Articles

Accueil > Actualités > Collectif La Réplique : un laboratoire culturel et citoyen pour comédiens (...)

 

Collectif La Réplique : un laboratoire culturel et citoyen pour comédiens professionnels

22 juillet 2010

La Réplique, nichée à la Friche de La Belle de Mai est un collectif régional de comédiens professionnels. Au fil du temps, l’association se revendique comme lieu d’exploration, de formation, d’échanges de pratiques dans l’univers des Arts vivants et du cinéma. Elle cristallise les énergies des artistes, prône la solidarité à l’heure où la Culture souffre énormément des politiques publiques. La Réplique tente de façonner un patrimoine artistique commun.


 

JPEG - 78.8 ko
Crédit : Transquinquennal

Le collectif est un agitateur. Il veut réveiller le comédien d’aujourd’hui, l’interpeller sur les évolutions incessantes de la société. La Réplique lui donne l’opportunité de continuer de se former, de se perfectionner, de « s’entraîner ». La Réplique épingle tout au long de l’année, des stages, des échanges, des rencontres pour amener ses publics à s’auto-former via la pratique, l’approfondissement et la maîtrise de leur art. Les artistes de La Réplique n’entendent pas être marginalisés. Ils sauvegardent cette notion nécessaire de mise en commun des moyens de formation et des perspectives d’emploi. Le collectif s’inscrit dans une mouvance de citoyenneté sociale.

Un collectif unique en France

Ce type de structure, unique en France se veut une force de propositions. «  Nous sommes tous dans une même situation : « je suis tout seul » » constate Fabien-Aïssa Busetta, membre du Bureau, chargé de la Direction artistique. « Ce qui nuit aux activités artistiques, c’est l’isolement », pour pallier à cette problématique, « on est directement là où les productions se font ».

Depuis sa fondation en 1981, le collectif a évolué dans ses missions. Initialement, il n’offrait qu’une aide logistique pour la réalisation de spectacles de théâtre. Pourtant, l’esprit reste intact : consolider le tissu professionnel, échanger, créer, fédérer. L’idée est de transmettre des savoirs, de chercher, d’informer. Plus tard, en 1999, l’association est expropriée de ses locaux, se retrouve à la rue. Elle décide alors de centrer son travail sur l’audiovisuel à partir d’un constat. Les acteurs en région n’étaient pas formés aux métiers du cinéma ou de la télé. Pourtant le cinéma et la télévision sont des industries en voie de développement. « Si nous nous formions à ces médias, nous pourrions fournir de la main d’œuvre » explique Fabien-Aïssa. La question est posée, « comment s’intégrer dans une politique globale au niveau de l’emploi ». Le collectif a été soutenu dans cette démarche en 2002 pour organiser des ateliers courts, donner des cartes blanches à des réalisateurs. Le pôle formation de la Région l’a encouragé.

JPEG - 58.7 ko
Crédit : Transquinquennal

La Réplique, « un gymnase pour l’acteur »

Ce même travail est dirigé vers les Arts vivants, « on voulait se recentrer sur la pratique de l’acteur ». Auparavant, la méthode était davantage artisanale. « On voulait redéfinir le collectif comme un gymnase pour l’acteur » à l’instar d’un athlète, se souvient Fabien-Aïssa. Le principe était de mettre en place des modules d’entraînement et d’entraide tant sur les pratiques physiques –danse, théâtre- que la théorie avec des séminaires sur la dramaturgie, sur les grands courants esthétiques du XXe siècle, l’écriture.

A l’image du stage de théâtre de narration, programmé sur la saison 2010/2011. Cette forme de théâtre est appelée théâtre civique en Italie. Elle rend compte, à travers la tradition orale du conteur, du griot, d’un état de la société. « On essaie de voir si le théâtre de narration ne pourrait pas prendre en tant que posture de théâtre critique en France » commente l’artiste. Cette tradition peut tisser un lien avec l’emploi car « le comédien peut être seul en scène. C’est un peu le contre-pied au one-man show ». La formule est donc plus souple et moins onéreuse pour les compagnies. Cette action intéresse l’une des quatre commissions du collectif, « l’emploi ».

Le jeu de la formation et de l’emploi

A ce titre, des partenariats avec des scènes publiques de la région ont été instaurés tels des prêts de salles ou des programmes de formation transversaux. En fin de saison, La Réplique rencontre les équipes de La Criée, du Gymnase, du Merlan, de La Minoterie ou encore des Bernardines, La Friche. Les structures sont sollicitées : « qui dans votre programmation peut venir développer un travail sur la transmission des savoirs, de savoirs-faires singuliers au sein du collectif ? ». Par exemple, des comédiens reconnus sont intervenus tels Gildas Millin, le dramaturge Jean-Marie Piemme. A la rentrée, Robin Renucci, Yves Uhunstad, Philippe Gentil, Jean-Baptiste Sarthe seront les nouveaux « formateurs ».

L’objectif étant que «  chaque membre puisse devenir lui-même président ou directeur de la structure ». Par exemple, une comédienne, membre de La Réplique est touchée par un spectacle. Elle peut contacter le metteur en scène, l’inviter à partager sa proposition d’artiste et l’engager sur un stage. « La comédienne devient alors porteur de projets », explique Fabien-Aïssa. L’initiative est rendue possible car elle est soutenue par une structure collective.

Plusieurs ateliers ont donné lieu à des productions. Ce fut le cas d’une intervenante, Katherine Zincker, de l’INSAS (Institut national supérieur des arts du spectacle et des techniques de diffusion) de Bruxelles. L’association impulse une dynamique de groupe : à plusieurs, les comédiens sont plus solides, plus intelligents, plus concrets, plus convaincants dans leur démarche artistique.

JPEG - 60.2 ko
Crédit : Philippe Bottiglione

Près de 400 membres à La Réplique

Fabien-Aïssa s’implique dans le collectif depuis 2002 auprès notamment du président honoraire, Jean-Pierre Vincent, Xavier-Adrien Laurent, chargé du Développement PACA et Communication ou de Valérie Trébor, coordinatrice administrative et artistique. L’association fonctionne de manière collégiale. Elle s’articule autour de quatre commissions : artistique, emploi, effectifs, gestion/finances. Une vingtaine de bénévoles tentent de mettre en place des actions en direction de quelque 400 membres individuels et de plusieurs compagnies. Elle se scinde en deux collèges : Arts vivants et Cinéma.

Parmi les activités, on peut retenir des laboratoires et des « Journées du Passeur ». Cette dernière démarche est atypique. « Les Journées du Passeur » sont un troc de formation entre comédiens professionnels. L’idée : les connaissances de chacun sont partageables. Des membres de La Réplique s’essaient à la transmission de savoirs singuliers, d’expériences théâtrales.

JPEG - 61.4 ko
Crédit : Philippe Bottiglione

« Travailler sur une école du spectateur »

Le collectif se place davantage dans l’ouverture à l’autre, va à la rencontre des quartiers, « on collabore avec les comités de quartier ; on est au plus près de la réalité. On voudrait travailler sur une école du spectateur pour développer l’esprit critique » complète Fabien-Aïssa.

Autre réalité est l’emploi. La Commission joue un rôle essentiel, énormément d’offres d’emplois sont diffusées. Les boîtes de production s’adressent à l’association pour leurs propositions. La solidarité entre les membres se manifeste aussi. « Les comédiens mettent au pot commun, leurs carnets d’adresses » précise-t-il. Les conditions de vie collective sont rendues plus difficiles aujourd’hui avec les politiques publiques de rigueur telles la réforme des collectivités territoriales, la RGPP (révision générale des politiques publiques).

La résistance s’organise, le collectif se veut créatif, inventif, solidaire, citoyen. La Réplique se définit comme un vecteur de communication nécessaire. Face aux incertitudes du monde actuel, La Réplique tente de répliquer.

Association LA REPLIQUE (Siège social), Friche de la Belle de Mai, 41, rue Jobin 13331 Marseille Cedex 03. LA REPLIQUE (Accueil), 37, rue Guibal, 13003 Marseille. Tél 04 91 50 56 84/04 95 04 96 00, fax 04 95 04 95 04, site : http://www.lareplique.com

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

  • 14 septembre

     

    Les piscines publiques de Marseille, indicateurs de l’inégalité

    Les piscines publiques de Marseille, indicateurs de l’inégalité Vaste article du New York Times sur l’état des piscines à Marseille... https://www.nytimes.com/2017/09/14/world/europe/marseille-piscines-publiques-inegalite.html?smid=fb-nytimes&smtyp=cur

     

  • 11 septembre

     

    Manifestation contre ordonnance travail le 12 sept Vieux Port

    Rassemblement est prévu au vieux port à 10h30, à l’appel Front social 13. Front Social est composé de syndicats (CGT, Sud, Solidaires, FSU, UNEF, UNL, la CNT..) et d’associations. "Le programme d’Emmanuel Macron consiste à mettre en œuvre la politique qui a été imposée à la Grèce, à l’Espagne, au Portugal... Pour la France son projet est de faire baisser les salaires , faciliter les licenciements , supprimer le CDI , réduire au maximum les droits des salariés ,baisser les retraites , baisser fortement les aides sociales , les indemnités chômage, supprimer un maximum de dépenses publiques dans : l’éducation , la santé , les services sociaux ... pour faire en sorte que le travail en France soit moins (...)

     

  • 11 septembre

     

    Préavis de grève lycée Saint Charles Marseille

    Les enseignants du lycée Saint-Charles de Marseille ont déposé un préavis de grève pour ce lundi 11 septembre. Ils sont remontés contre une série de dysfonctionnements au sein de l’établissement parmi lesquels des problèmes d’emploi du temps et des règles de sécurité trop strictes.

     

  • 11 septembre

     

    Ouragan Irma : Air France accusée de gonfler ses prix pour quitter Saint-Martin et Saint-Barthélemy

    Une pétition signée par plus de 40 000 personnes dénonce les prix des billets d’avion d’Air France pour quitter l’île dévastée de Saint-Martin. La compagnie réfute ces accusations et explique à France info avoir mis en place un tarif spécial rapartiement.. http://www.francetvinfo.fr/meteo/cyclone-ouragan/ouragan-irma/ouragan-irma-air-france-accusee-de-gonfler-ses-prix-pour-quitter-saint-martin-et-saint-barthelemy_2365898.html#xtor=CS1-746

     

  • 11 septembre

     

    Prestations sociales : bavures en chaîne dans la chasse aux fraudeurs

    Alors que le gouvernement prépare une loi sur « le droit à l’erreur pour les entreprises », le défenseur des droits Jacques Toubon réclame la même disposition pour les particuliers. Il l’écrit dans un rapport glaçant sur les abus de la lutte contre « la fraude aux prestations sociales », qui laisse entrevoir une chasse arbitraire à l’usager. Le rapport précise que la lutte contre la fraude aux prestations sociales – qui se distingue de la fraude aux cotisations sociales des entreprises (non traitée dans ce rapport) – s’est considérablement développée depuis la loi du 13 août 2004 sur la réforme de l’assurance-maladie. : Le journal Le Monde le précise : « Selon la Délégation à la lutte contre la fraude, la (...)

     

  • 8 septembre

     

    Pôle emploi, est aussi en difficulté avec la baisse des Contrats aidés

    Le serpent qui se mord la queue... Selon FO-Pôle emploi, 2 000 contrats aidés seraient supprimés au sein même de l’opérateur public. Le syndicat réclame une pérennisation de leurs emplois.

     

  • 6 septembre

     

    Corderie : la ministre de la Culture confirme le projet immobilier

    Corderie : la ministre de la Culture confirme le projet immobilier La ministre a tranché. Le périmètre classé de l’ancienne carrière grecque découverte à Marseille sur le site de la Corderie ne sera pas modifié par la loi, a annoncé, le 04/09 par communiqué la ministre de la Culture Françoise Nyssen, alors que plusieurs élus et riverains lui demandaient de...

     

  • 6 septembre

     

    La campagne d’Emmaüs pour dénoncer le drame vécu par les migrants

    Un clip et une traversée à la nage pour interpeller sur le sort des migrants morts en Méditerranée Emmaüs lance une campagne pour dénoncer le drame vécu par les migrants. Outre un clip, une traversée du détroit de Gibraltar est organisée en hommage aux dizaines de milliers de personnes mortes en Méditerranée .Emmaüs a lancé jeudi 31 août une pétition et un nouveau clip intitulé "Article 13 : pour que sur terre aucun être ne soit illégal". Une référence explicite à un article de la Déclaration universelle des droits de l’Homme qui garantit la liberté de circulation pour toutes et tous. Ce droit est refusé aux migrants qui tentent de venir en Europe, selon l’association fondé par l’Abbé Pierre (...)

     

Articles récents

Articles au hasard