militaires. Je regrette que la communauté internationale, que les Nations Unies ne réagissent pas. Moi, je ne suis pas assez fort pour lutter, donc je réagis, à mon niveau, en tant qu’artiste. Je raconte les souffrances et les douleurs que j’ai vécues. Avec l’équipe de Congo My body, on cherche à parler, à se défendre pendant les conférences, on discute dans les écoles. On cherche dans toutes les directions à donner un message. »

Le sujet de Congo, My Body est hélas toujours d’actualité. On dénombre encore 250 000 à 300 000 enfants soldats dans le monde. En plus du « vol de leur innocence », ces enfants sont victimes de violences y compris de violences sexuelles. Des représentants d’Amnesty International, étaient présents à la Cité, à l’occasion du spectacle. Benoit, de l’association, résume la situation actuelle : « Le 14 mars 2012 a eu lieu un procès historique à la CPI, Cour Pénale Internationale. Pour la première fois dans le monde, un chef de guerre, Thomas Lubanga, qui a endoctriné des enfants soldats pendant la guerre du Congo a été condamné à perpétuité sur ce motif précis. Ce qui est nouveau, ce qui a été ciblé, c’est l’endoctrinement d’enfants soldat. Les faits sont reconnus, le monde international est au courant de l’embrigadement des enfants soldats, à travers le monde, par contre ce qui est difficile, c’est d’arrêter et de juger les personnes responsables. Le problème est que l’on a du mal à identifier les chefs de guerre. Mais ce phénomène continue à avoir lieu en Somalie, au Tchad et ailleurs. A Amnesty, on soutient des associations locales, qui aident les enfants à ne pas être embrigadés ou à s’en sortir. Dans les années 1990, l’ONU a créé un Bureau du Volontariat au Service de l’Enfance (BVES) qui tend à protéger les enfants, de préférence en prévention, mais à tous les niveaux. Les cause de l’embrigadement sont multiples, enrôlement de force, mais aussi un endoctrinement dès le plus jeune âge. Du coup les enfants sont persuadés d’aider leur nation, et de service une cause, comme on a vu dans le spectacle. »

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 11 mai

     

    Patrick Mennucci : "Mélenchon a choisi l’affrontement, il va l’avoir"

    Au micro de BFMTV ce mercredi, Patrick Mennucci a réagi à l’annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon dans sa circonscription de Marseille pour les législatives. "C’est la cinquième fois qu’il change de lieu de vote, on va devoir discuter de tout ça, en même temps qu’il nous explique ce qu’il connaît du centre-ville de Marseille, à paris le Vieux-Port un jour de soleil et de meeting". Et dans un communiqué, Patrick Ménucchi critique ce parachutage parisien : "Jean-Luc Melenchon a fait le choix d’être candidat à Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, circonscription dont je suis le député sortant et candidat pour un second mandat. C’est une clarification. Il clarifie la (...)

     

  • 10 mai

     

    Benoît Hamon lancera son propre mouvement transpartisan le 1er juillet

    Benoît Hamon, candidat socialiste à l’élection présidentielle, a annoncé mercredi 10 mai, sur France Inter, vouloir lancer, le 1er juillet 2017, son propre mouvement, transpartisan. "Le 1er juillet, je lancerai un mouvement, large, qui s’adressera aux hommes et aux femmes de gauche, citoyens, a-t-il déclaré, pour être en situation de se retrouver, de penser les suites que nous pouvons donner à ce travail que nous avons commencé lors de la campagne présidentielle, un travail sur ces idées nouvelles". Ce mouvement n’a pas encore de nom, a-t-il (...)

     

  • 10 mai

     

    Législatives : Jean-Luc Mélenchon candidat à Marseille face au PS sortant Patrick Mennucci

    "Le chef de file de La France insoumise a informé ses adhérents de son choix. Il confirmera sa décision lors de sa visite à Marseille jeudi 11 mai. Jean-Luc Mélenchon devrait être candidat aux législatives à Marseille dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. Le chef de file de La France insoumise, qui, mercredi 10 mai au matin sur l’antenne de RMC-BFM-TV, a estimé qu’il serait « probablement » candidat à Marseille, a confirmé son choix dans la journée dans une lettre adressée aux « insoumises et insoumis » marseillais, que Le Monde a pu consulter". En savoir plus sur (...)

     

  • 10 mai

     

    Anne Hidalgo, Christiane Taubira et Martine Aubry lancent un mouvement politique, "Dès demain"

    Ils s’adressent à "tous les humanistes qui croient encore en l’action". Des figures politiques comme les maires PS de Paris et Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, et l’ex-ministre de la justice Christiane Taubira, ainsi que des intellectuels et des artistes, parmi lesquels Yann Arthus-Bertrand ou Jacques Higelin, cosignent une tribune publiée dans Le Monde, mercredi 10 mai. Ils y annoncent le lancement d’un mouvement politique baptisé Dès demain." http://www.francetvinfo.fr/politique/anne-hidalgo-christiane-taubira-et-martine-aubry-lancent-un-mouvement-politique-des-demain_2184369.html#xtor=CS1-746

     

  • 5 mai

     

    CONSOLAT VS US BOULOGNE : L’affiche du prochain match à domicile ce samedi 6 mai à 15h

    Contacté par Rachid Tigilt, un des fervent supporter du GS CONSOLAT nous relayons volontiers l’affiche du prochain match contre l’US Boulogne. En effet, encore une fois le club Marseillais évoluant en National fait une remarquable saison : il est 6ème à 7 point du leader ! Aussi pour saluer encore une fois les exploits du staff et de l’équipe du président Mingalon nous vous informons qu’il s’agit de l’avant-dernier match de la saison à domicile ( Stade La Martine) se jouera ce samedi, à 15h, Venez nombreux ! et hou ha allez Consolat (...)

     

  • 4 mai

     

    Les trois grandes autorités juive, protestante et musulmane appellent ensemble au vote Macron, pas les catholiques

    Les trois grandes autorités juive, protestante et musulmane appellent ensemble au vote Macron. Aucun responsable catholique ne s’est joint à cette initiative inter-religieuse. Les trois principales autorités juive, protestante et musulmane, le grand rabbin de France Haïm Korsia, le pasteur François Clavairoly et le président du Conseil français du culte musulman (CFCM) Anouar Kbibech appellent jeudi 4 mai "au vote républicain pour Emmanuel Macron" pour le second tour de l’élection présidentielle, dans une déclaration "d’une même voix". (...)

     

  • 24 avril

     

    #SansMoiLe7Mai

    le Hashtag #SansMoiLe7Mai, Décider de ne pas voter au second tour Avec #SansMoiLe7Mai, de nombreux internautes ont décidé de ne pas voter le 7 mai prochain. Pour des raisons diverses. Comme cet internaute, "on nous demande de choisir entre la haine des étrangers ou la haine des pauvres. Ou un autre "Ce score de Macron marque l’immaturité politique des Français totalement manipulés par les médias", ou d’autres mécontents/"Certains semblent répondre à Jean-Luc Mélenchon, qui a déclaré dimanche soir, qu’il demanderait l’avis de ses militants par vote électronique en vue du second (...)

     

  • 24 avril

     

    Le PS appelle à voter Emmanuel Macron au 2ème tour

    Le Parti socialiste appelle "à battre l’extrême droite" et donc "à voter" pour Emmanuel Macron contre Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle, a déclaré lundi Jean-Christophe Cambadélis. "Nous appelons à battre l’extrême droite, Marine Le Pen, et donc nous appelons à voter Macron. Cette prise de position a été unanime au sein du bureau national du PS et c’est suffisamment rare pour que ce soit souligné", a déclaré le premier secrétaire du PS au micro de BFMTV.

     

  • 24 avril

     

    Ces 56 communes où Marine Le Pen n’a recueilli aucune voix

    Ces 56 communes où Marine Le Pen n’a recueilli aucune voix "La candidate du Front national a réalisé un score historique avec plus de 7,5 millions de voix. Mais Marine Le Pen n’est pas pour autant populaire dans toutes les villes de France. Il existe même 56 communes où le Front national n’a obtenu strictement aucune voix. Il s’agit de petits villages avec moins de 100 inscrits sur les listes électorales. La majorité de ces bourgs se situe dans le sud-ouest de la France." http://www.francetvinfo.fr/elections/presidentielle/carte-ces-56-communes-ou-marine-le-pen-n-a-fait-aucune-voix_2159674.html#xtor=CS1-746

     

  • 4 avril

     

    Romano Dives | Journée Internationale des Roms

    Romano Dives | Journée Internationale des Roms Le 8 avril symbolise l’union des Roms, qui se sont choisis en 1971 un hymne, un drapeau, une fête internationale : le « Romano Dives ». Pour sa 10ème édition, Latcho Divano célèbre cette journée phare à la Friche Belle-de-Mai, en proposant au public de découvrir l’action de terrain de chaque association militante et culturelle oeuvrant pour les Roms à Marseille, des activités pour tous, et un grand concert gratuit. Friche La Belle de Mai 41 rue Jobin - 13003 Marseille

     

Articles récents

Articles au hasard