Articles

Accueil > Actualités > 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : (...)

 

3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

28 novembre 2011 - Dernier ajout 29 novembre 2011

Avec une conférence d’ouverture portant sur l’actualité de l’impérialisme, les 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration, organisées le week-end dernier à Créteil, ont d’emblée donné le ton. Anti-impérialisme, anti-capitalisme, volonté de mise en place d’un véritable rapport de force politique pour défendre les intérêts des habitants des quartiers populaires et des populations issues de l’immigration en France. Un positionnement et des débats clairement ancrés à la gauche de la gauche, sans compromis.
Morceaux choisis de l’intervention du sociologue Saïd Bouamama, vendredi après-midi.


 

JPEG - 79.6 ko

La colonisation, première forme de l’impérialisme. « La mondialisation est une réalité nouvelle, produit des progrès technologiques » entend-t-on partout. Sous-entendu : il faut accepter cette nouvelle réalité et ses règles. Même si elles sont instituées à la défaveur des plus faibles. Pourtant, la mondialisation n’est pas nouvelle. La colonisation en était la première forme. Ses principes de base sont connus : augmentation des marges de profit des entreprises, ouverture de nouveaux marchés, dépendance par la destruction des productions locales, mainmise sur les matières premières. Les conséquences ? Un surprofit énorme par rapport à des entreprises qui ne se développeraient qu’à l’échelle de l’hexagone. Samir Amin évalue ce surprofit à 23%.

Le pillage des uns fait le développement des autres. Le fameux « modèle social » français et plus largement occidental dont nous sommes fiers est en réalité payé par la surexploitation des peuples africains. En étant provocateur, je peux dire que le RSA est versé aux chômeurs français car des gens meurent en Afrique. Entre le centre et le tiers-monde, les histoires ne sont pas séparées : la violence initiale depuis le XVIIe siècle, le pillage des ressources a permis le développement industriel du centre. Le développement des uns et le pillage des autres constituent les deux faces de la même médaille, comme des vases communicants.

L’impérialisme est toujours là, mais il a changé de forme. Sur cette idée de mutation, l’apport de Fanon sur l’histoire du racisme est éclairant. Avant le nazisme, l’argument biologique était utilisé pour justifier l’esclavage et la colonisation. Il était enseigné jusqu’en cours de médecine. Ce principe, appliqué depuis des siècles aux noirs, a été utilisé par le nazisme sur des blancs. Cela est apparu pour la première fois insupportable, et l’holocauste a invalidé le racisme biologique. Jugé trop dangereux, il n’a pas disparu mais s’est transformé : ce qui a donné naissance au racisme culturel. Pour l’impérialisme, c’est le même processus. Il ne s’exprime plus par la colonisation, mais par une domination économique et culturelle puissante.

La question de la dette. Au début des années 60, les indépendances ont été octroyées en Afrique, pour éviter qu’elles ne dérivent vers la radicalité algérienne. Tous les leaders qui ne se contentaient pas de l’indépendance politique, qui réclamaient une indépendance économique réelle, ont été assassinés. Aujourd’hui, les outils économiques du FMI et de la Banque Mondiale sont venus remplacer la colonisation ancienne. De 1990 à 2000, le revenu des ménages africains a subi une chute de 20%, les salaires eux ont diminué de 33%. Suite à l’application des plans de rigueur du FMI et de la Banque Mondiale, le pouvoir d’achat des ménages africains a accusé une chute de 30 à 60%. La question de la dette, c’est la forme principale de l’impérialisme actuel. On libère des crédits en imposant des conditions drastiques aux pays dominés. Privatisation des services publics, libéralisation des échanges, suppression des douanes. Des décisions qui détruisent l’économie locale. La Grèce n’est qu’un exemple parmi d’autres. Elle choque l’opinion car elle se situe en Europe, mais les mêmes processus ont eu lieu en Algérie, au Maroc, au Sénégal sans que la France ne s’en émeuve.

Le rôle des « think tanks ». On pourrait les traduire en français par « boîtes à idées ». Avec les financements de grands groupes industriels ou de partis politiques, des chercheurs y sont payés pour trouver les idéologies qui justifieront, qui légitimeront au mieux la domination économique des puissants. Il a en été ainsi pour « la fin de l’histoire » de Francis Fukuyama. « On a essayé le capitalisme, on a essayé le socialisme, on ne peut pas faire mieux ». C’est l’idéologie de la résignation, de la préservation de l’ordre mondial tel qu’il est, même imparfait. Il en a également été ainsi avec la théorie du « choc des civilisations » de Samuel Huntington. L’idée selon laquelle des civilisations seraient contradictoires et ne pourraient que s’opposer. En filigrane, il s’agit de préserver la « civilisation occidentale » de la « civilisation islamique ». Deux blocs qui, en réalité, sont loin d’être homogènes. L’analyse d’Huntington est dangereuse car elle mène à un décryptage culturaliste de la réalité. Dans les pays de la « civilisation islamique », toute tentative d’explication matérialiste, économique, historique se trouve alors évincée, décrédibilisée. Il y a une responsabilisation, une culpabilisation des dominés, des victimes. Au Rwanda, au Congo, on invoque le tribalisme comme seule lecture des évènements, alors que les enjeux sont hautement économiques pour les grandes puissances. Idem en Afghanistan, où la guerre est légitimée par la défense des femmes opprimées. En France, lors des révoltes urbaines de 2005, le pouvoir avance la polygamie comme explication des soulèvements et du désordre. Et il rejette d’autres explications : la misère économique, la paupérisation, les discriminations. Déjà à son époque, Frantz Fanon dénonçait les théories des « mentalités primitives » et des « peuples enfants ». Aujourd’hui, ces leit-motivs sont repris dans les discours politiques. Intervenir militairement pour émanciper les femmes afghanes, c’est induire qu’elles sont soumises, incapables de se libérer elles-mêmes. Intervenir pour libérer les minorités opprimées, qu’est-ce que cela signifie, quand on dénombre plus de 2000 minorités opprimées dans le monde ? Ces minorités doivent bien entendu défendre leurs droits, mais aussi veiller à ce que leurs causes, justes, ne soient pas instrumentalisées.

L’impérialisme culturel. Il se manifeste concrètement à travers divers programmes. Les offres de bourses aux étudiants, qui les fidélisent au pays créditeur. Les voyages d’étude aux Etats-Unis, organisés et offerts notamment aux élites des quartiers populaires français. Il est bon de se souvenir du contexte d’apparition de ces voyages : leur multiplication a surtout eu lieu entre 1959 et 1963, au moment où les indépendances politiques africaines avaient lieu et que les Etats-Unis et la France craignaient des revendications d’indépendance économique. Aujourd’hui, il s’agit de s’interroger sur l’intérêt, pour les Etats-Unis, d’acquérir à leur cause les élites des quartiers populaires français. De les faire adhérer à leur modèle de société. La question touche également les syndicats des pays du tiers-monde, également visés par ce type de programmes. Une autre forme de mise en œuvre de l’impérialisme culturel, c’est l’humanitaire. Ces ONG qui s’installent en Afrique et au Maghreb diffusent l’idée que l’indépendance économique ne compte plus. Elles dévitalisent la militance locale. Au Congo, le salarié chauffeur d’une grande ONG gagne plus qu’un ministre. Les grandes ONG ne s’installent pas dans les déserts. Elles s’installent là où il y a des ressources, là où elles peuvent peser sur les décisions économiques du pays. L’humanitaire est le couvre-sexe de l’impérialisme culturel.

Les révolutions arabes, la suite des révolutions anti-coloniales. En Tunisie, les médias ont parlé de « révolution de jasmin ». Il est bon de se souvenir qu’à l’origine, l’expression a été utilisée pour parler de l’arrivée au pouvoir de Ben Ali lui-même, qui affichait sa volonté de transformer la Tunisie en douceur. On a aussi beaucoup entendu : « c’est le 1789 arabe ». Comme si ces peuples n’étaient pas capables d’avoir leur propre histoire. Comme s’ils étaient juste au rang des bons élèves. On assiste clairement à de la propagande impérialiste. En réalité, ces révolutions ne sont que la reprise des révolutions anticoloniales interrompues par la mise en place de dictatures au moment des indépendances. Le processus ne fait que reprendre. Et c’est ce pont entre ces deux périodes historiques que les grandes puissances ne veulent absolument pas laisser construire. Par ailleurs, pourquoi les médias ne parlent que de « révolutions arabes » ? En réalité, il serait dangereux pour les grandes puissances de parler de « révolutions africaines » ou de « révolutions du tiers-monde ». A Mayotte, au Burkina Faso, des révoltes, des grèves ont lieu, mais le silence médiatique est assourdissant. L’impérialisme veut couper l’Afrique sub-saharienne de l’Afrique du Nord. C’était d’ailleurs également l’idée sous-jacente au projet d’ « Union pour la méditerranée ».

JPEG - 74.7 ko

On peut se demander pourquoi Saïd Bouamama s’applique à faire un tel exposé autour de l’impérialisme, de ses enjeux et de ses traductions concrètes en France et dans le monde. Pourquoi le faire en ouverture de ces 3ème rencontres nationales des luttes de l’immigration ? Tout simplement, parce que l’avilissement de l’image du noir, de l’arabe, de l’africain en général dans le monde a des conséquences sur la représentation et la situation des noirs et des arabes en France. Hô Chi Minh comparait l’impérialisme à une pieuvre à deux tentacules. L’une posée sur les pays dominés et l’autre sur les classes dominées au sein même des pays dominants. Tout coup porté à l’une des tentacules affaiblit l’autre. Les dominations ne sont pas séparées, mais enchevêtrées. Si l’objectif annoncé de ces 3ème rencontres nationales des luttes de l’immigration est la création d’un Front Uni de l’immigration et des quartiers populaires, il a clairement annoncé son caractère anti-impérialiste. Soutenir les luttes des peuples opprimés partout dans le monde, et lutter contre la domination des quartiers populaires et des populations issues de l’immigration ici en France ne semblent qu’être les deux faces d’une même médaille. Politique de la ville, islamophobie, crimes racistes, contrôles au faciès, inégalité des droits pour les femmes ou les travailleurs immigrés... Tous ces enjeux, toutes ces souffrances et dominations s’inscrivent dans un monde gangréné par l’impérialisme.

 

  1 commentaire

 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 24 avril

     

    #SansMoiLe7Mai

    le Hashtag #SansMoiLe7Mai, Décider de ne pas voter au second tour Avec #SansMoiLe7Mai, de nombreux internautes ont décidé de ne pas voter le 7 mai prochain. Pour des raisons diverses. Comme cet internaute, "on nous demande de choisir entre la haine des étrangers ou la haine des pauvres. Ou un autre "Ce score de Macron marque l’immaturité politique des Français totalement manipulés par les médias", ou d’autres mécontents/"Certains semblent répondre à Jean-Luc Mélenchon, qui a déclaré dimanche soir, qu’il demanderait l’avis de ses militants par vote électronique en vue du second (...)

     

  • 24 avril

     

    Le PS appelle à voter Emmanuel Macron au 2ème tour

    Le Parti socialiste appelle "à battre l’extrême droite" et donc "à voter" pour Emmanuel Macron contre Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle, a déclaré lundi Jean-Christophe Cambadélis. "Nous appelons à battre l’extrême droite, Marine Le Pen, et donc nous appelons à voter Macron. Cette prise de position a été unanime au sein du bureau national du PS et c’est suffisamment rare pour que ce soit souligné", a déclaré le premier secrétaire du PS au micro de BFMTV.

     

  • 24 avril

     

    Ces 56 communes où Marine Le Pen n’a recueilli aucune voix

    Ces 56 communes où Marine Le Pen n’a recueilli aucune voix "La candidate du Front national a réalisé un score historique avec plus de 7,5 millions de voix. Mais Marine Le Pen n’est pas pour autant populaire dans toutes les villes de France. Il existe même 56 communes où le Front national n’a obtenu strictement aucune voix. Il s’agit de petits villages avec moins de 100 inscrits sur les listes électorales. La majorité de ces bourgs se situe dans le sud-ouest de la France." http://www.francetvinfo.fr/elections/presidentielle/carte-ces-56-communes-ou-marine-le-pen-n-a-fait-aucune-voix_2159674.html#xtor=CS1-746

     

  • 4 avril

     

    Romano Dives | Journée Internationale des Roms

    Romano Dives | Journée Internationale des Roms Le 8 avril symbolise l’union des Roms, qui se sont choisis en 1971 un hymne, un drapeau, une fête internationale : le « Romano Dives ». Pour sa 10ème édition, Latcho Divano célèbre cette journée phare à la Friche Belle-de-Mai, en proposant au public de découvrir l’action de terrain de chaque association militante et culturelle oeuvrant pour les Roms à Marseille, des activités pour tous, et un grand concert gratuit. Friche La Belle de Mai 41 rue Jobin - 13003 Marseille

     

  • 4 avril

     

    Dernier sondage : Présidentielle : des électeurs intéressés par la campagne mais toujours indécis

    Présidentielle : des électeurs intéressés par la campagne mais toujours indécis Selon la dernière enquête du Cevipof pour « Le Monde », 66 % des électeurs ne savent toujours pas pour qui ils vont voter, et Jean-Luc Mélenchon perce. En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/04/04/presidentielle-des-electeurs-interesses-par-la-campagne-mais-toujours-indecis_5105345_4854003.html#TpeI6h4ctT21gdSc.99

     

  • 4 avril

     

    Une multinationale pétrolière poursuit l’Italie pour avoir protégé son littoral, oui les ravages des Accords de Libre échange

    Une multinationale pétrolière poursuit l’Italie pour avoir protégé son littoral "C’est au tour de l’Italie d’être trainé en justice par une multinationale pétrolière. Son crime : vouloir protéger son littoral des risques d’une marée noire. L’Italie est poursuivie devant un tribunal d’arbitrage international par Rockhopper Exploration, une compagnie britannique pétrolière et gazière qui lui réclame des dommages et intérêts. En cause : l’interdiction votée par le Parlement italien en janvier 2016 de toute nouvelle activité d’exploration et de production à moins de 12 mille marins de la côte, soit une vingtaine de kilomètres [1]." a lire sur Bastamag (...)

     

  • 4 avril

     

    Lâche agression du domicile du président de l’Espace Franco Algérien PACA

    Dimanche soir, un terrible drame a été évité parce qu’Hassen Guenfici et sa petite famille n’étaient pas à leur domicile quand une lourde pierre de plus d’un kilo a fait éclaté le double vitrage de l’appartement et a atterri dans le salon. Tout le monde peut imaginer ce qu’un pavé de cette importance aurait pu provoquer si par malheur il avait percuté un membre de la famille, notamment le tout petit de la famille Guenfici. C’est un acte de la plus haute gravité, il intervient juste après qu’une plainte a été déposé par l’Espace Franco Algérien contre un membre de l’OAS précise Hassan Guenfici sur compte FB. D’ores et déjà, de toute la France, des messages de soutiens appellent à ne pas en rester là. Une (...)

     

  • 3 avril

     

    Stop a l’impunité policière/ Vérité et justice...

    Stop a l’impunité policière/ Vérité et justice pour Morad, 7 avril Concert Hip hop repas Stop a l’impunité policière/ Vérité et justice pour Morad En soutien à la famille de Morad, 16 ans mort suite à une interpellation policière à Font Vert en Avril 2014, le temps est venu de la convergence solidaire. Pour demander justice et porter ensemble une famille en quête de vérité. Des militants, des artistes se réunissent et décident de mener de front des actions de solidarité pour accompagner la famille dans ses démarches juridiques, dans ses difficultés quotidiennes, dans ses aspirations à construire demain… vendredi 7 avril 2017 Dar Lamifa, 127 Rue d’Aubagne, (...)

     

  • 23 février

     

    Samy Debah met un terme à sa fonction de président du CCIF.

    Par un communiqué mail à notre rédaction et à de nombreux médias, partenaires et adhérent nous avons appris que Samy Debah quittait ses fonctions de président du Collectif Contre l’Islamophobie en France. Toutefois, l’ex leader du CCIF exprime dans une lettre signifiant son départ qu’il ne renonce pas à ses combats et qu’ils prendront, bientôt une nouvelle forme. Il profite de cette occasion pour dresser un bilan de 13 années de luttes : Chèr(e)s ami(e)s, Je voudrais vous annoncer mon prochain retrait de la Présidence du Collectif Contre l’Islamophobie en France. Il sera effectif à compter du 1er mars 2017. Mon départ s’engage dans la poursuite des engagements que j’ai porté (...)

     

  • Décembre 2016

     

    François Hollande : "j’ai décidé de ne pas être candidat à l’élection présidentielle"

    Voici le discours du 1er décembre : Mes chers compatriotes, Je m’adresse à vous ce soir pour vous faire connaître la décision que j’ai prise, dans la perspective de la prochaine élection présidentielle. Depuis mai 2012, c’est-à-dire la date à partir de laquelle je suis devenu Président de la République, j’ai agi avec les gouvernements de Jean-Marc AYRAULT et de Manuel VALLS pour redresser la France et la rendre plus juste. Aujourd’hui, au moment où je m’exprime, les comptes publics sont assainis, la Sécurité sociale est à l’équilibre et la dette du pays a été préservée. J’ai également voulu que notre modèle social puisse être conforté parce que c’est notre bien commun. Je l’ai même élargi pour permettre (...)

     

Articles récents

Articles au hasard