Articles

Accueil > Actualités > Campagne en France, la France en campagne

 

Campagne en France, la France en campagne

7 mars 2012 - Dernier ajout 11 mars 2012

Lundi dernier s’est tenu le salon de l’agriculture à Paris, devenant ainsi, à trois mois de la présidentielle, la grande étape incontournable de la campagne électorale. Tous s’y pressent et gesticulent au nom de la ruralité de la France et de ses valeurs paysannes. Hélas, jusqu’à présent la majorité des candidats, plus occupés par les voix que par le fond du problème, sont passés allégrement à côté d’un rouage majeur de notre société. Cruelle et cruciale, la mort du monde paysan a des répercussions insoupçonnées sur notre quotidien alors que sa guérison ouvrirait toutes grandes les portes d’un avenir plus sain.


 

Le premier élément de survie chez l’être humain, avec l’eau, est la nourriture. Constatation élémentaire qu’il est bon de rappeler en ces temps de technologie numérique et d’informations circulant à la vitesse de la lumière. Cette évidence met en exergue le rôle capital de celles et ceux qui travaillent la terre et nourrissent les populations. Sur leurs épaules, pèse une double charge, alimentaire et écologique.
Il est indispensable de différencier ce que l’on nomme le « monde paysan » de celui de l’agriculture intensive. La différence est d’importance car si l’un préserve les campagnes et assure une alimentation de qualité, l’autre se révèle être un désastre écologique, économique et humain. Or, jouant sur l’image du paysan auquel se réfère l’imaginaire collectif, les politiques agricoles défendent le second, dont la mise en place a ruiné le modèle traditionnel et créé l’aberration productiviste et environnementale que l’on connaît.
En amalgamant chef d’entreprise agricole et paysan, on condamne l’agriculture à laquelle nous croyons, et celle qu’imagine la majorité des consommateurs derrière les étalages des grandes surfaces. Aujourd’hui les résultats sont là. Un secteur d’activité en crise qui ne tient que grâce aux subventions, une pollution vertigineuse des sols et de l’eau, une alimentation pour le mieux médiocre, sinon dangereuse.

Mais rappelons que le naufrage actuel n’est pas arrivé par hasard en en résumant ici, deux grandes causes.

En 1950, la France comptait plus de deux millions de paysans. Aujourd’hui, 62 ans plus tard, les statistiques en relèvent moins de 500 000. Ce n’est plus une saignée, mais une mise à mort. En effet, au sortir de la guerre, la priorité fut donnée à l’industrialisation du pays et comme le recommandaient Messieurs Rueff et Armand (hauts-fonctionnaires auteurs du rapport qui porte leurs noms), ruiner les campagnes donnerait une main d’œuvre abondante et bon marché à l’industrie.
Ainsi, par dizaine de milliers des paysans, chassés par un vaste plan de remembrement des terres (mené dans les années 60 par le ministre de l’Agriculture Edgard Pisani, qui désavoue aujourd’hui cette politique), de nouvelles charges et taxes, ont dû quitter les campagnes pour la ville.
Diminuer drastiquement la population rurale présentait aussi l’avantage, d’un point de vue politique et social, de mettre enfin à genoux une population traditionnellement indépendante et forte. Les jacqueries et autres soulèvements paysans ont longtemps fait partie de l’histoire de France.

Ensuite vint le « progrès », métamorphose insidieuse de la société marchande. Sous couvert de « nourrir la population » consigne est donnée de produire plus et plus vite. La mécanisation des campagnes est lancée tous azimuts. Soutenue par le plan Marshall, elle frappe fort et permet l’écoulement de la surproduction américaine de tracteur, matériel, engrais et autres produits issus de la chimie. Une nouvelle ère s’ouvre dont les promesses de facilité et de rendement s’avèreront funestes pour les bénéficiaires. Il n’est pas ici remis en cause l’apport et les bienfaits indiscutables de la mécanisation, mais bien la critique de son application sans retenue. Là où il fallait une bonne dizaine d’hommes pour faire tourner une petite exploitation céréalière, deux suffisent aujourd’hui.
Pour acquérir le matériel, les produits phytosanitaires, agrandir l’exploitation, le paysan s’endette. Ne maîtrisant pas les cours, pressées par des intermédiaires toujours plus puissants, emportées par une logique de surproduction, les exploitations se spécialisent. Le monde agricole se sectorise à l’extrême, s’empoisonne et se fragilise. Beaucoup y laisseront tout. Dans un tel système, seuls les plus gros survivent.

À l’heure où nous cherchons des réponses pour sortir de la crise économique et humaine que nous traversons, engager une réforme profonde de l’agriculture, en remettant la paysannerie au centre de la politique agricole, offrirait une formidable opportunité pour toute la société.
Car du bien être de l’agriculture et du monde paysan, dépendent la qualité de vie du pays. Se réapproprier les repères naturels que sont les rythmes des saisons, remettre l’humain au centre des préoccupations, nous permettrait de rompre avec cette spirale absurde et sans fond que nous suivons quasi-aveuglément.
Le monde agricole détient, sans nul doute, bien des clefs de cette réussite. Le « bon sens paysan », bien souvent dénigré, est une réalité. La valeur et la qualité du travail effectué en ont été de tout temps la marque de noblesse. Vivre et faire vivre une terre durablement est la préoccupation majeure des petits paysans.

Jusqu’à l’après-guerre, l’agriculture était la première source d’emploi du pays. En effet, le travail de la terre, outre une grande sensibilité à son environnement, demande des bras vigoureux et nombreux. Aider les petites exploitations à embaucher réduirait à coup sûr le chômage et repeuplerait les campagnes. À l’heure des grands discours sur le travail, le monde agricole apparait comme une école d’excellence pour en réapprendre sa valeur et son sens profond.
Mais outre l’aspect économique, redonner du sens à la ruralité, c’est aussi répondre à un grave problème de santé publique. Le lien n’est plus à faire entre mauvaise alimentation, cancers et autres maladies cardio-vasculaire. Nombreux sont les médecins et scientifiques de tout bord à dénoncer les conséquences désastreuses, sur nos organismes, des produits phytosanitaires employés dans l’agriculture intensive et la consommation de produits dénaturés ayant perdus toutes leurs qualités nutritives. Revenir à un mode de production « à l’ancienne », qui n’est autre que celui que l’on nomme « biologique » aujourd’hui, c’est assurer la qualité dans nos assiettes et, de fait, à terme, une économie du budget de la santé. Défendre honnêtement une profession c’est reconnaître et défendre la qualité de son travail ; et dans l’industriel on ne se bat pas pour de la qualité, mais pour du chiffre et du résultat.

La reconnaissance de la paysannerie nous obligerait à marquer le pas, à repenser notre mode de vie.

Permettre aux paysans de retrouver une activité saine et rentable, redevenir les premiers bénéficiaires de leur travail, en préférant la vente directe et les petits commerces à la grande distribution qui assassine les acteurs du monde agricole tout en nous rendant dépendant à la surconsommation est un premier pas. Il est temps de réarticuler notre société autour de l’essentiel et non du superflu qui, au final, ne profite qu’à une poignée d’individus.
Le défi proposé est loin d’être insurmontable. Mais bien que soutenu par un nombre croissant de citoyens, il dépend avant tout d’une volonté politique. Une volonté politique qui aurait pour ambition de s’intéresser aux hommes et aux femmes de la nation, et non à des chiffres, en mettant l’accent sur des modèles existants qui ont déjà fait leurs preuves.
Le monde est en crise, ce qui importe aujourd’hui est le changement. Il convient de trouver les bons leviers capables d’entraîner un mouvement de fond dans la société. L’agriculture et le monde paysan en sont un.

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 8 août

     

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, 9 août

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, prévu pour mercredi 9 Août à 18h. Les défenseurs de l’Histoire et du Patrimoine de Marseille appellent à se rassembler devant les vestiges de la Corderie à Marseille. Démontrant être toujours aussi mobilisés pour la sauvegarde totale des vestiges, la poursuite des fouilles et l’abandon définitive du projet d’immeuble. Interview dans le journal de France Culture du vendredi 4 août 2017 à Alain Nicolas était Conservateur en chef des Musées Nationaux de France, créateur du Musée d’Histoire de Marseille. docteur en archéologie. (...)

     

  • 8 août

     

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis "La cour d’appel d’Aix-en-Provence a condamné le militant Cédric Herrou, mardi 8 août, à quatre mois de prison avec sursis. L’agriculteur de Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes), visage de la solidarité et de l’aide apportée aux migrants qui traversent la frontière italienne par la vallée de la Roya, est plus sévèrement sanctionné qu’en première instance." En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2017/08/08/poursuivi-pour-aide-a-l-immigration-clandestine-cedric-herrou-attend-son-jugement-en-appel_5169880_1654200.html#dw62oCLAdEcDgVtS.99 En savoir plus sur (...)

     

  • 2 août

     

    3 août, Rassemblement sur site archéologique Corderie contre Vinci

    Suite au début de travaux entrepris ce matin par Vinci sur le site archéologique de La Coderie, qui doit être classé par Madame Nyssen ministre de Culture, demain jeudi 3 aout 2017 à 18h, un rassemblement devant le site archéologique au bd de la Corderie à Marseille est organisé par le CIQ St Victor, association " Laisse béton" et les marseillais.

     

  • 2 août

     

    Soutien à Cédric Herrou, Cour d’appel d’Aix le 8 Août

    Soutien à Cédric Herrou la Ligue des Droits de l’Homme Aix auquel s’associe Attac, appelle au soutien à Cédric Herrou. Le mardi 8 août à 08H00 : Rassemblement devant la cour d’appel à Aix-en-Provence, 20 Place Verdun. Pour avoir pris en charge des migrants sur le sol italien et les avoir aidés à transiter en sécurité vers la France. Cédric Herrou avait été condamné en février dernier à 3000 € d’amende avec sursis ; en appel, le 19 juin dernier, le procureur a requis 8 mois de prison avec sursis. L’arrêt de la Cour sera rendu le 8 août. NOUVEAU FILM : FESTIVAL DU DROIT D’ASILE DE CANNES par le Collectif Roya Solidaire : (...)

     

  • 1er août

     

    Calais : le conseil d’Etat oblige l’Etat à installer points d’eau et sanitaire pour les migrants

    Le rapporteur du Conseil d’Etat a recommandé vendredi de contraindre l’Etat à installer des points d’eau et des sanitaires à Calais pour les centaines d’exilés présents dans la ville. Depuis plusieurs semaines, un bras de fer oppose d’un côté les associations d’aide aux migrants, et de l’autre le ministère de l’Intérieur et la ville de Calais. La décision du Conseil d’Etat est attendue très prochainement. Elle devrait suivre les recommandations de son rapporteur http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/07/31/migrants-le-conseil-d-etat-demande-au-gouvernement-d-installer-des-points-d-eau-et-des-sanitaires-a-calais_5166938_3224.html

     

  • 11 mai

     

    Patrick Mennucci : "Mélenchon a choisi l’affrontement, il va l’avoir"

    Au micro de BFMTV ce mercredi, Patrick Mennucci a réagi à l’annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon dans sa circonscription de Marseille pour les législatives. "C’est la cinquième fois qu’il change de lieu de vote, on va devoir discuter de tout ça, en même temps qu’il nous explique ce qu’il connaît du centre-ville de Marseille, à paris le Vieux-Port un jour de soleil et de meeting". Et dans un communiqué, Patrick Ménucchi critique ce parachutage parisien : "Jean-Luc Melenchon a fait le choix d’être candidat à Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, circonscription dont je suis le député sortant et candidat pour un second mandat. C’est une clarification. Il clarifie la (...)

     

  • 10 mai

     

    Benoît Hamon lancera son propre mouvement transpartisan le 1er juillet

    Benoît Hamon, candidat socialiste à l’élection présidentielle, a annoncé mercredi 10 mai, sur France Inter, vouloir lancer, le 1er juillet 2017, son propre mouvement, transpartisan. "Le 1er juillet, je lancerai un mouvement, large, qui s’adressera aux hommes et aux femmes de gauche, citoyens, a-t-il déclaré, pour être en situation de se retrouver, de penser les suites que nous pouvons donner à ce travail que nous avons commencé lors de la campagne présidentielle, un travail sur ces idées nouvelles". Ce mouvement n’a pas encore de nom, a-t-il (...)

     

  • 10 mai

     

    Législatives : Jean-Luc Mélenchon candidat à Marseille face au PS sortant Patrick Mennucci

    "Le chef de file de La France insoumise a informé ses adhérents de son choix. Il confirmera sa décision lors de sa visite à Marseille jeudi 11 mai. Jean-Luc Mélenchon devrait être candidat aux législatives à Marseille dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. Le chef de file de La France insoumise, qui, mercredi 10 mai au matin sur l’antenne de RMC-BFM-TV, a estimé qu’il serait « probablement » candidat à Marseille, a confirmé son choix dans la journée dans une lettre adressée aux « insoumises et insoumis » marseillais, que Le Monde a pu consulter". En savoir plus sur (...)

     

  • 10 mai

     

    Anne Hidalgo, Christiane Taubira et Martine Aubry lancent un mouvement politique, "Dès demain"

    Ils s’adressent à "tous les humanistes qui croient encore en l’action". Des figures politiques comme les maires PS de Paris et Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, et l’ex-ministre de la justice Christiane Taubira, ainsi que des intellectuels et des artistes, parmi lesquels Yann Arthus-Bertrand ou Jacques Higelin, cosignent une tribune publiée dans Le Monde, mercredi 10 mai. Ils y annoncent le lancement d’un mouvement politique baptisé Dès demain." http://www.francetvinfo.fr/politique/anne-hidalgo-christiane-taubira-et-martine-aubry-lancent-un-mouvement-politique-des-demain_2184369.html#xtor=CS1-746

     

  • 5 mai

     

    CONSOLAT VS US BOULOGNE : L’affiche du prochain match à domicile ce samedi 6 mai à 15h

    Contacté par Rachid Tigilt, un des fervent supporter du GS CONSOLAT nous relayons volontiers l’affiche du prochain match contre l’US Boulogne. En effet, encore une fois le club Marseillais évoluant en National fait une remarquable saison : il est 6ème à 7 point du leader ! Aussi pour saluer encore une fois les exploits du staff et de l’équipe du président Mingalon nous vous informons qu’il s’agit de l’avant-dernier match de la saison à domicile ( Stade La Martine) se jouera ce samedi, à 15h, Venez nombreux ! et hou ha allez Consolat (...)

     

Articles récents

Articles au hasard