Articles

Accueil > Actualités > Bader Lejmi : « Aujourd’hui, un homme politique se sent presque obligé d’être (...)

 

Bader Lejmi : « Aujourd’hui, un homme politique se sent presque obligé d’être islamophobe »

4 juin 2013 - Dernier ajout 5 juin 2013

« L’heure de nous-mêmes a sonné » avait déclaré Aimé Césaire. C’est sous « ce slogan » que l’association « Les Indivisibles » a choisi d’organiser la 5ème cérémonie des « Y’a bon Awards » récompensant chaque année les pires propos racistes tenus dans la sphère médiatique. Selon Bader Lejmi, organisateur de cette 5ème édition et membre des « Indivisibles » depuis 2008, c’est l’islamophobie qui domine le plus dans les discours politico-médiatiques. Interview.


 

C’est la première fois que les « Y’a Bon Awards » sont organisés sous un gouvernement de Gauche. Le record de discours racistes a-t-il été battu par la Gauche ?

Le plus remarquable, c’est qu’on a dû faire un effort pour trouver des citations racistes d’extrême droite, comparé à ce qu’on a pu trouver à Gauche ou à Droite c’est-à dire que ce qu’on a trouvé comme citation à l’extrême droite, n’est pas plus grave que ce qu’on a pu entendre de la Gauche ou de la Droite. D’une certaine Gauche en particulier, notamment représentée par Manuel Valls et tous ceux qui se revendiquent d’un espèce de nationalisme, chauvinisme, républicanisme, laïcisme.

Qu’est ce qui ressort le plus ? Le racisme anti Rroms, la négrophobie, l’islamophobie ?

Les différentes formes du racisme s’expriment de façons très différentes. L’islamophobie a comme particularité de s’exprimer par le biais politique et médiatique de façon la plus virulente dans le discours. Nous, nous voulons représenter toutes les particularités du racisme mais l’islamophobie, il faut le reconnaitre, est un pilier de l’idéologie politique moderne. Aujourd’hui, un homme politique se sent presque obligé d’être islamophobe. Il est attendu des hommes politiques de dire des choses islamophobes.

Si par exemple je veux défendre les musulmans ou lutter contre la stigmatisation des musulmans, parmi les premières choses que je dois dire c’est : « je reconnais qu’il y a du fanatisme dans les quartiers, de l’intégrisme dans certains Pays, ou que je vois dans les quartiers une oppression ou que Tarik Ramadan est un danger. C’est-à-dire que même ceux qui défendent les musulmans, eux-mêmes tiennent des propos empreints de préjugés sur l’Islam. Et s’ils ne le font pas, on va les soupçonner d’être proches des islamistes, des islamo-gauchistes.

Le terme « islamophobie » existe mais on dit que c’est l’invention des mollahs iraniens alors que c’était l’invention d’un historien français du 20ème siècle qui traitait de la politique colonialiste française en qualifiant d’islamophobe, comme elle l’’est aujourd’hui encore.

La négrophobie est un terme qui n’est même pas connu. Pourquoi ? Parce que la particularité de la négrophobie, c’est le fait même de nier qu’il existe ces discriminations et la romanophobie, pour beaucoup de gens c’est une idée bizarre, car pour pas mal d’entre eux, ils ont accepté l’idée que c’est normal d’expulser les gens parce qu’ils ont un mode de vie diffèrent.

Pensez- vous à l’extrême gauche ?

Cela traverse toute la sphère politique. C’est vrai que c’est le plus frappant dans le discours de l’extrême gauche, c’est cette volonté de dire tout et son contraire et de ne pas apparaître comme voulant stigmatiser les musulmans. Ils ont toujours dans leur tête, que la religion c’est l’oppression, que le féminisme, c’est la fin de la religion.

Peut-on dire que la définition de la laïcité a été détournée ?

Pour l’extrême gauche c’est particulier. Je pense qu’il y a une véritable histoire de l’extrême gauche ; une laïcité anti religieuse très ancrée dans leur code génétique politique. En revanche pour le reste des partis politiques, que ce soit la Droite, le Centre ou le Centre Gauche, ils ne sont pas connus pour être aussi intégristes sur la laïcité. Ils peuvent même être des gens très ouverts quand il s’agit des cultes à l’image du judaïsme, du christianisme, du bouddhisme. Mais quand il s’agit de l’Islam, ils changent. Ce qui est le plus frappant, c’est lorsqu’on regarde les pratiques réelles sur le terrain et ce que disent les gens en public ou dans les médias, on voit que ce sont deux réalités différentes. Y en a même qui au niveau du terrain, ont des politiques communautaristes en essayant de faire en sorte que les musulmans soient un réservoir de voix.

L’objectif des « Y’a Bon Awards » est aussi de répondre par l’humour aux dérapages racistes. Cela est-il efficace pour lutter contre le racisme ?

L’humour, c’est une méthode, c’est jamais un objectif. Surtout en politique. Parce que quand on rit avec quelqu’un contre quelque chose d’autre, on n’est pas dans un débat ou dans une volonté de convaincre rationnellement, ou au contraire de battre quelqu’un par la force et la beauté de son argumentaire. On est là, dans la connivence. On peut rire de quelque chose que si on partage un constat, on partage des valeurs. Ce rire-là, permet d’aller au-delà des discours politiques que chacun peut avoir. Et simplement d’être confrontés à la réalité. Une réalité qui est à des milliers de ce qu’ils peuvent raconter. Du coup, ça les ridiculise, ça les ringardise. C’est ça la force de l’humour. C’est vrai que beaucoup de gens viennent au « Y’a bon Awards » pour se défouler, comme un carnaval. Le temps d’une soirée, les rôles sont inversés. Les stigmatiseurs deviennent les stigmatisés et les victimes deviennent les acteurs. Mais ça ne doit pas s’arrêter à ça.

Le but de cette cérémonie est- il aussi de fédérer les organisations anti-racistes ?

« L’heure de nous-mêmes a sonné ». C’est le slogan de cette année (Aimé Césaire). Il est temps aussi qu’on crée des moments au cours desquels, on se rassemble. Les « Y’a bon Awards », avec la force de l’humour, permettent le rassemblement.

Comment a été choisi le jury ? Parmi ce jury, on note la présence de Toumi Djaidja, initiateur de la marche de l’Egalité et contre le racisme. C’est une volonté de faire écho à cette initiative de 1983 ?

Le jury, c’est la force des « Y’ a bon Awards », on a besoin d’un jury qui soit très éclectique, qui parle au grand public, qui ne soit pas forcément lié à l’association. On veut un jury qui représente la lutte qu’on mène et qui partage nos valeurs et principes. Cette année, on a un jury très ouvert et représentatif de la société française.

Toumi djaidja représente une de ces composantes-là. La marche c’est un mouvement initié en 1983 par beaucoup de jeunes issus de l’immigration, qui se sont engagés avec l’idée qu’ils étaient temps de se mobiliser contre le racisme. 30 ans après ça fait écho à ce mouvement mais ça fait aussi écho à la naissance d’Aimée Césaire. « L’heure de nous-mêmes a sonné » d’où le titre de l’évènement cette année.

Les politiques connaissent-ils les « Y a Bon awards ? Si oui, quelles sont leurs réactions ?

Certains suivent de prés. Journalistes et politiques ont peur d’être nommés. Certains nous demandent quels sont les nommés. On laisse le mystère. On ne dira ni les nommés, ni les lauréats. Ceci montre l’efficacité des « Y a bon awards ». L’Intérêt de cet évènement, c’est qu’on peut démonter les propos et mettre la personne face à ses responsabilités et ainsi mettre tout le monde au courant. C’est aussi l’occasion de prendre conscience de ce que ces personnes ont pu dire. C’est une bonne synthèse du racisme ordinaire, tenu dans les hautes sphères durant toute une année.

Avez-vous quelque chose à ajouter ?

Je remercie Med’in Marseille, qui est aussi partenaire de l’évènement. J’aimerais que ça se nationalise en particulier à Marseille qui est une ville très intéressante et où il y a beaucoup de choses à faire. On a aussi besoin d’initiatives qui viennent de Marseille.

Organisations Partenaires : ENAR, CCIF, Banlieue Plus, UJFP, Mamans Toutes Egales, Uni*T, Indigènes de la République, CRI, CRAN, Foulexpress.

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • Novembre 2017

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • Novembre 2017

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • Octobre 2017

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • Octobre 2017

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • Octobre 2017

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • Septembre 2017

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard