Articles

Accueil > Actualités > Colloque Santé Mentale : « Folies et Médias », liaisons dangereuses (...)

 

Colloque Santé Mentale : « Folies et Médias », liaisons dangereuses ?

22 mars 2010

« Folies et Médias : Où est la dangerosité ? Qui sont les victimes ? » : tel était le thème de cette nouvelle Semaine d’Information en Santé Mentale (SISM) 2010. Dans ce cadre, Arpsydemio (Association de Recherche et de Formation en Psychiatrie et en Epidémiologie) organisait un colloque les 16 et 17 mars à la bibliothèque de l’Alcazar, à Marseille. Bien souvent, les psychiatres et les équipes soignantes reprochent aux médias de traiter les questions autour de la maladie mentale sous l’angle du fait divers, engendrant une stigmatisation. Le rôle de la presse ne serait-il pas de donner une information plus objective, de vulgariser le « Monde de la Psychiatrie » en apportant des éléments de compréhension ?


 

JPEG - 44.2 ko
Le Pr GORI et le Dr DUSSERRE notamment, lors de ce colloque

La folie fait peur et suscite rejet. « N’évoquer la psychiatrie qu’à l’occasion de crimes spectaculaires accroît la stigmatisation des malades mentaux » se persuade Nicolas Franck, professeur de psychiatrie à l’Université Lyon 1, praticien au Centre hospitalier Le Vinatier et chercheur au Centre de neurosciences cognitives à Bron–dans son article paru dans Pour la Science en février 2009. Produire du sensationnel à partir de faits divers dramatiques tend à montrer, selon les professionnels de la psychiatrie, une absence de recul, une approche succincte d’événements complexes. Souvent, les spécialistes, les familles et les usagers réalisent un réel travail pédagogique d’information tout au long de l’année et leur démarche est réduite à néant lorsqu’un fait divers défraie la chronique.

Selon un rapport de la Commission « Violence et santé mentale », la criminalité demeure faible. Les personnes souffrant de troubles mentaux ne sont responsables que de 0.4/100 des crimes et délits. A l’inverse, les malades mentaux sont des individus vulnérables, victimes de crimes violents (environ 12 fois plus selon les statistiques). En s’appuyant sur ces données, effectivement, on peut alors s’interroger : « Où est la dangerosité ? Qui sont les victimes ? » -thématique du colloque. « Le problème reste plutôt celui de l’intégration dans la société de personnes qui souffrent d’un handicap psychique » affirme Nicolas Franck.

Stigmatisation souvent systématique

Des journalistes, élus, sociologues, magistrats notamment étaient associés à ces journées, aux côtés des psychiatres et psychologues. Le 17 mars, plusieurs débats étaient axés sur les problématiques de l’enfant et de l’adolescent difficiles. Le Pr Roland Gori, psychanalyste, professeur émérite à l’Université d’Aix-Marseille s’interroge « aujourd’hui, cette Psychiatrie-là n’est pas davantage le reflet des valeurs de notre culture, de notre civilisation, ni davantage constituée par des événements scientifiques ». En effet, il fait allusion aux expertises de l’INSERM en 2004/2005 sur le dépistage, la prévention des troubles mentaux et des conduites chez l’enfant –études dénoncées à l’époque par des spécialistes auprès du Comité consultatif national d’éthique. « C’est complètement aberrant » juge-t-il, « arriver à considérer que l’enfant de moins de 3 ans, développant une souffrance psychique pouvait s’avérer un futur délinquant. Alors on se trouve devant une stigmatisation de l’enfant ». Cette réflexion lui parait d’autant plus importante que les soignants, selon lui, effectuent un travail formidable, « pas forcément reconnus dans leur dignité sociale et d’exercice ». Le professeur pense que c’est un problème majeur de société.

Il peut y avoir des « anomalies mais pas d’anormalités » reconnaît-il. « Traquer des anomaliques, c’est traquer des singularités du comportement », dans ce cas, il redoute qu’ « on ne demande pas alors à la Psychiatrie, une fonction de surveillance ». Il émet quelque solution, la culture notamment lui semble un enjeu majeur, « il faut créer du lien social ».

JPEG - 40.5 ko
Le Dr Salle-Collemiche a abordé les questions de violence à l’école.

Violence à l’école, comment agir ?

Pour sa part, le Dr Anne Dusserre, pédopsychiatre, chef de service au Centre hospitalier Valvert de Marseille a abordé la question de « comment « sortir » de l’axe agressif, lors des soins aux enfants en hôpital de jour ?  ». « L’enfant a besoin de fréquenter le milieu scolaire, on ne peut le soigner que par moments séquentiels et non pas toute la journée » explique la pédopsychiatre. Un travail qui réclame « une grande capacité d’inventivité », une prudence sur nos interventions. Elle explicite sommairement le cheminement « il s’agit de se garder d’interroger l’enfant sur un mode direct. Pourquoi as-tu fait ça ? Parce qu’il ne le sait pas. Ne fais pas ça ; parce que ce n’est pas lui. Il ne faut pas le faire ; parce qu’il ne peut pas faire autrement ».

De son côté, le Dr Xavier Salle-Collemiche, assistant chef de clinique du service du Pr Poinso à l’hôpital Sainte-Marguerite à Marseille a traité le volet de la violence à l’école. Il avoue « être confronté à des situations complexes, nous sommes en face d’une hétérogénéité importante des comportements ». Il s’appuie en particulier sur des statistiques de l’Observatoire international de la Violence à l’Ecole, mettant l’accent sur l’augmentation des violences collectives et contre les enseignants.

Etats généraux de la Sécurité à l’Ecole

D’ailleurs, les 7 et 8 avril à Paris auront lieu les Etats généraux de la Sécurité à l’Ecole. « Les enfants peuvent avoir des difficultés psychologiques avancées, la violence est alors la seule réplique acquise lors de conflits. Que faire ou ne pas faire ? » souligne le médecin. « L’acte violent n’est pas forcément lié à des troubles psychologiques » ajoute-t-il. L’école doit rester un lieu d’apprentissage et de sociabilisation, selon le Dr Salle-Collemiche. Il suggère la présence d’assistante sociale dans les écoles primaires pour éviter d’ « attendre que l’enfant ait des difficultés scolaires. Il ne faut pas parvenir au point qu’il refuse tout en bloc ». Néanmoins, le pire projet de société « pour ces enfants serait de leur donner un traitement médicalisé ». Retisser du lien social est l’une des alternatives avancées par le Dr Dusserre. Dans la salle, un professionnel s’interroge avec justesse sur « quelle réponse peut apporter un pédopsychiatre, seul à analyser ce type d’événement sociologique ». Des situations en milieu scolaire dépassent parfois les champs d’intervention de la psychiatrie. Le Dr Salle-Collemiche relativise toutefois en rappelant que « la violence à l’école a existé de tout temps. On ne doit pas être équivoque en stigmatisant ».

L’objectif de ces journées d’information en Santé Mentale est d’appréhender ces situations de violence, liées aux troubles mentaux, avec objectivité en évitant les écueils de la stigmatisation de cette population fragile et de la médiatisation de ses drames.

Arpsydemio (Association de Recherche et de Formation en Psychiatrie et en Epidémiologie), 150 rue de Crimée, 13003 Marseille, tél 04 91 50 36 13, site : http://www.arpsydemio.net

En 1999, le Dr Dolorès Lina Torres, psychiatre et Laurence Kurkdjian, psychologue lancent à Marseille l’étude sur la représentation des pathologies mentales. Les conclusions de l’enquête sont alarmantes. Elles décident alors de créer l’association. Le but est d’associer les soins à l’ouverture d’un dialogue avec les patients, les familles et les soignants. Les démarches : informations du public sur les questions de Santé Mentale ; développement d’axes de prévention, d’échanges entre professionnels du bassin méditerranéen, du partenariat avec usagers, familles, politiques, acteurs sociaux, associations ; proposition d’actions de formation.

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

  • 14 septembre

     

    Les piscines publiques de Marseille, indicateurs de l’inégalité

    Les piscines publiques de Marseille, indicateurs de l’inégalité Vaste article du New York Times sur l’état des piscines à Marseille... https://www.nytimes.com/2017/09/14/world/europe/marseille-piscines-publiques-inegalite.html?smid=fb-nytimes&smtyp=cur

     

  • 11 septembre

     

    Manifestation contre ordonnance travail le 12 sept Vieux Port

    Rassemblement est prévu au vieux port à 10h30, à l’appel Front social 13. Front Social est composé de syndicats (CGT, Sud, Solidaires, FSU, UNEF, UNL, la CNT..) et d’associations. "Le programme d’Emmanuel Macron consiste à mettre en œuvre la politique qui a été imposée à la Grèce, à l’Espagne, au Portugal... Pour la France son projet est de faire baisser les salaires , faciliter les licenciements , supprimer le CDI , réduire au maximum les droits des salariés ,baisser les retraites , baisser fortement les aides sociales , les indemnités chômage, supprimer un maximum de dépenses publiques dans : l’éducation , la santé , les services sociaux ... pour faire en sorte que le travail en France soit moins (...)

     

  • 11 septembre

     

    Préavis de grève lycée Saint Charles Marseille

    Les enseignants du lycée Saint-Charles de Marseille ont déposé un préavis de grève pour ce lundi 11 septembre. Ils sont remontés contre une série de dysfonctionnements au sein de l’établissement parmi lesquels des problèmes d’emploi du temps et des règles de sécurité trop strictes.

     

  • 11 septembre

     

    Ouragan Irma : Air France accusée de gonfler ses prix pour quitter Saint-Martin et Saint-Barthélemy

    Une pétition signée par plus de 40 000 personnes dénonce les prix des billets d’avion d’Air France pour quitter l’île dévastée de Saint-Martin. La compagnie réfute ces accusations et explique à France info avoir mis en place un tarif spécial rapartiement.. http://www.francetvinfo.fr/meteo/cyclone-ouragan/ouragan-irma/ouragan-irma-air-france-accusee-de-gonfler-ses-prix-pour-quitter-saint-martin-et-saint-barthelemy_2365898.html#xtor=CS1-746

     

  • 11 septembre

     

    Prestations sociales : bavures en chaîne dans la chasse aux fraudeurs

    Alors que le gouvernement prépare une loi sur « le droit à l’erreur pour les entreprises », le défenseur des droits Jacques Toubon réclame la même disposition pour les particuliers. Il l’écrit dans un rapport glaçant sur les abus de la lutte contre « la fraude aux prestations sociales », qui laisse entrevoir une chasse arbitraire à l’usager. Le rapport précise que la lutte contre la fraude aux prestations sociales – qui se distingue de la fraude aux cotisations sociales des entreprises (non traitée dans ce rapport) – s’est considérablement développée depuis la loi du 13 août 2004 sur la réforme de l’assurance-maladie. : Le journal Le Monde le précise : « Selon la Délégation à la lutte contre la fraude, la (...)

     

  • 8 septembre

     

    Pôle emploi, est aussi en difficulté avec la baisse des Contrats aidés

    Le serpent qui se mord la queue... Selon FO-Pôle emploi, 2 000 contrats aidés seraient supprimés au sein même de l’opérateur public. Le syndicat réclame une pérennisation de leurs emplois.

     

  • 6 septembre

     

    Corderie : la ministre de la Culture confirme le projet immobilier

    Corderie : la ministre de la Culture confirme le projet immobilier La ministre a tranché. Le périmètre classé de l’ancienne carrière grecque découverte à Marseille sur le site de la Corderie ne sera pas modifié par la loi, a annoncé, le 04/09 par communiqué la ministre de la Culture Françoise Nyssen, alors que plusieurs élus et riverains lui demandaient de...

     

  • 6 septembre

     

    La campagne d’Emmaüs pour dénoncer le drame vécu par les migrants

    Un clip et une traversée à la nage pour interpeller sur le sort des migrants morts en Méditerranée Emmaüs lance une campagne pour dénoncer le drame vécu par les migrants. Outre un clip, une traversée du détroit de Gibraltar est organisée en hommage aux dizaines de milliers de personnes mortes en Méditerranée .Emmaüs a lancé jeudi 31 août une pétition et un nouveau clip intitulé "Article 13 : pour que sur terre aucun être ne soit illégal". Une référence explicite à un article de la Déclaration universelle des droits de l’Homme qui garantit la liberté de circulation pour toutes et tous. Ce droit est refusé aux migrants qui tentent de venir en Europe, selon l’association fondé par l’Abbé Pierre (...)

     

Articles récents

Articles au hasard