Articles

Accueil > Actualités > A Dreux, l’« Espoir Banlieues » en mode plan-plan

 

A Dreux, l’« Espoir Banlieues » en mode plan-plan

17 février 2009

Après celle de Vaux-en-Velin, la deuxième grande manifestation voulue par la secrétaire d’Etat Fadela Amara n’a pas rencontré le succès attendu. Médiatisation quasi nulle, polémique quant à la présence de Marc-Olivier Fogiel pour animer les débats, discours remâchés,… Seules nouveautés : les dispositifs Politique de la Ville seront réorganisés en vue de former un « bouclier social », et Nicolas Sarkozy, poussé par sa femme de première dame, devrait bientôt faire son retour dans les banlieues…


 

En temps de « crise », comme il est de mise de le préciser, l’expression fait sourire : après le « bouclier fiscal », voici que le gouvernement souhaite mettre en place un « bouclier social ». L’annonce en a été faite par Fadela Amara lors du grand raout « Espoir Banlieues » de Dreux le 6 février dernier. La secrétaire d’Etat en charge de la Politique de la Ville, pour qui le « rattachement au grand ministère (du Travail, des Affaires sociales et de la Ville) d’Hortefeux est une chance », a assuré que du président au gouvernement, il n’y avait qu’une seule et même volonté, celle d’épargner au maximum « les plus fragiles ». Entendre, les masses résidant dans les quartiers populaires pas roses, les banlieues moroses.

Le parc des expositions de Dreux était à moitié vide, ou à moitié plein. 1 500 personnes (selon les organisateurs) ont assisté au premier grand rendez-vous fixé par Fadela Amara après que les principales mesures du Plan Banlieues ont été énoncées depuis l’Elysée il y a un an. La ville n’a pas été choisie au hasard : elle fut par le passé le « symbole » de la montée du Front national, un temps co-gérée par la droite et l’extrême droite après une alliance victorieuse lors des élections municipales de 1983. Cette réunion devait participer à casser cette image qui lui colle à la peau.

JPEG - 21.5 ko

Pas de grandes ambitions cette fois, si ce n’est celle d’« écouter » les acteurs associatifs présents, afin de « réalimenter, réoxigéner » une dynamique qui paraît vouloir s’essouffler. Alors les gestes ont un goût de déjà vu, les discours un air de déjà entendu. Les mêmes, quasiment à la virgule près d’une année sur l’autre. Il faut faire des quartiers « le vivier des compétences et des élites de demain », répète à plusieurs reprises la secrétaire d’Etat, sans développer plus avant les méthodes qu’elle compte mettre en œuvre pour y arriver.

Du coup, il fallait bien ajouter un peu de sauce piquante pour relever la fadeur d’une rencontre organisée avec les deniers publics : Marc-Olivier Fogiel, l’animateur télé sensé plaire à la ménagère, sera là, au côté de Marijosé Alie (journaliste sur France Ô), pour animer les débats des deux tables rondes… Et la présence de l’ex-On-ne-peut-pas-plaire-à-tout-le-monde ne fait justement pas l’unanimité, car d’aucuns se souvenaient que sa boîte de prod’ avait été condamnée pour « injure raciale », suite à une fumeuse affaire de SMS. Mais Fadela Amara l’a défendu bec et ongles, assurant qu’il était « proche » de ces questions banlieusardes depuis belle lurette, et que loin d’effectuer là ce que l’on appelle en langage journalistique un « ménage », il officiait ici à titre « gracieux », sans aucune contrepartie.

Le soufflé étant vite retombé, l’urgence consistait à trouver de nouvelles nouveautés pour insuffler un peu de vie à cet Espoir que beaucoup caressent dans les quartiers, mais que peu voient se concrétiser. Et Fadela Amara d’expliquer, de « faire de la pédagogie » comme on dirait à l’Elysée, comment les différentes instances entrant dans le fonctionnement de la Politique de la Ville étaient en cours de réorganisation. Pour « finaliser la réforme de la gouvernance », la Délégation interministérielle de la Ville s’apparentera désormais à un « secrétariat général de tutelle de l’Agence nationale de rénovation urbaine et de l’Agence nationale de cohésion sociale et pour l’égalité », lui-même orienté lors de Comités interministériels de la Ville (déjà en place depuis un an) qui devraient réunir « tous les six mois » l’ensemble des ministres, afin qu’ils détaillent ce qu’ils font, chacun avec leur portefeuille, pour les banlieues. Le tout s’appuiera sur l’Onzus (Observatoire national des zones urbaines sensibles), ZUS que Fadela Amara souhaiterait par ailleurs « débaptiser ».

« Cerise sur le gâteau » (c’est ainsi que Fadela Amara définit son rôle et celui de la Politique de la Ville, en sus des politiques menées par ailleurs en direction des quartiers et de leurs populations), Nicolas Sarkozy devrait très bientôt faire son retour dans les banlieues, qui l’ont souvent houspillé. En effet, l’ex-présidente de Ni Putes Ni Soumises n’en a pas fait mystère : répondant sur ce sujet à la question d’un journaliste posée en conférence de presse, elle a même assuré que c’était Carla Bruni-Sarkozy qui semblait davantage prête « à mettre la main à la pâte et à se mouiller, alors que franchement elle aurait pu rester dans son coin avec les ghettos de riches et pas s’embêter avec des gens comme nous ». Elle aimerait bien se rendre dans les ghettos de pauvres, Madame la première Dame, mais Fadela Amara est « obligée de la calmer un peu » car elle « préfère que ce soit Monsieur Nicolas Sarkozy, le président qui vienne d’abord »

 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard