Articles

Accueil > Actualités > Collectif La Réplique : un laboratoire culturel et citoyen pour comédiens (...)

 

Collectif La Réplique : un laboratoire culturel et citoyen pour comédiens professionnels

22 juillet 2010

La Réplique, nichée à la Friche de La Belle de Mai est un collectif régional de comédiens professionnels. Au fil du temps, l’association se revendique comme lieu d’exploration, de formation, d’échanges de pratiques dans l’univers des Arts vivants et du cinéma. Elle cristallise les énergies des artistes, prône la solidarité à l’heure où la Culture souffre énormément des politiques publiques. La Réplique tente de façonner un patrimoine artistique commun.


 

JPEG - 78.8 ko
Crédit : Transquinquennal

Le collectif est un agitateur. Il veut réveiller le comédien d’aujourd’hui, l’interpeller sur les évolutions incessantes de la société. La Réplique lui donne l’opportunité de continuer de se former, de se perfectionner, de « s’entraîner ». La Réplique épingle tout au long de l’année, des stages, des échanges, des rencontres pour amener ses publics à s’auto-former via la pratique, l’approfondissement et la maîtrise de leur art. Les artistes de La Réplique n’entendent pas être marginalisés. Ils sauvegardent cette notion nécessaire de mise en commun des moyens de formation et des perspectives d’emploi. Le collectif s’inscrit dans une mouvance de citoyenneté sociale.

Un collectif unique en France

Ce type de structure, unique en France se veut une force de propositions. «  Nous sommes tous dans une même situation : « je suis tout seul » » constate Fabien-Aïssa Busetta, membre du Bureau, chargé de la Direction artistique. « Ce qui nuit aux activités artistiques, c’est l’isolement », pour pallier à cette problématique, « on est directement là où les productions se font ».

Depuis sa fondation en 1981, le collectif a évolué dans ses missions. Initialement, il n’offrait qu’une aide logistique pour la réalisation de spectacles de théâtre. Pourtant, l’esprit reste intact : consolider le tissu professionnel, échanger, créer, fédérer. L’idée est de transmettre des savoirs, de chercher, d’informer. Plus tard, en 1999, l’association est expropriée de ses locaux, se retrouve à la rue. Elle décide alors de centrer son travail sur l’audiovisuel à partir d’un constat. Les acteurs en région n’étaient pas formés aux métiers du cinéma ou de la télé. Pourtant le cinéma et la télévision sont des industries en voie de développement. « Si nous nous formions à ces médias, nous pourrions fournir de la main d’œuvre » explique Fabien-Aïssa. La question est posée, « comment s’intégrer dans une politique globale au niveau de l’emploi ». Le collectif a été soutenu dans cette démarche en 2002 pour organiser des ateliers courts, donner des cartes blanches à des réalisateurs. Le pôle formation de la Région l’a encouragé.

JPEG - 58.7 ko
Crédit : Transquinquennal

La Réplique, « un gymnase pour l’acteur »

Ce même travail est dirigé vers les Arts vivants, « on voulait se recentrer sur la pratique de l’acteur ». Auparavant, la méthode était davantage artisanale. « On voulait redéfinir le collectif comme un gymnase pour l’acteur » à l’instar d’un athlète, se souvient Fabien-Aïssa. Le principe était de mettre en place des modules d’entraînement et d’entraide tant sur les pratiques physiques –danse, théâtre- que la théorie avec des séminaires sur la dramaturgie, sur les grands courants esthétiques du XXe siècle, l’écriture.

A l’image du stage de théâtre de narration, programmé sur la saison 2010/2011. Cette forme de théâtre est appelée théâtre civique en Italie. Elle rend compte, à travers la tradition orale du conteur, du griot, d’un état de la société. « On essaie de voir si le théâtre de narration ne pourrait pas prendre en tant que posture de théâtre critique en France » commente l’artiste. Cette tradition peut tisser un lien avec l’emploi car « le comédien peut être seul en scène. C’est un peu le contre-pied au one-man show ». La formule est donc plus souple et moins onéreuse pour les compagnies. Cette action intéresse l’une des quatre commissions du collectif, « l’emploi ».

Le jeu de la formation et de l’emploi

A ce titre, des partenariats avec des scènes publiques de la région ont été instaurés tels des prêts de salles ou des programmes de formation transversaux. En fin de saison, La Réplique rencontre les équipes de La Criée, du Gymnase, du Merlan, de La Minoterie ou encore des Bernardines, La Friche. Les structures sont sollicitées : « qui dans votre programmation peut venir développer un travail sur la transmission des savoirs, de savoirs-faires singuliers au sein du collectif ? ». Par exemple, des comédiens reconnus sont intervenus tels Gildas Millin, le dramaturge Jean-Marie Piemme. A la rentrée, Robin Renucci, Yves Uhunstad, Philippe Gentil, Jean-Baptiste Sarthe seront les nouveaux « formateurs ».

L’objectif étant que «  chaque membre puisse devenir lui-même président ou directeur de la structure ». Par exemple, une comédienne, membre de La Réplique est touchée par un spectacle. Elle peut contacter le metteur en scène, l’inviter à partager sa proposition d’artiste et l’engager sur un stage. « La comédienne devient alors porteur de projets », explique Fabien-Aïssa. L’initiative est rendue possible car elle est soutenue par une structure collective.

Plusieurs ateliers ont donné lieu à des productions. Ce fut le cas d’une intervenante, Katherine Zincker, de l’INSAS (Institut national supérieur des arts du spectacle et des techniques de diffusion) de Bruxelles. L’association impulse une dynamique de groupe : à plusieurs, les comédiens sont plus solides, plus intelligents, plus concrets, plus convaincants dans leur démarche artistique.

JPEG - 60.2 ko
Crédit : Philippe Bottiglione

Près de 400 membres à La Réplique

Fabien-Aïssa s’implique dans le collectif depuis 2002 auprès notamment du président honoraire, Jean-Pierre Vincent, Xavier-Adrien Laurent, chargé du Développement PACA et Communication ou de Valérie Trébor, coordinatrice administrative et artistique. L’association fonctionne de manière collégiale. Elle s’articule autour de quatre commissions : artistique, emploi, effectifs, gestion/finances. Une vingtaine de bénévoles tentent de mettre en place des actions en direction de quelque 400 membres individuels et de plusieurs compagnies. Elle se scinde en deux collèges : Arts vivants et Cinéma.

Parmi les activités, on peut retenir des laboratoires et des « Journées du Passeur ». Cette dernière démarche est atypique. « Les Journées du Passeur » sont un troc de formation entre comédiens professionnels. L’idée : les connaissances de chacun sont partageables. Des membres de La Réplique s’essaient à la transmission de savoirs singuliers, d’expériences théâtrales.

JPEG - 61.4 ko
Crédit : Philippe Bottiglione

« Travailler sur une école du spectateur »

Le collectif se place davantage dans l’ouverture à l’autre, va à la rencontre des quartiers, « on collabore avec les comités de quartier ; on est au plus près de la réalité. On voudrait travailler sur une école du spectateur pour développer l’esprit critique » complète Fabien-Aïssa.

Autre réalité est l’emploi. La Commission joue un rôle essentiel, énormément d’offres d’emplois sont diffusées. Les boîtes de production s’adressent à l’association pour leurs propositions. La solidarité entre les membres se manifeste aussi. « Les comédiens mettent au pot commun, leurs carnets d’adresses » précise-t-il. Les conditions de vie collective sont rendues plus difficiles aujourd’hui avec les politiques publiques de rigueur telles la réforme des collectivités territoriales, la RGPP (révision générale des politiques publiques).

La résistance s’organise, le collectif se veut créatif, inventif, solidaire, citoyen. La Réplique se définit comme un vecteur de communication nécessaire. Face aux incertitudes du monde actuel, La Réplique tente de répliquer.

Association LA REPLIQUE (Siège social), Friche de la Belle de Mai, 41, rue Jobin 13331 Marseille Cedex 03. LA REPLIQUE (Accueil), 37, rue Guibal, 13003 Marseille. Tél 04 91 50 56 84/04 95 04 96 00, fax 04 95 04 95 04, site : http://www.lareplique.com

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard