Rubrique Représentativité en politique

Accueil > Représentativité en politique

 

Représentativité en politique

 

 

| 1 | 2 |

 

Femmes et diversité en politique : Marseille, sujet d’études européennes

Une équipe de l’université d’Aarhus au Danemark prépare, avec le concours de la mairie de Copenhague, une étude sur les femmes – et plus particulièrement celles issues de l’immigration – investies en politique un peu partout en Europe. Pour la France, trois étudiantes en Master 2 d’études européennes et autant de nationalités composent le groupe de recherche. Elles ont choisi d’observer le cas de Marseille, où elles viennent de passer une semaine. Après une mise en commun des différents travaux menés dans plusieurs pays, un ouvrage verra le jour.

Sonja Dale, Rachel McCabe et Anaïs Fournier n’ont pas la même nationalité. Pourtant, c’est ensemble qu’elles étudient en deuxième année de Master d’études européennes à l’Aarhus Universitet, deuxième université du Danemark après celle de Copenhague. L’institution à la renommée internationale, située sur la péninsule du Jylland, a fêté il y a tout juste deux mois ses quatre-vingts ans. Cette année, les mairies de Copenhague, la capitale danoise, et d’Aarhus ont décidé de s’associer à l’établissement afin que soient réalisés, en diverses villes d’Europe, des « projets de groupe sur la participation et la représentation des femmes et des minorités ethniques en politique ». Le but est d’établir des comparaisons, dans la mesure du comparable puisque les systèmes politiques et représentations nées de l’histoire divergent (...)


 

 

Pierre N’Gahane : premier préfet noir-africain, nouvelle pierre à l’arc-en-ciel républicain

Interview de Pierre N’Gahane, réalisée hier, quelques heures après sa nomination en conseil des ministres au poste de préfet de département, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Celui qui quittera début décembre ses fonctions de préfet délégué à l’égalité des chances dans les Bouches-du-Rhône commente la part de symbolique revêtue par cette promotion, qui couronne un parcours méritoire. Selon lui, un « palier » est en passe d’être franchi en terme de représentativité de la diversité.

Pierre N’Gahane, « intégré le 20 septembre » dans le corps préfectoral, revient sur sa nomination, mercredi 12 novembre, en tant que préfet territorial dans les Alpes-de-Haute Provence. Une étape « importante » dans sa carrière politique naissante. Le fait qu’il soit le premier Noir d’origine africaine à accéder à cette fonction ne constitue pas l’unique fondement de ce coup d’accélérateur, qu’il doit surtout à son « parcours ». Mais cela signe pour lui qu’il est temps « de sauter des paliers ». Entré dans la préfectorale il y a seulement deux ans, cet universitaire a fait ses armes à Marseille, bombardé à l’époque préfet délégué à l’égalité des chances par Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur. D’autres « (...)


 

 

Le préfet de région Michel Sappin réagit à la nomination de Pierre N’Gahane

Interview de Michel Sappin, préfet de la région PACA. C’est par lui que Pierre N’Gahane a appris, il y a un peu plus d’un mois, qu’il était pressenti pour être nommé préfet de département, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Très porté sur les questions de "diversité", et par ailleurs membre du HCI (Haut conseil à l’intégration), Michel Sappin parle d’une décision "symbolique", fondée sur "le travail" mené par celui qui reste préfet délégué à l’égalité des chances dans les Bouches-du-Rhône, jusqu’à sa prise de fonction début décembre. Il touche également un mot de la successeuse au poste, Marie-Josèphe Perdereau.


 

 

Diversité en politique : le socialiste Akli Mellouli prend parti

Du prochain congrès PS de Reims au Plan Espoir Banlieues, en passant par la couleur du paysage politique marseillais et l’inauguration d’une place Aimé Césaire dans sa ville, Akli Mellouli, adjoint au maire de Bonneuil-sur-Marne, en région parisienne, donne son avis sur tout. Interview.

La politique marseillaise prend des couleurs ? Pas si sûr… Med’in Marseille : En novembre dernier, vous avez été partie prenante de la conférence sur la représentativité de la diversité en politique, co-organisée à Marseille par le Cran Paca et par notre webzine. Vous y aviez bousculé les caciques du PS et de l’UMP notamment, afin qu’ils intègrent plus de candidats « issus de l’immigration » dans leurs listes en vue des municipales. Six mois après les élections, quelques noms ont émergé chez les socialistes : Samia Ghali, Elisabeth Saïd, Nassurdine Haïdari,… Un bilan positif pour cette action de « lobbying » ? Akli Mellouli : Ce qui est important ce ne sont pas les termes que l’on emploie, mais les moyens que l’on a mis en œuvre et les résultats. C’est une première initiative. Il y a eu quelques effets, mais (...)


 

 

La diversité a son lobby auprès de Nicolas Sarkozy (et de l’UMP)

Environ 150 participants sont attendus aujourd’hui à l’Assemblée nationale, pour la première Université de rentrée du Cercle de la Diversité Républicaine (CDR), mouvement issu de la majorité présidentielle. Au programme des débats : « la diversité, une chance pour l’Europe » et « la discrimination positive à la française ». Dogad Dogoui, porte-parole de l’influent groupe et conseiller exécutif du parti au pouvoir, a répondu à nos questions.

Dogad Dogoui pourrait être comblé. Entrepreneur prospère, président du Club Africagora – créé neuf ans en arrière et oeuvrant en faveur de l’intégration économique et professionnelle des « diasporas africaines » – conseiller exécutif à l’UMP… La veille de ce 13 septembre, l’homme n’a que peu de temps à accorder : également animateur et porte-parole du Cercle de la Diversité Républicaine (CDR), il prépare fiévreusement la première Université d’été du mouvement fondé il y a deux ans précisément par Yves Jégo, l’actuel secrétaire d’Etat à l’Outre-Mer. Cerise sur le gâteau, Dogad Dogoui doit être décoré le même jour de l’Ordre national du mérite. Décoration qu’il recevra des mains… d’Yves Jégo. Il pourrait être comblé, donc. Mais il sait que le combat du CDR « est loin d’être gagné ». A la base, ce Cercle réunit des secrétaires (...)


 

 

Karim Zeribi had a dream !

De retour des Etats-Unis à l’occasion d’un voyage d’étude de trois semaines, lors duquel il a rencontré Barack Obama, Karim Zeribi livre ses impressions sur ce pays et tire sa propre analyse socio-politique en tentant une audacieuse comparaison avec la France. Séduit par le rôle attribué aux minorités dans ce pays et un poil nostalgique de son séjour, entre rêve américain et rêve républicain, à présent, son cœur balance …


 

 

Rebia Benarioua devient le premier conseiller général « issu de l’immigration » des Bouches-du-Rhône

En ce dimanche d’élections, nous avons suivi en exclusivité Rebia Benarioua. Ce militant socialiste de longue date vient d’être élu dans le canton de Notre-Dame Limite, dans les quartiers nord de Marseille. Il est le premier conseiller général français « d’origine maghrébine » a être choisi par les Marseillais pour les représenter au niveau départemental. Sans caméra ni flash (sauf les nôtres), nous avions rendez-vous avec l’Histoire politique.

Il a parcouru tous les bureaux de vote de son canton de Notre-Dame Limite ce matin. Le socialiste Rebia Benarioua est en terrain conquis : avec environ 32 % des voix au premier tour des cantonales, et le désistement en sa faveur de son concurrent communiste et conseiller sortant Joël Dutto (23,6 %), il se retrouve seul en course pour le second tour. Et est ainsi assuré de remporter la place de conseiller général des Bouches-du-Rhône qui lui tend les bras. C’est un événement quasi-unique : il sera le premier candidat « issu de l’immigration » à siéger au CG 13. En France, il reste encore une exception ; très peu de Français « d’origine étrangère » sont arrivés à ce stade (on pense notamment au socialiste franco-togolais Kofi Yamgnane, ex-secrétaire d’Etat, ex-député, ex-maire et actuel vice-président du (...)


 

 

Nora Remadnia-Preziosi : du Plan Banlieue à sa candidature à Marseille

En marge du dîner organisé à Paris par Rachid Mokran, le soir même de l’annonce par Nicolas Sarkozy de son « programme » pour les banlieues, nous avons rencontré la colistière de Valérie Boyer, candidate UMP aux municipales de Marseille, dans le 7e secteur. Très enthousiaste, Nora Remadnia-Preziosi a salué l’engagement du chef de l’Etat en faveur de l’emploi dans les quartiers. Elle s’est également attardée sur son rôle politique au cœur de la cité phocéenne.

Vendredi 8 février au soir. Rachid Mokran, ex-conseiller au cabinet de Renaud Dutreil et porte-parole du CRFEM (Cercle pour le rayonnement de la France méditerranéenne), organise pour la deuxième année consécutive un dîner réunissant quelque 300 figures nationales de la « diversité ». Parmi les invités, Nora Remadnia-Preziosi, qui n’hésite pas à prendre la parole devant l’ensemble des convives, pour défendre les idées - parfois houspillées - développées par son parti. Car l’ex-candidate aux législatives (elle avait recueilli près de 43 % en juin 2007, face à Sylvie Andrieux) et actuelle candidate aux municipales (en troisième position sur la liste UMP emmenée par Valérie Boyer, dans les 13e et 14e arrondissements) n’accepte pas l’étiquette qui colle aux habitants des quartiers, dont le vote serait (...)


 

 

Les femmes politiques de la diversité parlent de la diversité en politique

Propos recueillis lors du colloque des Marianne de la Diversité, à l’Assemblée Nationale, le 6 octobre dernier.

Christiane Taubira, députée PRG de Guyane, s’emporte et clame le malaise vécu par la « génération de l’impatience », quasiment absente des instances politiques françaises. Nassimah Dindar, conseillère politique UMP chargée des questions de diversité, revient sur les débats et assure de son soutien les Marianne. Marielle de Sarnez, vice-présidente du MoDem, parlementaire européenne et candidate à Paris lors des municipales 2008, propose des solutions pour introduire plus de parité et de diversité aux sein de nos (...)


 

 

Parité et diversité en politique, les ignorées de la République

L’association des Marianne de la diversité a organisé, samedi 6 octobre à l’Assemblée Nationale, un colloque intitulé « Comment les femmes et la diversité changent la politique ». Mais le monde confiné du pouvoir – ses politiciens et ses codes – n’y met pas vraiment du sien. Cette constatation transcende les frontières partisanes et nourrit colères et réflexions

Ors de la République, Assemblée Nationale, Salle Colbert. Qui se souvient que le nom du secrétaire d’Etat de Louis XIV reste associé à la rédaction du sinistre Code noir ? Tragique, ou comique, l’attribution de cette salle aux Marianne de la diversité, pour l’organisation de leur colloque évoquant les bouleversements qu’engendreraient une féminisation et une diversification de la vie politique française ? Ce samedi 6 octobre, dès 9 heures, la « Marie-Anne » bon teint laisse donc place aux Marianne polychromes, en partenariat avec LCP (La Chaîne Parlementaire), au sein de ce « lieu hautement symbolique » s’il en est. Et malgré un emploi du temps chargé, elles (ils aussi, mais surtout elles) ont répondu présentes à l’appel lancé par Fadila Mehal, présidente et fondatrice des Marianne de la Diversité. Toutes (...)


 

 

| 1 | 2 |

 

Autres articles Représentativité en politique

 

Brèves Représentativité en politique

  • Juin 2012

     

    Enfin des députés issus de...

    Le journal le Monde s’est amusé à les recenser, mais il y a une erreur : George Pau-Langevin est française née en France. La diversité ? un concept pas évident ! Nous, nous retiendrons les députés d’origines non européenne. Ils rejoindront le seul député arabe Henri jibrayel mais qui a été oublié par le journal le Monde ? Pas tout à fait faux, car lorsqu’ils ne sont pas d’apparence musulmane, les députés d’origines maghrébine... (Karoutchi, Besson, Seguin etc...) il y en a toujours eu à l’assemblée sauf qu’ils étaient ou supposés être d’apparence chrétienne ou juive. Mais si on commence un comptage par religion, ou aires culturelle, bonjour la polémique. Bon, à part ça leur liste est juste et le débat sur les statistiques ethniques est relancé !

     

  • Juin 2009

     

    Européennes 2009 : Patrick Lozès parle d’un « rendez-vous manqué pour la diversité »

    Et il s’interroge sur son blog sur la suite à donner à ce « râté ». Il tient les comptes : huit élus seraient représentatifs de la « diversité » sur les soixante-douze députés appelés à siéger au parlement européen, au sortir du scrutin de dimanche dernier.

     

  • Février 2009

     

    Européennes : C’est officiel le PS confirme Karim Zeribi en trés bonne place (N°3)

    L’information circulait un peu partout et désormais c’est officiel : Karim ZERIBI est en position éligible pour devenir député européen. Le Parti socialiste confirme une liste où la diversité est bien présente et n’est pas là pour faire de la figuration : Puisque éligible ! Sûr qu’avec leur "grande gueule" l’accent de provence se fera entendre au niveau européen. Voici la liste extraite du site du parti socialiste : 1 VINCENT PEYON 2 SYLVIE GUILLAUME 3 KARIM ZERIBI 4 FARIDA BOUDAOUD 5 JEAN DAVID CIOT 6 MIREILLE PEIRANO 7 OTMAN EL HARTI 8 DE GENTILI EMMANUELLE 9 BERNARD SOULAGE 10 CECILE HELLE 11 STEPHANE PILLET 12 CHRISTINE PRIOTTO 13 YANN LIBRATI

     

  •  

     

     

     

     

    Articles récents

    Articles au hasard