Articles

Accueil > Actualités > Carte scolaire : « ils veulent nous la faire à l’envers »

 

Carte scolaire : « ils veulent nous la faire à l’envers »

20 février 2009

Mercredi, l’inspecteur d’académie a tenu une conférence de presse, afin de vanter l’équilibre maintenu dans le département pour la rentrée prochaine, tant au niveau du nombre de classes - « 34 fermetures pour 34 ouvertures » - que du nombre d’enseignants. En dessous de ses fenêtres, une centaine de manifestants de divers horizons crient leur colère. Un peu plus tôt dans la journée, une délégation du Collectif pour sauver la maternelle de Mourepiane était reçue par l’adjointe au maire en charge de l’éducation…


 

Parents d’élèves, étudiants de l’IUFM, enseignants Rased… ils étaient plusieurs dizaines mercredi 18 février, à manifester au pied de l’immeuble qui abrite l’inspection d’académie d’Aix Marseille. Quelques étages au-dessus, Gérard Trève tient conférence. L’inspecteur d’académie explique à la presse les changements qui doivent intervenir à la rentrée prochaine. Selon lui, la carte scolaire ne connaîtra pas de grands bouleversements, puisque sur quelque 7 000 classes que compte le premier degré, seules « 34 fermetures, pour 34 ouvertures » sont annoncées. Sans compter la vingtaine de classes, dont on a la quasi-certitude qu’elles fermeront, mais qui ne sont classées pour l’instant que dans la catégorie « fermetures à surveiller ». Parmi les fermetures actées se trouvent une classe de la maternelle La Savine 2, une de l’école de La Bricarde, et pour ce qui est de l’élémentaire, une classe de l’école des Abeilles ou encore des Marronniers à St Tronc. Parmi les fermetures « à surveiller », il y a celle de la maternelle de Mourepiane et de ses deux uniques classes, dont nous vous parlions la semaine passée.

Les habitants du quartier et parents d’élèves constitués en un Collectif pour sauver la maternelle de Mourepiane étaient d’ailleurs reçus un peu plus tôt par l’adjointe au maire déléguée aux questions d’éducation, Danièle Casanova. Une délégation de quatre personnes a pu participer à une réunion, en présence de Christine Susini-Monges, de la direction générale de l’Education et de la Petite enfance. Mais au sortir de cette rencontre, c’est la déception qui domine : « nous avons l’impression d’avoir été reçus parce qu’il fallait nous recevoir, pour se donner bonne conscience, pour dire « vous voyez, nous vous écoutons ». Mais en réalité, Mme Casanova n’a pas eu une seule seconde l’intention de changer d’avis. Elle est restée campée sur ses positions », s’agace Hélène Ouznani-Graglia, du Collectif. Les arguments avancés par l’adjointe au maire sont soigneusement démontés un à un. Le fait qu’il n’y ait pas assez d’élèves ? « C’est en fait parce que la mairie ne prend pas en compte la vingtaine d’enfants de deux ans et demi scolarisés ». Que les classes de deux niveaux entraînent un redoublement d’office ? « Il n’y a qu’à regarder nos enfants, qui s’en sortent très bien par la suite, justement grâce à l’attention dont ils font l’objet dans cette petite structure ». Sur ce point d’ailleurs, les parents ripostent : « Danièle Casanova nous a assuré que si l’école de Mourepiane avait trois classes de niveaux différents, elle ne fermerait pas. Nous lui avons donc promis de trouver le nombre d’enfants nécessaire à l’ouverture d’une troisième classe. Cela l’a mise en rage. Elle nous a opposé qu’il fallait que tous les élèves viennent de Mourepiane, alors que le quartier fait parti du même périmètre que Saint-Henri et Saint-André. Elle nous a donc menacés de faire créer deux secteurs bien distincts, afin de nous empêcher de « recruter » ailleurs ». Bref l’impasse.

La délégation ressort amère de cette réunion infructueuse. « On veut nous la faire à l’envers » pestent ses membres. Puis elle se rend donc sous les fenêtres de l’inspection académique, rejoindre les nombreux autres mécontents. Ceux-là craignent plutôt pour leur emploi : l’ouverture de postes devrait être réduite de moitié pour les instits en devenir sortant des bancs de l’IUFM, tandis que les RASED (enseignants affectés aux élèves en difficulté) devraient également voir leur effectif fondre. Pourtant, Gérard Trève a certifié que le nombre de personnel serait égal et qu’« aucune perte d’enseignants » ne serait à déplorer, et ce malgré « une baisse constante du nombre d’élèves depuis 2006 ».
Ce qui n’a pas paru rassurer les manifestants, convaincus qu’il faut poursuivre le mouvement.

 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard