Rubrique Tribunes populaires

Accueil > Tribunes > Tribunes populaires

 

Tribunes populaires

 

 

| 1 | 2 | 3 | 4 |

 

Solidaire de l’unité nationale oui, coupable non !

Nous citoyens-es de Marseille, engagés-es politiques, militants-es associatifs condamnons avec la plus grande fermeté cet attentat commis le 7 janvier au siège de Charlie Hebdo dans lequel ont péri 12 personnes : journalistes, économiste, collaborateurs, fonctionnaires de police.
Cet acte de haine, indigne, condamnable et condamné, ne saurait être associé à l’Islam, aux Musulmans-es de France et aux Musulmans-es d’ailleurs.
L’association de cet acte à une religion, à une communauté quelle qu’elle soit, serait injuste et intolérable et porterait une grave atteinte au vivre ensemble de toutes les communautés de France.

L’heure est à l’union de toutes et tous au delà de nos origines, de nos appartenances religieuses ou pas, de nos convictions politiques, de nos engagements... Nous sommes toutes et tous LA France : celle ou nous sommes nés-es, celle ou nous avons grandi, celle ou nous vivons...celle que nous aimons ! Cependant, dans ce climat nauséabond qui s’est installé dans notre pays à cause de toutes les désinformations dont sont victimes les Français-es que nous sommes, il est important, primordial, de ne pas céder aux manipulations et récupérations politico-religieuses... Nous ne tolèrerons aucun amalgame, aucun commentaire indigne, aucun encouragement à la haine et aucune tentative de destabilisation du vivre ensemble en France. Nous appelons à la retenue, au recueillement, au respect et à la dignité (...)


9 janvier 2015 par Collectif - Dans TribunesTribunes populaires

 

 

Surtout il ne faut pas rebrûler Carthage !

Ben Ali, le retour, une révolution peut se définir comme un tour complet sur son axe, c’est bien le cas de la Tunisie avec la nomination d’un ancien ministre du dictateur déchu au poste de chef du gouvernement. Il ne reste plus qu’à refabriquer l’image d’un pays de pacotille et de farniente où les invertis de tous bords venaient se fournir en chair fraîche d’adolescents au soleil de la Méditerranée juste à quelques minutes d’avion de nos côtes.

Le dégénéré de la famille Mitterrand pourra y reprendre ses immondes habitudes avec quelques autres. La police équipée peut-être à la française veillera sur tout ce beau monde. Hammamet, Carthage et Djerba, ses plages et ses palaces pour les uns et les autres attendront l’eau potable que l’on réserve aux golfs. Les petits marchands itinérants peuvent toujours stocker de l’essence pour les temps durs à venir, une crémation volontaire en public c’est au moins un demi-plein de voiture. Comment nos soeurs et nos frères sont tombés dans ce piège après tant de luttes. Comment une société qui a produit une élite si nombreuse risque-t-elle de voir revenir certains vampires qui n’étaient pas partis bien loin dans les limbes de l’histoire. Nous devons méditer cela. Comment la peur de l’islamisme a trouvé comme (...)


 

 

La protection sociale made in France : autant l’abondonner , ou abondonner l’Otan !?

Les Etats-Unis vont quitter l’Afghanistan, pardon l’alliance derrière laquelle il se cache : l’Otan. J’espère qu’ils ont distribué des pilules de cyanures à leurs employés et à leurs mercenaires locaux pour que leur mort soient plus douces. En ce qui concerne les trafiquants de drogue ils sont soit déjà partis du côté de Miami soit ils ont négocié des accords avec les nouveaux maîtres du pays. Il reste juste là-bas un peuple à qui on a fait croire que la liberté était venue avec la bannière étoilée de l’Oncle Sam. Quelques milliers de personnes qui ont cru au message d’espoir des occidentaux. Les autres sont restés dans leur gangue d’obscurantisme et de sous-développement pris dans une guerre qui dure depuis 1973 avec le renversement de la monarchie et monta en puissance en 1979 avec l’arrivée des soviétiques.

Quelle société résisterait à quarante un ans de conflits. Ce pays qui a été une lointaine province de l’empire de Perse participa malgré lui au grand jeu entre russes et anglais au XIXème siècle. Les soldats de la reine Victoria y connurent leurs plus cuisantes défaites en deux campagnes, ce qui scella à jamais la notoriété des combattants pathans. Les russes y perdirent ce qu’ils leur restaient de la grandeur soviétique et les occidentaux américains en tête y menèrent un conflit de treize sans aucun résultat politique et militaire. Afghanistan 2015 retour à la case Irak, avec un peu de malchance nous allons assisté à une marche des fondamentalistes vers la capitale et un scénario à l’irakienne se mettre en place ou le Pakistan content de voir ses alliés partir mettre la main sur le pays par talibans (...)


30 décembre 2014 par Ahmed Nadjar - Dans TribunesTribunes populaires

 

 

FICHAGE SÉCURITAIRE EN TUNISIE : CE QUE NOUS RÉVÈLE « L’AFFAIRE BOUSSOUMAH »

L’affaire Youssef Boussoumah n’est pas seulement une « gaffe policière » mais la preuve du maintien intact du fichage sécuritaire de l’Ancien régime.

Dimanche 21 décembre : le militant Youssef Boussoumah, bien connu en France pour son activisme dans les milieux pro-palestiniens et porte-parole du Parti des indigènes de la République (PIR) a été refoulé à l’aéroport de Tunis-Carthage par la police.

Cette affaire pourrait apparaitre purement anecdotique : une simple gaffe policière, due à un problème d’actualisation des fichiers informatiques du ministère tunisien de l’Intérieur.

Or, derrière cet incident, en apparence mineur, se trame une question plus inquiétante : le maintien intact des fichiers sécuritaires de l’Ancien régime. En deux mots : les méthodes, les dossiers et les catégories de fichage ont été conservés après la Révolution.

Pour ma part, j’en ai fait l’expérience à deux reprises. La première fois, juste après la Révolution (mois de février 2011), la police de l’aéroport m’a isolé dans la pièce réservée aux migrants africains en vue de me refouler. La seconde fois, en avril 2011, le policier effectuant les formalités d’admission a stoppé temporairement mon entrée sur le territoire tunisien. Dans les deux cas, j’ai du mon salut à l’intervention de militants des droits de l’Homme qui ont prévenu immédiatement les autorités compétentes. J’ai donc pu accéder au territoire tunisien. Mon collègue, François Burgat (directeur de recherche au CNRS) a vécu exactement la même expérience. Sa fiche sécuritaire de l’époque Ben Ali n’avait toujours pas été effacée après la Révolution. En résumé : les fichiers du ministère de l’Intérieur (et (...)


 

 

Les news du 17 douze vue par Romuald Dzomo

A ‪#‎Bonamoussadi‬ quelque part à Douala. Dis donc Ya moi des histoires. Thierry Henri arrête le football et le ‪#‎rouble‬ s’effondre. C’est quoi le rouble ? Aka c’est la monnaie ‪#‎Russe‬. L’argent tombe et les gens ne ramassent pas ? Kieeee donc c’est chaud sur Poutine comme ça ? L’eton d’Obama a eu raison de lui ? Nooon ! L’économie russe ne va pas bien depuis quand même...

aujourd’hui l’ONU est en surchauffe. A cause du nouveau découpage des zones d’éducations prioritaires ? Non ! Parce que Hollande a sélectionné les quartiers de l’ANRU 2. C’est quoi l’autre là ? Non, les palestiniens vont demander un état indépendant. Ça chauffe pourquoi ? Ce n’est pas normal ? Ah laisse ! Tu as déjà entendu parler de l’occupation ? L’Etat hébreux ne veut pas en entendre parler. Ahhhhh ! Je comprends. Les autres avec les cailloux là !!!! C’est pour ça que Boutef est hospitalisé au Val de grâce ? Avec le pétrole qu’ils ont ses généraux et lui ne sont même pas fichus construire un hôpital qui peut l’accueillir. Tu sais que la famille Albert Ebosse a fait l’autopsie. Ces algériens ont assassiné un digne fils ‪#‎Sawa‬. N’est ce pas Popol est seulement fort pour pondre des lois liberticides ici. Depuis (...)


17 décembre 2014 par Romuald Dzomo - Dans TribunesTribunes populaires

 

 

TUNISIE : POURQUOI LES PERSONNALITÉS AUTORITAIRES REFUSENT-ELLES TOUJOURS LES DÉBATS TÉLEVISÉS CONTRADICTOIRES ?

Les débats contradictoires retransmis en direct à la télévision ont toujours effrayé les personnalités autoritaires du monde arabe, peu habituées aux critiques et aux questions gênantes. Elles préfèrent généralement les monologues ou les interviews complaisantes, préparées à l’avance avec les journalistes de leur choix.

A ce titre, Moncef Marzouki n’est pas à sa première expérience de refus de débat télévisé. En 2008, sur la chaine « Al Jazeera », un général égyptien, ancien vice-ministre de l’Intérieur de Moubarak, avait menacé d’interrompre la discussion en direct avec Marzouki et de lui « couper la langue » (sic) s’il continuait à émettre des critiques.

Pour mémoire, je vous livre cet extrait de l’entretien réalisé avec le président en 2009, lorsqu’il était encore l’un des leaders de la résistance démocratique. Extrait : Moncef Marzouki : « J’ai eu en janvier 2008 un débat contradictoire sur la chaîne internationale Al Jazeera avec un général égyptien, ancien vice-ministre de l’Intérieur du régime de Moubarak. Devant quarante millions de téléspectateurs, ce général a menacé de me couper la langue parce que j’avais « osé » affirmer que la police était au service d’un pouvoir corrompu et que sa fonction n’est pas de protéger la société contre le crime organisé mais, au contraire, de protéger le crime organisé contre la société, à savoir : la corruption financière, les meurtres politiques, la falsification systématique de la volonté populaire par la manipulation des (...)


3 décembre 2014 par - Dans TribunesTribunes populaires

 

 

Un billet d’humour qui a du coffre...

La grenade offensive est morte en Fraisse. Son fabriquant est cuit. Son marché de la mort va reculer. Du coup, 3 parlementaires UMP "transparencés" sont eux aussi cuits....visés par des enquêtes pour fraude et blanchiment. Ce sont Bernard Brochant, Lucien de Gauchy et Bruno Sido. C’est la vraie chasse au tigre pas qu’en Seine et Marne, mais en Suisse aussi. "Enlève la poutre qui y a dans ton œil avant de t’occuper de la poutre du voisin". Le Brochant du dîner des cons n’a pas lâché Cahuzac d’un pouce sur son compte. Le voilà abandonné comme chantait jean miché Kankan. Ces zélés qui claironnent sur la fraude aux allocs....aux assedics, à l’assurance maladie...alors même qu’ils sont experts en fraude toute catégorie...c’est la raison pour laquelle,
Jean Christophe va (la)garder l’UDI contre vents et Morin


14 novembre 2014 par Romuald Dzomo - Dans TribunesTribunes populaires

 

 

Une solidarité à construire pour... démolir l’injustice qui s’acharne sur George Ibrahim Abdallah !

L’impérialisme européo-américain en a décidé ainsi : Georges Abdallah ne sera pas libre...Ainsi donc il décide que le monde arabe ne saurait l’être ! Car Georges Ibrahim Abdallah incarne la lutte du monde arabe pour sa survie. Georges Ibrahim Abdallah debout c’est une parcelle du monde arabe jamais à genoux !

Il convient aujourd’hui de s’interroger sur notre solidarité. L’analyse du système n’est plus à faire : Impérialisme à outrance riche du néo-colonialisme et du sionisme Européo-centrisme orgueilleux fort d’un paternalisme raciste qui gangrène toutes les luttes Hypocrisie mielleuse encombrée de discours pacifistes, indigestes à la vue de parents baignant dans le sang de leur enfants (combien osent pourtant !) Lâches compromissions, justifiées par une pseudo force mondiale face à laquelle on serait impuissant alors que l’ histoire l’ a prouvé :face à un colon oppresseur il n’ y a toujours eu qu’un seul héros : le peuple ! Contre tout cela il devrait y avoir consensus, n’est ce pas ? Il n’en est rien...Alors oui il convient aujourd’hui de s’interroger sur notre solidarité ! Georges Ibrahim Abdallah le dit (...)


9 novembre 2014 par Soraya Chekkat - Dans TribunesTribunes populaires

 

 

"Justice" : L’exception Georges Abdallah

La France et l’utopie de ces grands principes... Navrée de briser les idéaux auxquels nombre d’entres vous s’attachent, mais l’heure est venue d’ouvrir les yeux sur la spectaculaire mascarade droit de l’hommiste.... Sur la dramatique démonstration théâtrale que s’applique à jouer les tenants du pouvoir judiciaire...Sur les innombrables lâchetés d’un monde politico-associatif nourrie au sein des viles trahisons et basses compromissions... Et plus que tout ! Sur nos silences complices !
Gare à celui qui dénonce cette amère marmelade de vicissitudes humaines : la note va être salée.
De note salée pour le coup il en est un qui en connait la putride saveur...30 ans qu’il la goûte ! 30 ans d’enfermement !

Georges Ibrahim Abdallah détenu en France depuis 1984 est à ce jour au dire de son avocat Jean Louis Chalanset le plus vieux prisonnier d’Europe. Georges Abdallah est un militant communiste arabe qui au sein de son organisation les fractions armées révolutionnaires libanaises (FARL) a lutté avec acharnement contre les criminels impérialistes et leurs allies sionistes lors de l’invasion de son pays. Il a grandi au Liban à une époque où les luttes de libération des peuples s’intensifiaient au Moyen Orient en relation avec la lutte du peuple palestinien. Combattant révolutionnaire pro-palestinien, il s’engage dès la fin des années soixante dans la résistance palestinienne et libanaise contre la colonisation et l’occupation sionistes. Arrêté à Lyon le 24 octobre 1984 il est condamné à la réclusion à (...)


24 octobre 2014 par Soraya Chekkat - Dans TribunesTribunes populaires

 

 

L’existence inexistante de l’individu.

Erich Fromm a dit : "Si je suis ce que je possède, et que je perds tout ce que j’ai : qui suis-je ?"

De cette simple question est mis en évidence un constat bien navrant : en ces temps où l’individualisme règne, l’on se rend compte, qu’à contrario, l’Homme n’a plus guère de valeur individuelle. L’individu, pour lui-même, comme pour la société, ne compte plus par sa propre personne, mais n’a de valeur qu’en raison de ce qu’il possède et/ou au groupe auquel il appartient. Il finit par n’exister qu’aux travers d’eux. Et n’existe plus, par conséquent, lui-même en sa simple qualité d’individu à part entière. Il s’efface, se confond au groupe auquel il appartient, faisant de ce groupe, non pas, l’addition de plusieurs individus, chacun différent et unique, contribuant tous, pour ce qu’ils sont individuellement, à la force du groupe, mais, hélas, et seulement, l’assimilation d’individualités différentes formant un tout. L’être n’est pas une partie intégrante d’un groupe, mais le groupe est l’intégrité de l’être. L’individu n’est pas la raison d’être du groupe, mais le groupe est la raison d’être de l’individu...

Si de manière anthropologique, voire primaire, l’être ne peut vivre seul, en totale autarcie et a donc besoin des autres et d’être sociabilisé et sociable pour évoluer positivement au sein de sa vie, et être équilibré, la relation à l’autre, avec l’autre, pour l’autre et pour soi-même, de manière indépendante et propre à chacun, devient une confusion entre le tout et ses composants. Et cela est valable à tous les niveaux de la société, dans toutes ses sphères, qu’elles soient familiales, professionnelles ou cultuelles. Si pour ne pas être seul, ou exclu, l’individu avance en groupe, en meute, il lui est demandé de le faire à ses dépens, à savoir en cessant d’exister par lui-même, par sa conscience individuelle et personnelle, par un raisonnement propre et réfléchi. Par conséquent le groupe pense et agit pour (...)


18 octobre 2014 par Bême Rb - Dans TribunesTribunes populaires

 

 

| 1 | 2 | 3 | 4 |

 

Autres articles TribunesTribunes populaires

 

 

 

 

 

 

Articles récents

Articles au hasard