Articles

Accueil > Actualités > Affaire Hakim Ajimi : des peines avec sursis requises contre les agents de (...)

 

Affaire Hakim Ajimi : des peines avec sursis requises contre les agents de la BAC. Jugement rendu le 24 février prochain.

23 janvier 2012

Après une semaine de procès des deux agents de la BAC et des 5 policiers municipaux ayant procédé à l’interpellation mortelle d’Hakim Ajimi en 2008 à Grasse, la famille et les membres des collectifs « Vérité et Justice pour Hakim Ajimi », venus de toute la France, se sont rassemblés vendredi au centre de ville de Grasse pour appeler notamment à maintenir la mobilisation contre l’impunité policière et notamment le 24 février, date à laquelle le verdict sera donné. L’émotion et la fatigue étaient palpables et la colère à la hauteur de la « mascarade » qui s’est produit au cours de ce procès, selon Boubaker Ajimi. Malgré des « témoignages édifiants » et des rapports d’expertises accablant les agents de la BAC, « les policiers ont bénéficié de la complaisance du tribunal correctionnel de Grasse » a dénoncé Walid Klai, porte-parole du comité de soutien. Face aux connivences entre les institutions judiciaires et la police, la famille Ajimi, suivie de nombreuses organisations, a décidé de boycotter l’audience du jeudi 19 février pour signifier leur position face à une justice qui leur « tourne le dos ». Le procureur Jean-Louis Moreau a notamment requis des « peines minimes », soit du sursis simple n’excédant pas deux ans. Des rassemblements sont prévus les 24 et 25 février prochains. Extrait des interventions en vidéo et notamment celle de Dorsafe Briki, résumant le déroulement de cette semaine de procès.


 

Tour à tour, les proches et les soutiens de la famille Ajimi ont pris la parole face aux 200 personnes rassemblées non loin de l’interpellation mortelle dont a été victime le jeune homme de 22 ans. Au cours de ce second rassemblement, (le premier a eu lieu le 7 janvier dernier) il était question de revenir sur le procès qui a eu lieu du 16 au 20 janvier dernier et qui a mis sur le banc des accusés, deux agents de la BAC, poursuivis pour « homicide involontaire » et cinq policiers municipaux, poursuivis quant à eux, pour non-assistance à personne en danger.

JPEG - 55.2 ko
Dorsafe Briki

Pour Dorsafe Briki, membre du comité Vérité et Justice pour Hakim Ajimi, « les policiers ont eu droit à une complaisance incroyable » malgré des rapports d’expertises pointant du doigt un usage disproportionnée de la force. Quant aux techniques d’immobilisation, elles ont vivement été décriées à l’image de la clé d’étranglement, « une pratique à utiliser qu’en cas d’urgence » a insisté Dorsafe Briki, pour qui l’usage de cette technique n’était plus nécessaire, puisque le jeune était déjà immobilisé, les pieds et les mains menottés. La défense a quant à elle plaidé que les policiers n’avaient fait qu’appliquer les techniques apprises à l’école.

Gérard Ludovic, l’un des onze témoins de la scène avait alors tenté de venir en aide à Hakim, qui selon lui, avait le visage rouge et demandait à respirer. C’est pourquoi, Gérard Ludovic, s’est interposé en demandant aux policiers d’arrêter de faire pression sur sa colonne vertébrale, puisque le jeune homme était déjà maitrisé. Le témoin a ensuite été interpellé puis conduit au commissariat ; là où il entendra un pompier dire : « Hakim Ajimi ne respire plus ».

Témoignage de Gérard Ludovic.

« Les rapports d’expertise médicale ont conclu que la mort d’Hakim était due à une lente asphyxie, résultat d’une compression thoracique et d’une clef d’étranglement pratiquées par deux policiers de la BAC avec trop de force et durant trop longtemps.
A la question du juge Franck Robail : Si vous aviez le pouvoir de revenir en arrière, que feriez-vous et que vous ne referiez-vous pas ? L’agent de la BAC, Mr Lebeaupin a répondu : « Je referais exactement pareil ».
Malgré une succession de graves fautes professionnelles, le procureur a requis de simples peines avec sursis pour les sept policiers.

Soit :

• J.-M. Moinier : 1 an à 18 mois avec sursis simple

• W. Lebeaupin : 18 mois à 2 ans avec sursis simple

• J. Manach : 6 à 8 mois avec sursis simple

• B. Julien : 1 an avec sursis simple

• A. Bekhira : 6 mois avec sursis simple

Ces peines, qui pourraient ouvrir la voie à de lourdes sanctions disciplinaires, la famille les qualifie de « ridicules car n’étant pas à la hauteur des faits qui sont reprochés aux policiers » surtout lorsqu’un voleur a récemment été condamné à 3 ans de prison ferme par le tribunal de Nice.

« Le Procureur a pourtant insisté sur la « responsabilité évidente des policiers dans la mort d’Hakim » et a repris la qualification d’« inhumanité » mise en avant par la Commission Nationale de Déontologie de la Sécurité » explique le comité de soutien à la famille Ajimi.

JPEG - 56.1 ko

Le 16 février, la famille boycotte l’audience

Face aux « connivences entre l’institution judiciaire et la police », la famille et le comité de soutien ont choisi de quitter la salle et de boycotter la dernière journée d’audience. « Puisque la justice nous tourne le dos, nous aussi nous lui tournons le dos : nous avons refusé de cautionner un jour de plus cette mascarade judiciaire » a justifié le comité.

JPEG - 67.6 ko
Mohamed Mechmache

Un comité qui appelle notamment «  tous les membres des différents comités du type « Vérité et Justice » crées à la suite de crimes policiers, ainsi que toutes les personnes qui se sentent concernées par ces violences à converger pour continuer la mobilisation ». De nombreux comités ont déjà rejoint la lutte, parmi eux : les comités « Ali ZIRI, Lamine DIENG, Wissam EL YAMNI, Abou Bakari TAMDIA, Mamadou MAREGA, Abdel EL JABRI, Djamal GHERMAOUI »

Un rassemblement est prévu le 24 février prochain, date du jugement ainsi que pendant la journée du 25. Une journée qui aura pour but d’organiser « une riposte globale » contre les violences policières. L’idée de créer une Fondation qui accompagnerait financièrement, juridiquement et humainement les familles, a été mise en avant. L’objectif est de ne plus laisser les familles livrées à elles-mêmes face aux violences policières, à l’injustice et au corporatisme d’Etat. L’expérience d’un certain nombre de collectifs pourrait servir à créer cette fondation. Le 25 février sera l’occasion d’étudier en profondeur les démarches et les différentes propositions, et ce, afin que ce problème devienne un problème national » a lancé Mohamed Mechmache, d’AC Le Feu. Adil Fajry, membre du comité Vérité et Justice pour Hakim dans la région marseillaise, a quant à lui, appelé les habitants des quartiers populaires à investir le terrain social et surtout politique, à l’image du Front Uni des Immigrations et des Quartiers qui commence à voir le jour.

En attendant, la famille de Wissam El Yamni, décédé le 1er janvier dernier à Clermont-Ferrand, suite à son interpellation par la police, a besoin d’aide. De nombreuses organisations et de collectifs de type « vérité et justice » crées à la suite de crimes policiers, sont allés à Clermont-Ferrand pour proposer leur soutien.

« Je suis sûr que le mouvement citoyen partira de Grasse » a conclu Walid Klai, le porte-parole du comité « Vérité et Justice pour Hakim Ajimi ».

JPEG - 67.1 ko
Walid Klai

Mobilisation marseillaise

Le rassemblement principal a été organisé à Grasse, les autres villes de France ont, elles aussi, tenu à affirmer leur soutien. A Marseille, une quinzaine de personnes se sont réunies, devant le Tribunal de Grande Instance, valeur de droit et de justice, à l’appel du Collectif Cité en Mouvement : « on a mené l’initiative à Marseille car des personnes ne pouvaient pas se déplacer jusqu’à Grasse ». Un appui, apporté également par La Ligue des Droits de l’homme et Amnesty International qui a déploré que « ce soit toujours les mêmes personnes qui se fassent interpeller plutôt que d’autres ».

JPEG - 98.6 ko

L’organisation de solidarité internationale a argumenté ses propos en rappelant les cas exposés dans son rapport « France : notre vie est en suspens. Les familles des personnes mortes aux mains de la police attendent que justice soit faite ». Cinq cas de décès de personnes étrangères ou d’origines étrangères y sont répertoriés, «  sans que la lumière soit faite sur les circonstances ayant entraîné leur mort ». Des citoyens lambda, touchés par la tragédie, ont fait le déplacement comme cette jeune femme, Lise 26 ans, qui ne reconnaît plus « les fondements de la démocratie » et qui est devenue « indigné » : « je ne connais pas la personne mais ça m’a choqué la manière dont ça s’est déroulée. Je suis là par solidarité ».

Un rassemblement qui s’est déroulé en toute humilité. Comme tient à souligner Sofiane du Collectif Cité en Mouvement, « on n’est pas là pour faire le procès du policier mais quand on voit la peine demandée par le Procureur de la République, on se rend compte qu’il y a un véritable problème ! », avant que Christopher du Collectif conclut « si on veut une confiance entre la police et la population, il faut d’abord être clair ».

Pour plus d’infos :

Contact : comite_hakim_ajimi@riseup.net

Contact pour la journée du 24 :appeldu24fevrier@gmail.com

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 8 août

     

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, 9 août

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, prévu pour mercredi 9 Août à 18h. Les défenseurs de l’Histoire et du Patrimoine de Marseille appellent à se rassembler devant les vestiges de la Corderie à Marseille. Démontrant être toujours aussi mobilisés pour la sauvegarde totale des vestiges, la poursuite des fouilles et l’abandon définitive du projet d’immeuble. Interview dans le journal de France Culture du vendredi 4 août 2017 à Alain Nicolas était Conservateur en chef des Musées Nationaux de France, créateur du Musée d’Histoire de Marseille. docteur en archéologie. (...)

     

  • 8 août

     

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis "La cour d’appel d’Aix-en-Provence a condamné le militant Cédric Herrou, mardi 8 août, à quatre mois de prison avec sursis. L’agriculteur de Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes), visage de la solidarité et de l’aide apportée aux migrants qui traversent la frontière italienne par la vallée de la Roya, est plus sévèrement sanctionné qu’en première instance." En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2017/08/08/poursuivi-pour-aide-a-l-immigration-clandestine-cedric-herrou-attend-son-jugement-en-appel_5169880_1654200.html#dw62oCLAdEcDgVtS.99 En savoir plus sur (...)

     

  • 2 août

     

    3 août, Rassemblement sur site archéologique Corderie contre Vinci

    Suite au début de travaux entrepris ce matin par Vinci sur le site archéologique de La Coderie, qui doit être classé par Madame Nyssen ministre de Culture, demain jeudi 3 aout 2017 à 18h, un rassemblement devant le site archéologique au bd de la Corderie à Marseille est organisé par le CIQ St Victor, association " Laisse béton" et les marseillais.

     

  • 2 août

     

    Soutien à Cédric Herrou, Cour d’appel d’Aix le 8 Août

    Soutien à Cédric Herrou la Ligue des Droits de l’Homme Aix auquel s’associe Attac, appelle au soutien à Cédric Herrou. Le mardi 8 août à 08H00 : Rassemblement devant la cour d’appel à Aix-en-Provence, 20 Place Verdun. Pour avoir pris en charge des migrants sur le sol italien et les avoir aidés à transiter en sécurité vers la France. Cédric Herrou avait été condamné en février dernier à 3000 € d’amende avec sursis ; en appel, le 19 juin dernier, le procureur a requis 8 mois de prison avec sursis. L’arrêt de la Cour sera rendu le 8 août. NOUVEAU FILM : FESTIVAL DU DROIT D’ASILE DE CANNES par le Collectif Roya Solidaire : (...)

     

  • 1er août

     

    Calais : le conseil d’Etat oblige l’Etat à installer points d’eau et sanitaire pour les migrants

    Le rapporteur du Conseil d’Etat a recommandé vendredi de contraindre l’Etat à installer des points d’eau et des sanitaires à Calais pour les centaines d’exilés présents dans la ville. Depuis plusieurs semaines, un bras de fer oppose d’un côté les associations d’aide aux migrants, et de l’autre le ministère de l’Intérieur et la ville de Calais. La décision du Conseil d’Etat est attendue très prochainement. Elle devrait suivre les recommandations de son rapporteur http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/07/31/migrants-le-conseil-d-etat-demande-au-gouvernement-d-installer-des-points-d-eau-et-des-sanitaires-a-calais_5166938_3224.html

     

  • 11 mai

     

    Patrick Mennucci : "Mélenchon a choisi l’affrontement, il va l’avoir"

    Au micro de BFMTV ce mercredi, Patrick Mennucci a réagi à l’annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon dans sa circonscription de Marseille pour les législatives. "C’est la cinquième fois qu’il change de lieu de vote, on va devoir discuter de tout ça, en même temps qu’il nous explique ce qu’il connaît du centre-ville de Marseille, à paris le Vieux-Port un jour de soleil et de meeting". Et dans un communiqué, Patrick Ménucchi critique ce parachutage parisien : "Jean-Luc Melenchon a fait le choix d’être candidat à Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, circonscription dont je suis le député sortant et candidat pour un second mandat. C’est une clarification. Il clarifie la (...)

     

  • 10 mai

     

    Benoît Hamon lancera son propre mouvement transpartisan le 1er juillet

    Benoît Hamon, candidat socialiste à l’élection présidentielle, a annoncé mercredi 10 mai, sur France Inter, vouloir lancer, le 1er juillet 2017, son propre mouvement, transpartisan. "Le 1er juillet, je lancerai un mouvement, large, qui s’adressera aux hommes et aux femmes de gauche, citoyens, a-t-il déclaré, pour être en situation de se retrouver, de penser les suites que nous pouvons donner à ce travail que nous avons commencé lors de la campagne présidentielle, un travail sur ces idées nouvelles". Ce mouvement n’a pas encore de nom, a-t-il (...)

     

  • 10 mai

     

    Législatives : Jean-Luc Mélenchon candidat à Marseille face au PS sortant Patrick Mennucci

    "Le chef de file de La France insoumise a informé ses adhérents de son choix. Il confirmera sa décision lors de sa visite à Marseille jeudi 11 mai. Jean-Luc Mélenchon devrait être candidat aux législatives à Marseille dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. Le chef de file de La France insoumise, qui, mercredi 10 mai au matin sur l’antenne de RMC-BFM-TV, a estimé qu’il serait « probablement » candidat à Marseille, a confirmé son choix dans la journée dans une lettre adressée aux « insoumises et insoumis » marseillais, que Le Monde a pu consulter". En savoir plus sur (...)

     

  • 10 mai

     

    Anne Hidalgo, Christiane Taubira et Martine Aubry lancent un mouvement politique, "Dès demain"

    Ils s’adressent à "tous les humanistes qui croient encore en l’action". Des figures politiques comme les maires PS de Paris et Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, et l’ex-ministre de la justice Christiane Taubira, ainsi que des intellectuels et des artistes, parmi lesquels Yann Arthus-Bertrand ou Jacques Higelin, cosignent une tribune publiée dans Le Monde, mercredi 10 mai. Ils y annoncent le lancement d’un mouvement politique baptisé Dès demain." http://www.francetvinfo.fr/politique/anne-hidalgo-christiane-taubira-et-martine-aubry-lancent-un-mouvement-politique-des-demain_2184369.html#xtor=CS1-746

     

  • 5 mai

     

    CONSOLAT VS US BOULOGNE : L’affiche du prochain match à domicile ce samedi 6 mai à 15h

    Contacté par Rachid Tigilt, un des fervent supporter du GS CONSOLAT nous relayons volontiers l’affiche du prochain match contre l’US Boulogne. En effet, encore une fois le club Marseillais évoluant en National fait une remarquable saison : il est 6ème à 7 point du leader ! Aussi pour saluer encore une fois les exploits du staff et de l’équipe du président Mingalon nous vous informons qu’il s’agit de l’avant-dernier match de la saison à domicile ( Stade La Martine) se jouera ce samedi, à 15h, Venez nombreux ! et hou ha allez Consolat (...)

     

Articles récents

Articles au hasard