Articles

Accueil > Actualités > Cent jours avec Obama, sans bourdes majeures et avec joie ?

 

Cent jours avec Obama, sans bourdes majeures et avec joie ?

20 mai 2009 - Dernier ajout 22 mai 2009

Aujourd’hui, cela fait exactement quatre mois que le 44e président des Etats-Unis a pris ses fonctions. Pour dresser un premier bilan, après le franchissement mi-avril du cap symbolique des cent jours passés au pouvoir, les Democrats Abroad de Marseille organisaient lundi à la Bo[a]te une conférence réunissant des spécialistes et observateurs de la politique états-unienne. Compte-rendu.


 

Pour l’Américaine Pamela King, qui représente les démocrates de l’étranger à Marseille, il était nécessaire de « faire le point », alors qu’il y a quelques jours le stade symbolique des cent jours passés par Barack Obama à la Maison Blanche était franchi. Car son élection en novembre dernier, avant sa prise de pouvoir le 20 janvier, avait suscité « beaucoup d’espoirs, beaucoup d’attentes aussi ». Barack Obama devait faire face à « de nombreux challenges ». A-t-il relevé les principaux défis – économiques, politiques, sociétaux – qui se dressaient devant lui, menaçant d’entrée de plomber sa cote de popularité ? C’est donc en forme de bilan que les Democrats Abroad installés dans la cité phocéenne ont décidé d’organiser une conférence, lundi 18 mai à la Bo[a]te, pour vérifier qu’Obama est « sur les bons rails et s’il tient ses promesses ».

JPEG - 25.2 ko
Pamela King, présidente des Democrats Abroad de Marseille.

Invités pour tenir table ronde devant une soixantaine de personnes, en majorité des nord-américains installés dans la ville : Yahia Zoubir, enseignant-chercheur en relations internationales et géopolitique à Euromed, Peter Gillespie communicant fondateur de l’agence GNM Conseil et Bill Hincheberger, journaliste et directeur de la communication et des relations extérieures du World Water Council. Tous entretiennent un lien plus ou moins étroit avec les Etats-Unis et ont un attachement plus ou moins fort avec la Provence ; tous se révèlent de fins observateurs de la politique intérieure et étrangère de leur pays d’origine.

A l’intérieur…

En guise d’introduction, Yahia Zoubir – qui a vécu une quinzaine d’années à Washington et rentre tout juste d’un séjour en Afrique du Nord – balaye panoramiquement l’action naissante de Barack Obama. « Quand il s’agit de prendre des décisions graves, il les prend, et les prend bien », assure le directeur de recherches : retrait de toutes les troupes américaines d’Irak d’ici fin 2011, décret annonçant la fermeture prochaine de Guantanamo, technique du waterboarding (employée pour faire parler des suspects, elle consiste à simuler la noyade) qualifiée de torture, limitation des primes reversées aux salariés d’entreprises ayant bénéficié d’aides de l’Etat fédéral,… Le président « veut être un vrai leader, dit ce qui va être fait et ne laisse pas ses opposants l’affaiblir ». Les deux autres débatteurs rejoignent Yahia Zoubir dans son constat. « Obama est le premier président depuis longtemps, à avoir une vraie vision pour les Etats-Unis », lance Peter Gillespie.
Celui qui, à 57 printemps, a vécu trente et un ans à l’étranger (dont quatorze en France) et se définit comme « internationaliste », porte un regard plutôt bienveillant sur les initiatives présidentielles menées tambour battant depuis le début de l’année. Conscient que l’élu l’a été avec « une faible marge de manœuvre », héritant « d’un pays en guerre, d’un pays en crise, d’un pays méfiant envers le pouvoir politique », il trouve qu’Obama s’en tire plutôt bien, en tentant de relancer la machine économique avant qu’elle ne se grippe tout à fait, en énonçant sa volonté de réforme de « la politique énergétique, de la santé, et de l’éducation nationale ».
Bill Hincheberger, tout droit arrivé de Turquie où avait lieu il y a peu le 5e World Water Forum, insiste sur volet « Développement durable ». Bien que Barack Obama ne se soit pas rendu à la réunion d’Istanbul, comme il en avait été un temps question, il semble accorder un vif intérêt au problème. Quelle surprise, lorsque lors de son intronisation il « prononce les mots ‘eau’ et ’environnement’ » ! Aucun dirigeant américain n’avait osé avant lui. Tant et si bien qu’« une dame a sauté de son siège » en entendant cela.

… comme à l’extérieur

Autant de décisions ou de prises de position qui sembleraient expliquer que de « 17 % au moment de l’élection, les Américains sont désormais 48 % à penser que les Etats-Unis peuvent s’en sortir », avance Peter Gillespie. Bon, la moyenne n’est pas atteinte, mais on constate tout de même un léger mieux.
En politique étrangère, Obama et son équipe paraissent également avoir convaincu les orateurs. Du soutien au Pakistan en passant par la « main tendue » aux régimes cubain de Castro et vénézuélien de Chavez et l’ouverture pressentie d’un dialogue avec l’Iran, le président de la première puissance mondiale « sait faire preuve de réalisme, comme avec les Chinois par exemple », se contente d’admirer Yahia Zoubir. « Serrer la main d’Hugo Chavez c’est une chose, serrer celle de Mahmoud Ahmadinejad en est une autre », s’insurgerait presque une auditrice. Le professeur répond simplement : « on ne négocie pas avec ses amis, mais avec ses ennemis ». Puis ajoute « même l’Iran a fait un pas, en libérant la journaliste Roxane Saberi [de nationalité américaine et iranienne, la jeune femme était emprisonnée à Téhéran après un procès expéditif pour espionnage, ndlr] ».
Contrairement à ses prédécesseurs, c’est « sans arrogance ni agressivité » qu’Obama semble verser dans le dialogue. Il n’en est néanmoins « pas mou », prenant « en considération la question du terrorisme » avec sérieux.

JPEG - 20.3 ko
(De g. à d.) Les trois débatteurs Bill Hincheberger, Yahia Zoubir et Peter Gillespie, fins connaisseurs de la vie politique américaine.

Encore un peu et l’on verra Obama embrasser Medvedev (ou Poutine…) sur la bouche, comme en leur temps Nixon et Brejnev, souvenir que Yahia Zoubir conserve précieusement en affichant ostensiblement la photo du bisou dans son bureau. Début avril, le premier a somme toute obtenu du second la reprise du dialogue sur le désarmement stratégique.
Seul un Canadien de passage à Marseille s’inquiète. Le jeune homme s’enquiert de l’évolution des relations commerciales qu’entretiennent Etats-Unis et pays à la feuille d’érable. Habituellement privilégiées, via un accord de libre échange, ces dernières souffrent manifestement de la crise financière, et d’un retour – même discret – du protectionnisme à l’américaine.

Un bilan positif, mais des consensus qui tiédissent son action

Globalement, l’élection de Barack Obama à la présidence des Etats-Unis a incontestablement fait souffler un vent de patriotisme sur les Américains de l’étranger, qui avaient parfois un peu honte de leur appartenance à une nation passablement abhorrée de par le monde. « Lorsque l’on me demande d’où je viens, je ne dis plus que je suis Californien comme avant, mais Américain », plaisante fièrement Bill Hincheberger.
Dans cette réunion d’indéfectibles démocrates, et après deux mandats Bush, pouvait-on s’attendre à la moindre critique ? Le bât blesse bien encore sur de nombreux sujets : la densité de la population carcérale (composée majoritairement de Noirs Américains), l’épineuse question du port d’arme, l’Afghanistan, l’affaire de l’interdiction de la diffusion des images d’exactions commises par des soldats américains,... En outre, « tant que les deux chambres législatives ne se pencheront pas sur une réforme électorale, nous auront toujours le problème du lobbying, des intérêts financiers et industriels qui interfèrent avec les décisions politiques », se désole Peter Gillespie. De même qu’« en injectant autant de liquidités, on risque de recréer la bulle financière, plutôt que la crever », ce qui peut s’avérer sur le long terme contre-productif économiquement.
Mais en définitive, sur une note musicale teintée de gospel signée Marion Canessa, l’opinion reste favorable à l’action entreprise par Obama : « je pense que ce qu’il fait est très positif, résume Pamela King. Même si certains d’entre nous sont un peu frustrés, parce que l’on aimerait qu’il aille encore plus vite, il ne faut pas oublier que c’est un politicien. C’est donc normal qu’il compose avec tout le monde. Quand il hésite, par exemple par rapport à Guantanamo, c’est parce qu’il pense aux autres composantes du pays, ce qui explique sa modération ».
Pour conclure, Bill Hincheberger reprend l’analyse formulée par Barak Obama himself à l’issue des trois premiers mois de sa présidence : « les cent premiers jours se sont tellement bien passés que les cent prochains vont se terminer en soixante-douze jours. Et le soixante-treizième, je prendrai un peu de congés ».

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 8 août

     

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, 9 août

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, prévu pour mercredi 9 Août à 18h. Les défenseurs de l’Histoire et du Patrimoine de Marseille appellent à se rassembler devant les vestiges de la Corderie à Marseille. Démontrant être toujours aussi mobilisés pour la sauvegarde totale des vestiges, la poursuite des fouilles et l’abandon définitive du projet d’immeuble. Interview dans le journal de France Culture du vendredi 4 août 2017 à Alain Nicolas était Conservateur en chef des Musées Nationaux de France, créateur du Musée d’Histoire de Marseille. docteur en archéologie. (...)

     

  • 8 août

     

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis "La cour d’appel d’Aix-en-Provence a condamné le militant Cédric Herrou, mardi 8 août, à quatre mois de prison avec sursis. L’agriculteur de Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes), visage de la solidarité et de l’aide apportée aux migrants qui traversent la frontière italienne par la vallée de la Roya, est plus sévèrement sanctionné qu’en première instance." En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2017/08/08/poursuivi-pour-aide-a-l-immigration-clandestine-cedric-herrou-attend-son-jugement-en-appel_5169880_1654200.html#dw62oCLAdEcDgVtS.99 En savoir plus sur (...)

     

  • 2 août

     

    3 août, Rassemblement sur site archéologique Corderie contre Vinci

    Suite au début de travaux entrepris ce matin par Vinci sur le site archéologique de La Coderie, qui doit être classé par Madame Nyssen ministre de Culture, demain jeudi 3 aout 2017 à 18h, un rassemblement devant le site archéologique au bd de la Corderie à Marseille est organisé par le CIQ St Victor, association " Laisse béton" et les marseillais.

     

  • 2 août

     

    Soutien à Cédric Herrou, Cour d’appel d’Aix le 8 Août

    Soutien à Cédric Herrou la Ligue des Droits de l’Homme Aix auquel s’associe Attac, appelle au soutien à Cédric Herrou. Le mardi 8 août à 08H00 : Rassemblement devant la cour d’appel à Aix-en-Provence, 20 Place Verdun. Pour avoir pris en charge des migrants sur le sol italien et les avoir aidés à transiter en sécurité vers la France. Cédric Herrou avait été condamné en février dernier à 3000 € d’amende avec sursis ; en appel, le 19 juin dernier, le procureur a requis 8 mois de prison avec sursis. L’arrêt de la Cour sera rendu le 8 août. NOUVEAU FILM : FESTIVAL DU DROIT D’ASILE DE CANNES par le Collectif Roya Solidaire : (...)

     

  • 1er août

     

    Calais : le conseil d’Etat oblige l’Etat à installer points d’eau et sanitaire pour les migrants

    Le rapporteur du Conseil d’Etat a recommandé vendredi de contraindre l’Etat à installer des points d’eau et des sanitaires à Calais pour les centaines d’exilés présents dans la ville. Depuis plusieurs semaines, un bras de fer oppose d’un côté les associations d’aide aux migrants, et de l’autre le ministère de l’Intérieur et la ville de Calais. La décision du Conseil d’Etat est attendue très prochainement. Elle devrait suivre les recommandations de son rapporteur http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/07/31/migrants-le-conseil-d-etat-demande-au-gouvernement-d-installer-des-points-d-eau-et-des-sanitaires-a-calais_5166938_3224.html

     

  • 11 mai

     

    Patrick Mennucci : "Mélenchon a choisi l’affrontement, il va l’avoir"

    Au micro de BFMTV ce mercredi, Patrick Mennucci a réagi à l’annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon dans sa circonscription de Marseille pour les législatives. "C’est la cinquième fois qu’il change de lieu de vote, on va devoir discuter de tout ça, en même temps qu’il nous explique ce qu’il connaît du centre-ville de Marseille, à paris le Vieux-Port un jour de soleil et de meeting". Et dans un communiqué, Patrick Ménucchi critique ce parachutage parisien : "Jean-Luc Melenchon a fait le choix d’être candidat à Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, circonscription dont je suis le député sortant et candidat pour un second mandat. C’est une clarification. Il clarifie la (...)

     

  • 10 mai

     

    Benoît Hamon lancera son propre mouvement transpartisan le 1er juillet

    Benoît Hamon, candidat socialiste à l’élection présidentielle, a annoncé mercredi 10 mai, sur France Inter, vouloir lancer, le 1er juillet 2017, son propre mouvement, transpartisan. "Le 1er juillet, je lancerai un mouvement, large, qui s’adressera aux hommes et aux femmes de gauche, citoyens, a-t-il déclaré, pour être en situation de se retrouver, de penser les suites que nous pouvons donner à ce travail que nous avons commencé lors de la campagne présidentielle, un travail sur ces idées nouvelles". Ce mouvement n’a pas encore de nom, a-t-il (...)

     

  • 10 mai

     

    Législatives : Jean-Luc Mélenchon candidat à Marseille face au PS sortant Patrick Mennucci

    "Le chef de file de La France insoumise a informé ses adhérents de son choix. Il confirmera sa décision lors de sa visite à Marseille jeudi 11 mai. Jean-Luc Mélenchon devrait être candidat aux législatives à Marseille dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. Le chef de file de La France insoumise, qui, mercredi 10 mai au matin sur l’antenne de RMC-BFM-TV, a estimé qu’il serait « probablement » candidat à Marseille, a confirmé son choix dans la journée dans une lettre adressée aux « insoumises et insoumis » marseillais, que Le Monde a pu consulter". En savoir plus sur (...)

     

  • 10 mai

     

    Anne Hidalgo, Christiane Taubira et Martine Aubry lancent un mouvement politique, "Dès demain"

    Ils s’adressent à "tous les humanistes qui croient encore en l’action". Des figures politiques comme les maires PS de Paris et Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, et l’ex-ministre de la justice Christiane Taubira, ainsi que des intellectuels et des artistes, parmi lesquels Yann Arthus-Bertrand ou Jacques Higelin, cosignent une tribune publiée dans Le Monde, mercredi 10 mai. Ils y annoncent le lancement d’un mouvement politique baptisé Dès demain." http://www.francetvinfo.fr/politique/anne-hidalgo-christiane-taubira-et-martine-aubry-lancent-un-mouvement-politique-des-demain_2184369.html#xtor=CS1-746

     

  • 5 mai

     

    CONSOLAT VS US BOULOGNE : L’affiche du prochain match à domicile ce samedi 6 mai à 15h

    Contacté par Rachid Tigilt, un des fervent supporter du GS CONSOLAT nous relayons volontiers l’affiche du prochain match contre l’US Boulogne. En effet, encore une fois le club Marseillais évoluant en National fait une remarquable saison : il est 6ème à 7 point du leader ! Aussi pour saluer encore une fois les exploits du staff et de l’équipe du président Mingalon nous vous informons qu’il s’agit de l’avant-dernier match de la saison à domicile ( Stade La Martine) se jouera ce samedi, à 15h, Venez nombreux ! et hou ha allez Consolat (...)

     

Articles récents

Articles au hasard