Articles

Accueil > Actualités > Après la forte abstention, Fadela Amara craint que « les quartiers deviennent (...)

 

Après la forte abstention, Fadela Amara craint que « les quartiers deviennent l’angle mort du débat public »

11 avril 2010

Après Vaulx-en-Velin en 2008 et Dreux en 2009, c’est à Nice que s’est tenu le 3ème Forum « Espoir Banlieues » organisé vendredi dernier par le secrétariat d’Etat à la politique de la ville. Prés de 1000 personnes, venues de toute la France, ont assisté à cette journée d’échanges et de concertation pour faire un état des lieux des pratiques et des mesures prises dans le cadre du plan Espoir banlieues. Si « les inquiétudes et les craintes » des associations ont été nombreuses, la secrétaire d’Etat chargée de la politique de la ville, Fadela Amara, a souhaité rassurer en faisant un plaidoyer sur « la dynamique » du plan Espoir banlieues, lancé il y a deux ans. Elle est également revenue sur la forte abstention qui risque, selon elle, d’écarter les quartiers populaires du débat public.


 

JPEG - 80.9 ko

L’ensemble des associations mobilisées sur le terrain auprès des habitants des quartiers populaires, l’ensemble des élus locaux ou encore des chefs d’entreprises étaient présents pour témoigner chacun leur tour des résultats obtenus dans leur ville autour de tables rondes. La formation, l’emploi ou encore le désenclavement des quartiers ont fait l’objet de débats autour des constats et des expériences menées dans les différentes villes de la métropole deux ans après le lancement du plan banlieue. Valérie Boyer, adjointe au Maire de Marseille a fait savoir que la cité phocéenne avait 13 projets en préparation parmi lesquels la création d’un centre de santé au Plan d’Aou dont l’installation devrait « favoriser l’économie ». De leurs côtés, les chefs d’entreprises ont souhaité évoqué leur rôle grandissant dans le désenclavement des quartiers à travers le dispositif des Zones Franches Urbaines (ZFU) qui selon Xavier Giocanti, président de l’association des entrepreneurs en ZFU «  a bien fonctionné à Marseille ». En 14 ans, nous avons réussi à diminuer le taux de chômage. De 32% il est passé à 16%. Nous avons également réussi à faire venir prés de 5000 entreprises de renom et donc supprimer « ce délit de sale adresse » souligne t-il avant d’ajouter que les entreprises jouent un rôle social fondamental et « favorise une réelle mixité ».

JPEG - 96.6 ko

Abdel Aissou, directeur général délégué du groupe Ranstad/Vedior, a quant lui mis en avant le rôle « Conseil national des entreprises pour la banlieue » (CNEB), dont le but est de mettre les jeunes en relation avec les entreprises. Dans son rapport remis à Fadela Amara, il préconise la promotion de l’alternance vers les métiers du développement durable et des services aux personnes ; la création de banques de stages interactives ou encore la création de pôles de compétences solidaires autour des zones franches urbaines (ZFU). Si les entreprises n’ont pas manqué d’éloges, un jeune homme a souhaité nuancer les actions engagées par celles-ci en regrettant le manque de contrats à long terme, seul moyen selon lui de donner envie aux jeunes de connaitre le milieu professionnel. Pour ce qui est des femmes dans les milieux défavorisés, « il manque des entreprises pour les aider car elles sont souvent oubliées » a regretté l’une d’entre elles.

JPEG - 71.9 ko

Autour de l’ouverture des grandes écoles, Hubert Bonal, délégué à l’égalité des chances au sein du groupe HEC a souhaité souligner les efforts effectués par l’école de commerce pour promouvoir l’accès à l’enseignement supérieur pour des jeunes lycéens de zones défavorisées en rappelant la gratuité des études à HEC pour les étudiants boursiers d’Etat.

JPEG - 74.6 ko

Si cela est une avancée, certaines choses sont à regretter et particulièrement «  ces agressions subies dans ces grandes écoles », précise une jeune étudiante « issue de la diversité », se sentant agressée par « le regard des autres ». « La société doit changer. On nous prend en pitié comme si on était des mendiants » a-t-elle souligné. Une intervention qui a interpellé Myriam Salah-Eddine, ex-membre du Haut Conseil à l’intégration et conseillère à la communauté urbaine Marseille Provence Métropole qui a particulièrement regretté le manque d’interventions autour de ce problème qui est la stigmatisation dont sont victimes les jeunes « issus de la diversité ». « Dans les grandes écoles, la mentalité n’a pas changé, on les voit toujours comme des quémandeurs ».

JPEG - 98 ko

Les acteurs sociaux craignent un désengagement de l’Etat

Face au chômage endémique et à la prochaine réforme des collectivités territoriales en préparation, les directeurs et membres d’associations ont évoqué leur crainte quant à leur statut et au déroulement de leur carrière. Ils craignent en effet un désengagement de l’Etat et une baisse des moyens. « Est-ce que l’Etat va continuer à investir sur le public, les jeunes, l’humain ? » s’interroge une présidente d’association œuvrant dans les quartiers dits sensibles. « La réflexion et la mise en œuvre de ce plan vont-ils associer les associations ? » poursuit une autre. Accompagnée de Christian Estrosi, Maire de Nice et ministre de l’Industrie, Fadela Amara a insisté sur le fait de « mobiliser l’ensemble des acteurs œuvrant quotidiennement dans les banlieues et quartiers populaires ». La secrétaire d’Etat déléguée à la politique de la ville parle désormais d’ « une dynamique espoir banlieues, qui traduit une volonté de créer une dynamique qui veut que chaque acteur soit face à ses responsabilités » a-t-elle précisé.

JPEG - 71.5 ko

Devant les associations et des élus, elle a fait le point sur l’application du plan Espoirs banlieues, en insistant sur l’ouverture d’ici 2010 de 11 internats d’excellence, sur les opérations de désenclavement dans les transports avec 37 projets de transports en commun, sur la signature de 26.000 contrats d’autonomie pour l’emploi des jeunes sans pour autant donner de précisions sur les conversions de ces contrats en CDI. Elle s’est également réjouie des opérations de rénovation urbaine conduites depuis quelques années dans les quartiers par l’Agence nationale de rénovation urbaine. « 542 quartiers vont changer de visage avec 42 milliards de travaux » s’est-elle félicitée. Mais « c’est bien de vivre dans un cadre rénové et joli, mais si c’est pour le voir toute la journée… » lance une directrice d’association. Car plus que l’amélioration de leur cadre de vie, les jeunes et les acteurs de terrain veulent en priorité des emplois. Fadela Amara a promis de s’engager à assurer la pérennité des financements aux associations et la pérennisation de leurs emplois. Elle a aussi réaffirmé l’importante nécessité de mobiliser le monde de l’entreprise car « l’intégration passe par la fiche de paye » à-t-elle souligné. De son côté Christian Estrosi s’est réjoui de la mise en place d’une école de la deuxième chance à Nice. Si la ville de Nice a été choisie pour accueillir ce 3ème forum « espoir banlieues », c’est pour saluer les actions menées par la maire actuel en matière de désenclavement des quartiers et de rénovation des quartiers niçois » a précisé Fadela Amara.

« Quand un quartier ne vote pas, il n’existe pas »

La secrétaire d’Etat est également revenue sur l’abstention massive des jeunes des quartiers lors des dernières élections régionales. « L’abstention devrait vous inquiéter. Il ne faudrait pas que les quartiers deviennent l’angle mort du débat public », appelant au passage les associations à promouvoir la citoyenneté afin que les électeurs retrouvent « le chemin des urnes ». Car « quand un quartier ne vote pas, il n’existe pas » a-t-elle lancé sans pour autant effectuer l’analyse des causes de cette abstention. Car l’abstention massive enregistrée dans les quartiers lors des élections Régionales pourraient donner l’impression d’un découragement. Au-delà de ce constat, elle a regretté les images négatives véhiculées par les médias dont une partie « montre les quartiers sous l’angle événementiel ».

En fin de journée, Fadela Amara s’est offert un bain de foule au village des associations. Guidée par Christian Estrosi, la secrétaire d’Etat est allée découvrir et encourager les associations qui œuvrent quotidiennement auprès des populations des quartiers. « Ça grouille de compétences, de talents et de solidarité. [...] L’avenir de notre pays se joue dans ces quartiers populaires » a-t-elle lancé.

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 11 mai

     

    Patrick Mennucci : "Mélenchon a choisi l’affrontement, il va l’avoir"

    Au micro de BFMTV ce mercredi, Patrick Mennucci a réagi à l’annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon dans sa circonscription de Marseille pour les législatives. "C’est la cinquième fois qu’il change de lieu de vote, on va devoir discuter de tout ça, en même temps qu’il nous explique ce qu’il connaît du centre-ville de Marseille, à paris le Vieux-Port un jour de soleil et de meeting". Et dans un communiqué, Patrick Ménucchi critique ce parachutage parisien : "Jean-Luc Melenchon a fait le choix d’être candidat à Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, circonscription dont je suis le député sortant et candidat pour un second mandat. C’est une clarification. Il clarifie la (...)

     

  • 10 mai

     

    Benoît Hamon lancera son propre mouvement transpartisan le 1er juillet

    Benoît Hamon, candidat socialiste à l’élection présidentielle, a annoncé mercredi 10 mai, sur France Inter, vouloir lancer, le 1er juillet 2017, son propre mouvement, transpartisan. "Le 1er juillet, je lancerai un mouvement, large, qui s’adressera aux hommes et aux femmes de gauche, citoyens, a-t-il déclaré, pour être en situation de se retrouver, de penser les suites que nous pouvons donner à ce travail que nous avons commencé lors de la campagne présidentielle, un travail sur ces idées nouvelles". Ce mouvement n’a pas encore de nom, a-t-il (...)

     

  • 10 mai

     

    Législatives : Jean-Luc Mélenchon candidat à Marseille face au PS sortant Patrick Mennucci

    "Le chef de file de La France insoumise a informé ses adhérents de son choix. Il confirmera sa décision lors de sa visite à Marseille jeudi 11 mai. Jean-Luc Mélenchon devrait être candidat aux législatives à Marseille dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. Le chef de file de La France insoumise, qui, mercredi 10 mai au matin sur l’antenne de RMC-BFM-TV, a estimé qu’il serait « probablement » candidat à Marseille, a confirmé son choix dans la journée dans une lettre adressée aux « insoumises et insoumis » marseillais, que Le Monde a pu consulter". En savoir plus sur (...)

     

  • 10 mai

     

    Anne Hidalgo, Christiane Taubira et Martine Aubry lancent un mouvement politique, "Dès demain"

    Ils s’adressent à "tous les humanistes qui croient encore en l’action". Des figures politiques comme les maires PS de Paris et Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, et l’ex-ministre de la justice Christiane Taubira, ainsi que des intellectuels et des artistes, parmi lesquels Yann Arthus-Bertrand ou Jacques Higelin, cosignent une tribune publiée dans Le Monde, mercredi 10 mai. Ils y annoncent le lancement d’un mouvement politique baptisé Dès demain." http://www.francetvinfo.fr/politique/anne-hidalgo-christiane-taubira-et-martine-aubry-lancent-un-mouvement-politique-des-demain_2184369.html#xtor=CS1-746

     

  • 5 mai

     

    CONSOLAT VS US BOULOGNE : L’affiche du prochain match à domicile ce samedi 6 mai à 15h

    Contacté par Rachid Tigilt, un des fervent supporter du GS CONSOLAT nous relayons volontiers l’affiche du prochain match contre l’US Boulogne. En effet, encore une fois le club Marseillais évoluant en National fait une remarquable saison : il est 6ème à 7 point du leader ! Aussi pour saluer encore une fois les exploits du staff et de l’équipe du président Mingalon nous vous informons qu’il s’agit de l’avant-dernier match de la saison à domicile ( Stade La Martine) se jouera ce samedi, à 15h, Venez nombreux ! et hou ha allez Consolat (...)

     

  • 4 mai

     

    Les trois grandes autorités juive, protestante et musulmane appellent ensemble au vote Macron, pas les catholiques

    Les trois grandes autorités juive, protestante et musulmane appellent ensemble au vote Macron. Aucun responsable catholique ne s’est joint à cette initiative inter-religieuse. Les trois principales autorités juive, protestante et musulmane, le grand rabbin de France Haïm Korsia, le pasteur François Clavairoly et le président du Conseil français du culte musulman (CFCM) Anouar Kbibech appellent jeudi 4 mai "au vote républicain pour Emmanuel Macron" pour le second tour de l’élection présidentielle, dans une déclaration "d’une même voix". (...)

     

  • 24 avril

     

    #SansMoiLe7Mai

    le Hashtag #SansMoiLe7Mai, Décider de ne pas voter au second tour Avec #SansMoiLe7Mai, de nombreux internautes ont décidé de ne pas voter le 7 mai prochain. Pour des raisons diverses. Comme cet internaute, "on nous demande de choisir entre la haine des étrangers ou la haine des pauvres. Ou un autre "Ce score de Macron marque l’immaturité politique des Français totalement manipulés par les médias", ou d’autres mécontents/"Certains semblent répondre à Jean-Luc Mélenchon, qui a déclaré dimanche soir, qu’il demanderait l’avis de ses militants par vote électronique en vue du second (...)

     

  • 24 avril

     

    Le PS appelle à voter Emmanuel Macron au 2ème tour

    Le Parti socialiste appelle "à battre l’extrême droite" et donc "à voter" pour Emmanuel Macron contre Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle, a déclaré lundi Jean-Christophe Cambadélis. "Nous appelons à battre l’extrême droite, Marine Le Pen, et donc nous appelons à voter Macron. Cette prise de position a été unanime au sein du bureau national du PS et c’est suffisamment rare pour que ce soit souligné", a déclaré le premier secrétaire du PS au micro de BFMTV.

     

  • 24 avril

     

    Ces 56 communes où Marine Le Pen n’a recueilli aucune voix

    Ces 56 communes où Marine Le Pen n’a recueilli aucune voix "La candidate du Front national a réalisé un score historique avec plus de 7,5 millions de voix. Mais Marine Le Pen n’est pas pour autant populaire dans toutes les villes de France. Il existe même 56 communes où le Front national n’a obtenu strictement aucune voix. Il s’agit de petits villages avec moins de 100 inscrits sur les listes électorales. La majorité de ces bourgs se situe dans le sud-ouest de la France." http://www.francetvinfo.fr/elections/presidentielle/carte-ces-56-communes-ou-marine-le-pen-n-a-fait-aucune-voix_2159674.html#xtor=CS1-746

     

  • 4 avril

     

    Romano Dives | Journée Internationale des Roms

    Romano Dives | Journée Internationale des Roms Le 8 avril symbolise l’union des Roms, qui se sont choisis en 1971 un hymne, un drapeau, une fête internationale : le « Romano Dives ». Pour sa 10ème édition, Latcho Divano célèbre cette journée phare à la Friche Belle-de-Mai, en proposant au public de découvrir l’action de terrain de chaque association militante et culturelle oeuvrant pour les Roms à Marseille, des activités pour tous, et un grand concert gratuit. Friche La Belle de Mai 41 rue Jobin - 13003 Marseille

     

Articles récents

Articles au hasard