Articles

Accueil > Actualités > Cité « Les Flamants » : « on était très bien avant »

 

Cité « Les Flamants » : « on était très bien avant »

16 décembre 2009

Un samedi au cœur de la cité des quartiers Nord. Un silence de plomb. Personne ne flâne dans les rues, les commerces sont fermés. Les minots ne jouent plus au ballon. Quelques jeunes, le regard absent se sont posés sur le perron des immeubles. Cet après-midi, pourtant, la section CSF (Confédération Syndicale des Familles) sillonnait la cité et appelait à la mobilisation. Mise en œuvre par 13 Habitat, la réhabilitation en panne semble avoir laissé des traces.


 

JPEG - 79.2 ko

« Les Flamants. Nous y habitons ! Nous y vivons ! Prenons la parole !!! Relogement, transports, emplois, éducation, jeunesse et sports, culture, santé publique, cohésion sociale et requalification du quartier ! Nous ne voulons pas de réhabilitation sans nous !!! Habitants des Flamants impliquez-vous, venez et exprimez vos inquiétudes et vos espoirs lors de la réunion publique » du 13 janvier 2010. Telle est la teneur du tract, distribué ce 12 décembre, dans le quartier du 14e arrondissement marseillais.

Quelques sympathisants étaient passés au local de CSF Les Flamants et Environs pour encourager Fatima Mahieddine-Benziane, présidente et Fatima Mostefaoui, vice-présidente, dans leur initiative. Les deux femmes et la poignée de militants de la première heure du vaste projet de rénovation sociale et urbaine de la cité veulent y croire. Muni de leurs tracts et de leurs questionnaires de « Consultation des habitants des Flamants/Iris sur le projet de réhabilitation », le groupe s’en est allé parcourir le quartier, interpeller et motiver les habitants à s’impliquer davantage.

JPEG - 58.8 ko
Cités des Flamants, Marseille 14ème

« On ne nous a pas demandés notre avis »

Devant le snack Le Saxo, trois jeunes, taciturnes sont assis sur les marches, devant une porte d’entrée. Peu à peu, les langues se délient, du moins pour Eddy, 25 ans. Ses deux copains resteront silencieux jusqu’à notre départ, ne faisant qu’hocher la tête aux dires du troisième. Eddy est né ici, aux Flamants. Il n’est pas content et le fait savoir « on pense à nous en dernier, on ne nous a pas demandés notre avis. Ils (13 Habitat) nous croient anesthésiés par tous les travaux. Nous, on était très bien avant »…Avant le démarrage de l’opération de rénovation urbaine des Flamants en 2006 par l’OPAC Sud, devenu depuis 2009 13 Habitat. En effet, le chantier a été arrêté brutalement en juin dernier après de nouveaux DTA (diagnostic technique amiante) révélant la présence d’amiante dans tous les logements (lire notre article du 11 décembre).

Il dénonce la situation « on n’a pas accès aux parkings. Les (quelques) appartements désamiantés ont été faits dans le secteur étudiant, ils étaient prioritaires, je pense. A côté, on est en train d’augmenter les loyers alors qu’on n’a rien (de rénové) ». La liste noire ne s’arrête pas là, il fait allusion au fort taux de chômage qui frappe les quartiers Nord, « personne ne travaille ici. Les travaux ont démarré (construction de nouveaux immeubles, destruction prochaine de certains îlots), on ne nous fait aucune proposition d’emploi alors que nous habitons là ».

JPEG - 73.1 ko

« Un stade de foot c’est vital »

Le terrain de foot a été détruit dès le départ du chantier, pourtant « c’est vital dans les quartiers. Les jeunes de 12 à 18 ans n’ont rien ici, ils vont à la Citadelle pour jouer au foot ». Un point essentiel à l’image d’une concertation, jugée insuffisante. De nombreuses associations et de nouveaux services publics vivent dans le quartier, mais reproche Eddy, « nous n’avons connaissance d’aucune. Par exemple, je ne savais pas qu’il y avait une crèche ». Alors il a décidé de venir à la réunion du 13 janvier, espérant qu’un dialogue pourra s’instaurer.

Mohand, 46 ans habite aux Flamants depuis 1993. Il s’inquiète, « il y a beaucoup de retard, il va falloir reloger avec cette histoire d’amiante. Je suis disponible pour aller à cette réunion, j’irai pour défendre mes intérêts ».

De son côté, la présidente Fatima avoue « il n’y a plus d’aires de jeux pour les enfants. Avant les familles discutaient » devant les immeubles. « Il n’y a plus de place, les gens ne se rencontrent plus », le chantier a stoppé cette convivialité.

Le groupe de CSF poursuit son chemin en tentant de convaincre sur son passage les habitants d’exprimer leurs doutes, leurs inquiétudes et leur souhait d’être consultés par les pouvoirs publics sur ce projet de rénovation interminable.

Section CSF Les Flamants et Environs, Bâtiment 7, avenue Georges Braque, 13014 Marseille. Tél 06 14 64 30 48, e-mail csf.flamands@hotmail.fr Réunion publique mercredi 13 janvier 2010 à 20h au Pôle d’activité des Flamants

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard