Articles

Accueil > Tribunes (archives) > Tribunes Gauches > Blocus contre La paix

 

Blocus contre La paix

3 juin 2010 - Dernier ajout 4 juin 2010

L’arraisonnement du Mavi-marmara par l’armée israélienne témoigne une fois de plus de la volonté d’Israël de tuer la paix. A travers cette opération meurtrière il s’agissait de tuer la paix en pleine mer et de montrer au monde le laisser passer au crime dont l’état d’Israël fait usage à chaque fois que "bon lui semble". Il y a toujours eu dans l’histoire de l’humanité des hommes et des femmes dotés d’un courage prodigieux, brandissant l’injustice pour réparer le monde.


 

Ces hommes et ces femmes partis de Turquie (dont il faut préciser que le navire fut contrôlé et ne présentait aucun danger) en font partis. L’opération n’avait pour objectif comme certains médias voulaient nous faire croire de stopper les flottilles mais de punir par le sang la générosité humaine. Si non, comment expliquer le déploiement de Tsahal pour quelques âmes en mer ? Le monde nous regarde et il n’est pas bon de donner à la force valeur de droit. Oui ce qui s’est passé est intolérable, injustifié et inhumain. Toute organisation qui pourrait nous dire le contraire accompagne le crime de ces territoires occupés par la barbarie humaine. Comment cette communauté internationale tolère l’intolérable, subventionne les bombardements d’innocents ? Et si ces âmes palestiniennes acculées vers la mort étaient des juifs aurions-nous la même patience face au crime, aurions-nous la même acceptation, aurions-nous les mêmes positions ? Vous avez je pense déjà trouver la réponse. Et je dois dire que cette réponse est déjà en soi l’une des racines du mal.

Le monde s’abaisse lorsque la cruauté croît. Et je dois dire que le monde va bien mal en ces jours où certaines familles ne retrouveront plus leurs proches fauchés par les violations incessantes de ces résolutions onusiennes qui n’ont jamais été contraignantes. Alors devant cette ignominie je dois vous avouer ne plus croire à la volonté des pays occidentaux, à ne plus croire à certaines petites monarchies arabes, à ne plus croire aux certaines pseudos-démocraties de vouloir trouver les chemins de paix. Je ne crois plus aux pétitions de principe, aux petites phrases moralisantes de ceux qui voulant se donner bonne conscience, condamnent pour mieux laisser le génocide s’organiser. Oui vous avez bien entendu je pense qu’il faut avoir l’honnêteté de parler de génocide international du peuple palestinien. L’article 2 de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide5, adoptée par l’assemblée générale des Nations unies, le 9 décembre 1948, affirme :
« Dans la présente Convention, le génocide s’entend de l’un quelconque des actes ci-après commis dans l’intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux,

comme tel :

a) Meurtre de membres du groupe ;

b) Atteinte grave à l’intégrité physique ou mentale de membres du groupe ;

c) Soumission intentionnelle du groupe à des conditions d’existence
devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle ;

d) Mesures visant à entraver les naissances au sein du groupe ;

e) Transfert forcé d’enfants du groupe à un autre groupe. »

C ’est une évidence qu’ Israël a scrupuleusement respecté tous les actes de la dite convention comme étant une feuille de route pour construire sa paix : un Israël sans Palestine voir si possible sans palestinien. Nous pourrons fermer les yeux nous boucher les oreilles, perdre la parole mais à l’odeur du sang le crime ne sera jamais loin.

Alors que penser de l’attitude du CRIF ?

Il ne faut pour cela qu’écouter son président justifier ces actes et vous comprendrez que son soutien sans faille n’est pas appel à la paix mais un appel à la guerre. Comment dire devant l’indignation international-je cite que le convoie n’avait rien d’humanitaire". C’est vous Monsieur Prasquier qui n’avait plus de considération pour une partie de l’humanité. C’est vous qui avait fait de la force un droit à tuer les faibles et à se servir d’une histoire au combien traumatologique à bien d’un titre et de l’avoir enfermé dans une logique de guerre permanente ? Et ce n’est pas au descendant d’esclave que je suis qu’il va devoir faire la leçon. Vous vous inscrivez en pleine contradiction avec nos lois et notre esprit qui fait de la constitution française l’alliée des faiseurs de paix, non pas des fossoyeurs d’espoir. Je tiens à dire que vos appels au calme sont des cris de provocations. Lorsqu’un homme n’est plus en mesure de condamner le crime d’innocents, il doit avoir la décence de se taire. Mais j’aimerais pour finir revenir sur un événement au combien significatif des répercutions de votre discours. Hier à Roissy des français portant des valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité sont arrivés à Roissy, il se sont vu pris à parti par un groupuscule dont le seul objectif était de casser de l’Arabe et de rappeler que le droit d’impunité pouvait aussi s’installer en France.

Je vous demande de condamner vivement ces actes si vous en êtes encore capable. Car des postures qui reposent sur une appartenance fondée ou supposée ne seraient prévaloir à nos valeurs. Lorsqu’un individu fait le choix de la France il a le devoir d’en respecter ces principes et cela vaut également pour vous. Suivre les positions génocidaires d’un pays et appeler au calme dans un autre cela révèle d’une pathologie grave appelée hypocrisie, Monsieur. Quant à l’importation du conflit c’est vous qui êtes responsable lorsque vous ne parlez plus de nos valeurs mais défendez le bombardement d’enfants avec des armes dont l’utilisation n’est pas pas permise, lorsque vous justifiez le blocus de Gaza lorsque vous bénissez le gang de tsahal, lorsque vous reniez le droit fondamental d’exister à des hommes, des femmes, et des enfants parce que juifs, excusez moi parce que palestinien ; de qui se moque-t-on ? Alors Monsieur Pasquier ne parlez pas de slogans intolérables lorsque nous vous parlons de crimes intolérables.

Ne faites pas de vous le chantre de la raison alors que vous plantez les germes de la haine. Et vous n’êtes le dépositaire de la parole de tous les juifs de France qui nombreux parmi-eux condamnent ces actes. Enfin, j’aimerais dire que le cran devrait également condamner les positions de Monsieur Pasquier qui pousse à l’ambiguïté et aux déclarations insupportables du crif.

 

 

Autres articles Tribunes (archives)Tribunes Gauches

 

Articles récents

Articles au hasard