Articles

Accueil > Actualités > Arezki, 14 ans, tabassé pour avoir porté un t-shirt à l’effigie du drapeau (...)

 

Arezki, 14 ans, tabassé pour avoir porté un t-shirt à l’effigie du drapeau algérien

23 septembre 2013 - Dernier ajout 24 septembre 2013

Dimanche dernier, Porte de la Saunerie à Manosque, une soixante-dizaine de personnes ont répondu présent à l’appel d’organisations antiracistes (Radio Galère , MRAP, CRI) venues dénoncer l’agression raciste à l’encontre du jeune Arezki Benouali, tabassé le 16 mars 2012 par un sexagénaire - (sous l’œil complice de sa compagne) - n’ayant pas supporté de le voir porter un t-shirt à l’effigie du drapeau algérien. Plus d’un an après les faits, et malgré 5 chefs d’inculpation dont « violences aggravées sur mineur de moins de 15 ans et agression à caractère raciste », la justice a condamné l’agresseur à « seulement 6 mois de prison avec sursis » et à verser des dédommagements. A ce jour, la famille Benouali a fait appel. Vidéo.


 

C’est à 17 h précise, place Saint Sauveur que l’agression raciste s’est déroulée sous l’œil passif des passants. Un homme d’une stature imposante, accompagné de sa compagne, s’est acharné verbalement et physiquement sur Arezki. « Con d’arabe. […] T’as pas honte de porter ce T-shirt, mais si tu l’aimes tant ton Algérie, t’as qu’à y retourner ! ». Les gifles et les coups portés sur lui, lui ont valu 3 mois en fauteuil roulant avec l’interdiction de poser le pied au sol. Son fémur ayant été déplacé par la puissance des coups. « Ils ont détruit son adolescence, enlever son innocence. Il a perdu beaucoup de temps et de sa santé et il faut maintenant qu’il retrouve sa dignité et sa fierté d’être français » insiste sa mère, Nadia Benouali.

La sœur d’Arezki, reste choquée par cette agression dans une ville qui l’a vue grandir et qui découvre aujourd’hui que le racisme a pris le dessus. Violemment renvoyé à ses origines, Arezki ne renoncera jamais à ses racines. « Je ne veux pas qu’on me parle d’intégration, je n’ai pas à être intégrée. […] Il faut qu’on nous respecte » poursuit sa maman.

Malgré ces faits graves, la famille Benouali a fait l’objet, à maintes reprises, de pression afin qu’elle ne porte pas plainte. « Il a fallu se battre pour pouvoir accéder à ce droit ». Mais elle n’a pas pu aller jusqu’au bout car elle s’est vue refuser le droit de déposer plainte contre la compagne de l’agresseur pour « non-assistance à personne en danger ».

La justice a condamné l’assaillant à 6 mois de prison avec sursis. Un verdict « incompréhensible » malgré les 5 chefs d’inculpation dont « violences aggravées sur mineur de moins de 15 ans et agression à caractère raciste ». A ce jour la famille a fait appel et attend la date du prochain procès. « Le Mouvement contre le racisme et l’amitié entre les peuples (MRAP) des Bouches-du-Rhône s’est porté partie civile » a fait savoir sa représentante, Houria Mekrelouf, pour qui l’agression est « inqualifiable ».
« Quand on se tait sur ce genre d’agression, demain ça passera à une autre catégorie. […] Il faut créer un collectif de soutien de suivi de cette affaire, comme cela a été fait pour l’affaire Hajimi . Il a fallu 5 ans pour arriver à faire condamner les policiers au tribunal correctionnel » a expliqué Abdelaziz Chaambi, fondateur de la Coordination contre le racisme et l’islamophobie.

Malgré l’absence des médias mainstream, des politiques et notamment du maire de Manosque Bernard Jeanmet (UMP), dont le domicile est à deux pas du lieu du rassemblement, la famille d’Arezki a su mobiliser face à cette injustice, qui aurait certainement été médiatisée si la victime avait été « française » de souche ». Malgré tout, Nadia Benouali et son époux, ont trouvé le soutien du Consul algérien de Nice qui considère que l’affaire a pris une « tournure politique ». Une précieuse aide sur le plan financier et juridique leur a été proposée. Un soutien de taille surtout lorsque la famille a constaté que l’association « SOS Racisme », qui avait alors souhaité se porter partie civile, et ce, dès le début de l’affaire, a brillé par son absence, n’a été d’aucun soutien ; et n’a eu aucun scrupule a touché 800 € de dommages et intérêts » a affirmé Nadia Benouali.

« La lutte antiraciste doit venir de la population immigrée »

Pendant l’attente du procès en appel, la lutte et la sensibilisation doivent se poursuivre. L’injustice est à dénoncer surtout dans un pays qui prétend être celui des Droits de l’Homme. Pour cela, « la lutte contre le racisme ne peut pas être menée par les organisations traditionnelles. Cela doit venir des travailleurs immigrés et de la population immigrée qui doit se prendre en main elle-même », lance un militant du NPA. « Vous ne devez pas faire en sorte que la lutte que vous devez mener, soit une lutte de force d’appoint pour des menées politiques diverses » conclu-t-il.

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard