Articles

Accueil > Actualités > Cantonales : Front national, parti majoritaire... Pour Patrick Mennucci, « (...)

 

Cantonales : Front national, parti majoritaire... Pour Patrick Mennucci, « le PS doit se rénover »

23 mars 2011

Affaibli au sortir du premier tour des cantonales, le Parti Socialiste cherche un nouveau souffle. Le maire du premier secteur de Marseille Patrick Mennucci réagit à la claque infligée aux formations traditionnelles par le Front national, en analyse les causes, et en tire les conséquences. Interview.


 

JPEG - 95.9 ko

Dimanche dernier, le PS a enregistré un net recul au sortir du premier tour des cantonales, perdant notamment deux cantons, ceux du Camas et de Notre Dame du Mont. Entre abstention et affaires, quelles sont pour vous les principales explications de cette désaffection de l’électorat socialiste ?

Je pense clairement que le climat politico-médiatique a joué, dans ces deux cantons particulièrement. Car on constate que plus on se rapproche du centre-ville, plus on trouve un électorat qui est informé et qui a, disons, des volontés de moralisation. Ca n’a pas beaucoup joué contre Mme Carlotti, parce que dans le premier arrondissement je me suis beaucoup engagé dans la campagne, donc on a résisté. Dans les bureaux du premier arrondissement on est presque à 30 % donc c’est tout à fait cohérent. Par contre dans ces deux endroits où la mairie de secteur n’est pas socialiste - c’est soit M. Tian, soit M. Gilles -, la campagne a été très très violente et donc je pense que ça a eu un effet. Après il y a certainement d’autres choses, mais il y a une percussion à la fois des gens qui ont voté Front national pour des raisons nationales ou des raisons de mal vivre ou de rejet global de la politique. D’ailleurs, quand on regarde, on le voit : c’est plutôt la droite qui perd des voix, parce que le score de la gauche est au même niveau que ce qu’il était en 2004. Mais je penche quand même pour un rôle des affaires, dans cette situation.

Vous parlez de campagne violente, des faits précis vous ont été rapportés ?

Pour M. Zeitoun il y a certainement eu un problème qui était lié à un peu d’antisémitisme aussi, il a eu des croix gammées sur ses affiches. Et d’autres choses se sont mêlées. C’est le secteur où les verts sont le plus implantés. En réalité M. Zeitoun fait 20 %, M. Barles fait 19 %, donc il n’y a pas de baisse globale de la gauche. Simplement ça ne suffit pas pour arriver en seconde position compte tenu du faible taux de participation.

Comment expliquez-vous cette montée du Front national ?

Ecoutez, la montée du Front national elle est inscrite je crois dans la politique de Nicolas Sarkozy. Je pense qu’on a d’une part comme dans tout le pays un rejet de la différentiation entre le discours sur la politique sécuritaire et la réalité. Et la réalité, c’est que cette politique sécuritaire n’est pas bonne, parce qu’il y a de moins en moins de policiers et de l’autre côté un discours qui est toujours plus militarisé. Je crois qu’il y a là une insatisfaction des gens. N’oublions pas que Nicolas Sarkozy a été élu président de la république sur la base de ce discours. Il est évident que la sanction vient aussi sur la base de ce discours. Ensuite n’oublions pas que Marseille est une ville en difficulté : nous avons 14 % de chômeurs, c’est à dire 5 points de plus que dans le pays ; nous avons 250 000 personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté ; il n’y a que 50 % des gens qui payent l’impôt ; nous avons le taux de déscolarisation le plus fort ; le taux d’agressions violente notamment dans le centre ville qui ont augmenté de 30 % l’année dernière. Il y a un climat qui est délétère et qui est propice au Front national.

Le 5 avril prochain va s’ouvrir le débat sur la laïcité et sur la place de l’Islam en France, pensez-vous que ce type d’initiatives a pu contribuer à un report de voix vers le FN ?

Je pense que tout ce qui conduit à dresser les Français les uns contre les autres en fonction de leurs origines, de leur religion, de leurs croyances, ne profite qu’au Front national. Ce qui profite aux partis démocratiques, c’est une France apaisée. Une France à feu et à sang, ça profite à Mme Le Pen et à son père.

Quid des déclarations du parti présidentiel, qui appelle ses électeurs à s’abstenir, tandis qu’au PS, il a été clairement dit qu’il fallait faire barrage au Front national, quitte à voter UMP ?

Je ne peux analyser ça que comme la volonté de dirigeants de l’UMP, certainement pas tous mais d’un certain nombre de dirigeants de l’UMP, de chercher une restructuration de la vie politique avec une alliance à terme avec le Front national. Si ce n’est avant, après l’élection présidentielle. Ils sont en train de donner quelques signes au Front national. Si demain il y a des élus frontistes, et singulièrement à Marseille, au Conseil général, il est clair que nous le devrons à l’abstention dues au dirigeants de l’UMP qui n’appellent pas leurs électeurs, comme ils le faisaient traditionnellement, à s’opposer. On a l’impression qu’on découvre l’eau chaude, mais on est quand même habitués. En 1988, à Marseille, aux élections législatives, le Front national s’est désisté pour les candidats de l’UMP et des candidats UMP, notamment Jean Roatta, s’est désisté pour des candidats du Front national. En 86, M. Gaudin avait fait l’accord avec le FN pour gérer la région. Donc on est assez habitués, même si eux ne veulent plus s’en rappeler parce que ça leur pose des problèmes.

Localement, vous appelez très clairement à voter contre le Front national ?

J’appelle formellement à voter pour les candidats de droite et du parti socialiste qui sont en piste contre le Front national. J’appelle à voter pour Didier Réault, j’appelle à voter pour Garnier, pour Rey, pour Denis Rossi, pour Carlotti, pour Pezet, pour Olmetta, etc. Voilà, il faut être clair. On ne va pas tourner autour du pot.

A Marseille, deux cantons sont en ballotage très défavorables au PS, où les candidats du Front national sont passés devant les candidats socialistes. Comment envisagez-vous là-bas le second tour ?

Je ne suis ni Mme Soleil ni Mme Irma ! Franchement je ne sais pas. Si on était il y a dix ans, je dirais que je n’ai pas d’inquiétude pour que le candidat socialiste soit élu, parce que les réactions de front républicain auraient fonctionné correctement. Aujourd’hui je n’en sais rien. Parce que je vois bien une porosité entre le Front national et l’UMP. Je vois un espèce de salmigondis incompréhensible de positions des dirigeants de l’UMP, au plus haut niveau de l’Etat. Il y a une crise de régime qui est claire quand le Président de la république et le Premier Ministre ne disent pas la même chose. Et ensuite nous avons cette position particulière à Marseille qui est le refus d’Europe Ecologie Les Verts de soutenir les candidats socialistes. Donc tout ça m’inquiète. Et j’espère que les électeurs sauront faire la part des choses.

Avez-vous rencontré les autres forces de gauche en vue d’un accord ?

Il y a eu une rencontre avec le Front de gauche, qui s’est très bien passée. Il n’y a pas eu de rencontre avec Europe Ecologie.

Quelle en est la cause ?

Vous savez très bien que la demande qu’ils font c’est que M. Guérini ne soit pas candidat à la présidence du Conseil général. Donc il n’y a pas eu de discussion.

Est-ce qu’à la veille de Marseille Provence 2013 cette poussée du Front national ne risque pas de contribuer à donner une mauvaise image de la ville ?

Vous savez, la mauvaise image de la ville ça fait longtemps qu’elle existe. Si MP 2013 est là c’est justement parce que la ville est en difficulté, c’est pour ça qu’on nous l’a donné. Et je crois que ça n’étonnera personne. Il ne faut pas tout mêler. Marseille Provence 2013 n’est pas lié au score du Front national, dans une élection cantonale, qui ne concerne que la moitié des électeurs, et où il n’y a qu’un tiers des votants qui s’est exprimé. On est encore loin du compte pour le Front national, heureusement. Mais c’est un avertissement.

Quels enseignements, quelles conséquences le Parti socialiste doit tirer de ce premier tour des cantonales ?

Je tirerais des conséquences définitives dimanche prochain. Mais il y a une chose qui est claire, c’est que le Parti socialiste doit se rénover. Le PS marseillais, je dis marseillais parce que ça concerne assez peu les Bouches-du-Rhône, doit se conformer aux règles, fonctionner normalement, et doit donner une image positive et si possible d’intégrité.

Par quoi passe cette rénovation, quels leviers peuvent être actionnés ?

D’abord il doit y avoir le respect des statuts du Parti socialiste. M. Guérini est de nouveau candidat à son poste de président du Conseil général : je crois qu’il doit profiter de cette occasion pour indiquer qu’il se conforme aux statuts et qu’il démissionne de la Fédération. Je pense que c’est un premier geste.

 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard