Rubrique Les lieux

Accueil > Marseille Provence, capitale européenne de la culture 2013 > Les lieux

 

Les lieux

 

 

 

J-7 avant l’ouverture du Silo. Et si on faisait connaissance ?

La culture, principal vecteur de développement de la cité phocéenne – Marseille Provence 2013-, donne l’opportunité aux projets marseillais de pointer le bout de leur nez. Elle sera une nouvelle fois mise à l’honneur mercredi 21 septembre pour l’ouverture tant attendue du Silo, dans le quartier d’Arenc. Pour l’occasion, un concert autour des grandes voix lyriques de l’Opéra de Marseille a été programmé. Et si on voyait ça d’un autre regard...

L’entrée du Silo Silo, vestige en béton armé, ta destinée dès 1927 était toute tracée, résolue à produire du blé. Mais ton architecture industrielle et ta mécanique poussée ont bien failli disparaître du paysage marseillais à maintes reprises. Tes défenseurs se sont battus pour ta sauvegarde et ta position géographique t’a finalement prémuni de toute destruction. Le projet de rénovation urbaine Euroméditerranée, zone sur laquelle tes fondations avaient été construites, a permis de concevoir une nouvelle lignée à ton sort. En 2001, la Ville de Marseille s’est dotée de l’ensemble de tes bâtiments pour y développer, d’un côté, un vaste complexe de bureau et de l’autre, une immense salle de spectacles polyvalente. Les salles intermédiaires ont manqué sur la scène marseillaise et tes entrailles vont donner lieu à des (...)


 

 

FIDMarseille : Objets Ciné non identifiés du 6 au 11 juillet 2011

Pour la 22ème année consécutive, le FIDMarseille, le Festival du documentaire de Marseille donne la parole à des cinéastes de tous les pays. Entre documentaires et fictions, ici s’écrit un nouveau langage cinématographique aussi varié que les films programmés. Bien loin des traditionnels reportages télévisuels, les documentaires sélectionnés au FIDM proposent un regard souvent plus large et plus juste sur le monde.

Ce festival très pointu est devenu un rendez-vous pour les cinéphiles qui veulent voir un cinéma différent. Mais les amateurs non avertis peuvent aussi y trouver leur compte. Il suffit d’être ouvert et curieux et de se laisser bercer par autant de visions sur le monde que de cinéastes sélectionnés. Approcher de nouveaux univers, découvrir ce qu’on ne cherchait pas, rencontrer un point de vue... Plus de 120 films sont proposés au spectateur marseillais, début juillet. Le mieux, si on a le temps, est de tout voir du festival, pour se faire une idée de ce nouveau type de cinéma, moins normé et plus personnel qui se crée sous nos yeux. Documentaires, pas documentaires, les frontières entre les formes fixes d’un cinéma différent sont ici de plus en plus floues. Et c’est pour notre plus grand bonheur. (...)


 

 

Traces métisses d’un « Petit Viêt-Nam » oublié

Conférence, performance, exposition. Un triptyque pour faire revivre la mémoire du Centre d’Accueil des Français d’Indochine de Sainte-Livrade-sur-Lot, dans le Lot et-Garonne. Initiée par la photographe Charlotte Nguyen, la rencontre a réuni la semaine dernière à l’Ecole Supérieure d’Art d’Aix-en-Provence la sociologue Dominique Rolland et le dessinateur Clément Baloup. Des mots, des traits et des clichés pour évoquer la vie de 1 200 Viêt-Namiens arrivés dans ce camp - existant toujours et en voie de réhabilitation - en 1956...

On l’appelle « le camp des oubliés ». Entré en fonction en 1956, le Centre d’Accueil des Français d’Indochine (CAFI) se dresse toujours à Sainte-Livrade-sur-Lot, dans le Lot-et-Garonne. Faisant l’objet d’un programme de réhabilitation depuis 2009, les bâtiments sont peu à peu détruits pour faire place à des logements neufs. Une page d’histoire se tourne. Pour que la mémoire du lieu et de ses habitants perdure, Charlotte Nguyen a pris le parti de réunir, le 6 avril dernier, la sociologue Dominique Rolland - auteur d’un ouvrage consacré au CAFI intitulé Petits Viêt-Nams -, et Clément Baloup - dessinateur de BD ayant notamment commis Quitter Saïgon et Un automne à Hanoï - à l’Ecole d’Art d’Aix-en-Provence, autour de la notion de « Traces Métisses ». Le soir même, le vernissage de l’exposition de la jeune (...)


 

 

Des airs aimés pour l’inauguration de l’espace Aimé Césaire

Mercredi, une centaine de personne s’est pressée aux Studios Decanis, à la jonction des quartiers Blancarde et Saint Barnabé, pour assister à l’inauguration d’un espace du nom de l’homme politique et de lettres ultramarin. A l’origine de l’initiative Christian Ortolé, à qui l’on doit également le Margose Festival. Un concert de l’excellent Urban Kreol a clôturé la soirée. En ligne de mire : Marseille Provence 2013.

Marseille n’avait pas encore d’espace Aimé Césaire, en mémoire de celui qui fût maire de Fort de France durant plusieurs décennies et surtout le chantre de la négritude. Voilà qui est réparé, quelques mois après le décès du « Papa » de tous les ultramarins. Mercredi 14 janvier, l’inauguration a eu lieu en présence de plusieurs dizaines de personnes, associatifs, artistes, représentants d’Outre-mer, et même élus. Mona Georgelin (g.), coordinatrice de l’association Mamanthe et partenaire de l’opération, et Christian Ortolé, directeur artistique et coordinateur général de l’OMCM à l’origine de la création de l’Espace Aimé Césaire. Christian Ortolé, directeur artistique et coordinateur général de l’OMCM (Organisation de la médiation culturelle en Méditerranée) mais aussi entre autres du Margose Festival – dont la (...)


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Articles récents

Articles au hasard