Articles

Accueil > Actualités > A Septèmes-les-Vallons, les enfants fêtent la paix en faisant tomber les (...)

 

A Septèmes-les-Vallons, les enfants fêtent la paix en faisant tomber les murs

9 juillet 2010 - Dernier ajout 13 juillet 2010

La paix aura toujours à ses côtés ses plus fervents défenseurs qui ne désespèrent pas de voir un jour la paix prendre la place qui lui revient. Hier, les animateurs des centres aérés Les Francas et la Gavotte Peyret en partenariat avec le comité Septémois et le Conseil Départemental du Mouvement de la Paix ont tenté de sensibiliser les enfants (3 à 12 ans) à cette « valeur universelle » qui n’a jamais autant été menacée que de nos jours, la paix. « Faire tomber les murs » qui séparent les peuples et favoriser le dialogue et l’échange tel était le message symbolique inculqué aux plus jeunes. Et il n’y avait pas mieux que le cadre champêtre du parc Le Grand Pavois à Septèmes pour faire passer le message.


 

JPEG - 113.9 ko

« L’éducation à la paix débute même sur les genoux de la maman » souligne Claude Desbos membre du Mouvement de la Paix pour qui l’éducation à la paix vise à inculquer aux plus jeunes des valeurs universelles pour « construire et préparer les enfants à assumer les responsabilités de la vie » le tout dans un esprit de tolérance, d’égalité et d’amitié entre les peuples. La paix va ainsi de paire avec la dignité, l’égalité, la liberté, la justice ou la solidarité. Des termes qui n’ont cessé d’être employé par les enfants, hier, réunis au Grand Pavois à Septèmes dans un cadre idyllique entre les chants des cigales et les chants de la paix qu’ils ont entonnés pour faire tomber les barrières et rapprocher les enfants de Palestine et d’Israël, séparés par des murs de 9 mètres de haut, de quoi donner le vertige aux plus petits.

JPEG - 119.4 ko
La Flottille de la paix, baptisée Salah Hamouri

Le petit Farez : « On est pas venu pour l’injustice »

Réunis autour d’atelier de peinture, de dessin et de coloriage, ils ont exprimé à leurs manières leur attachement à la paix et à ces valeurs universelles qui de nos jours sont malmenées. En effet, l’actualité internationale est à ce titre révélateur. Une actualité de plus en plus violente qui n’épargne pas les plus jeunes davantage postés devant les écrans de TV et exposés à des images d’une rare violence. L’attaque de la « flottille de la paix » telle que décrite par Edmond Bonnet, Président du comité du mouvement de la paix de Septèmes, a été la goutte qui a fait déborder le vase. C’est d’ailleurs ce qui a poussé le Mouvement de la paix a initié cette manifestation de sensibilisation des générations futures capables de favoriser le dialogue. « On est pas venu pour l’injustice. Les murs nous empêchent de nous voir. On se serre la main. La violence ça ne sert à rien, stop au conflit » lance au micro le petit Farez visiblement ému et sensible à ce qui se passe en Palestine. C’est pourquoi, symboliquement, les enfants ont récupéré les briques du mur de carton abattu par le vent qui les a précédés, et ont construit ensemble la maison de la paix. Un symbole qui a son importance au vu des murs qui pullulent en Palestine, dans les territoires occupés.

JPEG - 104.8 ko

 

JPEG - 88.2 ko

« Faire tomber les murs en Palestine »

C’est ce qu’est venu expliquer aux enfants André Limiñana, cheminot, qui s’est rendu plusieurs fois à Bil’in. Ce dernier a témoigné du combat non violent des palestiniens de Bi’lin, village de Cisjordanie qui combattent par des actions non-violentes le vol de leurs terres. Le tracé du mur illégal confisque de fait les terres de fermier et détruit les oliviers qui se trouvaient sur son passage. « Les enfants de Bi’lin veulent détruire le mur, mais ils reçoivent des gaz lacrymogènes alors qu’ils veulent seulement récupérer leurs terres. C’est le message que les enfants ont voulu que je fasse passer » explique André Limiñana face aux minots attentifs et visiblement touchés par ce témoignage. « Tous les vendredis après la prière, les palestiniens de Bi’lin montent sur les murs pour manifester pacifiquement leur mécontentement. A chaque fois, ils se font tirer dessus » fait-il savoir en aparté. « Ce qui est extraordinaire c’est qu’il prône la non violence tandis qu’eux subissent la violence de plein fouet. C’est assez scandaleux » insiste-il avant de poursuivre : « c’est ce que j’ai essayé de dire aux enfants avec des mots différents ». Même si le 4 septembre 2007 la Cour Suprême israélienne a statué en faveur de la pétition déposée par le village de Bil’in demandant de modifier le tracé actuel du mur. La décision de la cour a ordonné à l’armée de mettre en application un nouveau tracé pour permettre à toutes les terres agricoles palestiniennes de se retrouver du côté palestinien. La prochaine étape de ce combat pacifiste reste le retrait du mur. « Si on ne vit pas en paix, on ne peut pas grandir. Les enfants de Palestine eux sont marqués à vie » rappelle Claude Desbos.

JPEG - 85.6 ko

 

JPEG - 100.1 ko
Les enfants écoutent attentivement le témoignage d’André Limiñana, de retour de Bi’lin (2009)

Si les enfants sont aujourd’hui sensibles à la promotion de la paix, c’est parce que les centres aérés ont été et resteront les vecteurs de ces messages universels « qui leur tiennent à cœur ». Le centre de la Gavotte Peyret n’en est pas à sa première initiative. « Cela fait trois ou quatre fois que nous co-organisons des actions pour la paix et la solidarité en Méditerranée. En juin dernier, pour la fête du quartier nous nous sommes par exemple associés à l’association Palestine 13 et nous avons notamment diffusé le film « Gazastrophe » (de Samir Abdallah, ndlr) rappelle Yazid Hanou, coordinateur et responsable du secteur enfance et famille au Centre social La Gavotte Peyret. « Aujourd’hui, pour cette manifestation, les enfants ont rivalisé d’imagination pour dessiner des fresques. Même les animateurs du centre social ont trouvé des idées pour faire passer le message » ainsi les enfants ont constitué une chaine humaine et solidaire pour écrire le mot « PAIX ».

JPEG - 121.1 ko

Puis en promouvant ensemble la paix, les enfants rattachés aux différents centres sociaux de la commune, qui n’ont pas forcément l’habitude de se réunir pour des actions spécifiques, favorisent la mixité sociale. Rien de mieux pour donner de la vigueur à la paix sociale. [...] « Une paix qui nous aide à communiquer ensemble et à ne pas faire la bagarre » rappelait Kamélia, 7 ans sur l’un de ses dessins.

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard