Rubrique Actualités

Accueil > Actualités

 

Actualités

 

 

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 146 |

 

Le Cri de la génération Climat", Irrintzina", le film

Le documentaire Irrintzina, sur la génération climat, réalisé par les Marseillais, Sandra Blondel et Pascal Hennequin, revient sur le mouvement militant pour le climat, Alternatiba et les Actions Non violente, COP21. Partie d’une poignée de militant du pays basque, cette mobilisation sans précédent, en vue de la COP21, s’est déployée, à coup de pédale de vélo, de Bayonne à Paris. Depuis le 8 novembre, face aux mastodontes, le documentaire totalement indépendant, a réussi le tour de force, d’être à l’affiche de plus de 150 salles en France, grâce à l’entêtement de ses deux réalisateurs et de sa production. A Marseille, il est à voir en unique projection au cinéma « Les Variétés », le 16 novembre à 20h30. Et les chances qu’il soit à l’affiche dans les cinémas de notre ville dépendent entièrement du nombre du public dans la salle. Donc à nous de jouer !!!

« Irrintzina », c’est le cri ancestral que poussent les bergers basques pour communiquer de collines en collines. C’est aussi le titre du documentaire de Sandra Blondel et Pascal Hennequin qui décrit la révolte et la mobilisation de citoyens face à une urgence sociétale et planétaire, à savoir, le réchauffement climatique. Produit par Fokus 21, le film « Irrintzina » revient sur l’aventure du mouvement citoyen « Alternatiba ». « Face au sentiment d’impuissance que provoque l’extrême gravité du dérèglement climatique, quelques militants de l’organisation basque Bizi ! font un pari fou : construire en quelques années une mobilisation sans précédent en vue de la COP21 et lancer un grand mouvement non-violent pour le climat : Alternatiba. De Bayonne à Paris, sur des vélos multiplaces, coup de pédale après (...)


14 novembre 2017 par Claire Robert - Dans Actualités

 

 

"Les Herbes Folles", l’école autrement

« Les Herbes Folles » est un documentaire sur l’aventure de la nouvelle école Bricabracs, créée, par un instituteur et un groupe de parents, désireux de proposer à leurs enfants une voie d’éducation différente. Cette école faite de « bric et de broc », d’où son nom, « Bricabracs », est installée au milieu des quartiers Nord de Marseille entre des jardins partagés, un temple protestant et une école publique. Et ici s’invente une autre façon d’aller à l’école avec Erwan, instituteur rebelle et démissionnaire de la fonction publique et des parents impliqués qui se battent jour après jour pour faire exister une école autrement. Cette expérience nouvelle a été filmée par la documentariste Lucie Thierry. Aujourd’hui épaulée par l’association Art Up 13, et sa directrice Elise Meouchy, le film est en phase de financement participatif, pour la post-production. Rencontre avec la réalisatrice et la productrice.

Les enfants de l’école Bricsabracs, photo extraite du film "Les Herbes Folles", de Lucie Thierry, Des enfants de 6 à 8 ans s’inventent des mondes merveilleux, des cabanes magiques avec des cagettes de légumes récupérés. Ils disposent, redisposent…hérissent des murs, des cachettes, se séparent, intègrent les copains dans leur jeu ou les rejettent. La caméra de la documentariste, Lucie Thierry, capte ces instants de liberté et d’apprentissage du vivre ensemble des enfants de l’école Bricabracs. Et comment soudain la cagette, sans grande valeur marchande devient la valeur de référence…le bien le plus précieux au monde. Nous sommes bien, grâce à Lucie Thierry, dans le monde enchanté et cruel de l’enfance… Ce monde qu’Erwan, l’instit va aborder, tenter de faire grandir, d’utiliser, pour dispenser des (...)


9 novembre 2017 par Claire Robert - Dans Actualités

 

 

L’ancien président, François Hollande, en visite à Marseille : « Le quartier me montre ce qu’il est capable de faire »

François Hollande est venu, jeudi 2 novembre, en visite au centre Anaris Consulting Marseille, dans le 15ème arrondissement, au titre de la Fondation « La France s’engage ». Ce centre est un mélange des genres, en plein cœur des quartiers nord où un club professionnel de Boxe Thaï, fondé par Karim Tachouaft, côtoie un centre de formation aux métiers de la sécurité, impulsé par l’entreprise nationale Mondial Protection. Un mixte de ce que les quartiers peuvent créer quand ils en ont l’opportunité. « La politique de la ville est une priorité, non seulement pour les quartiers, mais aussi pour l’avenir du pays, puisque c’est ici qu’il y a une énergie qu’il faut capter », a rappelé François hollande, à cette occasion.

François Hollande dans la cité des Bourely Dans la petite cité des Bourely, non loin de la cité de Kallisté, 15ème arrondissement, dans une salle de cours, des enfants de primaire et de collège, censés faire leur devoir ne parviennent pas à se concentrer. Trépignant d’impatience, ils veulent tous voir, l’ancien président, François Hollande, qui en personne, est bel et bien, présent attenante, discutant avec les associations du quartier. Dans le cadre de la Fondation « La France s’engage », qui finance des projets innovants de l’économie sociale et solidaire, l’ancien président de la République, François Hollande est venu visiter à Marseille, le centre Anaris consulting, qui regroupe le club de de boxe thaï , ou Muay Thaï, créé par Karim Tachouaft, un centre de formation au métier de la sécurité, une salle (...)


3 novembre 2017 par Claire Robert - Dans Actualités

 

 

40 ans de Politique de la Ville vu par Michel Bonelli.

Drôle de commémoration quand celle-ci est attaquée de tout bord. Même le député du 15ème et 16ème arrondissement de Marseille, Saïd Ahmada veut sa disparition pour revenir au droit commun quand de nombreux habitants de sa circonscription en sont les bénéficiaires. Et que sur ce terroir la rénovation urbaine est à l’œuvre permettant la réfection de nombreuses cités qui en avaient bien besoin. Bien sur la politique de la ville a dans l’ensemble plus profité au bâti qu’aux individus c’est un fait et que Vinci s’en porte mieux qu’un chômeur de La Calade, dont acte. Sur le plan des habitants la politique de la ville dés sa création a été faite au détriment de l’Education Populaire dans les quartiers dont les acteurs été les grandes fédérations comme Léo-Lagrange, les Centres Sociaux, les Maisons des Jeunes et de la Culture et bien d’autres avec une mainmise de l’état et des collectivités locales sur les quartiers en difficultés où œuvrer ces organisations. Il y avait là un désir d’organisation générale, de planification et parfois de reconquête d’établissement avec la municipalisation de certains : une Maison Pour Tous Léo Lagrange après une rupture de convention passait sous le contrôle de la ville. Les communes se dotèrent d’élus à la politique de la ville pour à la fois appliquer les directives de Paris tout en donnant un particularisme local aux actions menées. La décentralisation de 1982 et l’arrivée de la gauche au pouvoir verra la nomination d’un ministre d’état, ministre de la ville M. Delebarre en 1990 sous Rocard. Pour la première fois en France on allait faire une politique sociale particulière réservée à des territoires définis et à des populations précises. Nous sortions du droit commun et de l’unicité de l’action de l’état. On faisait deux catégories de français ou de résidents en France. La politique de la ville comme son nom l’indique oublia le monde rural et la misère qui n’a cessé d’y grandir depuis 40 ans.

En parallèle on a mis en place par le biais des emplois aidés le traitement social du chômage en créant des postes qui profitèrent en particulier au monde associatif. Les premiers furent les TUC (Travaux d’Utilité Collective) crées en 1984 par Fabius et abrogés en 1990 pour donner naissance au Contrat Emploi Solidarité (CES). Pourquoi en sommes nous arrivés là ? Un peu de réflexion et d’histoire s’imposent. Taux de chômage en 1977, 5,1% en 2017, 9,6% après avoir dépassé la barre des 10% dans les années 80-90. Dans le même temps nos quartiers ont connu la fin de la mixité sociale et raciale. Les populations européennes et immigrés ou leurs descendants qui ont réussi socialement ont quitté les quartiers défavorisés. Nous sommes passés de quartiers ouvriers à des quartiers où les populations issues du Maghreb et (...)


24 octobre 2017 par Michel Bonelli - Dans Actualités

 

 

Retour en vidéo sur la rencontre, Théâtre et Immigration, depuis les années 70

La biennale RHMIT a consacré une journée à retranscrire les liens entre le Théâtre et l’ Immigration, en France, depuis les années 1970. La journée intitulée "La Parole Libérée", et proposée par l’association générique a permis de revenir avec divers acteurs marseillais et nationaux, sur ce « théâtre militant », fait avec des immigrés, pour faire émerger une parole et dénoncer les conditions de vie.

Vidéo.

Your browser does not support the video tag.


24 octobre 2017 par Claire Robert - Dans Actualités

 

 

Croyances : "Esprit critique, es-tu là ?"

La semaine de la Pop Philosophie, qui se tient à Marseille, du 22 au 28 octobre, pose la question de « nos Croyances ». Une vaste interrogation qui sera structurée en trois temps : «  Croyance et philosophie  », «  Croyance et politique  » et «  Croyance et neuroscience  ». Et de singuliers moments consacrés aux «  Miracles  ». Ces débats et discussions vont tenter de réaliser un tour de force, véritable « miracle », à savoir : nous apprendre à Rationaliser, l’Irrationnel … Avec en prime, une conférence sur l’ «  Art du doute  » ….Voilà de quoi, ébranler nos croyances ...

Manifestation qui réunit des philosophes, des écrivains et des sociologues autour d’objets de la pop culture et de la culture médiatique, la semaine de la Pop Philosophie s’attèle au sujet vaste et universel qui taraude l’humanité depuis sa naissance, à savoir : Les Croyances…Là où l’humanité piétine, la philo constitue-t-elle un précieux secours ? En tout cas les organisateurs de la Semaine de la Pop Philosophie en sont convaincus : « Le problème de la croyance requiert plus que jamais le regard du philosophe et le secours du concept pour tenter de saisir, dans la pluralité de ses expressions, un phénomène qui par nature excède la rationalité ». Retrouver le divin sans dieu ? Jacques Serrano a remis au goût du jour, le concept de Pop Philosophie, développé par Gilles Deleuze, à la fin des années 1970. « (...)


23 octobre 2017 par Claire Robert - Dans Actualités

 

 

De Raqqa à Marseille, portrait d’une famille syrienne rescapée de la guerre

Originaire de la ville de Deir-Ez-Zor, à l’Est de la Syrie, réfugiée à Marseille en 2013, la famille Alibrahim, vient d’ouvrir un restaurant syrien, boulevard National. Leur histoire est celle d’un peuple syrien, plongé au cœur d’un conflit sanglant, manœuvré autant par les forces de l’intérieur que les puissances étrangères, victime d’une sale guerre, à laquelle personne ne comprend rien. C’est aussi l’histoire d’une fuite précipitée pour sauver sa peau, de l’exil, de la galère en France, de chambres d’hôtel et appartements lugubres et délabrés pour Sans Papiers. L’histoire de ceux qui ont tout perdu et qui, grâce à leur culture et leur éducation, à force de volonté, soudés par des liens familiaux, ont réussi à se construire une nouvelle vie, loin de leur ville, de leur pays et de leurs racines.

Les parents et le fils Magd dans leur restaurant Le restaurant Ashourya, qui signifie « Syrie » a pris place, depuis quelques mois, boulevard national, à deux pas du boulevard Longchamp, à Marseille. Proposant une délicieuse cuisine syrienne, préparée par Majda, la mère de la famille, autrefois ingénieur agronome, l’endroit est un bout de Syrie à lui tout seul. Et le meilleur de la Syrie : décoration soignée, nourriture exquise et propriétaires, cultivés, soucieux de faire connaître aux Français la culture syrienne, si riche et ancienne… et dynamiques. Car c’est à la force de travail acharné, que la famille Alibrahim, arrivée en France en 2013, a réussi à ouvrir ce restaurant qui a su trouver sa clientèle et emploie aujourd’hui, 5 salariés. Reconversion avec un CAP de cuisine La famille, de confession (...)


20 octobre 2017 par Claire Robert - Dans Actualités

 

 

Expo : Jack London dans les mers du Sud

Avec l’exposition Jack London, dans les mers du Sud, La vieille charité se concentre sur le périple de l’écrivain américain dans l’exploration des îles du Sud du Pacifique, entre 1907 à 1909. C’est l’occasion pour le visiteur, de découvrir, sur les traces de Jack London, des cultures riches et encore peu connues aujourd’hui de ce côté-ci du monde, Iles Marquises, îles Hawaï, Iles Salomon, Vanuetu (Nouvelles Hébrides), Fidji, Tahiti, Moorea, Raiatea, Bora Bora ou la sauvage Mélanésie, à l’époque cannibale…-. A travers des documents photographiques exceptionnels, pris par Jack London ou ses équipiers, qui constituent des témoignages uniques ethnographique de ces peuples des îles du Sud Pacifique. On pourra également explorer la richesse et la diversité des cultures, où les artistes créaient avec les seuls éléments récupérés dans la nature, des œuvres d’art d’exception.
Et c’est aussi l’occasion d’explorer la vie, l’œuvre et la personnalité attachante de Jack London, fils des classes américaines laborieuses, écrivain engagé, et aventurier, qui décède, à l’âge de 40 ans. Un exposition à voir jusqu’au 13 janvier.

Jack London « J’aimerais mieux être un météore superbe, et que chacun de mes atomes brille d’un magnifique éclat, plutôt qu’une planète endormie. La fonction propre de l’homme est de vivre, non d’exister. Je ne perdrai pas mes jours à essayer de prolonger ma vie. Je veux brûler tout mon temps... » écrivait Jack London. La comète Jack London a effectivement brillé très fort et peu longtemps. Barque tahitienne En 1907, Jack London, son épouse Charmian et un équipage d’amateurs, embarquent à Oakland, Californie, à bord du Snark, un voilier de 17,5 mètres spécialement conçu pour cette aventure. L’écrivain part aussi sur les traces de ses héros, Robert Louis Stevenson, l’auteur de l’Ile au Trésor et Herman Melville, auteur de Moby Dick, qui ont, avant lui, navigué dans cette région du monde. Avec ses (...)


16 octobre 2017 par Claire Robert - Dans Actualités

 

 

MARSEILLE POUBELLE LA VIE, Marseille côté pile

Lancé le 10 octobre, par le collectif Poubelle La Ville, une pétition interpelle Jean-Claude Gaudin sur l’insalubrité grandissante de la ville de Marseille. Dénonçant une situation intenable et indigne d’un pays développé, le collectif se réclamant a-politique rassemble 10 000 membres (collectifs, associations, CIQ de quartiers, des acteurs impliqués dans la propreté et l’écologie). Dans leur lettre au maire, il rappelle que : " les rats côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs…. Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose… La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles ! " Et avec eux on s’interroge : la Peste pourrait - être, un jour, revenir à Marseille, à force de laisser la ville à l’abandon ?

Lancé le 10 octobre, une pétition interpelle Jean-Claude Gaudin sur l’insalubrité grandissante de la ville. Le collectif a adressé un appel au maire. "Nous sommes un collectif de citoyens marseillais rassemblés sous le nom de Marseille poubelle la vie. A ce jour nous comptons plus de 10 000 membres réunissant des collectifs, des associations, des CIQ de quartiers, des acteurs impliqués dans la propreté et l’écologie, afin de venir définitivement à bout de l’insalubrité de la ville par des moyens pérennes et écologiques.La fondation de ce collectif apolitique, implique que la propreté est l’affaire de tous, condition essentielle au bien vivre ensemble." Aujourd’hui Monsieur le Maire « le dossier propreté » doit être LA question prioritaire de la Ville de Marseille. Il en va de la santé publique (cf. (...)


16 octobre 2017 par Claire Robert - Dans Actualités

 

 

Création du Collectif 06, Solidarité Migrants, regroupement d’associations

L’association de défense des migrants La Roya Citoyenne est poursuivie par une autre association, Défendre la Roya, proche de l’élu apparenté FN, Olivier Bettati. L’élu, entre autre, conseiller régional, a déclaré à la presse locale que Cédric Herrou était le dernier maillon d’une chaîne de mafieux. Dans l’attente du jugement du 9 novembre où La Roya Citoyenne est menacée de dissolution, des associations, mouvements, collectifs, syndicats, partis politiques ont décidé, le 13 octobre dernier, de créer le collectif : « Solidarité Migrants – Collectif 06 ». Fondé à l’appel de Roya Citoyenne, ce collectif a pour but de lutter contre la pression policière, judiciaire et politique à l’encontre les migrants et réfugiés, et de défendre les individus et associations qui les aident. Il dénonce, entre autres, le fait que "les réfugiés sont l’objet d’une scandaleuse chasse au faciès et reconduits aux frontières en toute illégalité".

Les premiers signataires sont ATTAC France, Citoyens solidaires 06, Défends Ta Citoyenneté, FCPE, FSU 06, Ligue des Droits de l’Homme Paca (LDH), Mouvement de la Paix, MRAP 06, RESF 06 , Roya Citoyenne, Syndicat des Avocats de France (SAF), Solidaires 06 …Dans cette Tribune, le collectif expose son texte fondateur.

Photo © Roya Citoyenne. DR Voici le communiqué du nouveau collectif Solidarité Migrants – Collectif 06. Les associations, mouvements, collectifs, syndicats, partis politiques soussignés, à l’appel de Roya Citoyenne, décident de créer le collectif : « Solidarité Migrants – Collectif 06 » Ce Collectif a pour but de faire face à la pression policière, judiciaire et politique qui s’acharne contre les migrants et réfugiés, ainsi que de défendre les individus et associations qui les aident face aux attaques de l’extrême droite, à la surveillance militaire et policière permanentes, aux condamnations et amendes, aux contrôles, gardes à vue et perquisitions répétées. Ce collectif a pour but, aussi et surtout, d’élargir et de regrouper tout à la fois les énergies déjà présentes et en construction pour venir en aide (...)


16 octobre 2017 par Claire Robert - Dans Actualités

 

 

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 146 |

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été mis en ligne sur la plateforme Change sous forme d’une pétition, déjà signée par plus de 2600 personnes. Les cent personnalités de l’appel en ont été les premières signataires. Elles sont, "comme tant d’autres, harcelées, agressées ou violées", selon les (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères Rahbani et Moneim Adwan. Réservation indispensable : par mail : marseille@sosmediterranee.org ou par tél : 06.14.16.85.96 Votre participation à cette soirée est laissée à votre appréciation. Vous pouvez soutenir l’association SOS MEDITERRANEE en faisant un don (déductible d’impôts à hauteur de 66%) sur place ou en ligne dès maintenant en cliquant ci (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, ainsi que la construction de 6 établissements supplémentaires, en six ans. Pour y parvenir, la ville a choisi de recourir à une série de partenariats public-privé, un mode de financement dans lequel la municipalité confie la totalité du projet, du financement à la construction, à des entreprises privées. La ville versera ensuite des loyers, d’environ 41 millions d’euros par an pendant 25 ans —soit un coût total de 1,04 milliard (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" https://www.change.org/p/marseille-poubelle-la-vie-contre-l-insalubrit%C3%A9-lettre-ouverte-%C3%A0-m-gaudin-maire-de-marseille/nftexp/ex10/control/166687134?recruiter=166687134&utm_source=share_petition&utm_medium=facebook&utm_campaign=autopublish&utm_term=share_petition&utm_content=ex10%3Acontrol

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois contraints de les priver d’enseignements.C’est pourquoi nous exigeons du Rectorat qu’il satisfasse la revendication en affectant les AED demandés immédiatement. Nous exigeons également de la Région qu’elle réponde à nos demandes sur la reconduction des postes de contrats aidés (CUI) pour assurer l’entretien du lycée.Dans le cas contraire, ces administrations prendraient la responsabilité de la poursuite déterminée du mouvement de l’ensemble des personnels du lycée Saint-Exupéry." Les personnels et (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des personnels, vie scolaire, agents et enseignants, a décidé d’exercer ce jour son droit de retrait. Il se sont rendus, vendredi, 6 octobre à 10h devant l’hôtel de région afin d’exiger la reconduction de 6 postes à l’entretien, puis devant la DSDEN rue Nédelec pour obtenir les 4 postes d’AED nécessaires à la surveillance du lycée et la sécurité des élèves et (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses nationales", dénonce l’ONG. http://www.francetvinfo.fr/economie/impots/reforme-fiscale/reforme-fiscale-les-plus-riches-beneficieront-d-une-hausse-de-revenus-18-fois-plus-importante-que-les-plus-pauvres-note-oxfam_2388414.html

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être reçue en Préfecture.

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

  • 14 septembre

     

    Les piscines publiques de Marseille, indicateurs de l’inégalité

    Les piscines publiques de Marseille, indicateurs de l’inégalité Vaste article du New York Times sur l’état des piscines à Marseille... https://www.nytimes.com/2017/09/14/world/europe/marseille-piscines-publiques-inegalite.html?smid=fb-nytimes&smtyp=cur

     

  • 11 septembre

     

    Manifestation contre ordonnance travail le 12 sept Vieux Port

    Rassemblement est prévu au vieux port à 10h30, à l’appel Front social 13. Front Social est composé de syndicats (CGT, Sud, Solidaires, FSU, UNEF, UNL, la CNT..) et d’associations. "Le programme d’Emmanuel Macron consiste à mettre en œuvre la politique qui a été imposée à la Grèce, à l’Espagne, au Portugal... Pour la France son projet est de faire baisser les salaires , faciliter les licenciements , supprimer le CDI , réduire au maximum les droits des salariés ,baisser les retraites , baisser fortement les aides sociales , les indemnités chômage, supprimer un maximum de dépenses publiques dans : l’éducation , la santé , les services sociaux ... pour faire en sorte que le travail en France soit moins cher qu’ailleurs. Non seulement il exécute les ordres des grands patrons du Medef, de Junker , de Merkel et consorts, mais il a bien l’intention , d’aller au-delà , d’aller encore plus loin , puisque le petit veut devenir grand , il veut devenir le meilleur, celui qui aura fait plier la France ! " ce peuple qui refuse les réformes " et surtout qui résiste trop à la tentation ultralibérale . " Front social 13 : (...)

     

  •  

     

     

     

     

    Articles récents

    Articles au hasard