Rubrique L’actu marseillaise

Accueil > En direct de Marseille > L’actu marseillaise

 

L’actu marseillaise

 

 

| 1 | 2 | 3 | 4 |

 

Mefi la Métropole arrive

L’année 2015 restera comme celle du parachèvement de la réforme territoriale de la France. Une réforme qui se voulait simplificatrice mais qui accroit la complexité de nos institutions dans une période de raréfaction de l’argent public et de désengagement de l’état central au dépend des collectivités territoriales. En décembre se déroulerons les élections régionales qui risquent de se solder par une débâcle du pouvoir socialiste et en janvier 2016, nous assisterons à l’installation de la Métropole Aix-Marseille qui regroupera les six intercommunalités existantes autour de la cité phocéenne. Une métropole qui ne ravit pas les maires des petites communes qui se sentent dépossédés du pouvoir et pris dans une gigantesque structure où la haute administration rique de prendre le dessus sur des politiques mal préparés à ce nouveau mode de gestion. Ce nouveau monstre administratif échappe à la compréhension des citoyens et personne au niveau des pouvoirs public n’a su communiquer pour informer de ce changement majeur les populations concernées. Encore une fois, là où sera le pouvoir, les citoyens et de là les électeurs n’ont pas pu choisir leurs représentants. Ces représentants élus lors du scrutin municipal vont du maire, en passant par des sénateurs, des députés, des conseillers municipaux et même des conseillers d’arrondissement dont on peut douter de leur capacité à agir au service d’une métropole à la gestion complexe. Les petits arrangements entre appareils ont été légions.

Marseille, ce lundi 14 septembre lors du dernier conseil municipal, nos conseillers ont élus les conseillers métropolitains complémentaires qui se rajouteront aux conseillers de la communauté urbaine pour atteindre 107, le nombre de représentant de notre ville dans un hémicycle de la nouvelle métropole. Nous savons que c’est les maires de secteur et Jean-Claude Gaudin pour le 6 et 8ème arrondissement qui avaient choisi les postulants sur les listes qui allaient être présentés à un vote d’approbation du conseil municipal et que l’opposition avait fait la même chose dans leur groupe. Un vote que la Roumanie de Ceaucescu n’aurait pas désavoué, pour exemple la famille centriste de l’UDI pourtant alliée fidèle des Républicains lors du dernier scrutin municipal s’est vu voler comme dans un bois devant se (...)


 

 

4ème Festival International du dessin de presse, de la caricature et de la satire : rire ensemble et vivre ensemble

Merci ,Fathy Bourayou, créateur de ce festival pour cette belle thématique. Fathy, qui a fuit en 1994, l’Algérie à feu et à sang, lui l’artiste, un des piliers de l’Ecole d’Art d’Alger,

qui se retrouva par la force des événements, migrant, sans-papier, habitant de squat avec bien d’autres intellectuels algériens que la France pour ménager les généraux d’Alger et les partisans du FIS ne sut pas accueillir dans la dignité. Fathy qui avec presque sans moyen créa rue Caisserie à Marseille une petite galerie : Anissa, ceux qui souffrirent entre les deux rives de notre Méditerranée en ces temps savent ce que ce nom évoque. Fathy qui y fit pendant des années une programmation superbe entre artistes locaux et déracinés fuyant la guerre et la misère, Fathy qui aussi trouva le temps pour dessiner pour tous les journaux d’une presse alternative et qui aida à la fondation du journal Marseille la Cité, belle entreprise de Saïd Zahraoui, lui aussi clandestin à ses débuts à Marseille.

Après ce rappel de cette tranche de vie, saluons la belle initiative de Fathy, devenu notre Fathy de l’Estaque et qui par cette manifestation d’ampleur internationale a réveillé ce quartier excentré de Marseille au coeur du 16ème arrondissement dont la réputation a bien besoin de ce genre d’événement pour redorer son blason. L’Estaque comme le dit dans la plaquette de cette année Serge Scotto fut terre d’accueil des Impressionnistes à l’époque ou ces agitateurs de l’art exposaient au Salon des refusés. Je vous conseille, que dis-je je vous oblige à aller découvrir le programme sur http://festivaldelacaricatureestaque.blogspot.fr/ et à venir dés le mardi 15 septembre au Centre Social de l’Estaque pour le début des festivités avec entre autres l’inauguration de l’exposition d’Antonio Antunes, dessinateur (...)


 

 

Polémique franco-comorienne autour des jeux des Iles de l’Océan Indien, point de vue mahorais

Comme vous avez pu le remarquer les Comores se sont invitées dans notre actualité de la diversité au cœur de l’été. Célébration de l’anniversaire des 40 ans de l’accession au pouvoir d’Ali Soilih personnage controversé en son temps, commémoration aux Comores et à Marseille sous l’impulsion de Nouriati Djambae et surtout polémique franco-comorienne sur le défilé derrière le drapeau français des sportifs de Mayotte lors de la cérémonie officielle de l’ouverture à La Réunion des jeux des Iles de l’Océan Indien qui entraina le retrait de la délégation des Comores arguant que Mayotte et une terre comorienne et que la France avait encore violé le droit international. Med In Marseille s’est donc entretenu avec Nouriati Djambae et Maliza Saïd pour avoir leur point de vue et mieux connaître la réalité politique et sociale dans l’archipel. Nous en profitons encore pour les remercier d’avoir répondu à nos questions. Mais comme dans le sujet des jeux des îles, il y a finalement deux parties, les Comores et Mayotte, dans un souci de pluralité nous avons cherché à avoir la version mahoraise de la polémique. Nous sommes donc allés à la rencontre de nos concitoyens ultramarins, la première réaction est à l’actif de M. Mohamed Nassufdine, Président du Comité Mayotte Département ( COMADEP) que nous avons eu téléphone et qui nous a donné sa position qui l’avait déjà largement déjà exprimé dans un interview accordé à notre confrère Emmanuel Tuselo que nous vous livrons. Par son intermédiaire et nous l’en remercions nous allons avoir une conversation téléphonique avec M. Ibrahim ABOUBACAR député de Mayotte et M. Ahamadi BACO personnalité mahoraise de la communauté de Marseille.

Interview QUESTION : Quel bilan tirez-vous des jeux des îles 2015 qui viennent de se tenir à La Réunion ? MOHAMED NASSUF : Un bilan positif et satisfaisant, je dirais même très positif tant sur le plan sportif que politique. Mais avant de commenter tout cela, je dois tout d’abord remercier et féliciter l’ensemble des athlètes, particulièrement les athlètes mahorais qui ont pris part à ces jeux et du spectacle qu’ils nous ont offert sans oublier tous les éducateurs de Mayotte qui font un travail formidable loin des médias. En 2ème temps, remercier et féliciter les organisateurs, c’est à dire les Réunionnais en particulier, car malgré cet incident, tous les athlètes qui y ont pris part, sont rentrés sains et sauf chez eux. Et en tant que pays hôte, ils nous ont montré un professionnalisme et un grand sens (...)


 

 

L’EPIDE, apprendre autrement, est-ce bien raisonnable ?

En ce jour de rentrée scolaire, redémarrage de l’ascenseur social ou relance de la fabrique à décrocheurs, que l’on soit optimiste ou pessimiste, regardons l’expérience pilote de l’EPIDE de Marseille : Etablissement Public d’Insertion de la Défense. L’EPIDE, 18 centres en France métropolitaine est un réseau crée par ordonnance en 2005 par Michèle Alliot-Marie et Jean-Louis Borloo, alors ministre de la Défense et ministre du Travail. Leur mission, insérer les jeunes en difficulté, les accompagner en vue de favoriser leur entrée dans la vie active. Un projet pédagogique pour restaurer la confiance et l’estime de soi. Acquérir l’autonomie, les codes et savoir de base nécessaire pour devenir employable. En quelque sorte une grande partie de ce que doit faire l’école de la république.

L’annexe de Marseille est installée dans l’ancienne caserne de gendarmerie du Collet, 2 traverse de l’Ecole Oasis dans les quartiers nord aux Aygalades où se mêlent hlm, copropriétés, zones pavillonnaires et noyau villageois. Ici c’est uniforme de rigueur, levée des couleurs dans la cour centrale, distribution des bons points ou des mauvais. Nous sentons presque les fantômes des hussards noirs de la IIIème République nous frôler. Discipline, discipline… Entre caserne et monastère on accroche les décrocheurs. Les enfants terribles pour l’éducation nationales retrouvent ou découvrent le goût de la citoyenneté et de l’étude. Les conseillers d’éducation et de citoyenneté et les formateurs sont à l’écoute et les volontaires, parce qu’il s’agit de volontaires sont évalués en permanence, en cours, en sport, à la (...)


 

 

Rencontre avec Sophie Camard, tête de liste d’EELV aux élections régionales de 2015

Même dans la torpeur estivale, nous le savons les femmes et les hommes politiques ne font la sieste que d’un œil. Ils préparent tous leur rentrée politique, peaufinent leurs interventions pour leurs universités et certains en cette année 2015 sont déjà en campagne comme notre premier ministre venu sur nos terres du Sud soutenir la tête de liste socialiste aux régionales de décembre qui ressemble à l’agneau du sacrifice tant sa situation est mal aisée.

En effet si Provence-Alpes-Côte d’Azur n’a pas fait l’objet du charcutage institutionnel qui fait passer nos collectivités locales de 22 à 13, elle connaît un séisme de taille. M. Michel Vauzelle, 71 ans, président depuis 1998 a décidé de ne pas se représenter, PACA fait partie de la liste des régions où le Front National peut créer une surprise de taille comme dans le Nord-Picardie, l’union de la gauche majorité sortante part pour l’instant divisée au combat et nous allons savoir si la réforme territoriale qui vient de s’achever séduit ou pas les électeurs et les élus locaux. Autant de paramètres qui en font une région test. La rédaction de Med In Marseille a décidé donc de faire le tour des formations politiques qui vont se présenter au renouvellement de l’exécutif local. Notre premier choix s’est (...)


 

 

Gaza Plage à Marseille, entretien avec Fadela El Miri

Mercredi 19 août, Il est 17h30, sur une butte surplombant les plages du Prado de Marseille, un énorme drapeau palestinien gît par terre secoué par les vents et tenu par de gens divers, militants en tee-shirt floqué (Palestine vivra ou BDS), des personnes venues par la mobilisation sur les réseaux sociaux ou encore de simple passant curieux de savoir ce qui ce passe. Au milieu de la foule d’une cinquantaine de personnes, une femme brune, la trentaine, micro à la main anime l’événement, Fedela el Miri, travailleuse sociale et infatigable militante pour la cause palestinienne. Nous allons l’interviewer pour mieux comprendre pourquoi organiser « Gaza Plage » à Marseille.

Qu’est-ce qui motive une jeune marseillaise à militer pour la cause palestinienne aujourd’hui ? « Le mépris de la communauté internationale envers un peuple qui souffre. C’est l’oppression à la vue de tout le monde par un état criminel et la ségrégation. Nous ne voyons plus et nous ne voulons plus entendre les cris d’un peuple martyr. Malgré cette situation ce peuple reste digne et jour après jour il nous donne des leçons de vie d’humanité et de courage. C’est cet esprit qui me donne mon courage et ma motivation. Je suis moi même issue de l immigration et notre arrivée en France nous a réveillé sur pas mal de sujets. » Fadela El Miri Pourquoi organiser une Gaza plage à Marseille ? « GAZA PLAGE à Marseille est surtout en soutien bien évidemment au peuple palestinien et contre la politique (...)


 

 

La Mosquée des Cèdres commence à sortir de terre : une première dans les quartiers Nords.

Dans un dédale d’immeubles voués à la destruction, au milieu de la cité des Cèdres, va jaillir une mosquée et elle sera la première construite à Marseille Nord, bien avant l’hypothétique "Grande Mosquée". Le gros-œuvre est en cours, bientôt les fidèles pourront enfin sortir des caves et accomplir leurs prières dans des conditions plus décentes. Elle est financée exclusivement par les dons de la communauté musulmane de France. Elle se veut moderne et design, architecture cubique, esplanade et fontaine feront de cet endroit un lieu agréable à la pratique du culte.

M Omar Messikh président de l’association de la mosquée des cèdres En bas de la rue Marathon à Malpassé dans le 13 ème arrondissement de Marseille les ouvriers sont à pied d’œuvre sur un terrain de 904 m² en contre bas d’une tour. Le mur de soutien est terminé, il a coûté la somme de 120 000 €. Les fondations sont en cours et on commence déjà à deviner les différents emplacements du sous-sol. La mosquée imaginée par l’architecte Fawzi Chaoui-Boudghene du bureau d’étude aixois CBFstudio sera construite sur quatre niveaux. Au rez-de-chaussée : un parking, deux salles d’ablutions, une chambre mortuaire, un ascenseur pour les personnes à mobilité réduite. Au premier : une salle polyvalente pour les cours de soutiens scolaire et les conférences. Au deuxième : la salle de prière pour les hommes. Au troisième et (...)


 

 

Caen ça ne marche pas, ça ne marche pas

Bielsa s’en va, premier match, première défaite et un fond de jeux calamiteux. Cette décision traduit l’ambiance qui a régné à l’inter-saison entre le président, l’actionnaire principal et le staff sportif. Nous avons un des plus beaux stades d’Europe, des dettes pour trente ans et un troupeau de chèvres qui paissent une pelouse mitée. L’entraîneur motive sa décision par un désaccord contractuel sur sa prolongation de contrat. Il souligne le rôle dans cette affaire d’Igor Levine, avocat, représentant de Margarita Louis-Dreyfus.

Le départ de Jan Van Winckel, le préparateur physique pour l’Arabie Séoudite, pays ou l’herbe n’est pas plus verte mais où le vert de la couleur des billets fait oublier que l’on travaille pour un royaume esclavagiste et dictatorial était un signe avant coureur de cette décision. marcelo_bielsa_om_2015 L’argent fait oublier le fouet, le sabre et l’application stricto-sensu de la charia. Dégages le belge et va faire le valet chez cette bande d’assassins, au fait je ne sais pas ce qu’ils coupent en cas de mauvais résultats, mais verrouille ton slip. Cette crise c’est aussi une manne pour la presse et les médias locaux au coeur du mois d’août, Tapie doit se frotter ses mains moites. Le malheur des uns rend les vautours heureux. Avec ça on peut tenir jusqu’à la rentrée. En y regardant de plus près, les (...)


 

 

Soirée festive au vieux moulin

Ce 25 juillet au Vieux Moulin, chemin de Gibbes, s’est déroulée une soirée festive et chaleureuse pour l’aïd organisée par deux associations algériennes, l’Algérie Droit devant représentée par sa présidente Assia Boudiaf, et l’ANAAF (Alliance Nationale des Associations des Algériens de France) dont la co-présidente est Ayette Boudelaa.

De nombreuses personnes ainsi que quelques élus présents dans une salle décorée pour l’occasion de drapeaux nationaux, une entrée gratuite, des gâteaux et des boissons offerts, grâce aux dons de quelques commerçants de la communauté. La salle du vieux moulin L’animation fut assurée par Sabrina présidente l’association Main d’Or Méditerranéenne, cette chanteuse talentueuse et excellente danseuse ainsi que la virtuosité de son musicien Farès ont mis l’ambiance. La maîtrise d’un large répertoire algérien a su contenter toutes les attentes, Chaoui, Kabyle, Chaabi, Rai, etc. comment résister alors, les youyous se font entendre, les moins timides envahissent la scène et les autres applaudissent. La chanteuse Sabrina En milieu de soirée, Ayette Boudelaa a pris le micro pour présenter ses vœux, remercier les (...)


 

 

L’Algérie vu du ciel à la Villa Méditerranée

Le sublime film « Algérie vu ciel » était projeté mercredi soir en plein air à côté de la Villa Méditerranée sur un écran de 150 m2, en présence du coréalisateur du film Yazid Tizi, des élus, des représentants d’Orange et de la CMCA et bien entendu des marseillais qui se sont déplacés en nombre pour prendre part à cet événement.

L’Algérie a une place de choix dans nos cœurs, en effet, Marseille compterait plus de cent mille personne d’origine algérienne, des pieds noirs et des amoureux tout bord fascinés par ce beau pays, partant de ce constat événement ne pouvais être qu’une réussite, les chaises installées pour l’occasion étaient prises, les retardataires se sont soit assis sur leurs propres chaises pliables ou directement par terre, mais rien ne pouvais troubler ce beau moment. A 21h45, le coréalisateur Yazid Tizi se lève et nous fait une brève introduction, remerciant les spectateurs, les convives ainsi que les ministères de la Culture et de la Défense algériens pour avoir facilité la réalisation de ce documentaire. Le film peut commencer, après une petite publicité d’Orange partenaire de l’évènement en guise d’entrée, le (...)


 

 

| 1 | 2 | 3 | 4 |

 

Autres articles En direct de MarseilleL’actu marseillaise

 

 

 

 

 

 

Articles récents

Articles au hasard