Articles

Accueil > Actualités > Ali Djessas : « Ils n’étaient gentils qu’avec ceux qui ne maitrisaient pas la (...)

 

Ali Djessas : « Ils n’étaient gentils qu’avec ceux qui ne maitrisaient pas la langue française et qui ne connaissaient pas les lois »

7 juillet 2010

Elle semble être lointaine l’époque où le travail ne manquait pas, où le chômage était quasi nul et où la force de travail de la main d’œuvre immigrée était plus qu’appréciée. Ali Djessas s’en souvient parfaitement. Ce natif d’Annaba a fait parti de ceux qui ont migré vers la France pour travailler dés le début des années 70. De petits boulots en petits boulots, il a fini par devenir un mineur chevronné, un métier à risque qu’il appréciait malgré tout. Retraité depuis 9 ans, cet homme de caractère, nous confie avec nostalgie ces années intensives au cours desquelles il a dû apprendre « à ne pas se laisser faire », à une époque où les étrangers maghrébins n’étaient pas entièrement considérés. Fier de son parcours, il nous raconte son histoire.


 

JPEG - 61.1 ko
Ali Djessas

Savoir prendre son destin en main et « ne pas se laisser faire ». Tel était le crédo adopté par Ali Djessas, ancien travailleur immigré fier aujourd’hui de son parcours teinté de persévérance et de courage. Agé de 64 ans (bien qu’il ne les fasse pas), Ali Djessas est né le 13 janvier 1946 à Annaba, une ville située à l’extrême nord-est de l’Algérie, entre le fleuve Seybouse et la frontière tunisienne. Là bas, ses journées furent rythmées par les vendanges, les récoltes chez des français d’Algérie. De petits boulots en petits boulots, Ali Djessas récoltait 8 francs par jour pour 8 heures de travail autant dire qu’ « on était tout le temps endetté » se souvient-il. N’ayant plus envie de poursuivre dans cette voie là, il s’est alors engagé dans l’armée à l’âge de 20 ans mais n’y restera pas plus d’un an, la dureté du service militaire n’était pas à son goût. Il choisit donc de s’inscrire au bureau de la main d’œuvre en Algérie pour tenter sa chance en France, à l’époque le Général De Gaulle appelait en masse la les travailleurs immigrés choisis après avoir passé leur visite médicale. Ayant eu la lucidité de mettre de l’argent de côté, 25 000 francs de l’époque, il a pu se payer le voyage qui allait le conduire vers une tout autre vie. Il débarque donc à Marseille en 1967 en compagnie de nombreux autres travailleurs venus gagner leur vie à la sueur de leur front.

« Le travail était libre. Il n’y avait pas de contrats. On pouvait travailler un jour, deux jours, une semaine, un mois, deux ans mais il faillait savoir gérer tout ça pour ne pas se retrouvait sans boulot » explique Ali Djessas qui a dû apprendre à naviguer entre chaque opportunité. « C’était la belle époque. Tout le monde travaillait » tient-il à préciser.

[...] « Certains ne savaient pas qu’ils avaient droit à une prime »

A Aix-en-Provence, il était devenu nettoyeur de vitres puis camionneur sur le port de Marseille ensuite employé par la SNCF pour s’occuper des chemins de fer, galvaniseur dans une société du traitement de fer à la Valentine .... et enfin ouvriers dans des chantiers colossaux à Sainte Marthe (Marseille) où il a fait partie de ceux qui ont creusé les tunnels et construit les égouts de Sainte Marthe jusqu’au quartier de la Rose. Certes, ces années ne furent pas de tout repos. Il a été souvent confronté au mépris et au dédain de certains employeurs qui n’aimaient que les immigrés dociles. N’ayant pas sa langue dans sa poche, il l’a maintes fois fait remarquer à ces derniers. « Ils n’étaient gentils qu’avec ceux qui ne maitrisaient pas la langue française et qui ne connaissaient pas les lois. Souvent, ils n’embauchaient pas ceux qui avaient l’air de ne pas se laisser faire et de connaitre les rouages administratifs. Certains ne savaient pas qu’ils avaient droit à une prime » fait-il savoir. S’il dit ne pas avoir été victime de ce mode de recrutement, il dit avoir été témoins de certains comportements irrespectueux. En effet, lors d’un chantier à Simiane, un travailleur immigré qui ne maitrisait pas du tout la langue française se faisait insulter par son employeur, croyant qu’il discutait avec lui avec respect et gentillesse.

Si Ali Djessas ne maitrisait pas non plus la langue française, il a persévéré malgré les freins multiples qui ont pu se dresser face à lui au cours de sa carrière. Après avoir effectué de nombreux métiers, il a fini par vouloir devenir mineur de fond dans la ville de Gardanne. Deux ans après avoir déposé un dossier d’embauche auprès des gestionnaires de la mine, qui recrutaient le plus souvent des personnes issues de familles de mineurs, il a été appelé en 1978 afin d’effectuer un stage d’apprentissage indispensable face aux conditions de travail imposées par la mine. C’est en effet le manque de personnel qui lui a permis d’être embauché.

« La mine, elle, ne pardonne pas »

Ali Djessas découvre alors un métier à risque où les explosions et les éboulements furent l’une de ses plus grandes craintes. « Au début, j’avais la trouille. Il n’y avait pas un jour où il n’avait pas de blessés sans compter les accidents qui ont provoqué la mort de nombreux mineurs » confie-t-il. « Un jour un bloc de pierre est tombé sur un flexible, mon chef m’a demandé de le décoincer. J’ai refusé car c’était la mort assurée. Face à son énervement, je lui ai aussitôt évoqué mon idée de monter un syndicat dans l’optique de dénoncer certaines conditions de travail, il s’est aussitôt calmé et a souhaité qu’on s’arrange. Je lui ai alors dit : « je n’ai besoin de rien, je veux juste qu’on me laisse tranquille ». En effet, si Ali Djessas avait le tact de se faire respecter il n’en était pas de même pour les autres mineurs qui auraient accepté malgré le risque. « Ce qui coûte le plus cher c’est le flexible ou c’est moi, lui ai-je demandé. » En effet, Ali Djessas n’a pas oublié les nombreuses fois où il a failli perdre la vue ou un doigt. « Un jour, j’ai reçu un flexible dans l’œil » se souvient-il encore avec effroi. « C’était rare qu’un type dans la nuit n’était pas blessé. La mine, elle ne pardonne pas » souligne-t-il.

Si les inconvénients du métier furent nombreux, les avantages le furent tout autant avoue-t-il. En effet, « les visites chez le médecin et le dentiste étaient gratuits, on nous logeait avec nos familles gratuitement et on ne payait ni factures d’eau, ni chauffage » se souvient-il. Des avantages que les mineurs marocains du Nord Pas-de-Calais n’ont pas bénéficié et qu’ils réclament aujourd’hui. En effet, certains ayant cru par exemple signer une prime de licenciement, ont en réalité, sans le savoir, signer l’abandon de leurs droits à vie : les avantages en nature.

Aujourd’hui, Ali lui, mesure sa chance. Il n’a pas rencontré les mêmes difficultés et il s’en satisfait, bien qu’il soutienne les mineurs marocains du Nord de Calais dans leurs revendications. Il fût d’ailleurs présent avec l’association « Contacts » lors des premières Rencontres Nationales des Luttes de l’Immigration organisées à Aniche (Nord) en novembre 2009 par l’Association des Mineurs Marocains du Nord Pas-de-Calais (AMMN).

JPEG - 67.9 ko
Smail Gouasmi (un des fondateurs de l’association Contacts et Ali Djessas)

En 23 ans de carrière dans les mines de Gardanne, il avoue avoir aussi rencontré des difficultés pour dialoguer. Ne maitrisant pas la langue française, il ne savait pas écrire le nom des pièces à changer favorisant ainsi le dialogue oral « même si parfois j’avais honte car je ne savais même pas acheter du pain. Je m’en suis sorti malgré tout. Je ne me suis pas laissé faire. Sinon il ne m’aurait pas respecté » conclut-t-il.

Retraité depuis l’âge de 55 ans, Ali Djessas, père de 4 enfants qui ont pris leur envol, écoule désormais des jours heureux parce qu’il a « su saisir sa chance et su réfléchir lorsqu’il le fallait ».

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 8 août

     

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, 9 août

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, prévu pour mercredi 9 Août à 18h. Les défenseurs de l’Histoire et du Patrimoine de Marseille appellent à se rassembler devant les vestiges de la Corderie à Marseille. Démontrant être toujours aussi mobilisés pour la sauvegarde totale des vestiges, la poursuite des fouilles et l’abandon définitive du projet d’immeuble. Interview dans le journal de France Culture du vendredi 4 août 2017 à Alain Nicolas était Conservateur en chef des Musées Nationaux de France, créateur du Musée d’Histoire de Marseille. docteur en archéologie. (...)

     

  • 8 août

     

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis "La cour d’appel d’Aix-en-Provence a condamné le militant Cédric Herrou, mardi 8 août, à quatre mois de prison avec sursis. L’agriculteur de Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes), visage de la solidarité et de l’aide apportée aux migrants qui traversent la frontière italienne par la vallée de la Roya, est plus sévèrement sanctionné qu’en première instance." En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2017/08/08/poursuivi-pour-aide-a-l-immigration-clandestine-cedric-herrou-attend-son-jugement-en-appel_5169880_1654200.html#dw62oCLAdEcDgVtS.99 En savoir plus sur (...)

     

  • 2 août

     

    3 août, Rassemblement sur site archéologique Corderie contre Vinci

    Suite au début de travaux entrepris ce matin par Vinci sur le site archéologique de La Coderie, qui doit être classé par Madame Nyssen ministre de Culture, demain jeudi 3 aout 2017 à 18h, un rassemblement devant le site archéologique au bd de la Corderie à Marseille est organisé par le CIQ St Victor, association " Laisse béton" et les marseillais.

     

  • 2 août

     

    Soutien à Cédric Herrou, Cour d’appel d’Aix le 8 Août

    Soutien à Cédric Herrou la Ligue des Droits de l’Homme Aix auquel s’associe Attac, appelle au soutien à Cédric Herrou. Le mardi 8 août à 08H00 : Rassemblement devant la cour d’appel à Aix-en-Provence, 20 Place Verdun. Pour avoir pris en charge des migrants sur le sol italien et les avoir aidés à transiter en sécurité vers la France. Cédric Herrou avait été condamné en février dernier à 3000 € d’amende avec sursis ; en appel, le 19 juin dernier, le procureur a requis 8 mois de prison avec sursis. L’arrêt de la Cour sera rendu le 8 août. NOUVEAU FILM : FESTIVAL DU DROIT D’ASILE DE CANNES par le Collectif Roya Solidaire : (...)

     

  • 1er août

     

    Calais : le conseil d’Etat oblige l’Etat à installer points d’eau et sanitaire pour les migrants

    Le rapporteur du Conseil d’Etat a recommandé vendredi de contraindre l’Etat à installer des points d’eau et des sanitaires à Calais pour les centaines d’exilés présents dans la ville. Depuis plusieurs semaines, un bras de fer oppose d’un côté les associations d’aide aux migrants, et de l’autre le ministère de l’Intérieur et la ville de Calais. La décision du Conseil d’Etat est attendue très prochainement. Elle devrait suivre les recommandations de son rapporteur http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/07/31/migrants-le-conseil-d-etat-demande-au-gouvernement-d-installer-des-points-d-eau-et-des-sanitaires-a-calais_5166938_3224.html

     

  • 11 mai

     

    Patrick Mennucci : "Mélenchon a choisi l’affrontement, il va l’avoir"

    Au micro de BFMTV ce mercredi, Patrick Mennucci a réagi à l’annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon dans sa circonscription de Marseille pour les législatives. "C’est la cinquième fois qu’il change de lieu de vote, on va devoir discuter de tout ça, en même temps qu’il nous explique ce qu’il connaît du centre-ville de Marseille, à paris le Vieux-Port un jour de soleil et de meeting". Et dans un communiqué, Patrick Ménucchi critique ce parachutage parisien : "Jean-Luc Melenchon a fait le choix d’être candidat à Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, circonscription dont je suis le député sortant et candidat pour un second mandat. C’est une clarification. Il clarifie la (...)

     

  • 10 mai

     

    Benoît Hamon lancera son propre mouvement transpartisan le 1er juillet

    Benoît Hamon, candidat socialiste à l’élection présidentielle, a annoncé mercredi 10 mai, sur France Inter, vouloir lancer, le 1er juillet 2017, son propre mouvement, transpartisan. "Le 1er juillet, je lancerai un mouvement, large, qui s’adressera aux hommes et aux femmes de gauche, citoyens, a-t-il déclaré, pour être en situation de se retrouver, de penser les suites que nous pouvons donner à ce travail que nous avons commencé lors de la campagne présidentielle, un travail sur ces idées nouvelles". Ce mouvement n’a pas encore de nom, a-t-il (...)

     

  • 10 mai

     

    Législatives : Jean-Luc Mélenchon candidat à Marseille face au PS sortant Patrick Mennucci

    "Le chef de file de La France insoumise a informé ses adhérents de son choix. Il confirmera sa décision lors de sa visite à Marseille jeudi 11 mai. Jean-Luc Mélenchon devrait être candidat aux législatives à Marseille dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. Le chef de file de La France insoumise, qui, mercredi 10 mai au matin sur l’antenne de RMC-BFM-TV, a estimé qu’il serait « probablement » candidat à Marseille, a confirmé son choix dans la journée dans une lettre adressée aux « insoumises et insoumis » marseillais, que Le Monde a pu consulter". En savoir plus sur (...)

     

  • 10 mai

     

    Anne Hidalgo, Christiane Taubira et Martine Aubry lancent un mouvement politique, "Dès demain"

    Ils s’adressent à "tous les humanistes qui croient encore en l’action". Des figures politiques comme les maires PS de Paris et Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, et l’ex-ministre de la justice Christiane Taubira, ainsi que des intellectuels et des artistes, parmi lesquels Yann Arthus-Bertrand ou Jacques Higelin, cosignent une tribune publiée dans Le Monde, mercredi 10 mai. Ils y annoncent le lancement d’un mouvement politique baptisé Dès demain." http://www.francetvinfo.fr/politique/anne-hidalgo-christiane-taubira-et-martine-aubry-lancent-un-mouvement-politique-des-demain_2184369.html#xtor=CS1-746

     

  • 5 mai

     

    CONSOLAT VS US BOULOGNE : L’affiche du prochain match à domicile ce samedi 6 mai à 15h

    Contacté par Rachid Tigilt, un des fervent supporter du GS CONSOLAT nous relayons volontiers l’affiche du prochain match contre l’US Boulogne. En effet, encore une fois le club Marseillais évoluant en National fait une remarquable saison : il est 6ème à 7 point du leader ! Aussi pour saluer encore une fois les exploits du staff et de l’équipe du président Mingalon nous vous informons qu’il s’agit de l’avant-dernier match de la saison à domicile ( Stade La Martine) se jouera ce samedi, à 15h, Venez nombreux ! et hou ha allez Consolat (...)

     

Articles récents

Articles au hasard