Articles

Accueil > Actualités > Camp des milles : « La culture doit servir le lieu et non pas s’en servir (...)

 

Camp des milles : « La culture doit servir le lieu et non pas s’en servir »

26 septembre 2013

Ouvert au public depuis un an, le site-mémorial du camp des milles, à côté d’Aix-en-Provence, est le dernier camp d’internement en France préservé, et l’un des rares lieux témoins de l’histoire des internements et des déportations en Europe. Une exposition « Créer pour résister, des artistes au camp des milles » met en lumière jusqu’en décembre 2013, des œuvres conçues pour la plupart dans le camp par des artistes majeurs. Proclamés « ennemis » de la France, ces artistes antinazis comme Hans Bellmer, proche des surréalistes, Max Ernst, Ferdinand Springer et Wols furent prisonniers dès l’automne 1939 aux Milles.


 

JPEG - 54.7 ko
Le camp des Milles

Le site des Milles est un lieu de mémoire, mais aussi un espace « vivant d’éducation et de culture ». Dans ce cadre, il organise des manifestations culturelles diverses. Ce dernier parti pris courageux est éminemment glissant, même si la direction du site, s’appuie, en la matière, sur un axe clair. Pour elle « la culture doit servir le lieu et non pas s’en servir ». Si cela est possible, c’est aussi parce que les milles n’ont pas été un camp d’extermination proprement dit. Le site mémorial propose donc aujourd’hui une exposition « Créer pour résister, des artistes au camp des milles » qui regroupe une cinquantaine d’œuvres de Max Ernst, Hans Bellmer, Ferdinand Springer, Alfred Otto Wolfgang Schulze dit « Wols ». Travaux sur papier, aquarelles, dessins, ils furent réalisés pendant la période d’internement des artistes au camp des milles. Cette exposition revêt un caractère d’hommage. Mais elle constitue aussi une lueur dans l’effroi du visiteur de 2013, lorsqu’il découvre le lieu, conservé en l’état. L’art semble ici, peut-être plus qu’ailleurs, prendre tout son sens.

Des étrangers « ennemis » de la France

Ce furent d’abord des étrangers, les ressortissants du Reich, Allemands, Autrichiens entre autres qui furent arrêtés et parqués dans ce camp, classés comme des « ennemis » Ces derniers avaient fui le nazisme dans leur pays d’origine et trouvé refuge en France. Parmi eux, se trouvaient de nombreux artistes et intellectuels, des peintres, des sculpteurs, des écrivains comme Alfred Kantorowicz, des musiciens tels que le pianiste Erich Itor Kahn ou le chef d’orchestre Adolf Siebert, des comédiens, des chansonniers, des auteurs. Le camp avait également refermé son étau sur des hommes politiques opposants au Reich, des journalistes, des militants et des prix Nobel comme Otto Meyerhof (prix Nobel de médecine) ou Thadeus Reichstein (inventeur de la cortisone). Ils tenteront, par delà l’horreur et l’injustice de maintenir des activités au sein du camp. Des cours et des conférences, des pièces de théâtre et des opéras sont improvisés.

JPEG - 52.5 ko
La salle du réfectoire du camp peint par les prisonniers

Certains murs et bâtiments du camp en gardent des traces. Portraits, graffitis, inscriptions in situ, sont autant de témoignages douloureux et inestimables. Les autorités laissent faire et même encouragent en passant quelques commandes officielles aux prisonniers. La salle du réfectoire des gardiens est ainsi décorée de fresques murales ironiques, comme le Banquet des nations attribué à Karl Bodek. Des spectacles sont donnés dans un four à tuile au rez-de-chaussée, que chacun peut visiter, espace baptisé par les prisonniers « Die katakombe », du nom d’un cabaret contestataire de Berlin avant le nazisme.

Dans une salle séparée, l’exposition a choisi de présenter une cinquantaine d’œuvres. Certains dessins de Wols, comme Le squelette de hareng et La Danseuse noire ont été prêtés par le musée de Beaubourg. Oscillant entre témoignage et poursuite de leurs propres recherches, les quatre artistes exposés ont livré des œuvres diverses de cette période. Tantôt témoins de la vie du camp, tantôt à la recherche de la transcendance, peut-être de l’essence de l’art pour les sauver, ils continuent malgré tout à créer.
La minéralité et les briques qui figeaient les prisonniers du camp de cette ancienne tuilerie a comme envahi les œuvres présentées. « Partout, il y avait des débris de briques et de la poussière de briques, même dans le peu qu’on nous donnait à manger. Cette poussière rouge pénétrait jusque dans les pores de la peau. On avait l’impression d’être destinés à devenir débris de briques », écrira Max Ernst.

JPEG - 62 ko
reproduction du dessin de Hans Bellmer, « Les milles en feu »

Le plus connu d’entre eux à l’époque, Max Ernst vit en France depuis 1921. Il est, entre temps, devenu une cible de l’Allemagne nazie, il est destitué de sa nationalité allemande, son œuvre est qualifiée « d’art dégénéré ». Il a d’abord été interné dans la maison d’arrêt de l’Argentière avant les Milles. « Je ne travaille pas ici, j’ai bien essayé mais ça ne marche pas », écrit-il aux Milles en 1939. Dorothea Tanning, qui deviendra son épouse en 1942, raconte : « Les fours sont de magnifiques cellules pleines à craquer… (…). Bellmer, enfermé dans le même four, dessine Max de profil, son copain artiste et tout en brique… ». Il fera tout de même 6 œuvres.

JPEG - 82.3 ko
Max Ernst et Hans Bellmer, « Créations, créatures de l’imagination »

Si on sent chez Hans Bellmer une tentative d’évasion à travers le dessin comme le confirme l’émouvante œuvre « Les milles en feu », il poursuit son travail personnel. Même interné, ses obsessions du corps ne le lâchent pas et sont le terreau principal de son art où les corps sont étrangement recomposés, et emboités. Arrivé de Silésie allemande, il était en France en vacances quand il doit se rendre aux autorités françaises. Proche du mouvement surréaliste, André Breton avait publié ses dessins et ses photographies dans la revue le Minautore, Paul Eluard illustrait en poèmes son travail, il était, en 1939, un artiste déjà reconnu.

JPEG - 53.3 ko
Hans Bellmer
JPEG - 44.8 ko
Wolf, « La danseuse noire »

Autre compagnon d’infortune, le dessinateur, peintre, photographe et auteur d’aphorisme, d’origine allemande, Wolf. Avec sa femme Gréty Dajiba, ils souffrent d’une difficile vie d’apatride et de sans papier depuis 1935. Expulsés d’Espagne, ils viennent finalement à Paris, où le talent de photographe de Wolf est reconnu. Il sera l’un des photographes de l’Exposition Universelle de 1937. Puis, il est arrêté et séjourne dans les camps français pendant 14 mois. Il arrive aux Milles en mai 1940. Là, il décline, toute en poésie et absurdité, d’un trait d’encre, la mythologie du cirque, « Le Wols Circus » que lui inspire sans doute la comédie humaine réunie au camp, comme le dessin « Monsieur loyal et son petit chien ». Ses aquarelles, davantage surréalistes avec une grande maîtrise de la couleur, sont également frappantes.

JPEG - 34.9 ko
Ferdinand Springer, « Sommeil du prisonnier »

Pour sa part, le berlinois Ferdinand Springer, également prisonnier croquera la vie du camp des milles de façon réaliste avec des dessins comme « Le saut à merde » ou « Coupeurs de bois ». Puis il cherchera à rejoindre l’esthétisme de la renaissance et inventera, à travers des représentations de corps, une beauté académique presque déplacée dans ces lieux. Ce que lui reprochera d’ailleurs son ami Hans Bellmer qui juge cette posture « idéalisante » comme un « déni de réalité ».

JPEG - 91.7 ko
Ferdinand Springer, écorché

Installé à Paris dans les années 1930, Ferdinand Springer était devenu apatride. Mariée à une femme juive, il est abandonné par sa famille qui le somme de ne pas l’épouser. Il arrive aux Milles en novembre 1939 où il sera gravement malade. Au printemps 1940, il sera envoyé finalement envoyé à la prison de Forcalquier et y retrouvera Hans Bellmer. Aux Milles, il a composé une cinquantaine de dessins.

Conditions de vie intolérables

Ancienne tuilerie, le camp des milles devient un camp d’internement sous commandement militaire français dès septembre 1939, soit sous la IIIème république. Plus de 10 000 personnes ont été internées dans le camp des milles entre 1939 et 1942. Au fil des années, les conditions de vie deviennent de plus en plus intolérables. Pas de sanitaire, des prisonniers entassés les uns sur les autres, la vermine, la saleté, les maladies, la faim. Lorsqu’on visite les salles de l’ancienne tuilerie de milles reconvertie en camp de déchéance humaine, où étaient confinés les prisonniers, on devine les souffrances endurées par ces hommes, femme et enfants et la promiscuité dans des espaces restreints qui accueillaient de plus en plus de malheureux. La salle du rez-de-chaussée, initialement chargée de recueillir les tuiles est plongée dans le noir, couverte de terre, exigüe, elle était réservée aux personnes âgées. Tout aussi bas de plafond, le premier étage est celui des hommes. Le second étage, plus spacieux qui ne valait guère mieux, avec ses fenêtres sans cesse fermées qui laissaient passer le froid, enfermaient les femmes et les enfants. L’écrivain Lion Feuchtwanger, interné, décrit « des couloirs obscurs qui longeaient les niches prévues autrefois pour les fours ne laissaient que peu de place pour se faufiler entre les paillasses des détenus. Le tout faisait un peu l’effet de catacombes ». Et partout cette poussière de briques qui imprégnait les corps et les visages.

A partir de juillet 1940, et suite à la défaite de la France, les milles devient un camp « pour les indésirables » en tout genre. Nombreux étrangers des camps du Sud Ouest, les anciens des brigades d’Espagne, des juifs expulsés du Palatinat, du Wurtemberg et du pays de Bade, viennent grossir les rangs. En tout 38 nationalités différentes s’y côtoient. Puis en août et septembre 1942, les milles sont un véritable camp de déportations des juifs, et ce alors que le sud de la France est encore en zone dite libre. Mais le gouvernement de Vichy a accepté de livrer 10 000 juifs de la zone libre à l’Allemagne. Il sera l’un des points de départ vers des camps à proprement parler d’extermination comme Auschwitz. 2000 personnes, hommes, femmes et enfants juifs seront ainsi déportés depuis les milles vers le camp d’extermination d’Auschwitz, via Drancy et Rivesaltes. Une centaine d’enfants sont ainsi déportés à partir de l’âge de un an.

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 8 août

     

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, 9 août

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, prévu pour mercredi 9 Août à 18h. Les défenseurs de l’Histoire et du Patrimoine de Marseille appellent à se rassembler devant les vestiges de la Corderie à Marseille. Démontrant être toujours aussi mobilisés pour la sauvegarde totale des vestiges, la poursuite des fouilles et l’abandon définitive du projet d’immeuble. Interview dans le journal de France Culture du vendredi 4 août 2017 à Alain Nicolas était Conservateur en chef des Musées Nationaux de France, créateur du Musée d’Histoire de Marseille. docteur en archéologie. (...)

     

  • 8 août

     

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis "La cour d’appel d’Aix-en-Provence a condamné le militant Cédric Herrou, mardi 8 août, à quatre mois de prison avec sursis. L’agriculteur de Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes), visage de la solidarité et de l’aide apportée aux migrants qui traversent la frontière italienne par la vallée de la Roya, est plus sévèrement sanctionné qu’en première instance." En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2017/08/08/poursuivi-pour-aide-a-l-immigration-clandestine-cedric-herrou-attend-son-jugement-en-appel_5169880_1654200.html#dw62oCLAdEcDgVtS.99 En savoir plus sur (...)

     

  • 2 août

     

    3 août, Rassemblement sur site archéologique Corderie contre Vinci

    Suite au début de travaux entrepris ce matin par Vinci sur le site archéologique de La Coderie, qui doit être classé par Madame Nyssen ministre de Culture, demain jeudi 3 aout 2017 à 18h, un rassemblement devant le site archéologique au bd de la Corderie à Marseille est organisé par le CIQ St Victor, association " Laisse béton" et les marseillais.

     

  • 2 août

     

    Soutien à Cédric Herrou, Cour d’appel d’Aix le 8 Août

    Soutien à Cédric Herrou la Ligue des Droits de l’Homme Aix auquel s’associe Attac, appelle au soutien à Cédric Herrou. Le mardi 8 août à 08H00 : Rassemblement devant la cour d’appel à Aix-en-Provence, 20 Place Verdun. Pour avoir pris en charge des migrants sur le sol italien et les avoir aidés à transiter en sécurité vers la France. Cédric Herrou avait été condamné en février dernier à 3000 € d’amende avec sursis ; en appel, le 19 juin dernier, le procureur a requis 8 mois de prison avec sursis. L’arrêt de la Cour sera rendu le 8 août. NOUVEAU FILM : FESTIVAL DU DROIT D’ASILE DE CANNES par le Collectif Roya Solidaire : (...)

     

  • 1er août

     

    Calais : le conseil d’Etat oblige l’Etat à installer points d’eau et sanitaire pour les migrants

    Le rapporteur du Conseil d’Etat a recommandé vendredi de contraindre l’Etat à installer des points d’eau et des sanitaires à Calais pour les centaines d’exilés présents dans la ville. Depuis plusieurs semaines, un bras de fer oppose d’un côté les associations d’aide aux migrants, et de l’autre le ministère de l’Intérieur et la ville de Calais. La décision du Conseil d’Etat est attendue très prochainement. Elle devrait suivre les recommandations de son rapporteur http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/07/31/migrants-le-conseil-d-etat-demande-au-gouvernement-d-installer-des-points-d-eau-et-des-sanitaires-a-calais_5166938_3224.html

     

  • 11 mai

     

    Patrick Mennucci : "Mélenchon a choisi l’affrontement, il va l’avoir"

    Au micro de BFMTV ce mercredi, Patrick Mennucci a réagi à l’annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon dans sa circonscription de Marseille pour les législatives. "C’est la cinquième fois qu’il change de lieu de vote, on va devoir discuter de tout ça, en même temps qu’il nous explique ce qu’il connaît du centre-ville de Marseille, à paris le Vieux-Port un jour de soleil et de meeting". Et dans un communiqué, Patrick Ménucchi critique ce parachutage parisien : "Jean-Luc Melenchon a fait le choix d’être candidat à Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, circonscription dont je suis le député sortant et candidat pour un second mandat. C’est une clarification. Il clarifie la (...)

     

  • 10 mai

     

    Benoît Hamon lancera son propre mouvement transpartisan le 1er juillet

    Benoît Hamon, candidat socialiste à l’élection présidentielle, a annoncé mercredi 10 mai, sur France Inter, vouloir lancer, le 1er juillet 2017, son propre mouvement, transpartisan. "Le 1er juillet, je lancerai un mouvement, large, qui s’adressera aux hommes et aux femmes de gauche, citoyens, a-t-il déclaré, pour être en situation de se retrouver, de penser les suites que nous pouvons donner à ce travail que nous avons commencé lors de la campagne présidentielle, un travail sur ces idées nouvelles". Ce mouvement n’a pas encore de nom, a-t-il (...)

     

  • 10 mai

     

    Législatives : Jean-Luc Mélenchon candidat à Marseille face au PS sortant Patrick Mennucci

    "Le chef de file de La France insoumise a informé ses adhérents de son choix. Il confirmera sa décision lors de sa visite à Marseille jeudi 11 mai. Jean-Luc Mélenchon devrait être candidat aux législatives à Marseille dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. Le chef de file de La France insoumise, qui, mercredi 10 mai au matin sur l’antenne de RMC-BFM-TV, a estimé qu’il serait « probablement » candidat à Marseille, a confirmé son choix dans la journée dans une lettre adressée aux « insoumises et insoumis » marseillais, que Le Monde a pu consulter". En savoir plus sur (...)

     

  • 10 mai

     

    Anne Hidalgo, Christiane Taubira et Martine Aubry lancent un mouvement politique, "Dès demain"

    Ils s’adressent à "tous les humanistes qui croient encore en l’action". Des figures politiques comme les maires PS de Paris et Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, et l’ex-ministre de la justice Christiane Taubira, ainsi que des intellectuels et des artistes, parmi lesquels Yann Arthus-Bertrand ou Jacques Higelin, cosignent une tribune publiée dans Le Monde, mercredi 10 mai. Ils y annoncent le lancement d’un mouvement politique baptisé Dès demain." http://www.francetvinfo.fr/politique/anne-hidalgo-christiane-taubira-et-martine-aubry-lancent-un-mouvement-politique-des-demain_2184369.html#xtor=CS1-746

     

  • 5 mai

     

    CONSOLAT VS US BOULOGNE : L’affiche du prochain match à domicile ce samedi 6 mai à 15h

    Contacté par Rachid Tigilt, un des fervent supporter du GS CONSOLAT nous relayons volontiers l’affiche du prochain match contre l’US Boulogne. En effet, encore une fois le club Marseillais évoluant en National fait une remarquable saison : il est 6ème à 7 point du leader ! Aussi pour saluer encore une fois les exploits du staff et de l’équipe du président Mingalon nous vous informons qu’il s’agit de l’avant-dernier match de la saison à domicile ( Stade La Martine) se jouera ce samedi, à 15h, Venez nombreux ! et hou ha allez Consolat (...)

     

Articles récents

Articles au hasard