Articles

Accueil > Actualités > Album : Amazigh Kateb chante son défunt père Kateb Yacine

 

Album : Amazigh Kateb chante son défunt père Kateb Yacine

23 février 2010

Invité par l’association « Comparses et sons », Amazigh Kateb sera le 27 février prochain à Venelles pour présenter au public de la région son premier album solo intitulé « Marchez Noir ». Un album personnel, où il rend, à sa manière, hommage à son défunt père, Kateb Yacine, poète, romancier et dramaturge algérien décédé il y a 20 ans. Un « besoin de mémoire » pour renaitre mais aussi un besoin de mettre en avant son pays d’origine, l’Algérie avec des musiques qui envoûteraient n’importe quel auditeur.


 

JPEG - 308.8 ko

Après avoir été pendant prés de 16 ans le meneur du groupe « Gnawa Diffusion », le chanteur grenoblois, né à Alger en 1972 et installé en France depuis 1988, multiplie les concerts à travers le monde traversant ainsi l’Angleterre, Montréal et la France pour présenter son premier album solo teinté de rythmes stimulants et mélancoliques et où les émotions transportent l’auditeur dans un ouragan d’accents riches en sonorités orientales modernes et traditionnelles. Sans oublier la force des mots employés qui donnent aux textes une grande portée pour faire passer les messages qui tiennent à cœur au chanteur.

Toujours en lien avec son pays natal, l’Algérie, Amazigh Kateb avait choisi une date symbolique pour la sortie de son album : le 17 octobre 2009, une date qui rappelle en effet le Massacre du 17 octobre 1961 au cours duquel la répression avait interdit une manifestation organisée par le Front de Libération Nationale Algérien (FLN) qui protestait contre le couvre-feu qui était imposé aux travailleurs algériens à Paris. Nombre d’entre eux sont morts lors de la confrontation avec les forces de l’ordre alors dirigées par le préfet de police Maurice Papon. Certains d’entre eux ont même été jetés dans la Seine. Un devoir de mémoire qui a poussé le chanteur à choisir cette date. Comme un hommage à ces ouvriers Algériens qui ont « participé au combat pour l’indépendance de l’Algérie ».

JPEG - 55.1 ko

Un retour aux racines

Puis, aussi, ce n’est pas un hasard si l’album est sorti quelques jours avant l’anniversaire des 20 ans du décès - (28 octobre 1989) - de son père qui a laissé un fils de 16 ans dérouté après une adolescence marquée par l’exil et le déracinement. En effet, l’artiste garde en lui son Algérie natale, profondément ancrée dans son esprit et sa mémoire et revient aujourd’hui avec plus de maturité pour évoquer ses racines. Il a ainsi choisi d’adapter en musique les poèmes écrits par son père, s’appropriant ainsi un héritage qui lui permet d’exorciser l’absence de ce dernier comme pour combler « un besoin de mémoire ». Il revient donc aux sources en choisissant d’adapter en musique « Bonjour » et « l’Africain », une façon pour lui de se réapproprier le père qui a été très souvent accaparé par la vie publique.

L’album s’ouvre ainsi avec le morceau « Bonjour » sur un fond de musique chaabi : « Bonjour ma vie/ et vous mes désespoirs/ Me revoici aux fossés/où naquit ma misère/, Voici le coin de boue / Où dormait mon front fier/ Voici ma vie à moi/ Rassemblée en poussière »... Un poème qui transcende les mots et qui donne le ton de l’album.

Très engagé le fils de l’écrivain Kateb Yacine (1929-1989), rappelle également l’importance de résister aux clichés et dénonce les désastres économiques et sociaux que vit l’Algérie d’aujourd’hui ainsi que les impérialismes tout en évoquant, - dans le dernier des 12 titres de l’album- « Ma Tribu », ces « ombres du passé qui ne veulent pas disparaître/Une Algérie se meurt dans une autre en train de naître ». Dans « Koma », il décrit, en arabe, les ravages que produit l’enfermement sur les jeunes Algériens qui fuient le chômage et la déprime dans leur pays à travers l’alcool. Dans cet album autoproduit, le chanteur laisse ainsi plus de place aux textes se donnant ainsi les moyens de défendre la dignité et l’identité des Algériens dont l’histoire a souvent été malmenée.

JPEG - 52.3 ko

Esprit métissé des années gnawa, rythme éthno-reggae et instruments traditionnels

D’autres titres entraînent à danser aux rythmes des musiques gnawas et africaines menées par le son du guembri, une guitare saharienne à trois cordes. La musique Gnawa est une musique noire africaine qui a été exportée vers le centre du sahara et au Maroc où elle a été mélangée aux rythmes locaux d’influence berbère ou turque. Mais Amazigh fait également appel à une « grande variété de sonorités ethniques » : le reggae, le hip-hop, le rock, le chaabi ou le raï, pour exprimer ses identités « multiples ». Comme le fit son père en son temps lorsqu’il défendit l’identité berbère en Algérie, tout en écrivant en français, une langue qu’il considérait comme un « butin de guerre ».

Amazigh Kateb sera donc présent le 27 février prochain à Venelles invitée par « Comparses et sons », une association qui se propose de faire découvrir des artistes d’envergure locale et nationale, qu’elle juge exceptionnels dans leur démarche. L’association a aussi un engagement social puisqu’elle propose des concerts à tarifs réduits « pour offrir au plus grand nombre un accès privilégié à la culture musicale de notre temps ».

C’est le concert du mois à ne pas manquer. Sera également à l’affiche ce soir là, le Folk Rock Saharien de Temenik electrik, une création France/ Algérie.

Le concert aura lieu à la Salle des Fêtes de Venelles à 20h30, le 27 février 2010.

Pour plus d’informations :

http://www.myspace.com/comparsesetsons

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard