Articles

Accueil > Actualités > Besson invité du club « Nouvelle France » de Karim Zéribi au Plan (...)

 

Besson invité du club « Nouvelle France » de Karim Zéribi au Plan d’Aou

15 juin 2010 - Dernier ajout 16 juin 2010

Débattre plutôt que contester. C’est le crédo adopté par Karim Zéribi et son club politique « Nouvelle France » qui invitaient hier, au centre social de St Antoine Plan d’Aou, Eric Besson ministre de l’immigration et de l’identité nationale, à débattre sur des questions « complexes » de société. Un débat d’idées encadré et animé par Karim Zéribi lui-même autour des thèmes de l’immigration, de l’identité nationale en passant par la lutte contre les discriminations à l’embauche et les relations franco-algériennes. Compte rendu plus vidéo.


 

JPEG - 70.1 ko

A l’heure où un grand nombre citoyens contestent la politique nationale, Karim Zéribi, lui, préfère débattre. Le débat animé par ses soins a d’abord pointé du doigt les difficultés rencontrées par les jeunes marseillais des quartiers populaires qui abritent un vivier de citoyens qualifiés et dont la majorité sont inactifs. « 66% de cette population est au chômage » lance la directrice de l’association Made in Bassens, Shéhérazade Ben Messaoud, qui souhaiterait que les 900 entreprises installées en Zone Franche, à deux pas des quartiers populaires fassent l’effort d’embaucher en priorité les jeunes issus des quartiers défavorisés. Pour Karim Zéribi l’embauche devant se faire à la hauteur des compétences, or ces jeunes qui frappent à la porte des entreprises sont davantage enclins à trouver des postes de techniciens de surface ou des postes de gardien. « S’ils ont fait des études c’est pour avoir une autre reconnaissance » s’exclame-t-il. Le parcours de Saïd est à ce titre révélateur. Avant d’être directeur d’agence d’une société à Marseille, ce jeune homme a multiplié les petits boulots qui n’avaient aucun rapport avec sa qualification (Management de ressources humaines). « J’ai tout fait » dit-il, cuisinier, agent de nettoyage, animateur bénéficiant de contrats aidés, aujourd’hui, à force de persévérance ses compétences ont été reconnues. « Aujourd’hui, quand il recrute, je suis convaincu qu’il recrute la compétence » lance Karim Zéribi, aussi président du conseil d’administration de la RTM. De son côté, Saïd avoue que « si les entreprises avaient au sein de leurs personnels des personnes issues de la diversité ouvertes et sensibles à ces problèmes, cela nous faciliterait la tâche ». C’est dans cette optique que Karim Zéribi a demandé au ministre de l’immigration et de l’identité nationale d’organiser une conférence sur la diversité avec les 20 plus gros recruteurs de France afin de les pousser à faire des efforts significatifs, en particulier dans la branche des ressources humaines. « Parce qu’en faisant le tour de ces entreprises quelque chose m’a frappé. Tous parlent de la diversité mais quand tu prends la direction des ressources humaines, il n’y a pas un personnel issu de la diversité » s’est-il indigné. Selon lui, ces entreprises ont trop tendance à faire un recrutement par la ressemblance.

De son côté Eric Besson est convaincu que les entreprises sont en train de changer. « La France est en train de se transformer, elle est métissée, les entreprises le savent et elles l’ont intégré » a-t-il souligné ne serait parce que « leurs services veulent être représentatifs de la France ». Le ministre de l’immigration a également fait savoir au public que son ministère allait lancer, en septembre, un tour de France de la diversité tout en retenant la proposition de Karim Zéribi pour qui, la discrimination positive n’a pas lieu d’être car les compétences sont là.

Le but est de « s’enrichir de cette diversité plutôt que d’en faire un handicap ». L’exemple américain est à ce titre exemplaire. Alors qu’Obama incarne le rêve américain, les français issus de l’immigration s’impatientent. Il faut l’avouer, le rêve républicain est « parfois difficile à palper ». « Leur dire que ce sera plus difficile que les autres, c’est leur dire la vérité. Leur dire que ce ne sera pas possible c’est leur mentir d’emblée » résume le président de la RTM. 

JPEG - 65.2 ko

Pourquoi avoir organisé un débat sur l’identité nationale ?

Autre sujet brûlant, le débat sur l’identité nationale. Un membre de l’association Mi Familia a interpellé Eric Besson sur les raisons qui ont poussé le ministre de l’immigration et de l’identité nationale à mettre en place un tel débat. En effet, ce dernier a soupçonné le ministre d’avoir voulu récupérer les voix du Front National pour les dernières élections régionales. Chose qu’il a réfuté. « L’idée que je puisse faire quelque chose pour marcher sur les plates bandes du FN est quelque chose qui m’est insupportable. [...] Les républicains de droite et de gauche ne doivent avoir qu’une obsession : ramener les électeurs du FN dans le cercle républicain » a insisté le ministre. « A travers ce débat sur l’identité nationale j’ai voulu interroger ce qui nous relie, ce qui nous rassemble, ce qui fait que nous sommes une communauté nationale » a-t-il ajouté. De notre côté, cette déclaration nous a sidérés car nous étions présents lors des régionales et sans parti pris et il est évident que ce débat n’avait rien de rassembleur au contraire il était à charge contre une seule catégorie de citoyens : les « musulmans » et tout particulièrement les Algériens. (Revoir les images des débats sur notre site :

http://www.med-in-marseille.info

http://www.med-in-marseille.info

De son côté Karim Zéribi a dit n’avoir aucun complexe à évoquer le thème de l’identité nationale mais s’est dit gêné par le fait qu’il ait été lancé depuis le ministère de l’immigration. Selon lui, c’est un débat qui aurait dû être lancé sur le terrain de l’Education Nationale et non sur celui du ministère de l’immigration dont la thématique a également fait l’objet du débat. Les expulsions, les reconductions, les régularisations sont autant de thèmes qui divisent ceux qui sont pour les régularisations massives et ceux qui considèrent que « cette option serait irresponsable » comme l’a souligné le ministre de l’immigration qui affirme que ce sont 100 000 étrangers en situation irrégulière qui sont interpellés chaque année.

« Est-ce qu’on ne pourrait pas prendre l’idée de régulariser les sans-papiers qui travaillent et qui paient des cotisations sociales et parfois des impôts [...] ? » a suggéré l’animateur du club de réflexion « Nouvelle France ». Eric Besson a fait savoir qu’une loi, la circulaire de 2007 ouvrait déjà la possibilité d’une régularisation par le travail. « C’est le cas pour 3500 personnes par an ». Cette loi fixe toutefois des règles très restrictives et les régularisations restent exceptionnelles. Elle repose aussi sur le principe de l’ « immigration choisie », un terme que le ministre « revendique ».

Quand d’autres préfèrent combattre le ministère de l’immigration et de l’identité nationale, Karim Zéribi préfère débattre

Si un grand nombre de citoyens souhaite la suppression du ministère de l’immigration et de l’identité nationale, Karim Zéribi est d’un autre avis : « Demander la suppression de ce ministère, sans vouloir débattre des questions de fonds telles l’immigration, l’identité nationale, le co-développement ou encore le Label diversité me parait désuet » a-t-il expliqué au micro de Med’in Marseille.

« La France a beaucoup de mal à parler des pages sombres de son histoire »

Résoudre les questions des flux migratoires avec des pays tels que l’Algérie pourrait permettre d’améliorer les relations franco-algériennes et d’aborder avec plus de sérénité l’histoire commune de ces deux pays a souligné le ministre de l’immigration et de l’identité nationale. Interpellé par un membre du public sur les tensions qui existent en France lorsqu’il s’agit d’évoquer l’histoire franco-algérienne, le ministre a avoué que « la France avait beaucoup de mal à parler des pages sombre de son histoire. » Les critiques récentes portées contre le film « Hors-la-loi » avant même sa sortie témoignent des tensions et des enjeux autour de cette histoire franco-algérienne. « Les massacres de Sétif devront être reconnus comme d’autres périodes sombres de l’histoire franco-algérienne. Remettons les choses à plat. Indiquons effectivement les moments qui ont été inhumains, les moments où des femmes et des hommes sont morts de manière indigne. Ces actes devront être reconnus de part et d’autres parce que sinon on ne pourra pas entrevoir l’avenir ensemble. [ ...] Il faut être capable, sur le plan historique, de remettre les choses à plat. C’est de dire, à un moment donné, dans ces 132 ans d’histoire franco-algérienne, il y a eu énormément de zones d’ombres dans les relations franco-algériennes. Les Algériens n’ont pas été reconnus comme étant des citoyens mais des indigènes, des citoyens de seconde zone. Il faut qu’on en parle. En parler ça ne veut pas dire s’auto flageller mais il faut s’interroger. Quelle relation veut-on avoir demain avec l’Algérie ? Comment les français issus de l’immigration peuvent se positionner dans cette nouvelle coopération ? » nous a-t-il confié après le débat.

Souhaitant projeter une autre approche de la relation franco-algérienne, Karim Zéribi a suggéré au ministre de l’immigration de « créer une commission d’historiens français et algériens, qui pourraient comme les turcs le font avec les arméniens, imaginer une lecture apaisée de l’histoire qui nous lie ». « C’est une étape indispensable » a rétorqué Eric Besson qui pense toutefois que cette commission ne doit pas être mise sous la responsabilité de son ministère pour ne pas risquer de ramener ce sujet au thème de l’immigration.

Interview de Karim Zéribi en vidéo :

 

 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard