Articles

Accueil > Actualités > Campagne en France, la France en campagne

 

Campagne en France, la France en campagne

7 mars 2012 - Dernier ajout 11 mars 2012

Lundi dernier s’est tenu le salon de l’agriculture à Paris, devenant ainsi, à trois mois de la présidentielle, la grande étape incontournable de la campagne électorale. Tous s’y pressent et gesticulent au nom de la ruralité de la France et de ses valeurs paysannes. Hélas, jusqu’à présent la majorité des candidats, plus occupés par les voix que par le fond du problème, sont passés allégrement à côté d’un rouage majeur de notre société. Cruelle et cruciale, la mort du monde paysan a des répercussions insoupçonnées sur notre quotidien alors que sa guérison ouvrirait toutes grandes les portes d’un avenir plus sain.


 

Le premier élément de survie chez l’être humain, avec l’eau, est la nourriture. Constatation élémentaire qu’il est bon de rappeler en ces temps de technologie numérique et d’informations circulant à la vitesse de la lumière. Cette évidence met en exergue le rôle capital de celles et ceux qui travaillent la terre et nourrissent les populations. Sur leurs épaules, pèse une double charge, alimentaire et écologique.
Il est indispensable de différencier ce que l’on nomme le « monde paysan » de celui de l’agriculture intensive. La différence est d’importance car si l’un préserve les campagnes et assure une alimentation de qualité, l’autre se révèle être un désastre écologique, économique et humain. Or, jouant sur l’image du paysan auquel se réfère l’imaginaire collectif, les politiques agricoles défendent le second, dont la mise en place a ruiné le modèle traditionnel et créé l’aberration productiviste et environnementale que l’on connaît.
En amalgamant chef d’entreprise agricole et paysan, on condamne l’agriculture à laquelle nous croyons, et celle qu’imagine la majorité des consommateurs derrière les étalages des grandes surfaces. Aujourd’hui les résultats sont là. Un secteur d’activité en crise qui ne tient que grâce aux subventions, une pollution vertigineuse des sols et de l’eau, une alimentation pour le mieux médiocre, sinon dangereuse.

Mais rappelons que le naufrage actuel n’est pas arrivé par hasard en en résumant ici, deux grandes causes.

En 1950, la France comptait plus de deux millions de paysans. Aujourd’hui, 62 ans plus tard, les statistiques en relèvent moins de 500 000. Ce n’est plus une saignée, mais une mise à mort. En effet, au sortir de la guerre, la priorité fut donnée à l’industrialisation du pays et comme le recommandaient Messieurs Rueff et Armand (hauts-fonctionnaires auteurs du rapport qui porte leurs noms), ruiner les campagnes donnerait une main d’œuvre abondante et bon marché à l’industrie.
Ainsi, par dizaine de milliers des paysans, chassés par un vaste plan de remembrement des terres (mené dans les années 60 par le ministre de l’Agriculture Edgard Pisani, qui désavoue aujourd’hui cette politique), de nouvelles charges et taxes, ont dû quitter les campagnes pour la ville.
Diminuer drastiquement la population rurale présentait aussi l’avantage, d’un point de vue politique et social, de mettre enfin à genoux une population traditionnellement indépendante et forte. Les jacqueries et autres soulèvements paysans ont longtemps fait partie de l’histoire de France.

Ensuite vint le « progrès », métamorphose insidieuse de la société marchande. Sous couvert de « nourrir la population » consigne est donnée de produire plus et plus vite. La mécanisation des campagnes est lancée tous azimuts. Soutenue par le plan Marshall, elle frappe fort et permet l’écoulement de la surproduction américaine de tracteur, matériel, engrais et autres produits issus de la chimie. Une nouvelle ère s’ouvre dont les promesses de facilité et de rendement s’avèreront funestes pour les bénéficiaires. Il n’est pas ici remis en cause l’apport et les bienfaits indiscutables de la mécanisation, mais bien la critique de son application sans retenue. Là où il fallait une bonne dizaine d’hommes pour faire tourner une petite exploitation céréalière, deux suffisent aujourd’hui.
Pour acquérir le matériel, les produits phytosanitaires, agrandir l’exploitation, le paysan s’endette. Ne maîtrisant pas les cours, pressées par des intermédiaires toujours plus puissants, emportées par une logique de surproduction, les exploitations se spécialisent. Le monde agricole se sectorise à l’extrême, s’empoisonne et se fragilise. Beaucoup y laisseront tout. Dans un tel système, seuls les plus gros survivent.

À l’heure où nous cherchons des réponses pour sortir de la crise économique et humaine que nous traversons, engager une réforme profonde de l’agriculture, en remettant la paysannerie au centre de la politique agricole, offrirait une formidable opportunité pour toute la société.
Car du bien être de l’agriculture et du monde paysan, dépendent la qualité de vie du pays. Se réapproprier les repères naturels que sont les rythmes des saisons, remettre l’humain au centre des préoccupations, nous permettrait de rompre avec cette spirale absurde et sans fond que nous suivons quasi-aveuglément.
Le monde agricole détient, sans nul doute, bien des clefs de cette réussite. Le « bon sens paysan », bien souvent dénigré, est une réalité. La valeur et la qualité du travail effectué en ont été de tout temps la marque de noblesse. Vivre et faire vivre une terre durablement est la préoccupation majeure des petits paysans.

Jusqu’à l’après-guerre, l’agriculture était la première source d’emploi du pays. En effet, le travail de la terre, outre une grande sensibilité à son environnement, demande des bras vigoureux et nombreux. Aider les petites exploitations à embaucher réduirait à coup sûr le chômage et repeuplerait les campagnes. À l’heure des grands discours sur le travail, le monde agricole apparait comme une école d’excellence pour en réapprendre sa valeur et son sens profond.
Mais outre l’aspect économique, redonner du sens à la ruralité, c’est aussi répondre à un grave problème de santé publique. Le lien n’est plus à faire entre mauvaise alimentation, cancers et autres maladies cardio-vasculaire. Nombreux sont les médecins et scientifiques de tout bord à dénoncer les conséquences désastreuses, sur nos organismes, des produits phytosanitaires employés dans l’agriculture intensive et la consommation de produits dénaturés ayant perdus toutes leurs qualités nutritives. Revenir à un mode de production « à l’ancienne », qui n’est autre que celui que l’on nomme « biologique » aujourd’hui, c’est assurer la qualité dans nos assiettes et, de fait, à terme, une économie du budget de la santé. Défendre honnêtement une profession c’est reconnaître et défendre la qualité de son travail ; et dans l’industriel on ne se bat pas pour de la qualité, mais pour du chiffre et du résultat.

La reconnaissance de la paysannerie nous obligerait à marquer le pas, à repenser notre mode de vie.

Permettre aux paysans de retrouver une activité saine et rentable, redevenir les premiers bénéficiaires de leur travail, en préférant la vente directe et les petits commerces à la grande distribution qui assassine les acteurs du monde agricole tout en nous rendant dépendant à la surconsommation est un premier pas. Il est temps de réarticuler notre société autour de l’essentiel et non du superflu qui, au final, ne profite qu’à une poignée d’individus.
Le défi proposé est loin d’être insurmontable. Mais bien que soutenu par un nombre croissant de citoyens, il dépend avant tout d’une volonté politique. Une volonté politique qui aurait pour ambition de s’intéresser aux hommes et aux femmes de la nation, et non à des chiffres, en mettant l’accent sur des modèles existants qui ont déjà fait leurs preuves.
Le monde est en crise, ce qui importe aujourd’hui est le changement. Il convient de trouver les bons leviers capables d’entraîner un mouvement de fond dans la société. L’agriculture et le monde paysan en sont un.

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard