Rubrique Agenda

Accueil > Agenda

 

Agenda

 

 

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 18 |

 

Du bon cinéma tunisien : « A peine j’ouvre les yeux »

Une autre illustration de la vitalité du cinéma tunisien. Cette fois-ci la démarche est ambitieuse, la réalisatrice Leyla Bouzid, 31 ans dont c’est le premier long métrage avait une envie : « Je voulais qu’on voit le regard d’une jeune femme sur le corps d’un homme ». La démarche peut paraître puérile quand dans « Love » de Gaspard Noé, réalisateur italo-argentin qui a été dans la sélection officielle pour le festival de Cannes 2015 nous savons que les scènes de relations sexuelles ne sont pas simulées mais bien réelles et que l’auteur a mené un combat pourque son œuvre ne soit pas interdite au moins de 18 ans. Interdiction qui a frappé « A peine j’ouvre les yeux » qui a quand même remporté le grand prix du festival d’Abou Dhabi mais avec cette censure pour « violence », nudité masculine, drogue et « bisous ». Même la mère de l’acteur principal Montassar Ayari lui a reproché de s’être montré en public. Le film qui a été montré aux rencontres cinématographiques de Carthage a eu un grand succès chez les jeunes, la salle du Colisée 1600 places était pleine

Hormis cela la réalisatrice voulait aussi faire passer comme message le processus de destruction de l’énergie de la jeunesse, destruction par la famille, la société et le système d’un pays. Et elle aborde cela avec l’histoire d’une femme. Montrant encore que le poids du carcan social n’est pas également réparti. Pour l’actrice Baya Medhaffar qui incarne Farah l’héroïne, il faut savoir qu’en Tunisie à part la présence de Ben Ali peu de choses ont changé : pression policière, répression de l’homosexualité, condamnation pour la consommation de cannabis et pressions sur les créateurs en utilisant leurs manquements à l’ordre social ou juridique. En décembre, un cinéaste, un peintre et un photographe ont été condamnés pour usage de cannabis dans des conditions assez floues. Payaient-ils ainsi leurs transgressions (...)


23 février 2016 par Michel Bonelli - Dans Agenda

 

 

L’association israélienne Zochrot à Marseille ce lundi soir

Il y a 66 ans, alors que l’état d’Israël est proclamé, plus de 700 000 Palestiniens quittent leur terre contraints et forcés, pour gagner le Liban, la Jordanie, la Syrie et l’Egypte. Aujourd’hui, cette population chassée, réfugiés palestiniens ainsi que leurs descendants, représentent 4,8 millions de personnes dispersées dans tout le Moyen-Orient. Si ce pan de l’histoire, la Nakba -Catastrophe- est commémoré chaque année par l’occupé, il reste sensible du côté de l’occupant. L’association israélienne Zochrot -Se souvenir- lutte pour inverser cette tendance tout en militant pour un droit au retour des Palestiniens. Deux membres de la structure sont de passage à Marseille lundi 29 décembre.

Qu’ils soient militants, étudiants, professeurs et anciens militaires, les activistes de l’association sont convaincus que « la vérité historique et la reconnaissance de la responsabilité sont des passages obligés de la réconciliation ». Depuis 2002, l’association basée à Tel-Aviv œuvre à travers cette ligne directrice pour faire évoluer les mentalités locales autour de la Nakba et ainsi « promouvoir la sensibilisation et le changement politique et culturel » évalue l’association. Par le biais d’ateliers et de conférences, elle organise de nombreuses activités pédagogiques comme des visites sur les lieux détruits de 1948 et illustrés par des témoignages de réfugiés palestiniens et de combattants juifs. L’association a également été l’instigatrice de plusieurs plaques commémoratives dans les villages arabes (...)


29 décembre 2014 par Sarah Lehaye - Dans Agenda

 

 

Calligraphie arabe : « un outil de lutte au niveau éthique et esthétique »

Passée inaperçue, la date du 18 décembre aurait dû parler à plus de 3 millions d’arabophones en France. Depuis 2012, l’Unesco a instauré la Journée mondiale de la langue arabe. Pour cette 3ème célébration, l’organisation a valorisé un art ancestral qui a su se réinventer au fil des siècles, la calligraphie. Jeudi soir, le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP) a emboîté le pas avec le vernissage de l’exposition « Art et liberté », de Younes Guénad.

De nature artistique, architecturale, culturelle et littéraire, la calligraphie arabe se dessine au gré des supports. De tracés anguleux pour l’écriture dite « coufique » ou ronds pour les caractères « cursifs », les mots renvoient par leur esthétique une dimension magnétique. Aujourd’hui, l’héritage traditionnel de cet art danse avec une approche plus contemporaine tout en respectant une typographie, propre à la langue, source d’harmonie et d’équilibre. C’est notamment la lignée dans laquelle s’est engagé Younes Guénad depuis bien des années. « Certains pensent que la calligraphie n’a pas vraiment évolué depuis le 18ème siècle, c’est faux » assure l’artiste. L’intitulé de l’exposition « Art et Liberté » veut aller dans ce sens : « j’ai voulu joindre la liberté à l’art car il ne faut pas rester figé, mais aller (...)


19 décembre 2014 par Sarah Lehaye - Dans Agenda

 

 

Quartiers Nord : les Zones Franches Urbaines sauvées et rebaptisées Territoires Entrepreneurs

Les Zones Franches Urbaines qui devaient disparaître en 2015, viennent d’être sauvées, in extremis de l’extinction. Le 4 décembre dernier, l’Assemblée Nationale a opté pour la prolongation du dispositif jusqu’en 2020. Ce mécanisme génère des exonérations d’impôt sur les bénéfices pour les entreprises s’implantant sur des territoires en difficulté. L’esprit des Zones Franches est conservé, Les ZFU, sont renommées ZFU-Territoire entrepreneur. Dans ce système, L’Etat et les collectivités locales ont un rôle essentiel à jouer sur le pan de la formation, pour faire renaître l’emploi dans les quartiers populaires. Or c’est souvent par-là que le bât blesse…

On était en attente de la décision de l’Assemblé Nationale sur le devenir des Zones Franches Urbaines. C’est maintenant chose faite. Le 4 décembre dernier, leur existence a été prolongée jusqu’en 2020, et le dispositif d’allégement fiscal maintenu, quoique légèrement modifié. Mais « l’esprit » des Zones Franches urbaines est, par le dernier texte, entretenu. Les 100 ZFU de France sont conservées et sont rebaptisées "Zones franches urbaines - Territoires entrepreneurs". Toujours pas de réflexion globale sur l’économie des quartiers prioritaires « Il faut permettre aux quartiers d’opérer le tournant du développement économique. L’objectif du gouvernement est d’enfin considérer nos quartiers populaires comme de véritables territoires d’opportunités de développement économique et de création d’emplois", a (...)


15 décembre 2014 par Claire Robert - Dans Agenda

 

 

PriMed débarque dès mardi à Marseille

Pour la 18e édition, le Prix international du documentaire et du reportage méditerranéen (PriMed) pose ses valises sur la cité phocéenne. Vitrine du paysage audiovisuel méditerranéen, PriMed présente une semaine de manifestations au fil de projections, débats, rencontres et découvertes. A visionner sans se priver.

Véritable incubateur de talents, PriMed propose depuis dix-sept années une programmation audiovisuelle riche et éclectique avec un point commun, la méditerranée. Documentaires, reportages et films d’enquêtes vont concourir dans dix catégories autour de sept thématiques : jeunesse et éducation, conflits historiques, islamisme, luttes et révolutions, femmes, migrations, musiques. Les primés, sélectionnés par un jury à l’image de la méditerranée, se verront remettre des gains de 1 000 à 3 000 euros. PriMed veut, par ce rendez-vous annuel, participer « à une meilleure connaissance de la Méditerranée, de son histoire, de ses cultures et de ses traditions ». Fort de sa réputation, PriMed a rencontré un nouveau succès avec 543 films reçus, en provenance de plus de 35 pays. De ces heures de bobines ont été retenues (...)


8 décembre 2014 par Sarah Lehaye - Dans Agenda

 

 

« Les Poilus d’ailleurs », un documentaire qui honore la mémoire des combattants oubliés

Plus de 600 000 hommes mobilisés, 80 000 tués ou portés disparus, et que reste t-il de l’Histoire ? Si peu à la vue du prix du sang qu’ils ont payé. Ces troupes coloniales de 14-18, qui se sont dévouées de gré ou de force pour la République française, ont été occultées des mémoires. Aujourd’hui, elles reprennent vie autour d’un documentaire « Poilus d’ailleurs », réalisé par Mehdi Lallaoui. Une nouvelle pépite qui sera à découvrir à Marseille en présence du réalisateur.

Dans cette célébration du centenaire de la Première Guerre mondiale, il est important, notamment pour les descendants de colonisés, d’apporter toutes les pièces au puzzle de l’Histoire pour que celle-ci soit véritablement honorée. Mehdi Lallaoui est l’un des contributeurs de ce tableau avec son nouveau documentaire « Poilus d’ailleurs ». Diffusion proposée par Approches Cultures et Territoires, le Réseau pour l’Histoire et la Mémoire des Immigration et des Territoires (RHMIT) et l’association Au Nom de la Mémoire « Le but de ce film n’est pas de faire une hiérarchie dans la tragédie » assure le réalisateur, lors d’une interview mais de dire « il faut qu’on se souvienne de tous les poilus et pas seulement métropolitains ». Grâce à une série d’archives, véritable trésor de l’histoire qu’il a réussi à récolter, (...)


15 novembre 2014 par Sarah Lehaye - Dans Agenda

 

 

Les Anonymous : Désolé pour le dérangement, mais nous essayons de changer le monde !

Les Anonymous sont encore là, à Marseille aussi. Nous les avons croisés sur le Vieux Port, mercredi soir, 5 novembre, où ils s’apprêtaient à une marche en ville, rue saint Ferréol. « La Million Mask March », les « Anonymes », à ne pas confondre avec les clowns vengeurs et violents qui sévissent ces derniers temps, se battent un peu partout en France, et dans le monde pour sortir les populations de l’esclavage d’un capitalisme financier et de la manipulation mentale, chaque jour plus agressif pour les citoyens et notre planète. Leur créneau : la liberté d’expression sur Internet. Leur moyen est souvent le hacking et parfois des manifestations pacifiques. Controversés pour s’être « substitués à la justice et à la police » dans le cadre de cyber-attaques, cette « armée consciente », comme on les a surnommés est aussi parfois perçue selon, certains observateurs, comme un groupe de dangereux pirates informatiques ou un groupe d’action geek sans véritable engagement et un peu trop « adolescent »

Les Anonymous ont défilé, un peu partout dans le monde, mercredi 5 novembre, pour la liberté d’expression sur Internet, à l’occasion de la Bonfire Night, une nuit commémorée, chaque annéeen Grande Bretagne, pour célébrer l’échec d’un attentat prévu par le rebelle catholique Guy Fawkes, à l’occasion de la conspiration de poudres (1605). Dans la série de bande dessinée « V pour Vendetta », réalisée de 1982 à 1990, par Alan Moore et David Lloyd, un personnage anarchiste qui se fait appeler « V » porte un masque représentant le visage de Guy Fawkes. Ce masque est aujourd’hui le sigle de ralliement des membres d’Anonymous. A Marseille, nous les avons croisés sur le Vieux Port, alors qu’ils s’apprêtaient à défiler, mercredi soir. Militants actifs du partage d’informations sur Internet et de la libre expression sur le (...)


7 novembre 2014 par Claire Robert - Dans Agenda

 

 

La 21e édition des Rencontres d’Averroès explorent de nouveaux horizons

Pour cette nouvelle édition, les Rencontres d’Averroès prennent un tout autre cap. Habituellement axées sur la Méditerranée, elles se tournent vers « D’autres Méditerranées », celles de la mer de Chine méridionale, des pays qui la bordent, et plus à l’ouest, des Caraïbes. Quant au format, il reste identique à ses succès précédents : privilégier la rencontre autour de tables rondes entre néophytes et érudits. Le programme culturel ne sera pas en reste avec trois semaines de rendez-vous aux rythmes des projections, rencontres, lectures, conférences. Détails.

L’exploration de nouveaux horizons n’est pas un hasard. Depuis la fin de la 20e édition, Thierry Fabre, co-créateur de cette rencontre annuelle de débats et réflexions a quitté le navire pour se consacrer à ses activités qu’il occupe au Mucem. France Culture, qui participe chaque année aux Rencontres, est alors devenue co-producteur, notamment l’émission « La Fabrique de l’histoire » produite par Emmanuel Laurentin. La conception et l’organisation reviennent à l’Espace Culture de Marseille. Tout en gardant les fondamentaux, à savoir les tables rondes radiophoniques, un programme artistique et culturel qui transmet au public une certaine approche des thématiques, une diffusion large des débats et le travail de sensibilisation auprès des jeunes, ce nouveau cycle tend à s’étendre sur le monde. Du 7 au 30 (...)


6 novembre 2014 par Sarah Lehaye - Dans Agenda

 

 

Marseille les 10 et 11 mai, commémorations 2014 de la traite négrière.

Le Collectif Paca pour la Mémoire de l’esclavage organise les cérémonies et manifestations culturelles autour de la commémoration de l’esclavage. Un rappel bien utile quand on pense au récent tweet ignoble de thierry Mariani qui exploite un fait d’actu tout aussi ignoble pour nous déverser sa bétise :
"#Nigeria.L’enlèvement par secte #BokoHaram rappelle que l’Afrique n’a pas attendu l’Occident pour pratiquer l’esclavage #Déculpabilisation
9:12 AM - 7 Mai 2014"

voici donc le programme pour ce week-end : Samedi 10 mai 2014 à 17h30 Cérémonie officielle de commémoration de l’esclavage, des traites négrières et de leurs abolitions Quai d’Honneur, Vieux Port (face à l’hôtel de Ville de Marseille) Dimanche 11 mai 2014 à partir de 11h00 Journée culturelle Commémoration de la première abolition de l’esclavage de 1794 Musique, slam, percussions, danse, littérature, arts plastiques Parc du 26ème Centenaire 13006 Marseille


10 mai 2014 par Ahmed Nadjar - Dans Agenda

 

 

Journée d’études et de restitution : L’histoire de la rétention et de la détention des Algériens à Arenc et Montluc : une mémoire à venir ?

Le projet « lieux à mémoires multiples » est soutenu par le Ministère de la Culture, dans le cadre de l’appel à projets « Institutions patrimoniales et pratiques interculturelles » . Le GIS Institutions patrimoniales et pratiques interculturelles met en réseau des institutions patrimoniales (archives, musées, bibliothèques), des laboratoires de recherche, des associations pour mener à partir du levier interculturel un travail collectif de recherches et de réflexion critique. Il résulte du groupe de travail créé en 2008 par le ministère de la Culture et de la Communication (DREST) dans le cadre de l’Année européenne du dialogue interculturel.

Ce projet s’appuie sur le constat que les institutions patrimoniales, par leurs missions et leurs pratiques, sont au cœur des mutations du monde contemporain. Les musées, centres d’archives, bibliothèques ou médiathèques, quels que soient leur statut, leur localisation, leur taille, leur spécialisation sont confrontés directement à un double défi. Le défi de l’interculturalité, posé par la reconnaissance de la diversité des formes d’expression culturelles, la multiplication et la diversification des échanges dans le monde contemporain, par la complexification des sociétés et les changements dans les pratiques culturelles ; Le défi du patrimoine et des processus de patrimonialisation posé par l’extension de la notion de patrimoine et par les demandes de reconnaissance sociale et politique qui s y (...)


18 mars 2014 par La Rédaction - Dans Agenda

 

 

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 18 |

 

Autres articles Agenda

 

Brèves Agenda

  • 5 décembre

     

    La Mairie et les assos du 2 -3 relèvent le défi du Théléthon 2017 ce Samedi 9 décembre.

    Savez-vous que le premier Téléthon a eu lieu en 1987, et sur Antenne 2 le premier Parrain se nommait Jerry Lewis, un grand acteur humoriste américain. Depuis, après 30 années d’efforts, grâce à vous, en apportant vos dons à la recherche, l’AFM (Association Française contre les Myopaties) a fait, via les chercheurs soutenus, progresser les thérapies. Bien évidemment, la municipalité du 2-3, va cette année, une nouvelle fois, coordonner l’action de nombreuses associations afin qu’avec ses partenaires, les Marseillais du secteur puissent apporter leur pierre à l’édifice. Et, à l’instar de la jeune Myriam qui nous a contacté avec enthousiasme, une nouvelle génération s’investie désormais pour cette cause. En tout cas, il y en aura pour tous les âges. Les protagonistes ? Ils sont sportifs, musiciens, pompiers, artistes, associations organisatrices de tombola, de friperies… en tout cas tous, le cœur sur la main, ils animeront au profit des malades, de la recherche une journée solidaire et festive au centre d’animation et de loisirs de la Busserade – au 58 rue Caviagnac à Marseille 3ème. La participation de 2euros permettra à tous de participer solidairement. Venez nombreux (...)

     

  • 30 novembre

     

    Journée Mondiale de l’Égalité des Chances Marseille les 5 et 9 décembre.

    INSCRIPTION GRATUITE OBLIGATOIRE -> http://bit.ly/2A6tc1Z En partenariat avec l’association Phoenix - Egalité des Chances de KEDGE Marseille , Bleu Blanc Zèbre et GHETT’UP, les Different Leaders invitent à un grand rassemblement dans la cité phocéenne pour donner aux jeunes les clés pour être acteurs du changement. — - Afterwork du bendo by GHETT’UP dans un lieu emblématique & unique du numérique : la Coque d’Aix Marseille French Tech ! AU PROGRAMME : //Table ronde avec des personnalités inspirantes originaires de Marseille : Omar Keddadouche / Consultant Football @France Bleu Provence & Président du club de Foot Asc Vivaux Sauvagère Sabrina Roubache / Fondatrice @Gurkin Invest Films - Productrice exécutive de la série Netflix : MARSEILLE - Lauréate du Women’s Award de La Tribune 2016 Philippe Pujol / Journaliste & écrivain, lauréat du prix Albert-Londres en 2014 pour sa série d’articles « Quartiers shit » sur les quartiers nord de Marseille Alexandra Bomane / Doctorante et Chercheuse en BioInformatique et Pharmacogénomique @Université Aix-Marseille & Ceinture noire de Taekwondo Présentation du travail de lycéens « Je crains dégun, je serai président » Ice (...)

     

  • 24 novembre

     

    La Palestine en Résistance, les 24 et 25 Nov. 2017 au Canopé Marseille 1er.

    C’est au 31 boulevard d’Athène, en bas des escaliers de la gare Saint-Charles, qu’auront lieu ces deux journées de réflexion, de connaissance et d’échanges en faveur de la Palestine, ce pays si injustement colonisé et martyrisé. Au menu, de copieux plats de "Résistance" vous seront servis. Et cela débutera vendredi 24 à 19 heurs avec la diffusion de l’excellent film de Maryse Gargour "La terre parle Arabe" un film d’histoire devenu historique et essentiel pour ceux qui veulent comprendre la tragédie de ce peuple. L’épuration ethnique que subissent les Palestiniens depuis des dizaines d’années ne sont pas sanctionné de façon coercitive par les nations unis, et les grande puissances. Pire, aujourd’hui des organisation pro-colonisation comme le Crif tentent de faire criminaliser le Boycott, pourtant l’arme la plus pacifique qu’il soit, et qui avait fait la preuve de son efficacité sous le temps de l’Apartheid en Afrique du Sud. Même si nous le savons aujourd’hui, hier aussi notre gouvernement apportait une aide au gouvernement racistes de Prétoria. Aujoud’hui, certains membre du gouvernement ne se cachent même plus pour tenter de faire taire la résistance. Et toute honte bue, inverse même les rôles en (...)

     

  • 24 novembre

     

    Film : "Planète Marseille, enfants des Comores" samedi 25 nov au musée d’Histoire de Marseille.

    Dans le cadre du Festival image de ville, musée d’Histoire de Marseille, samedi 25 novembre à 15 heures : projection - débat autour du film " Planète Marseille, enfants des Comores" un documentaire de Charlotte Penchenier, 2016, 52 min. Film produit en Région – Tita Productions A Marseille, un habitant sur dix vient des Comores. La vie communautaire et le respect des traditions, comme le sacro-saint « grand mariage » comorien, pèsent sur les jeunes grandis en France. Fatima, Anzui, Faiswal, génération métissée, cultivent à la fois leur indépendance et l’attachement aux origines. Suivi d’un débat avec Charlotte Penchenier Entrée libre dans la limite des 200 places disponibles à l’auditorium du musée. En partenariat avec le musée d’Histoire de Marseille

     

  • 21 novembre

     

    On l’appelait « Chocolat »

    Cette exposition rend hommage au premier artiste noir ayant connu la célébrité sur une scène française. Jeune esclave cubain, vendu à un marchand espagnol, il arrive à paris en 1886, comme domestique d’un clown anglais. Foottit et Chocolat ont joué vingt ans ensemble. Ils ont inventé la comédie clownesque, le duo associant le clown blanc et l’auguste. Ils ont été aussi les premiers acteurs du cinéma muet. Haute figure de la vie parisienne à la Belle Epoque, lié à Toulouse-Lautrec, Debussy, Alphonse Allais, Firmin Gémier et bien d’autres, le clown Chocolat est tombé dans un injuste oubli après sa mort en 1917. A travers l’histoire de cet artiste, l’exposition aborde la question des discriminations et du combat pour la dignité. Chocolat, le film est sorti le 3 février 2016 sur nos écrans, avec l’acteur Omar Sy dans le rôle de Chocolat. La biographie publiée par Gérard Noiriel sous le titre : Chocolat. La véritable histoire d’un homme sans nom, est éditée depuis janvier 2012. L’exposition accompagne ces événements. Elle est portée par Gérard Noiriel et le collectif DAJA. Daki Ling 45A rue d’Aubagne, Marseille, 13001 Du 22 novembre au 18 décembre 2017 Visite libre avant les spectacles de 19h à 20h. (...)

     

  • 8 novembre

     

    Financement participatif pour le film, Les Herbes Folles de Lucie Thierry, sur l’école bricabracs, une école créée par des parents à Marseille

    Le financement participatif du documentaire "Les Herbes Folles" de Lucie Thierry s’achève le 8 novembre. Ce documentaire suit l’aventure de la nouvelle école Bricabracs, dans les quartiers Nord de Marseille, école qui a été montée par des parents et un instituteur désireux de proposer à leurs enfants un autre système scolaire. Une aventure en constant mouvement et interrogation. « Raconter l’école, c’est raconter la société telle qu’elle est. Filmer l’école Bricabracs, c’est oser rêver à d’autres possibles », explique Lucie Thierry. La documentariste est également auteure du documentaire "Poussières de Femmes," diffusé sur la chaîne Arte qui relate le quotidien de trois femmes balayant les rues de Ouagadougou, capitale du Burkina Faso. Pou participer au financement des Herbes Folles « c’est » par ici : www.helloasso.com/associations/artup-13/collectes/les-herbes-folles-1

     

  • 6 novembre

     

    Festival Les Instants Vidéo

    30e Festival Les Instants Vidéo Le Festival Les Instants Vidéo est une manifestation dédiée à l’art vidéo et la poésie électronique, sous toutes ses formes, monobandes, installations, performances, multimédias... "30 ans que nos désirs font désordre 30 ans que nous forçons les barrages culturels, sociaux et économiques 30 ans que nous dessinons avec les artistes des plans d’évasion 30 ans que nous tissons des réseaux de complicités internationales poétiques et politiques. Nous célébrons donc en 2017, 30 années d’agitations vidéo poélitiques intercontinentales en 30 événements sans frontières (Tunisie, Maroc, Palestine, Kirghizistan, Egypte, Argentine, Italie, France...) et de manière totalement indisciplinée (lieux d’art, espaces sociaux...)...Cette tournée déboussolante (quitte à en perdre le nord) finira à bon port en novembre au sud de nos imaginations, c’est-à-dire à Marseille, notre territoire d’ancrage et notre piste d’envol." Friche Belle de Mai Gratuit Du 05 au 25 novembre 2017 : Rencontres internationales (projections, performances, tables-rondes) Cinéma Les Variétés, Friche la Belle de Mai , La Fosse, l’ARI, l’Institut Culturel Italien * Ouverture vendredi 10 novembre à 18h au cinéma les (...)

     

  • 30 octobre

     

    L’Europe devient-elle fasciste ? "Mise en veille", la dernière création de la Compagnie Mémoires Vives

    La compagnie Mémoires Vives présente sa nouvelle création : MISE EN VEILLE. Le Jeudi 2 novembre 2017 à 20h00 et Vendredi 3 novembre 2017 à 14h30 et 20h00 Au Théâtre de l’Œuvre (1 rue Mission de France, 13001 Marseille) L’Europe devient-elle fasciste ? Elle qui s’était drapée des principes d’unité, de démocratie, de solidarité, d’harmonie et de paix entre les peuples… Elle qui, désincarnée, bafoue ces mêmes principes par des actes froids, technocratiquement pensés et exécutés…Dans quelle impasse est-elle en train de s’engouffrer ? Cette Europe qui devait se construire de nos rêves et qui finalement alimente nos peurs et se nourrit de nos cauchemars… Par des fragments de vie d’individus, ordonnés par la peur, joués, incarnés par cinq acteurs, spectateurs de ce qui se joue, interprètes d’une pièce faite de fragments de textes d’auteurs dramatiques qui posent un regard lucide sur notre temps… Léonora MIANO, Alexandra BADEA, Falk RICHTER, Julien PRÉVIEUX, Martin CRIMP La création Mise en Veille est programmée dans le cadre du Festival O.Q.P (Opération Quartiers (...)

     

  • 27 octobre

     

    Expo MUCEM : nous sommes foot

    En laissant entrer un ballon rond dans son enceinte, le Mucem rend hommage aux peuples et aux civilisations du football ainsi qu’aux pratiques culturelles et sociales qui l’accompagnent, en Méditerranée comme à Marseille. Défendue par son effectif de 300 œuvres, objets, photos et installations, « Nous sommes foot » met en jeu 11 séquences et, comme les règles sportives l’imposent, se visite en 90 minutes ! Mucem Nous sommes foot. Jusqu’au 4 fév 2018

     

  • 25 octobre

     

    Festival O.Q.P (Opération Quartiers Populaires)

    Festival O.Q.P (Opération Quartiers Populaires) Du 23 Octobre au 04 Novembre 2017, le Festival O.Q.P occupe le Théâtre de l’Œuvre, implanté en plein quartier de Belsunce, à la lisière de La Canebière et de Noailles… Les Lieux • C’est à partir du Théâtre de l’Œuvre, lieu passerelle participatif, endroit de rencontres et d’échanges artistiques, maison de théâtre ouverte sur son environnement et ses habitants que le Festival va essaimer sur d’autres lieux emblématiques du territoire… • Le Polygone Etoilé, nom du Cinéma International de Quartier, géré par le collectif Film Flamme au Quartier de la Joliette, une Maison d’Artistes au cœur du public où l’on rencontre un public sans quartier. • Le Cinéma Les Variétés, qui est aussi un lieu d’échanges et de rencontres, un lieu de partage et de rayonnement du cinéma, en lien avec d’autres formes d’arts et de pensée, en plein cœur de la Cité. • La Compagnie, lieu de création engagé auprès des artistes qui propose des activités artistiques à tous les publics en tissant une relation à long-terme avec les habitants et les associations de Belsunce et du centre-ville. Festival OQP (Opération Quartiers Populaires) Au Théâtre de l’Œuvre 1 Rue Mission de France, 13001 (...)

     

  • 24 octobre

     

    Mercredi 25 octobre Journée Associative Crottes/Cabucelle à la rencontre des habitants chez Amazigh au marché aux puces

     

  • 17 octobre

     

    Festival Film Femmes Méditerranée

    Fictions / Documentaires / Courts métrages / Web séries / Débats / Leçon de cinéma / Expo photos ​ Si l’objectif premier reste prioritaire : la mise à l’honneur du cinéma des réalisatrices méditerranéennes, les Rencontres 2017 empruntent aussi résolument des pistes nouvelles. La jeunesse et l’énergie en sont les maîtres mots. Au cœur de la programmation, l’offre de découverte de jeunes talents issus de 20 pays de la Méditerranée et au-delà, récompensés souvent dans de prestigieux festivals. 40 films : longs et courts métrages, fictions et documentaires, des inédits, des avant-premières, échos de l’âpreté de notre époque, mais aussi porteurs d’espoir, de courage et d’humanité. Toujours à l’affiche, partenariat avec le Mucem pour « un coup de chapeau » à une grande actrice et réalisatrice : Sandrine Bonnaire, la Table Ronde Arte Actions Culturelles avec le Mucem et L’Avitem/Villa Méditerranée, réflexion sur la résilience post guerre autour du film « My own private war » de la réalisatrice Lidija Zelovic, originaire de Sarajevo et aussi une leçon de cinéma avec la tunisienne Kaouter Ben Hania, un atelier sur la web création… (...)

     

  • 28 septembre

     

    Week-en soutien aux réfugiés, Librairie La Réserve à Bulles

    A la librairie spécialisée dans la Bande dessinée, La Réserve à Bulles, auteurs-trices et illustrateurs-trices se mobilisent et proposent un weekend festif au profit de Osiris, association de soutien thérapeutique aux personnes exilées. Au programme : Vendredi 29 septembre à partir de 18h : Lancement du weekend par Reem Mansour, présidente de Osiris suivi de : Amour Paix et Révolution, un concert de Catherine Vincent et Mohamed Al Rashi. Un répertoire de chansons pop-rock en français, arabe et espagnol. À 19H Vente des originaux, sérigraphies et autres belles choses offerts par les auteurs et les illustrateurs. Petits prix de 10 à 100€ max. Samedi 30 septembre à partir de 10h : 10h/12h Ateliers pour petits et grands animés par Arno Célérier [pop-up/pliage], Catherine Chardonnay [Illustrations] et Raphaèle Frier [écriture]. Participation 5€ / Inscriptions à la librairie La réserve à bulles. Tél : 09 73 62 11 47 / librairie@reserveabulles.com 12h/15h Repas Petites restaurations & buvette 15h/17h Ateliers pour petits et grands animés par Arno Célérier [pop-up/pliage], Catherine Chardonnay [Illustrations] et Raphaèle Frier [écriture]. Participation 5€ / Inscriptions à la (...)

     

  • 28 septembre

     

    BD : L’homme au bras de fer de Thomas Azuelos et Simon Rochepeau

    « L’Homme aux bras de mer », de Thomas Azuélos et Simon Rochepeau, tente de comprendre l’un des Somaliens de l’« affaire Tanit », jugé en France en 2013. Ce récit de Simon Rochepeau et Thomas Azuelos constitue un documentaire original et inédit : la destinée singulière, racontée sans parti pris ni jugement, d’un jeune pêcheur somalien devenu pirate. Une histoire insolite et pourtant bien réelle qui rend aussi hommage à ceux qui accompagnent les étrangers arrivant en France, quelque soit leur parcours. Exposition des planches du 5 au 25 septembre. Dédicace du dessinateur marseillais,Thomas Azuelos, le 23 septembre dernier à la librairie, La Réserve à Bulles En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/livres/article/2017/09/20/bd-mohammed-pirate-par-necessite_5188348_3260.html#SfPfXASJHRpkwHCW.99

     

  • 15 septembre

     

    Journées Européennes du Patrimoine Marseille

    Jeunesse et patrimoine : tel est le thème choisi pour cette 34e édition des Journées Européennes du Patrimoine. Une édition résolument tournée vers le jeune public et sa sensibilisation au patrimoine, à l’histoire de la Nation et à l’histoire de l’art, ou encore aux métiers du patrimoine. Avec cet objectif majeur : mieux le comprendre et mieux le connaître, dans son contexte historique et social. Ces enjeux seront déclinés à Marseille de façon aussi pédagogique que ludique. Cette année encore, vous êtes invités à découvrir gratuitement des lieux habituellement fermés au public. Rendez-vous ces 16 et 17 septembre . Par ici le programme : http://decouvrir-marseille.marseille.fr/actualites/journees-du-patrimoine-2017-une-edition-dediee-la-jeunesse

     

  •  

     

     

     

     

    Articles récents

    Articles au hasard