Articles

Accueil > Agenda > Ce festival de théâtre Les Informelles a du sens

 

Ce festival de théâtre Les Informelles a du sens

15 septembre 2009

L’Ecole de la Deuxième Chance, blottie dans les quartiers Nord est de nouveau le théâtre du 11e festival Les Informelles, imaginé par le Théâtre des Bernardines. Deux ateliers avec les stagiaires de l’école, neuf spectacles, du cinéma en plein air rythmeront l’événement des 18 et 19 septembre. Au-delà, l’essentiel réside dans la démarche impulsée : résidence des artistes, le travail de fond que veut initier l’équipe des Bernardines.


 

Cette 2e version à l’Ecole de la Deuxième Chance sera très animée « avec cette possibilité de s’enrichir de notre expérience de 2008. On s’enrichit aussi de l’espace et plus largement, en terme d’installation, ce sera plus peaufiné » s’enthousiasme Mireille Guerre, directrice des Informelles, par ailleurs co-directrice du Théâtre des Bernardines. Alain Fourneau, directeur du théâtre renchérit « un élan est là, un mouvement peut et doit se créer. Les Informelles c’est retrouver du mouvement, ce terrain de la production avec une école ». Tous deux sont persuadés que « les grands gagnants sont les artistes ». Depuis le 10 septembre, ils sont en résidence sur le site de l’école. Artistes et techniciens investissent les lieux : salles de classe, la grande rue intérieure, amphithéâtre, coursives, restaurant,…

JPEG - 27.6 ko
Mireille Guerre et Alain Fourneau, responsables du Théâtre des Bernardines

« Le quotidien de l’école est précieux »

« Je tiens à cette résidence car l’école est complètement présente. La résidence contribue à cette cohabitation. Le quotidien de l’école nous est précieux. On est dans un dépassement de soi. On travaille sur un sujet mais on peut être contrarié par l’environnement (la vie active de l’établissement). Mais c’est infiniment précieux » cette collaboration, confie, passionnée, Mireille Guerre. Il est important que le public le plus éloigné de la pratique du spectacle vivant soit confronté à ces instants déconcertants. La plateforme expérimentale des Informelles peut devenir un repère sensible, partagé avec les stagiaires de l’Ecole de la 2e chance. « Les Informelles permettent à l’école de se désenclaver. Le chemin de la connaissance mutuelle a déjà commencé. Les stagiaires ont beaucoup de respect sur nos espaces (scéniques) de travail » remarque Alain Fourneau. « 2013 est notre échéance. Car on se doit de faire grandir ce mouvement d’accompagnement et d’écoute dans cette école. Elle a besoin d’une respiration plus ample » poursuit-il.
D’autant plus que le nerf de la guerre se fait moins ressentir, « la mairie nous a rétabli notre subvention. On se remet sur les rails et c’est très bien », souligne Mireille Guerre. En revanche, elle déplore que la Ville « ait refusé cette année des financements pour entreprendre et mettre en place des ateliers et la résidence ».

Une éducation artistique

Pour les responsables de l’établissement, le souhait est très palpable de « faciliter l’accès des jeunes aux Informelles ». Marc Sardo, directeur logistique et technique de l’Ecole de la 2e Chance se dit convaincu que « les Informelles dépassent tous ces clivages, toutes ces frontières. Les portes de ce festival sont entrouvertes comme un parc de jeux. C’est la culture qui s’habille de façon simple ». Lionel Urdy, directeur général rejoint ses propos, «  nous avons la volonté de faire le contraire que de la réduction d’espaces. C’est-à-dire, ouvrir sur l’extérieur », privilégier les relations humaines. « Je crois qu’il faut aller bien au-delà des Informelles », précise-t-il. L’événement des Bernardines « c’est rentrer dans la boîte noire de l’expression et de la création artistique, être là où tout se joue et s’exprime. C’est d’abord l’exceptionnel mis à la portée du « commun » ».
Alors se pose la question majeure de l’éducation artistique, qui anime l’équipe des Bernardines et notamment Mireille Guerre. D’ailleurs pendant les 12 jours de résidence, douze stagiaires seront acteurs de la démarche culturelle en s’impliquant à travers deux ateliers. « Jouer l’image » sera sous la conduite de Michel Jacquelin et Odile Darbelley. Le second est un atelier technique, mené en partenariat avec la Régie Culturelle Régionale.

JPEG - 19.7 ko
Bientôt, le festival de théâtre Les Informelles

Des temps de rencontre avec l’Ecole de la 2e Chance

Ce festival de théâtre en recherche s’articule autour de cinq propositions extérieures –créées par des théâtres à l’étranger ou parisiens- et quatre, réalisées par des équipes marseillaises. Neuf créations en chantier au total contre 17 en 2008 : la programmation a été considérablement réduite mais permet de doubler la durée de la résidence artistique pour « avoir des temps de rencontre avec le travail de l’école ». Ces 18 et 19 septembre, « la frustration majeure sera le désir de tout voir, le temps est très concentré. On essaiera de faciliter la circulation entre les spectacles » avec cette nouvelle édition. En marge du spectacle vivant, des séances de cinéma en plein air sont prévues. « Parade », film de Jacques Tati (1974) et « Vidéomappings : Aida, Palestine », grand prix de la compétition française au FID (festival international du documentaire) Marseille 2009 seront les intermèdes en images des Informelles.
Les Informelles, un trait d’union précieux dans la relation enrichissante qui se tisse entre l’Ecole de la Deuxième Chance et le Théâtre des Bernardines.

Renseignements/réservations : tél 04 91 24 30 48/40, mail lesinformelles@free.fr, site www.festival-les-informelles.org. Festival les Informelles/Théâtre des Bernardines, 17bd Garibaldi, 13001 Marseille.
International Informelles Festival a lieu à l’Ecole de la Deuxième Chance, 360 chemin de la Madrague Ville, Place des Abattoirs, 13015 Marseille, vendredi 18 et samedi 19 septembre dès 19h (même programme les deux soirs). Réservation conseillée. Horaires : début de la manifestation 19h, ouverture billetterie 18h, accueil du public jusqu’à 20h. Restauration sur place au Bistroquet (buvette).
Programme. Capital Confiance – Levée de fonds (Théâtre Performance Bruxelles), Ce que mes yeux ébaubis ont vu –Take your breath and think about Spinoza (Théâtre Bruxelles), Vente aux enchères (Danse Théâtre Art visuel Turin), Le moteur (Performance Lecture physique Marseille), Le gars – Fragments (Théâtre Musique Marseille), Anomalies et perspectives (Vidéo Théâtre Cie Les endimanchés Paris), No(s) illusion(s) (Théâtre Chant Cie Antilope&Pistil Paris, Lisbonne), Déviations marseillaises (Danse Performance Cie la Zouze Marseille, Porto), Motojuke-box (Installation Marseille).

 

par Myriam Mounier - Dans > Agenda



 

 

Autres articles Agenda

 

Brèves Agenda

  • 8 novembre

     

    La Palestine en Résistance, les 24 et 25 Nov. 2017 au Canopé Marseille 1er.

    C’est au 31 boulevard d’Athène, en bas des escaliers de la gare Saint-Charles, qu’auront lieu ces deux journées de réflexion, de connaissance et d’échanges en faveur de la Palestine, ce pays si injustement colonisé et martyrisé. Au menu, de copieux plats de "Résistance" vous seront servis. Et cela débutera vendredi 24 à 19 heurs avec la diffusion de l’excellent film de Maryse Gargour "La terre parle Arabe" un film d’histoire devenu historique et essentiel pour ceux qui veulent comprendre la tragédie de ce peuple. L’épuration ethnique que subissent les Palestiniens depuis des dizaines d’années ne sont pas sanctionné de façon coercitive par les nations unis, et les grande puissances. Pire, aujourd’hui des (...)

     

  • 8 novembre

     

    Financement participatif pour le film, Les Herbes Folles de Lucie Thierry, sur l’école bricabracs, une école créée par des parents à Marseille

    Le financement participatif du documentaire "Les Herbes Folles" de Lucie Thierry s’achève le 8 novembre. Ce documentaire suit l’aventure de la nouvelle école Bricabracs, dans les quartiers Nord de Marseille, école qui a été montée par des parents et un instituteur désireux de proposer à leurs enfants un autre système scolaire. Une aventure en constant mouvement et interrogation. « Raconter l’école, c’est raconter la société telle qu’elle est. Filmer l’école Bricabracs, c’est oser rêver à d’autres possibles », explique Lucie Thierry. La documentariste est également auteure du documentaire "Poussières de Femmes," diffusé sur la chaîne Arte qui relate le quotidien de trois femmes balayant les rues de (...)

     

  • 6 novembre

     

    Festival Les Instants Vidéo

    30e Festival Les Instants Vidéo Le Festival Les Instants Vidéo est une manifestation dédiée à l’art vidéo et la poésie électronique, sous toutes ses formes, monobandes, installations, performances, multimédias... "30 ans que nos désirs font désordre 30 ans que nous forçons les barrages culturels, sociaux et économiques 30 ans que nous dessinons avec les artistes des plans d’évasion 30 ans que nous tissons des réseaux de complicités internationales poétiques et politiques. Nous célébrons donc en 2017, 30 années d’agitations vidéo poélitiques intercontinentales en 30 événements sans frontières (Tunisie, Maroc, Palestine, Kirghizistan, Egypte, Argentine, Italie, France...) et de manière totalement (...)

     

  • 30 octobre

     

    L’Europe devient-elle fasciste ? "Mise en veille", la dernière création de la Compagnie Mémoires Vives

    La compagnie Mémoires Vives présente sa nouvelle création : MISE EN VEILLE. Le Jeudi 2 novembre 2017 à 20h00 et Vendredi 3 novembre 2017 à 14h30 et 20h00 Au Théâtre de l’Œuvre (1 rue Mission de France, 13001 Marseille) L’Europe devient-elle fasciste ? Elle qui s’était drapée des principes d’unité, de démocratie, de solidarité, d’harmonie et de paix entre les peuples… Elle qui, désincarnée, bafoue ces mêmes principes par des actes froids, technocratiquement pensés et exécutés…Dans quelle impasse est-elle en train de s’engouffrer ? Cette Europe qui devait se construire de nos rêves et qui finalement alimente nos peurs et se nourrit de nos cauchemars… Par des fragments de vie d’individus, ordonnés par la peur, (...)

     

  • 27 octobre

     

    Expo MUCEM : nous sommes foot

    En laissant entrer un ballon rond dans son enceinte, le Mucem rend hommage aux peuples et aux civilisations du football ainsi qu’aux pratiques culturelles et sociales qui l’accompagnent, en Méditerranée comme à Marseille. Défendue par son effectif de 300 œuvres, objets, photos et installations, « Nous sommes foot » met en jeu 11 séquences et, comme les règles sportives l’imposent, se visite en 90 minutes ! Mucem Nous sommes foot. Jusqu’au 4 fév 2018

     

  • 25 octobre

     

    Festival O.Q.P (Opération Quartiers Populaires)

    Festival O.Q.P (Opération Quartiers Populaires) Du 23 Octobre au 04 Novembre 2017, le Festival O.Q.P occupe le Théâtre de l’Œuvre, implanté en plein quartier de Belsunce, à la lisière de La Canebière et de Noailles… Les Lieux • C’est à partir du Théâtre de l’Œuvre, lieu passerelle participatif, endroit de rencontres et d’échanges artistiques, maison de théâtre ouverte sur son environnement et ses habitants que le Festival va essaimer sur d’autres lieux emblématiques du territoire… • Le Polygone Etoilé, nom du Cinéma International de Quartier, géré par le collectif Film Flamme au Quartier de la Joliette, une Maison d’Artistes au cœur du public où l’on rencontre un public sans quartier. • Le Cinéma Les (...)

     

  • 24 octobre

     

    Mercredi 25 octobre Journée Associative Crottes/Cabucelle à la rencontre des habitants chez Amazigh au marché aux puces

     

  • 17 octobre

     

    Festival Film Femmes Méditerranée

    Fictions / Documentaires / Courts métrages / Web séries / Débats / Leçon de cinéma / Expo photos ​ Si l’objectif premier reste prioritaire : la mise à l’honneur du cinéma des réalisatrices méditerranéennes, les Rencontres 2017 empruntent aussi résolument des pistes nouvelles. La jeunesse et l’énergie en sont les maîtres mots. Au cœur de la programmation, l’offre de découverte de jeunes talents issus de 20 pays de la Méditerranée et au-delà, récompensés souvent dans de prestigieux festivals. 40 films : longs et courts métrages, fictions et documentaires, des inédits, des avant-premières, échos de l’âpreté de notre époque, mais aussi porteurs d’espoir, de courage et d’humanité. Toujours à l’affiche, (...)

     

  • 28 septembre

     

    Week-en soutien aux réfugiés, Librairie La Réserve à Bulles

    A la librairie spécialisée dans la Bande dessinée, La Réserve à Bulles, auteurs-trices et illustrateurs-trices se mobilisent et proposent un weekend festif au profit de Osiris, association de soutien thérapeutique aux personnes exilées. Au programme : Vendredi 29 septembre à partir de 18h : Lancement du weekend par Reem Mansour, présidente de Osiris suivi de : Amour Paix et Révolution, un concert de Catherine Vincent et Mohamed Al Rashi. Un répertoire de chansons pop-rock en français, arabe et espagnol. À 19H Vente des originaux, sérigraphies et autres belles choses offerts par les auteurs et les illustrateurs. Petits prix de 10 à 100€ max. Samedi 30 septembre à partir de 10h : (...)

     

  • 28 septembre

     

    BD : L’homme au bras de fer de Thomas Azuelos et Simon Rochepeau

    « L’Homme aux bras de mer », de Thomas Azuélos et Simon Rochepeau, tente de comprendre l’un des Somaliens de l’« affaire Tanit », jugé en France en 2013. Ce récit de Simon Rochepeau et Thomas Azuelos constitue un documentaire original et inédit : la destinée singulière, racontée sans parti pris ni jugement, d’un jeune pêcheur somalien devenu pirate. Une histoire insolite et pourtant bien réelle qui rend aussi hommage à ceux qui accompagnent les étrangers arrivant en France, quelque soit leur parcours. Exposition des planches du 5 au 25 septembre. Dédicace du dessinateur marseillais,Thomas Azuelos, le 23 septembre dernier à la librairie, La Réserve à Bulles En savoir plus sur (...)

     

Articles récents

Articles au hasard