Articles

Accueil > Actualités > Cent jours avec Obama, sans bourdes majeures et avec joie ?

 

Cent jours avec Obama, sans bourdes majeures et avec joie ?

20 mai 2009 - Dernier ajout 22 mai 2009

Aujourd’hui, cela fait exactement quatre mois que le 44e président des Etats-Unis a pris ses fonctions. Pour dresser un premier bilan, après le franchissement mi-avril du cap symbolique des cent jours passés au pouvoir, les Democrats Abroad de Marseille organisaient lundi à la Bo[a]te une conférence réunissant des spécialistes et observateurs de la politique états-unienne. Compte-rendu.


 

Pour l’Américaine Pamela King, qui représente les démocrates de l’étranger à Marseille, il était nécessaire de « faire le point », alors qu’il y a quelques jours le stade symbolique des cent jours passés par Barack Obama à la Maison Blanche était franchi. Car son élection en novembre dernier, avant sa prise de pouvoir le 20 janvier, avait suscité « beaucoup d’espoirs, beaucoup d’attentes aussi ». Barack Obama devait faire face à « de nombreux challenges ». A-t-il relevé les principaux défis – économiques, politiques, sociétaux – qui se dressaient devant lui, menaçant d’entrée de plomber sa cote de popularité ? C’est donc en forme de bilan que les Democrats Abroad installés dans la cité phocéenne ont décidé d’organiser une conférence, lundi 18 mai à la Bo[a]te, pour vérifier qu’Obama est « sur les bons rails et s’il tient ses promesses ».

JPEG - 25.2 ko
Pamela King, présidente des Democrats Abroad de Marseille.

Invités pour tenir table ronde devant une soixantaine de personnes, en majorité des nord-américains installés dans la ville : Yahia Zoubir, enseignant-chercheur en relations internationales et géopolitique à Euromed, Peter Gillespie communicant fondateur de l’agence GNM Conseil et Bill Hincheberger, journaliste et directeur de la communication et des relations extérieures du World Water Council. Tous entretiennent un lien plus ou moins étroit avec les Etats-Unis et ont un attachement plus ou moins fort avec la Provence ; tous se révèlent de fins observateurs de la politique intérieure et étrangère de leur pays d’origine.

A l’intérieur…

En guise d’introduction, Yahia Zoubir – qui a vécu une quinzaine d’années à Washington et rentre tout juste d’un séjour en Afrique du Nord – balaye panoramiquement l’action naissante de Barack Obama. « Quand il s’agit de prendre des décisions graves, il les prend, et les prend bien », assure le directeur de recherches : retrait de toutes les troupes américaines d’Irak d’ici fin 2011, décret annonçant la fermeture prochaine de Guantanamo, technique du waterboarding (employée pour faire parler des suspects, elle consiste à simuler la noyade) qualifiée de torture, limitation des primes reversées aux salariés d’entreprises ayant bénéficié d’aides de l’Etat fédéral,… Le président « veut être un vrai leader, dit ce qui va être fait et ne laisse pas ses opposants l’affaiblir ». Les deux autres débatteurs rejoignent Yahia Zoubir dans son constat. « Obama est le premier président depuis longtemps, à avoir une vraie vision pour les Etats-Unis », lance Peter Gillespie.
Celui qui, à 57 printemps, a vécu trente et un ans à l’étranger (dont quatorze en France) et se définit comme « internationaliste », porte un regard plutôt bienveillant sur les initiatives présidentielles menées tambour battant depuis le début de l’année. Conscient que l’élu l’a été avec « une faible marge de manœuvre », héritant « d’un pays en guerre, d’un pays en crise, d’un pays méfiant envers le pouvoir politique », il trouve qu’Obama s’en tire plutôt bien, en tentant de relancer la machine économique avant qu’elle ne se grippe tout à fait, en énonçant sa volonté de réforme de « la politique énergétique, de la santé, et de l’éducation nationale ».
Bill Hincheberger, tout droit arrivé de Turquie où avait lieu il y a peu le 5e World Water Forum, insiste sur volet « Développement durable ». Bien que Barack Obama ne se soit pas rendu à la réunion d’Istanbul, comme il en avait été un temps question, il semble accorder un vif intérêt au problème. Quelle surprise, lorsque lors de son intronisation il « prononce les mots ‘eau’ et ’environnement’ » ! Aucun dirigeant américain n’avait osé avant lui. Tant et si bien qu’« une dame a sauté de son siège » en entendant cela.

… comme à l’extérieur

Autant de décisions ou de prises de position qui sembleraient expliquer que de « 17 % au moment de l’élection, les Américains sont désormais 48 % à penser que les Etats-Unis peuvent s’en sortir », avance Peter Gillespie. Bon, la moyenne n’est pas atteinte, mais on constate tout de même un léger mieux.
En politique étrangère, Obama et son équipe paraissent également avoir convaincu les orateurs. Du soutien au Pakistan en passant par la « main tendue » aux régimes cubain de Castro et vénézuélien de Chavez et l’ouverture pressentie d’un dialogue avec l’Iran, le président de la première puissance mondiale « sait faire preuve de réalisme, comme avec les Chinois par exemple », se contente d’admirer Yahia Zoubir. « Serrer la main d’Hugo Chavez c’est une chose, serrer celle de Mahmoud Ahmadinejad en est une autre », s’insurgerait presque une auditrice. Le professeur répond simplement : « on ne négocie pas avec ses amis, mais avec ses ennemis ». Puis ajoute « même l’Iran a fait un pas, en libérant la journaliste Roxane Saberi [de nationalité américaine et iranienne, la jeune femme était emprisonnée à Téhéran après un procès expéditif pour espionnage, ndlr] ».
Contrairement à ses prédécesseurs, c’est « sans arrogance ni agressivité » qu’Obama semble verser dans le dialogue. Il n’en est néanmoins « pas mou », prenant « en considération la question du terrorisme » avec sérieux.

JPEG - 20.3 ko
(De g. à d.) Les trois débatteurs Bill Hincheberger, Yahia Zoubir et Peter Gillespie, fins connaisseurs de la vie politique américaine.

Encore un peu et l’on verra Obama embrasser Medvedev (ou Poutine…) sur la bouche, comme en leur temps Nixon et Brejnev, souvenir que Yahia Zoubir conserve précieusement en affichant ostensiblement la photo du bisou dans son bureau. Début avril, le premier a somme toute obtenu du second la reprise du dialogue sur le désarmement stratégique.
Seul un Canadien de passage à Marseille s’inquiète. Le jeune homme s’enquiert de l’évolution des relations commerciales qu’entretiennent Etats-Unis et pays à la feuille d’érable. Habituellement privilégiées, via un accord de libre échange, ces dernières souffrent manifestement de la crise financière, et d’un retour – même discret – du protectionnisme à l’américaine.

Un bilan positif, mais des consensus qui tiédissent son action

Globalement, l’élection de Barack Obama à la présidence des Etats-Unis a incontestablement fait souffler un vent de patriotisme sur les Américains de l’étranger, qui avaient parfois un peu honte de leur appartenance à une nation passablement abhorrée de par le monde. « Lorsque l’on me demande d’où je viens, je ne dis plus que je suis Californien comme avant, mais Américain », plaisante fièrement Bill Hincheberger.
Dans cette réunion d’indéfectibles démocrates, et après deux mandats Bush, pouvait-on s’attendre à la moindre critique ? Le bât blesse bien encore sur de nombreux sujets : la densité de la population carcérale (composée majoritairement de Noirs Américains), l’épineuse question du port d’arme, l’Afghanistan, l’affaire de l’interdiction de la diffusion des images d’exactions commises par des soldats américains,... En outre, « tant que les deux chambres législatives ne se pencheront pas sur une réforme électorale, nous auront toujours le problème du lobbying, des intérêts financiers et industriels qui interfèrent avec les décisions politiques », se désole Peter Gillespie. De même qu’« en injectant autant de liquidités, on risque de recréer la bulle financière, plutôt que la crever », ce qui peut s’avérer sur le long terme contre-productif économiquement.
Mais en définitive, sur une note musicale teintée de gospel signée Marion Canessa, l’opinion reste favorable à l’action entreprise par Obama : « je pense que ce qu’il fait est très positif, résume Pamela King. Même si certains d’entre nous sont un peu frustrés, parce que l’on aimerait qu’il aille encore plus vite, il ne faut pas oublier que c’est un politicien. C’est donc normal qu’il compose avec tout le monde. Quand il hésite, par exemple par rapport à Guantanamo, c’est parce qu’il pense aux autres composantes du pays, ce qui explique sa modération ».
Pour conclure, Bill Hincheberger reprend l’analyse formulée par Barak Obama himself à l’issue des trois premiers mois de sa présidence : « les cent premiers jours se sont tellement bien passés que les cent prochains vont se terminer en soixante-douze jours. Et le soixante-treizième, je prendrai un peu de congés ».

 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard