Articles

Accueil > Actualités > « Africa Paradis » ou si l’immigration changeait de camp ?

 

« Africa Paradis » ou si l’immigration changeait de camp ?

25 juin 2010

« Et si c’était nous les migrants sans papiers ... ? » C’est la question qui a fait l’objet du débat mercredi soir à l’auditorium de la Maison de la Région où, dans le cadre du festival Africa Fête, un collectif d’associations (cola Production, Survie 13, Couleurs Cactus et Point Afrique) projetaient en avant première dans la région marseillaise, le film « Africa Paradis –Et si l’immigration changeait de camp » en présence, de son réalisateur Sylvestre Amoussou. En cette période de cinquantenaire des Indépendances, ce collectif d’associations souhaitait évoquer le vécu des sans-papiers en Europe, les relations entre la France et l’Afrique et les politiques de l’immigration. Pour en parler, le politologue camerounais et spécialiste des questions migratoires Ange Bergson Lendja Ngnemzué avec pour point de départ l’excellent long métrage non dénué d’humour de Sylvestre Amassou.


 

JPEG - 55.3 ko
Sylvestre Amoussou

L’Afrique, continent développé, riche et où il fait bon vivre. L’Afrique, terre d’immigration et destination de rêve de tout européen dans la galère. C’est à travers un scénario original, empli d’humour et de dérision que Sylvestre Amoussou a transposé au continent Africain les réalités du continent européen. En effet, pour survivre face à la misère, Olivier et Pauline, respectivement ingénieur, et institutrice, sans emploi, tentent d’atteindre par tous les moyens possibles, l’eldorado que représentent « les Etats-Unis d’Afrique » métaphore du continent Africain. Face à l’impossibilité d’avoir le précieux visa, ils débarquent clandestinement, pourchassés par la police. C’est alors le début d’une aventure qui ressemble éminemment au parcours de l’immigré et du sans-papier en France. Les rôles sont ainsi inversés. Tous les termes péjoratifs utilisés pour qualifier les Noirs sont ici affublés aux blancs. L’objectif d’un tel long métrage est d’abord de véhiculer une image de l’Afrique qui est différente de celle propagée par les médias occidentaux et de faire sentir aux européens ce qu’ils font subir aux Africains. Pour cela, le réalisateur met en avant « son Afrique » tel qu’il veut la voir et qui jouit enfin de ses richesses, dont elle a été dépouillée depuis des centaines d’années et qui représente pour les Européens dans la galère, la recherche d’un meilleur lendemain.

En dépeignant une Afrique ouverte et généreuse et en provoquant l’empathie, le réalisateur appelle les européens à plus de tolérance car il faudrait être aveugle pour ne pas voir que les Africains sont souvent méprisés et ne sont pas les bienvenus en Europe. Outre le fait qu’il soit contraint de faire les travaux les plus dégradants, il est traité et traqué comme un animal, renvoyé sous prétexte qu’il est sans papier. Ange Bergson Lendja Ngnemzué, politologue camerounais, spécialiste des questions migratoires dénonce quant à lui, l’hypocrisie des gouvernements occidentaux et les grandes entreprises qui font des sans-papiers une main d’œuvre d’appoint [...].

JPEG - 50.6 ko
Sylvestre Amoussou et Ange Bergson Lendj a Ngnemzue

« La France se voile la face »

Ce long métrage, financé par la diaspora africaine doit permettre de « rassembler les gens » et de leur montrer la réalité des conditions de vie des étrangers. Bien évidemment, ce que subissent les blancs dans ce film est une goutte d’eau dans l’océan comparé à ce qu’endurent les étrangers et plus particulièrement les Africains en Europe. En effet, c’est la situation des sans-papiers en Europe et l’image associée à l’étranger (diabolisé) en France qui a poussé Sylvestre Amoussou à imaginer un tel scénario. « A chaque fois qu’il y a une élection, on accuse les étrangers de tous les maux alors qu’ils contribuent également à la croissance économique du pays. La France se voile la face » résume-t-il.

Alors pourquoi les Africains sont toujours aussi méprisés dans leur dignité ? Si un membre du public explique cela par le fait qu’ « ils n’ont pas su prendre leur destin en main, Sylvestre Amoussou pense plutôt qu’« on les en a empêchés de prendre leur destinée en main car il y avait trop d’enjeux » économiques. S’ajoute à cela « le complexe d’infériorité de certains dirigeants africains [...] irresponsables ».

« Aucune chaine de télévision française n’a acheté ce film »

La problématique abordée par le réalisateur a certainement freiné la diffusion d’ « Africa Paradis » qui ne s’est pas faite sans difficulté a avoué le cinéaste béninois malgré les multiples prix que son film lui a procuré. « Aucune chaine de télévision française n’a acheté ce film » a regretté Sylvestre Amoussou. « Les distributeurs n’attendent pas ce genre de films d’un Africain, ils s’attendent plutôt à des films qui traitent de la misère » en Afrique a-t-il fait savoir. Les pays Africains à l’image du Bénin, du Burkina-Faso ou de la Côte d’Ivoire ont prêté une attention particulière à ce long métrage qui a été primé à plusieurs reprises recevant notamment le 1er prix au festival de verone, le prix du meilleur décor au festival panafricain de cinéma de Ouagadougou (Fespaco) ou encore le prix de la communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest.

JPEG - 42.5 ko
Ange Bergson Lendja Ngnemzue

« Tant que les richesses ne seront pas équitablement réparties [...] il y aura toujours de l’immigration »

Outre la situation des sans-papiers, c’est aussi la relation Afrique-France qu’a souhaité mettre en exergue le réalisateur qui choisirait plutôt l’expression « Françafrique » pour qualifier les rapports entre le continent Africain et la France. Ce terme, popularisé en 1998 par l’ancien président de l’association François Xavier-Verschave à travers son livre : « La Françafrique, le plus long scandale de la République », « désigne les réseaux d’influence français en Afrique, qui sont une composante des relations diplomatiques entre la France et ses anciennes colonies africaines ». Pour le politologue camerounais Ange Bergson Lendja Ngnemzué, la Françafrique, qui implique aussi le soutien aux dictateurs et le pillage de l’Afrique, désigne le système de patrimonialisation du pouvoir qui reste aujourd’hui « une exception française » et qui, selon le politologue, « tire la démocratie française vers le bas ».

Ces relations franco-africaines de type néocolonial seraient les déclencheurs d’une immigration de masse. En effet, selon le cinéaste, « tant que les richesses ne seront pas équitablement réparties, tant qu’on n’achètera pas la matière première à sa juste valeur et tant qu’on ne cessera pas d’imposer des dictateurs, il y aura toujours de l’immigration ».

« L’Afrique est le grenier de l’humanité toute entière »

L’Afrique a pourtant tout ce qu’il faut pour être un continent développé. Cette Afrique riche et développée, imaginée par le réalisateur, n’est pas si utopique que ça dans la mesure où l’Afrique est « le grenier de l’humanité tout entière. Elle vit malgré tout ce qu’elle a subi. L’Afrique est toujours le paradis même si on ne le dit pas et on ne le montre pas » a souligné un membre du public. Ange Bergson assure même qu’ « on a à faire à un modèle d’avenir » car c’est « le continent qui pollue le moins et ce même au niveau de l’agriculture » et puis c’est celui qui est loin d’être touché par la crise financière qui est actuellement en train de miner les économies des Etats-nations à l’image de la Grèce et de l’Espagne. Le titre de l’ouvrage de Jacques Attali « Tous pauvres dans 10 ans » est à ce titre assez révélateur. « Peut-être qu’il ne restera que l’Afrique » lance Ange Bergson. Et si c’était nous les futurs migrants sans-papiers ?

Une chose est sûre, « Africa Paradis » « permettra à nos enfants de retrouver un peu de dignité » a conclu Sylvestre Amoussou satisfait de voir que la diaspora ait pris conscience du pouvoir de l’image qui reste un moyen indispensable pour lutter contre les points de vue imposés par l’occident. Le fait d’avoir choisi en grande partie des acteurs africains, par ailleurs très talentueux, n’est pas un acte anodin. Les Africains prennent désormais leur destin en main.

JPEG - 63.1 ko

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard