Articles

Accueil > Actualités > Burkina Faso : l’exploitation infantile des compagnies minières

 

Burkina Faso : l’exploitation infantile des compagnies minières

13 juillet 2012

A l’heure où le cours de l’or est à son apogée, les sociétés d’exploitations minières se sont décuplées. Quatrième producteur d’or du continent, le Burkina Faso est victime d’abriter la seule richesse du pays, enfin victime, pour le peuple ! Le photographe Raphaël Bianchi a séjourné deux mois dans ce pays, l’un des plus pauvres du monde avec plus de 45% de la population vivant sous le seuil de pauvreté. De son arrivée à Bani, enchanté mais touché, il a vite déchanté et est rentré au pays, engagé. L’exposition qu’il présente jusqu’au 30 août est son arme de combat. A travers ses clichés, il veut être le messager d’une réalité capitaliste au son de l’exploitation infantile dans la filière aurifère.


 

En 2010, Raphaël Bianchi s’est rendu dans le nord du Burkina Faso, au cœur du Sahel, à Bani. Culturellement connue pour son patrimoine religieux, cette ville qui ne concentre que très peu d’eau et pas d’électricité, souffre néanmoins de la pauvreté et de l’illettrisme. Afin d’aider au développement économique local du pays, le photographe décide de travailler quelques mois avec une association, afin de transmettre à des enfants les rouages de la langue de Molière : «  ces photos sont le fruit du hasard. Je suis parti au Burkina Faso pour mettre en place des cours d’alphabétisation pour les enfants orphelins » présente l’auteur de l’exposition Ouaga Quebec. Fruit du hasard ou du destin, Raphaël Bianchi veut aujourd’hui dénoncer et faire connaître ce qu’il a vécu.

L’association avec laquelle il opère travaille depuis quelques temps avec les enfants orphelins et pauvres du village. Sur place, la proximité et la complicité s’installent très tôt entre le jeune photographe et les enfants. Mais ne se sentant « pas spécialement compétent pour enseigner », Raphaël Bianchi opta pour une série de portraits d’enfants ou de paysages, tirés ensuite en cartes postales destinées à la commercialisation.

Derrière ce décorum de carte postale se cache la réalité du pays : une extraction aurifère réalisée à l’aide de moyens inhumains et aux conséquences désastreuses. «  Les enfants m’ont parlé de la mine d’or qui s’est ouverte il y a deux ans et qui est gérée par une compagnie québécoise » se souvient-t-il, et « au fond du boyau, il y a des enfants de huit ou dix ans ». Malgré l’encadrement très sécurisé du site, des clichés ont réussi à sortir de cette mine d’exploitation humaine. Si ces grandes compagnies sont dans un souci d’exploitation de rendement, elles sont encore très loin du souci d’exploitation de la pauvreté. « C’est une manne financière pour les compagnies minières » s’insurge le photographe. La valeur boursière du métal jaune - multiplié par sept en dix ans - a relancé le radar des sociétés minières. De nouvelles terres à exploiter, où les éleveurs trouvaient assez de pâtures pour nourrir leurs bêtes, ont alors été rachetées, rendant ces éleveurs tributaires de ces mêmes compagnies. Leur seul espoir de gain est devenu la mine et les enfants ont suivi le pas, une main d’œuvre « gratuite » selon Raphaël Bianchi. Le terme éthique ? Enrayé du vocabulaire lorsque l’interlocuteur est un pays sous-développé !

«  On sait que ça existe mais on ne sort pas indemne lorsque l’on voit cette réalité » confie Raphaël Bianchi. Personne ne sera surpris, évidemment, par ce fléau qui s’accroche au vent de la fluctuation boursière. L’objectif n’est de toute manière pas là : «  avec l’association, nous voulons créer une situation plus pérenne. Je veux faire connaître ce climat mais aussi créer des liens entre les personnes du village et celles d’ici (de France) ».

Une soixantaine de clichés sont actuellement à la vente. Les gains seront reversés à l’association de Bani et serviront à pérenniser les actions. Raphaël Bianchi compte y retourner prochainement. Il veut revoir les sourires de ces enfants qui, malgré les conditions humaines dans lesquelles ils sont plongés, gardent cette joie de vivre sur leur visage.

Jusqu’au 30 août, à la Maison méditerranéenne des droits de l’Homme (MMDH), 34 cours Julien, 6e (métro cours Julien). Informations : 04 91 42 94 65

Concernant l’achat des clichés, vous pouvez contacter directement Raphaël Bianchi par mail : fotographik@live.fr

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard