Rubrique faut-il ou non des statistiques ethniques ?

Accueil > Egalité, diversité : Le débat > faut-il ou non des statistiques ethniques ?

 

faut-il ou non des statistiques ethniques ?

 

 

 

Mesure de la diversité : les Marseillais ne sont pas unanimes

A l’initiative du Cran et Med’in Marseille, le public et les invités parmi lesquels Myriam Salah-Eddine, représentant le Haut Conseil à l’Intégration (HCI), Nassurdine Haidari, adjoint au Maire du 1er secteur de Marseille ainsi que le politologue et sociologue Vincent Geisser, sont venus débattre mardi, autour d’un thé et de gâteaux, sur un thème qui fait de plus en plus polémique : la mesure de la diversité et ce, à une semaine de la remise du rapport au Président de la République par le commissaire à l’égalité des chances Yazid Sabeg. Pour ou contre la mise en place de « statistiques ethniques » ? Les avis ont fusé et divergé. Certains y sont favorables mais à plusieurs conditions, d’autres sont catégoriques : les statistiques sont un outil pervers et inutile.
Un débat maintenu malgré le décès de notre ami Larbi Saoudi qui fût, dans la région, l’un des pionniers de la lutte contre « cette maladie qui ronge le pays » : les discriminations. Un débat riche et intense qui avait pour but de lui rendre hommage. Compte rendu.

Mardi 18h, au salon de thé Le Patio, les retardataires s’installent. En face, une photographie datant du Parlement des Banlieues en 2002 et où figurent Larbi Saoudi avec sa fille. Le cadre est posé. La lutte contre les discriminations, Larbi Saoudi en avait fait le combat de sa vie. Un combat qu’il aura poursuivi jusqu’au bout. Il devait être là mardi soir, pour débattre et dire ce qu’il avait sur le cœur. Mais le destin en a décidé autrement. Personne ne pourra oublier ce qu’il a fait au cours de ces 25 dernières années. « Il était l’un des pionniers de cette prise de conscience politique et citoyenne pour la lutte contre les discriminations » souligne le sociologue Vincent Geisser. « Il avait beaucoup d’avance sur son temps. C’était le seul à avoir mesuré la diversité sur le champ des discriminations (...)


 

 

Mesure de la diversité en débat, Nassurdine Haïdari donne sa voix

Pour ou contre la mesure de la diversité ? La question est sur les lèvres et dans beaucoup d’esprits depuis l’annonce en février dernier par le haut commissaire à la diversité, Yazid Sabeg, en faveur de cette nouvelle donne politique. Bien que certains crient déjà à l’agonie de la République, cette prise de position a néanmoins le mérite de poser le débat en soulevant d’intéressantes et urgentes interrogations sur notre société. Discriminations positives, quotas, sanction des entreprises et des pouvoirs publics en cas de discrimination, sont autant de thèmes qui interpellent les citoyens. M. Haïdari, adjoint au maire du 1er arrondissement de Marseille tout en nourrissant la controverse, dévoile ses positions sur ces sujets épineux. En son et en image, découvrez les points forts de la diversité en marche.


 

 

Saïd Bouamama : « lutte contre les discriminations : pour agir il faut pouvoir mesurer »

Spécialiste des questions d’immigration et de lutte contre les discriminations on ne présente plus le célèbre sociologue et militant Saïd Bouamama. L’enseignant chercheur donnait il y a quelques jours à Marseille une conférence pour le centre de ressources Approches. A cette occasion il a exprimé son point de vue sur le débat qui fait rage en ce moment, à savoir : Faut-il oui ou non mesurer la diversité ? Contrairement à Karim Zeribi Saïd Bouamama se prononce clairement en faveur des statistiques ethniques. Voici ses arguments dans cet extrait vidéo...

Quelques ouvrages de Saïd Bouamama : Son dernier livre : La République à l’école des sans papiers - éditions l’Harmattan – 2009. La France, autopsie d’un mythe national, Larousse, Paris, 2008 L’affaire du foulard islamique, la construction d’un racisme respectable - Edition du geai bleu – Lille- 2004. J’y suis, j’y vote. La lutte pour les droits politiques aux résidents étrangers – Dagorno – 2001. Dix ans de marche des Beurs, chronique d’un mouvement avorté – Desclée de Brouwer – Paris – 1994. De la galère à la citoyenneté. Les jeunes, la cité, la société – Desclée de Brouwer – Paris – 1993. La citoyenneté dans tous ses états, de l’immigration à la nouvelle citoyenneté L’Harmattan – Paris – (...)


 

 

Mesure de la diversité : Zeribi ne veut pas des débats de salons et propose de l’action

Le débat sur les statistiques ethniques refait régulièrement surface dans notre société. Yazid Sabeg l’a relancé récemment en voulant introduire un « outil permettant à la fois de mesurer les retards en matière d’égalité et d’évaluer les progrès en matière de lutte contre les discriminations ». Pour mieux faire accepter son idée Sabeg insiste sur la nuance entre « mesure de la diversité » et « statistiques ethniques » avançant un subtil dispositif basé sur du déclaratif validé par une commission d’experts. Croyant pouvoir compter tranquillement les laissés pour compte il allait très vite avoir à faire aux défenseurs zélés des principes républicains. Karim ZERIBI en fait parti, il nous explique pourquoi dans cette vidéo…


 

 

Génétique et politique d’immigration, la pente dangereuse

Méler la génétique à la politique d’immigration entraîne le gouvernement sur une pente dangereuse, dont on voit les effets. Les évêques et Pasqua, la gauche, une partie de la droite humaniste crient au feu. Le Front national n’a jamais osé , dans les années 1990, quand il était au meilleur de sa forme, proposer une pareille mesure, s’il l’avait fait, on entend d’ici les mises en garde de la droite républicaine de l’époque, crier au fascisme et s’élever contre le retour aux pires procédés du nazisme.

L’amendement ADN plus un autre qui autorise les "statistiques ethniques" - il passe presque inaperçu dans le brouhaha des tests génétiques - c’est la République qui prend coup sur coup du plomb dans l’aile. Est-elle en danger ? Au delà des avis différents que chacun peut avoir, est-ce bien cela qu’il faut faire ? Compter les Noirs, les Blancs, pourquoi pas les Bretons et les Catalans, les Musulmans, les Juifs, les Corses. Bref faut-il découper le peuple de France en tranches, mesurer les communautés ? Devrons-nous répondre un jour à ces questions : " A quelle religion appartenez-vous ? Êtes vous athée ? Etes vous blanc ou noir, cochez la bonne case ? Le débat occupe assez les grands médias pour que nous ne nous étendions pas plus sur le malaise qui, on le voit bien traverse la société française. (...)


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Articles récents

Articles au hasard