Articles

Accueil > Actualités > A la Savine, Fadela Amara, on aime ou on n’aime pas, le « Plan Banlieues », (...)

 

A la Savine, Fadela Amara, on aime ou on n’aime pas, le « Plan Banlieues », on y croit ou pas

4 février 2009

En visite à Marseille, la secrétaire d’Etat en charge de la Politique de la Ville a jeté son dévolu sur l’une des cités les plus enclavées des quartiers nord : la Savine. Entourée d’élus, elle a expliqué pourquoi le projet de rénovation urbaine y était en bonne voie, avant d’échanger avec les habitants et de les convaincre…ou pas. Vidéos.


 

La rencontre de Dreux, troisième étape d’« Espoir Banlieues » après celles de Vaux-en-Velin et de l’Elysée, aura lieu vendredi 6 février. En attendant, l’insatiable promotrice d’un « plan Marshall » pour les quartiers sensibles – rebaptisé assez caustiquement « Plan Marche à l’ombre » par les plus sceptiques – poursuit son tour de France des quartiers sur le thème de l’emploi, au côté notamment du PDG d’AXA Claude Bébéar, également à la tête d’IMS-entreprendre pour la cité.

JPEG - 134.5 ko

Pour bien faire les choses, l’étape marseillaise de ce mardi 3 février sera tripartite : avant de signer quelques contrats d’autonomie au centre social du Grand Saint Antoine, à quelques pas de Plan d’Aou, et de filer en centre ville pour pousser une centaine de chefs d’entreprise dans les bras de la « diversité », Fadela Amara a choisi de s’arrêter à la Savine, haut lieu du nord de Marseille, cristallisant tous les fantasmes, peurs et problèmes inhérents à la vie d’un quartier qualifié de « sensible ». Il n’y a qu’à lire l’un des principaux quotidiens locaux pour s’en convaincre : trafic en tous genres et incivilités y côtoieraient un taux de chômage record – bien réel celui-là, même si les chiffres sont trafiqués (eux aussi, décidément !) vers le bas.
A la Savine, on se gardera pour cette fois de voir ce qui fonctionne, la quasi cinquantaine d’associations tissant, ou reprisant le lien social, le studio son B Vice, la majorité des 4 000 habitants tout simplement, n’étant ni dealers ni drogués, ni délinquants ni ignorants, ni même fainéants. Regardons donc ce qui ne va pas, pour enfin tenter de trouver des solutions. Le chômage donc, le manque de transport en commun et, ce qui intéresse au premier titre notre ministre, l’état d’insalubrité des logements. Enfin des « caves » ou des « cages à poule », pour reprendre le lexique imagé des locataires excédés. Durant les quelques minutes durant lesquelles Fadela Amara s’est « promenée » dans la cité, elle a pu entendre les préoccupations des uns et des autres : chauffage défaillant, cohabitation avec « rats et souris », ascenseurs « casse-gueule »…

 

Les locataires se sentent « abandonnés » du bailleur. Alain Ofcar, directeur de la production de la Logirem se défend : « nous tenons une permanence tous les jours ». « De 9 heures à 11 heures seulement », se plaignent deux ou trois personnes présentes dans la touffeur de la salle du centre social, rendue minuscule du fait que chaque mètre carré y est occupé.
Plus de trente ans après son édification, la Savine entame sa troisième vague de rénovation. Celle-ci sera la bonne promet Fadela Amara. « L’Etat met beaucoup d’argent sur la table. C’est énorme ce que nous mettons, c’est à grands coups de milliards, mais il faut que les habitants s’engagent à travers le respect de la citoyenneté », affirme la secrétaire d’Etat. Et de certifier que les sous dégagés dans le cadre du plan de relance annoncé lundi par François Fillon, serviront à couvrir la totalité de la réhabilitation engagée. Entre les « Fadela, on t’aime, on t’adore », un petit bout de femme glisse en faisant la moue « c’est une menteuse, elle ment, ce n’est que du vent ».
D’autres espèrent vraiment que ce nouveau plan de destruction-requalification réussira. Karim Azoug, secrétaire d’une association favorisant les loisirs des plus jeunes, est confiant : « on commence à en voir les effets ». La question du relogement demeure plus épineuse. « Il faudra faire du cas par cas, en fonction de la situation des gens. Certains n’ont pas les moyens de se payer un appartement en ville ». Mourad, dit "Kaiser", est responsable du Club sportif savinois. Il ne doute pas de la réussite du « Plan Espoir Banlieues » emmené par la secrétaire d’Etat à la Politique de la Ville. « Elle a réussi dans des quartiers plus difficiles encore que la Savine, à Paris et à Lille, alors pourquoi pas ici ? ».

Zoubida Meguenni, militante associative de la première heure devenue relais Politique de la Ville au sein du Conseil général des Bouches du Rhône et également adjointe à la mairie des 13/14, acquiesce pour ce qui est de la rapidité de la rénovation urbaine, mais déplore une trop grande « mollesse » en ce qui concerne la « dynamique sociale » (voir son interview).

 

Globalement, si l’espoir subsiste chez quelques-uns, une majorité des habitants de la Savine paraissent désabusés et en ont assez des visites infructueuses, des promesses non tenues « depuis trente ans ». Ceux que l’on appelle les « jeunes » refusent pour la plupart de répondre à nos questions, inquiets peut-être du grand barnum médiatique qui entoure ce cirque politique, lui-même cerclé d’une épaisse clique de flics. Il faut dire que la visite de « M’dame la ministre » a déplacé la foule des grands jours. Elus locaux et représentants de l’Etat se pressent : Samia Ghali, sénatrice et maire du 8e secteur, Nora Remadnia-Preziosi, adjointe au maire de Marseille, Sylvie Andrieux, députée et maire du 13/14, Rebia Benarioua, conseiller général, Marie-Josèphe Perdereau, préfète déléguée à l’Egalité des chances… Jean-Claude Gaudin restait cependant aux abonnés absents cette fois, alors qu’il avait accompagné Fadela Amara lors de sa visite à la Cayolle, en novembre 2007.

Prise par le temps, la secrétaire d’Etat ne peut s’attarder plus à la Savine. « Samia Ghali est chargée de me faire remonter une note. Une note dans laquelle elle va mettre tout ce qui ne va pas », se contente-t-elle de rassurer. Puis, devant tout le monde, elle prend « l’engagement de revenir » à la Savine. Elle avait fait de même à la Cayolle. Elle n’y est jamais revenue.

 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard