Articles

Accueil > Actualités > Berthet, l’art de buller pour avancer

 

Berthet, l’art de buller pour avancer

2 mars 2011

A 34 ans, Berthet est dessinateur, illustrateur et auteur de BD. Originaire de la cité des 4000 à la Courneuve, il a mis du temps à exploiter son coup de crayon et c’est finalement en prison qu’il lui laissera libre cours. Après quatre ans de détention, il sort début 2010 le crayon affuté et des idées plein la tête. Il enchaîne alors expos, projets artistiques et débats avec les jeunes des quartiers pour évoquer son parcours. A l’occasion du festival « banlieusards et alors ? », rencontre avec un mec qui ne bulle pas tant que ça.


 

JPEG - 77.6 ko

Dans le cadre du festival « Banlieusards et alors ? » organisé par l’association « Culture de Banlieue », Berthet était à Saint Denis pour une rencontre avec des collégiens de Saint-Denis et de la Courneuve. Il était accompagné de l’écrivain Rachid Santaki (« les anges s’habillent en caillera »), de Tall Moussa, le concepteur de la nouvelle street-drink Doz et d’Aurélie Lumon, journaliste et animatrice radio à génération Fm. L’idée de ce petit collectif ? Proposer aux jeunes des quartiers d’autres modèles que les sempiternels rap et foot. « Proposer un modèle, c’est un bien grand mot. Je ne me considère pas comme un modèle, je me suis construit et j’ai appris de mes expériences, bonnes ou mauvaises » explique l’artiste. Mais il était important pour lui de partager avec ces jeunes son parcours. « Je reviens de loin. Si j’avais dû parier sur mon avenir, jamais je n’aurai pu imaginer que je me retrouverai là, face à des mômes, à leur parler d’éducation, de passion, de rêve, de choix de vie ». Car Berthet célèbre tout juste sa première année de liberté après 4 ans de détention pour braquage. « Je suis venu leur dire qu’il ne faut rien lâcher et s’accrocher à sa passion. Même et surtout dans les pires moments, comme moi, en prison. Leur dire que tout est possible, à condition de bosser pour ». Gamin, Berthet a déjà un bon coup de crayon, mais il ne l’exploite pas. « Fallait pas être rêveur. L’artiste, c’était pas vraiment l’exemple dominant de réussite autour de moi. Alors très vite, j’ai pris une autre voix. Celle de l’argent facile, si on peut parler de facile quand ça te coûte quatre ans de ta vie » lance-t-il, grinçant.

JPEG - 54.2 ko

L’Evasion

En juin 2011 sortira le premier album BD de Berthet, « L’évasion », aux éditions Indeez. Une sorte d’auto-portrait en noir et blanc, au cœur de l’univers carcéral. Un thème dur, mais baignant dans un fluide glacial d’humour et adouci par la tendresse du personnage. Les planches ont été dessinées à 90% en prison. « Mais je me suis réservé les 10 dernières pages pour la sortie, histoire de clôturer le parcours, de boucler la boucle » explique le dessinateur, qui a produit plus de 500 dessins en deux ans derrière les barreaux. « A la base, c’était vraiment un exutoire. Un moyen de m’évader, de passer à autre chose, j’étais ailleurs », se souvient Berthet. Matons, infirmières, co-détenus, il s’inspire de ce qui l’entoure, de ce qu’il vit au quotidien entre les murs de sa cellule.

JPEG - 83.5 ko

Le séjour en prison

Berthet rentre en prison pour braquage en 2002. Il prend 8 mois. « Je n’avais pas été pris en flagrant délit et je n’ai jamais assumé mes actes. J’avais 25 ans, je me foutais de tout, j’avais pas compris le sens de tout ça. Je suis sorti, j’ai recommencé », lance-t-il. Cette fois, c’est le flagrant délit. En 2006, il prend 4 ans. « A la trentaine, ça a tourné dans ma tête, je me suis dit que j’allais pas faire des conneries toute ma vie. J’ai décidé de sortir de ce trou en ayant avancé. En ayant fait quelque chose de mon temps », se souvient l’artiste. A sa sortie, Berthet a son Bac et un BTS en poche. « En prison, j’ai suivi plein d’ateliers d’écriture, de poésie, de dessin. J’ai redécouvert que je savais dessiner, je l’avais bien enfoui. Dans mon quartier, c’étaient plutôt mes conneries qui me valorisaient » déplore-t-il. Au fil des ateliers, il finit par se faire remarquer et expose ses planches en 2006 à Issy-les-Moulineaux dans le cadre de l’exposition « talents cachés ». Les réactions sont bonnes, l’expérience est renouvelée trois fois de suite. Il vend même. Faire sortir des dessins sur la prison de la prison, un exploit ? « C’est vrai que c’est inhabituel. Mais la dose d’humour a surement aidé, également peut-être un certain flou entre fiction et réalité. Et puis je n’ai pas sorti direct ma planche sur le suicide. J’y ai été crescendo » explique Berthet. Une reconnaissance et des ventes qui l’aident à croire en lui-même et à mieux vivre son séjour en prison aussi. « En taule, j’avais un fort soutien des détenus. Même les mecs les plus durs kiffaient ce que je faisais, me demandaient de les dessiner, de leur créer un personnage dans l’histoire. Et puis aux yeux des surveillants aussi, le dessin m’humanisait vachement. Ça m’a beaucoup aidé » analyse le dessinateur.

JPEG - 93.8 ko

La consécration

La cerise sur le gâteau a été le prix « Transmuraille » du festival de BD d’Angoulême. Berthet est alors choisi par un jury de pros « lauréat 2009 », alors qu’il est toujours en prison. « c’est là que le défilé des éditeurs a commencé. Ils venaient me voir en prison. Au début, tu sais pas comment réagir, alors j’ai tout de suite voulu m’entourer des bonnes personnes., j’ai pris un manager direct, celui du rappeur Sefyu » se souvient le dessinateur. Il sort de prison le 2 février 2010, ses planches sous le bras. Au mois d’octobre, il les expose à Wild Stylerz Gallery au Faubourg St Honoré, rassemblés sous le titre « un goût de liberthet ». Un beau bout de chemin parcouru depuis les murs des 4000, les conneries et les barreaux. A 33 ans, Berthet se paie une exposition perso à deux pas des Champs Elysées. TF1 lui met le grappin dessus, bientôt suivis par la déferlante médiatique habituelle. Pour lui, c’est parti.

JPEG - 74 ko

Les aventures d’Abigaelle

« L’évasion » est aussi pour Berthet un moyen de tourner la page, et de ranger le tome « prison » sur l’étagère. De passer à autre chose. Et son petit trésor du moment, c’est Abigaelle. « C’est mon schtroumph, c’est mon tintin » lance-t-il en riant. S’il a grandi à la cité des 4000 à la Courneuve, Berthet ne veux pas focaliser le récit sur un lieu identifié. Ses dessins plantent le décor d’une banlieue comme une autre, à vocation universelle. « En lisant les aventure d’Abigaelle, des jeunes du 77, du 93, du 91 peuvent se dire « c’est chez moi ». Et surtout, je dessine aussi pour ceux qui ne connaissent pas la banlieue », explique l’auteur. Car c’est un peu aussi la situation de départ d’Abigaelle, une petite nana qui vient de la campagne, qui débarque à Paris pour aller à la fac et qui se retrouve à vivre en banlieue. « Elle arrive là avec beaucoup de préjugés en tête et elle découvre une réalité plus complexe que ce qu’elle croyait. Ses amies s’appellent Nadia et Fatou, elles sont super mignonnes –à la différence d’Abigaelle- et s’assument en tant que jeunes femmes du quartier », détaille-t-il. En prenant ce personnage étonnant, Berthet évite le poncif du mec de banlieue à capuche, qui tient le mur et qui deale. « Je voulais dessiner la banlieue, mais pas à travers les yeux d’un wesh-wesh. Là c’est une nana qui tient les rênes, et qui découvre le quotidien de banlieue avec son caractère bien trempé et sa gueule de ouf », s’amuse l’auteur, avant de terminer : « Abigaelle me permet aussi de faire un lien entre monde rural et banlieue, c’est quelque chose à creuser. le monde rural accuse lui aussi beaucoup de clichés médiatiques, qui sont ancrés dans les mentalités ».

En attendant la sortie de « l’Evasion » en juin et des aventures d’Abigaelle à la fin de l’année, Berthet expose ses dessins sur le thème de la prison à la galerie 3F, Place des Abbesses. Une pépite à découvrir…

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard