Articles

Accueil > Actualités > 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration. (4/4) Quelles (...)

 

3es rencontres nationales des luttes de l’immigration. (4/4) Quelles perspectives pour un mouvement politique ?

1er décembre 2011

Après les éditions d’Aniche, dans le Nord, et de Marseille, l’an dernier, les troisièmes rencontres nationales des luttes de l’immigration se sont achevées dimanche dernier, à Créteil. La quarantaine d’associations présentes a planché, durant toute la matinée dominicale, sur les perspectives de la mise en place d’un réel rapport de force politique pour les luttes des associations de l’immigration et des quartiers populaires. Les débats ont été houleux et difficiles, mais une déclaration commune a finalement pu être votée. Elle laisse se profiler deux approches, deux stratégies de mise en place du bras de fer politique. A suivre.


 

JPEG - 53.3 ko

« Quand il y a une volonté, il y a toujours un chemin », dit un vieux proverbe universel. Encore faut-il savoir trouver le bon pour ne pas s’égarer. Les participants aux 3èmes rencontres nationales des luttes de l’immigration en ont fait l’expérience, dimanche dernier, à Créteil. Les discussions devaient prolonger la déclaration commune établie lors du 4ème FSQP, deux semaines plus tôt, à Saint-Denis, actant la création d’un « Front Uni Politique Autonome des Quartiers Populaires et des Immigrations pour défendre les intérêts et les droits moraux, civiques, matériels, culturels, sociaux, économiques et politiques des habitantes et des habitants qui y vivent ».

La déclaration du FSQP affichait la vocation de ce Front : « être l’expression politique de notre identité commune ». Et c’est là que le bât blesse. Pour commencer, quelle identité commune définir ? Et quelle expression politique lui associer ?

JPEG - 51.5 ko
les inscriptions étaient obligatoires pour le débat de dimanche, pour éviter « la pollution » des débats par les partis politiques

Tous les participants semblaient se rejoindre sur certains grands combats à mener : pour le droit de vote des étrangers, contre les crimes racistes, l’islamophobie, les contrôles au faciès, contre les logiques actuelles de la politique de la ville. Certains autres points étaient d’une clarté plus relative. Notamment concernant la tonalité d’extrême gauche qui ressortait souvent des exposés présentés à l’estrade. A comprendre, la situation des banlieues de l’hexagone comme conséquence de l’impérialisme. Et donc la priorité absolue de le combattre, ainsi que le néo-libéralisme ambiant. Le positionnement idéologique, s’il transparait dans les discours, n’est pas inscrit clairement dans la déclaration. On se demande, à la limite, s’il ne serait pas plus honnête de qualifier le Front Uni de mouvement d’extrême gauche. Dès lors, quid des militants de l’immigration orientés à droite de l’échiquier politique ? Ils existent, et ont pourtant leur place dans les luttes pour l’égalité des droits. On sait bien que définir une identité de groupe, c’est aussi et d’abord exclure. Reste à savoir où placer la frontière. Par ailleurs, dans la salle cristelloise, les têtes noires pouvaient se compter sur les doigts d’une main. L’immigration que souhaite défendre et représenter le Front Uni ne serait-elle donc que maghrébine, post-coloniale ? Plusieurs questions ont divisé les participants, et notamment celle de la place à accorder, au sein du mouvement éventuel, à une question comme la Palestine. Si certains la situent au cœur de leur lutte et de leur engagement, d’autres ont rappelé qu’il s’agissait peut-être de regarder plus près de nous et de voir sous nos fenêtres, dans nos banlieues françaises, d’autres prisons, elles aussi à ciel ouvert.

JPEG - 69 ko
les organisateurs et l’assemblée, à Créteil

 

JPEG - 78.8 ko
les organisateurs et l’assemblée, à Créteil

Au-delà du flou entourant la question identitaire, se posait également la question de la forme à donner à l’expression politique de ce Front. Tous les participants étaient d’accord sur un point : la nécessité d’établir un rapport de force politique pour imposer à l’agenda médiatique et politique un certain nombre de dossiers et de luttes, déjà listées plus haut. Les divisions sont apparues lorsque les discussions ont porté sur les moyens d’établir ce rapport de force politique. Mouvement politique avec adhésion à titre individuel ? Front associatif centré autour de grandes mobilisation communes, coordonnées nationalement ? Les débats ont été pour le moins houleux. Les meneurs du FSQP estimaient que l’idée d’un simple front associatif coordonné ne ferait que doublon avec le leur. Qu’il fallait être ambitieux, ne pas partir « avec le frein à main ». Que le mouvement devra « prendre son temps pour mûrir » mais qu’il devait naître, sous peine d’assister à la victoire prochaine du populisme dans les quartiers. D’autres, dans l’assemblée, estimaient pour leur part que la maturité nécessaire pour construire un mouvement politique n’était pas encore là.

JPEG - 48.8 ko
Mohamed Mechmache, président d’ACLEFEU

Des associations comme ACLEFEU n’ont pas attendu de réponse à la question pour toucher la base, localement, dans les quartiers, et enclencher un gros travail d’incitation à l’inscription sur les listes électorales. Un travail en amont qui, s’il n’est pas suivi par une proposition, une perspective concrète pour les jeunes des quartiers, risque fort d’être récupéré par les partis existants ou de générer une amertume encore plus forte vis-à-vis du politique. Dans les débats, beaucoup de contestation, d’indignation, beaucoup de fronts de lutte, mais finalement peu de propositions qui viennent constituer un projet de société, cœur d’un mouvement politique. Notamment sur des questions telles que la politique de la ville.

Bien sûr, les 3èmes rencontres ne sont pas le monde des bisounours. Il est sain et productif de rendre visibles les divergences d’un groupe pour les discuter. Mais dimanche, malgré les efforts soutenus du staff, les querelles d’égo, de clochers ont été difficiles à surmonter. Comment faire groupe lorsque chacun renvoie à la figure de l’autre son niveau de militantisme ? La machine semble trop grosse, les débats autour de l’idée de ce Front Uni sont profonds et éclairants mais tendent à s’enliser. Peut-être sont-ils trop idéologiques ? Trop abstraits ? On ne peut s’empêcher de penser à d’autres initiatives, moins ambitieuses sur le plan politique mais plus concrètes et plus efficaces, mobilisant les nouvelles technologies, l’image, les réseaux sociaux et touchant les jeunes générations. (Voir article récent sur le collectif Stop le contrôle au faciès http://www.med-in-marseille.info). Comment toucher ces jeunes de quartier ? Tout en proposant l’idée honorable d’établir un « conseil des sages » réunissant ceux qui ont porté les grandes luttes du passé, le Front Uni potentiel ne répond pas réellement à la question.

JPEG - 58.1 ko
prises de parole lors du débat : Mustapha Mohammadi président du FRACHI

 

JPEG - 56.7 ko
prises de parole lors du débat : Mohamed Bensaada président de Quartiers Nord/Quartiers Forts

Vient ensuite la question de la légitimité. Finalement, en quoi défendre les intérêts des habitants des quartiers populaires et des immigrations serait « moins légitime » que défendre ceux des chasseurs, pêcheurs et autres traditionnalistes ? Cela dit, il est intéressant de savoir comment ce potentiel Front Uni se positionne vis-à-vis des partis politiques existants. Vis-à-vis de ceux qui représentent le pouvoir ou tout du moins un accès possible à ce pouvoir ? Si la droite semble clairement exclue des négociations, le PS ne trouve pas grâce aux yeux des participants, ni réellement le PC ou le NPA, qui regroupent pourtant un certain nombre de participants « perdus dans ces mouvements, faute de mieux ». Alors, se dirige-t-on vers un parti ethnique ? La réponse est un non général, mais il s’agit de se questionner sur une certaine clôture. Et puis, comment se positionner vis-à-vis des initiatives politiques qui existent déjà, même si elles ne fédèrent pas l’ensemble du réseau associatif de l’immigration et des quartiers populaires ? Le Parti des Indigènes de la République, la liste Emergence en Ile de France, les listes citoyennes proposées localement, et notamment dans les quartiers…

Les débats se sont terminés dans l’agitation en début d’après-midi, de nombreux participants venant de loin souhaitaient voter une déclaration avant de courir attraper leur train. Il ne fallait absolument pas « se quitter sans rien ». Finalement, après moult rebondissements, un consensus a émergé, réunissant dans la même déclaration les deux approches : associative et politique. La voici dans la longueur :

Depuis des décennies nos quartiers populaires sont paupérisés, précarisés, discriminés, surveillés, contrôlés. Depuis des décennies les habitant-e-s des quartiers populaires et les populations issues des immigrations sont injuriées, humiliées, méprisées, institués comme ennemi de l’intérieur.

Mais qu’on ne se trompe pas, nous sommes exploités, mais non soumis-e-s, opprimé-e-s mais non résigné-e-s, dominé-e-s mais non dompté-e- s. Des résistances existent, mais sont éparpillées, les mobilisations sont multiples mais invisibles, les combats ne sont pas nouveaux mais insuffisants à changer réellement le rapport de force.

Cette situation catastrophique de nos quartiers populaires est nous le savons liée à notre absence d’auto-organisation coordonnées pour nos quartiers populaire visible au niveau national, capable de produire les rapports de force sans lequel rien ne peux changer. Elle est liée à la confiscation de notre parole par les organisations et partis politiques qui ne connaissent rien de notre situation, qui la travestissent, l’instrumentalisent, l’euphémisent.

Pour toutes ces raisons les présent-e-s à l’assemblée s’entendent sur la nécessité du passage au politique pour :

- Peser sur le rapport de force, par des mobilisations militantes communes sur l’ensemble du territoire,
- Dénoncer et démasquer de manière commune toutes les attaques et tentative de récupération de notre situation et de notre combat,
- Etre présent pendant les prochaines campagnes électorales,
- Préparer les prochaines étapes de notre construction politique.

Pour assurer cette nécessité du passage au politique les débats ont débouché sur 2 options :

- La création immédiate d’un mouvement politique susceptible de représenter les intérêts des QP et des Immigrations. Pour les partisan-ne-s de cette option la situation d’urgence justifie ce passage. Première réunion le 17/12/2011 à Créteil).
- La fondation d’un Front Uni des Immigrations et des Quartiers Populaires qui n’a pas vocation à remplacer les organisations existantes mais d’être l’expression politique de notre expression commune. Première réunion le 18/12/2011 à Bagnolet.

Ces deux options ne sont pas contradictoires, mais reflètent l’état de notre situation et de nos débats. Ces deux options continueront à être débattues entre nous, elles seront toutes les deux mises en œuvre par leurs partisan-ne-s respectifs. Ensemble nous tirerons le bilan de ces deux expériences. C’est dans l’action que naîtra la forme d’organisation adéquate.

JPEG - 89.6 ko

Pas de charte, pas de calendrier, pas de statuts ni de secrétariat identifié pour le moment. La montagne qui accouche d’une souris ? Certains visages affichaient une moue de déception à l’heure du déjeuner, mais une démarche de fédération aussi large et difficile prend nécessairement beaucoup de temps et d’énergie. Et les débats contradictoires ne peuvent que la nourrir. « Si l’on veut que la caravane arrive entière à destination, il faut se caler sur le rythme du chameau le plus lent », glissent certains. Deux nouvelles réunions sont programmées en décembre, pour que chacune des deux options soient explorées. Le 17 pour les tenants de l’option « mouvement politique », et le 18, lendemain, pour les partisans de l’option « front uni associatif ». Reste à savoir si à force d’attendre le dernier chameau, la caravane ne loupera pas le TGV électoral de 2012. Ou s’il ne l’a pas déjà loupé, et avec lui l’occasion majeure de propulser ses luttes et revendications sur le devant de la scène…


Info et contacts sur http://luttesdelimmigration.org

A lire également sur :

- Politis La création d’un « front uni » des quartiers est reportée

- Les articles parus sur le site des indigenes-republique.fr

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 11 mai

     

    Patrick Mennucci : "Mélenchon a choisi l’affrontement, il va l’avoir"

    Au micro de BFMTV ce mercredi, Patrick Mennucci a réagi à l’annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon dans sa circonscription de Marseille pour les législatives. "C’est la cinquième fois qu’il change de lieu de vote, on va devoir discuter de tout ça, en même temps qu’il nous explique ce qu’il connaît du centre-ville de Marseille, à paris le Vieux-Port un jour de soleil et de meeting". Et dans un communiqué, Patrick Ménucchi critique ce parachutage parisien : "Jean-Luc Melenchon a fait le choix d’être candidat à Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, circonscription dont je suis le député sortant et candidat pour un second mandat. C’est une clarification. Il clarifie la (...)

     

  • 10 mai

     

    Benoît Hamon lancera son propre mouvement transpartisan le 1er juillet

    Benoît Hamon, candidat socialiste à l’élection présidentielle, a annoncé mercredi 10 mai, sur France Inter, vouloir lancer, le 1er juillet 2017, son propre mouvement, transpartisan. "Le 1er juillet, je lancerai un mouvement, large, qui s’adressera aux hommes et aux femmes de gauche, citoyens, a-t-il déclaré, pour être en situation de se retrouver, de penser les suites que nous pouvons donner à ce travail que nous avons commencé lors de la campagne présidentielle, un travail sur ces idées nouvelles". Ce mouvement n’a pas encore de nom, a-t-il (...)

     

  • 10 mai

     

    Législatives : Jean-Luc Mélenchon candidat à Marseille face au PS sortant Patrick Mennucci

    "Le chef de file de La France insoumise a informé ses adhérents de son choix. Il confirmera sa décision lors de sa visite à Marseille jeudi 11 mai. Jean-Luc Mélenchon devrait être candidat aux législatives à Marseille dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. Le chef de file de La France insoumise, qui, mercredi 10 mai au matin sur l’antenne de RMC-BFM-TV, a estimé qu’il serait « probablement » candidat à Marseille, a confirmé son choix dans la journée dans une lettre adressée aux « insoumises et insoumis » marseillais, que Le Monde a pu consulter". En savoir plus sur (...)

     

  • 10 mai

     

    Anne Hidalgo, Christiane Taubira et Martine Aubry lancent un mouvement politique, "Dès demain"

    Ils s’adressent à "tous les humanistes qui croient encore en l’action". Des figures politiques comme les maires PS de Paris et Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, et l’ex-ministre de la justice Christiane Taubira, ainsi que des intellectuels et des artistes, parmi lesquels Yann Arthus-Bertrand ou Jacques Higelin, cosignent une tribune publiée dans Le Monde, mercredi 10 mai. Ils y annoncent le lancement d’un mouvement politique baptisé Dès demain." http://www.francetvinfo.fr/politique/anne-hidalgo-christiane-taubira-et-martine-aubry-lancent-un-mouvement-politique-des-demain_2184369.html#xtor=CS1-746

     

  • 5 mai

     

    CONSOLAT VS US BOULOGNE : L’affiche du prochain match à domicile ce samedi 6 mai à 15h

    Contacté par Rachid Tigilt, un des fervent supporter du GS CONSOLAT nous relayons volontiers l’affiche du prochain match contre l’US Boulogne. En effet, encore une fois le club Marseillais évoluant en National fait une remarquable saison : il est 6ème à 7 point du leader ! Aussi pour saluer encore une fois les exploits du staff et de l’équipe du président Mingalon nous vous informons qu’il s’agit de l’avant-dernier match de la saison à domicile ( Stade La Martine) se jouera ce samedi, à 15h, Venez nombreux ! et hou ha allez Consolat (...)

     

  • 4 mai

     

    Les trois grandes autorités juive, protestante et musulmane appellent ensemble au vote Macron, pas les catholiques

    Les trois grandes autorités juive, protestante et musulmane appellent ensemble au vote Macron. Aucun responsable catholique ne s’est joint à cette initiative inter-religieuse. Les trois principales autorités juive, protestante et musulmane, le grand rabbin de France Haïm Korsia, le pasteur François Clavairoly et le président du Conseil français du culte musulman (CFCM) Anouar Kbibech appellent jeudi 4 mai "au vote républicain pour Emmanuel Macron" pour le second tour de l’élection présidentielle, dans une déclaration "d’une même voix". (...)

     

  • 24 avril

     

    #SansMoiLe7Mai

    le Hashtag #SansMoiLe7Mai, Décider de ne pas voter au second tour Avec #SansMoiLe7Mai, de nombreux internautes ont décidé de ne pas voter le 7 mai prochain. Pour des raisons diverses. Comme cet internaute, "on nous demande de choisir entre la haine des étrangers ou la haine des pauvres. Ou un autre "Ce score de Macron marque l’immaturité politique des Français totalement manipulés par les médias", ou d’autres mécontents/"Certains semblent répondre à Jean-Luc Mélenchon, qui a déclaré dimanche soir, qu’il demanderait l’avis de ses militants par vote électronique en vue du second (...)

     

  • 24 avril

     

    Le PS appelle à voter Emmanuel Macron au 2ème tour

    Le Parti socialiste appelle "à battre l’extrême droite" et donc "à voter" pour Emmanuel Macron contre Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle, a déclaré lundi Jean-Christophe Cambadélis. "Nous appelons à battre l’extrême droite, Marine Le Pen, et donc nous appelons à voter Macron. Cette prise de position a été unanime au sein du bureau national du PS et c’est suffisamment rare pour que ce soit souligné", a déclaré le premier secrétaire du PS au micro de BFMTV.

     

  • 24 avril

     

    Ces 56 communes où Marine Le Pen n’a recueilli aucune voix

    Ces 56 communes où Marine Le Pen n’a recueilli aucune voix "La candidate du Front national a réalisé un score historique avec plus de 7,5 millions de voix. Mais Marine Le Pen n’est pas pour autant populaire dans toutes les villes de France. Il existe même 56 communes où le Front national n’a obtenu strictement aucune voix. Il s’agit de petits villages avec moins de 100 inscrits sur les listes électorales. La majorité de ces bourgs se situe dans le sud-ouest de la France." http://www.francetvinfo.fr/elections/presidentielle/carte-ces-56-communes-ou-marine-le-pen-n-a-fait-aucune-voix_2159674.html#xtor=CS1-746

     

  • 4 avril

     

    Romano Dives | Journée Internationale des Roms

    Romano Dives | Journée Internationale des Roms Le 8 avril symbolise l’union des Roms, qui se sont choisis en 1971 un hymne, un drapeau, une fête internationale : le « Romano Dives ». Pour sa 10ème édition, Latcho Divano célèbre cette journée phare à la Friche Belle-de-Mai, en proposant au public de découvrir l’action de terrain de chaque association militante et culturelle oeuvrant pour les Roms à Marseille, des activités pour tous, et un grand concert gratuit. Friche La Belle de Mai 41 rue Jobin - 13003 Marseille

     

Articles récents

Articles au hasard