Accueil > Euro med > Lettre ouverte aux dirigeant-e-s du Parti du mouvement Ennahdha

 

Lettre ouverte aux dirigeant-e-s du Parti du mouvement Ennahdha

Cette lettre ouverte, qui sert de support pour une pétition, nous a été transmise par Tarek Ben Hiba de la FTCR :

Des Tunisiens et Tunisiennes à l’étranger demandent à Ennahdha de cesser d’entretenir l’ambigüité et de clarifier publiquement sa position concernant les salafistes.

Mesdames, Messieurs,

Nous, Tunisien(ne)s résidant à l’étranger – militant(e)s associatif(ve)s, acteurs et actrices de terrain au sein de l’immigration, intellectuel(le)s –, portons à votre connaissance cette lettre ouverte, et attirons votre attention sur les préoccupations qui sont les nôtres.

La Tunisie est aujourd’hui à la croisée des chemins, et les Tunisien(ne)s vont devoir choisir le destin qui sera le leur et qui engage celui des générations futures. La révolution du 17 Décembre - 14 Janvier a clairement exprimé les aspirations profondes de la jeunesse, des femmes, des travailleurs : liberté, dignité, travail, justice sociale, égalité de droit entre les hommes et les femmes, entre les catégories sociales et entre les régions.

Le message des Tunisien(ne)s affirmait était tout aussi net : ils n’acceptaient plus de vivre avec cette crainte permanente de l’oppression et de la répression brutale, qui a été imposée durant plus de cinq décennies.

Ces aspirations doivent désormais trouver leur inscription dans la nouvelle Constitution : c’est le sens des élections qui se sont déroulées le 23 octobre 2011, et qui ont donné la légitimité aux élu(e)s de l’Assemblée nationale constituante pour accomplir cette mission. Cette légitimité ne saurait, donc, être en déphasage ou en contradiction avec les aspirations profondes exprimées durant le soulèvement révolutionnaire – des aspirations pour lesquelles des centaines de Tunisien(n)es ont donné leurs vies.

Ces élections ont été, certes un moment démocratique d’importance, mais seulement un moment du processus de transition vers la démocratie et la liberté. Oublier cela reviendrait à s’en éloigner. Et vous le savez très bien – du moins, faut-il l’espérer.

Nous avons pris acte de vos déclarations, répétées, que votre mouvement était un mouvement politique civil ; que vous étiez respectueux des libertés, des droits humains et, bien sûr, de la démocratie ; que vous agissez pour donner au pays une Constitution et un régime politique civils. Cette conception du « vivre ensemble » est partagée par l’immense majorité de notre peuple, et par la plupart des mouvements politiques et des protagonistes de la société civile. Elle est même l’un des fondements de notre consensus national. Et vous le savez très bien.

Or nous sommes – vous êtes – témoins, depuis des mois maintenant, d’une dérive pour le moins inquiétante, voire d’un climat quasi de terreur, qui est en contradiction avec cette conception. Cette dérive, qui se réclame ouvertement des diverses mouvances salafistes voire jihadistes, cherche à imposer au pays une autre orientation et, qui plus est, avec des méthodes de plus en plus violentes, étrangères à notre culture et à nos traditions politiques – étrangères surtout au regard du projet de société qu’attend la grande majorité du pays, après le soulèvement révolutionnaire, tant de la part des responsables gouvernementaux que, plus largement, de son élite. Nous ne sommes évidemment pas contre le fait et le droit de manifester tant que cela reste dans le cadre de l’action politique, pacifique, et dans le respect de la loi.

Le silence assourdissant des responsables de votre mouvement face à cette dérive et à ce climat nous inquiète à plus d’un titre. Les journalistes, les intellectuels, les artistes, les syndicalistes, les femmes… sont de plus en plus, au vu et au su de tous, la cible d’actes inadmissibles. Pire : alors que des journalistes sont poursuivis, voire incarcérés, pour leurs écrits, les auteurs de ces actes violents n’ont, à aucun moment, été inquiétés. Si les autorités invoquent – à tort, selon nous – l’indépendance de la justice pour justifier leur inaction, en revanche, nous ne comprenons pas le silence des responsables du mouvement Ennahdha devant ces exactions.

De même, nous semble inquiétante la tournure qu’ont pris les derniers évènements où de nombreuses associations islamiques, aux côtés de groupes salafistes, appellent ouvertement à des manifestations de rue pour exiger (pour imposer ?) que la charia soit inscrite comme la source principale voire unique de la nouvelle Constitution. Or, cette réclamation n’est le fait que d’une minorité de Tunisien(ne)s, et personne n’a intérêt à envenimer encore plus le climat actuel. Qui plus est, elle contredit la position officielle du mouvement Ennadha, qui a toujours affirmé son choix d’un état civil. D’où notre incompréhension de votre silence.

Pour notre part, nous pensons que ce silence, s’il vient à se poursuivre, risque alors de signifier une véritable complicité avec ceux qui préconisent des pratiques violentes, voire une duplicité de votre discours, entretenant évidemment encore plus ce climat délétère et cela ne peut qu’engendrer toujours plus de dangers pour le pays. Et vous le savez très bien !

Nous, Tunisien(ne)s résidant à l’étranger, qui avons œuvré et agi, par le passé, contre l’ancien régime, pour le respect des droits humains et pour une Tunisie démocratique et libre, vous demandons en tant que responsables de clarifier et de réaffirmer publiquement votre position concernant toutes ces questions.

La pétition en ligne ici}


 

Brèves Euro med

  • Octobre 2016

     

    L’image insolite du jour : La rue du confort à Tunis

    Cette rue à l’appellation quelque peu originale est confortablement installée dans le quartier de Monome à Tunis Sud :

     

  • Juillet 2015

     

    Les événements survenus à Ghardaia sont-ils un feu isolé ou le début de l’embrasement ?

    L’Algérie vient de vivre des affrontements ethniques dramatiques entre arabes et berbères, on parle de dix huit morts à Ghardaia dans la capitale du Mzab. Cette région qui a été relativement épargnée par la dernière guerre contre les terroristes dans les années 90 semble voir naître le spectre d’un conflit sur des bases raciales, ce qui dans un pays comme l’Algérie peut conduire au pire des scénarii, souvenons-nous des années 80 et du printemps berbères prélude à la situation révolutionnaire de 1988 qui enfanta le multipartisme, la liberté de la presse et le FIS, rien n’est parfait surtout dans un régime post-soviétique à la sauce du Maghreb. Chaque fois qu’une crise a secoué ce pays le clivage entre arabes (...)

     

  • Juillet 2015

     

    Les grecs ont répondu non au référendum

    Le laboratoire de vivisection des peuples va fermer, les grecs ont répondu non au référendum et la troïka vient de perdre un patin du traîneau. Dimanche noir chez les prédateurs de la finance internationale. Les usines d’armements allemandes et leurs banquiers doivent se faire du soucis pour le recouvrement de certaines créances, référendum gros malheur. Et le couple franco-allemand se demande qui va régler l’addition. Règlement de compte à euroland et peut-être l’amorce d’une guerre politique entre les pays du nord et du sud de l’Union. Les portugais et les espagnols doivent commencer à avoir des idées. Les islandais qui ont mis en prison quelques banquiers et refusé la dette doivent savourer ce nouvel (...)

     

  • Mars 2013

     

    Débloquez la libération de George Ibrahim Abdallah. Courrier de Pierre Dharréville au Ministre de l’Intérieur

    Monsieur Manuel Valls Ministre de l’intérieur Place Beauvau 75800 Paris Cedex 08 Monsieur le ministre, La justice vient d’accepter, le 10 janvier 2013, la neuvième demande de mise en liberté de Monsieur Georges Ibrahim Abdallah, assortie d’une expulsion vers le Liban. Militant communiste et révolutionnaire libanais, membre du Front populaire de libération de la Palestine dans les années de guerre du Liban, c’est l’un des plus vieux détenus du monde. Cela fait 29 ans que ce prisonnier politique est incarcéré alors qu’il était libérable depuis 1999. A ce jour, il ne manque que votre signature pour rendre la liberté à cet homme condamné avant tout pour ses convictions et ses combats pour (...)

     

  • Janvier 2013

     

    El-Watan livre des détails sur la composition des otages de In Aménas : Il y aurait 2 français.

    El watan : "Une attaque terroriste perpétré tôt dans la matinée de ce mercredi 16 janvier dans la base vie de l’association Sonatrach-BP-Statoil, à Tiguentourine (In Aménas), dans la wilaya d’Illizi, a fait deux mort et six blessés parmi les employé de cette société. Les terroristes de la katiba des Moulathamine « les signataires par le sang », auteur de cette attaque, ont investi la base vie de Sonatrach et ont pris en otage, selon une source sécuritaire contacté par elwatan.com, 41 ressortissants étrangers dont 7 américains, 2 français, des britanniques et des japonais...Cinq otages sont retenus dans l’usine alors que les 36 autres se trouvent sur la base-vie de la société." La suite sur le site d’El (...)

     

  • Janvier 2012

     

    Michel Vauzelle a reçu vendredi le Secrétaire d’Etat Tunisien aux affaires étrangères.

    Michel Vauzelle, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, a reçu vendredi 13 janvier, Monsieur Hedi Ben Abbes, Secrétaire d’Etat tunisien aux Affaires étrangères. L’occasion de faire un point les projets soutenus par la Région PACA afin de contribuer à la reconstruction de ce Pays qui doit se remettre des sacrifices qu’il a dû consentir pour sa révolution. Michel Vauzelle a également exprimé son souhait d’une « plus grande implication de la France » dans la coopération avec la Tunisie. Rappelons qu’aujourd’hui samedi 14 janvier les franco-tunisiens et les tunisiens de France célébrerons avec espoir mais également avec quelques inquiétudes l’anniversaire de la chute de Ben Ali. A Marseille le (...)

     

  • Décembre 2011

     

    Le drapeau turc flotte sur le site de www.valerie-boyer.fr

    Selon plusieurs infos qui circulent ce sont des hackers qui n’en pouvaient d’être les têtes de turcs de valerie-boyer.fr : Selon des traductions, sous le drapeau turc, ces cybermilitants dénoncent l’instrumentalisation clientéliste d’une histoire qui ne concerne pas la France. Mise à jour : Vers 17 heures sur le site de la député UMP, le drapeau turc ne flottait plus, mais le site toujours hors service.

     

  • Novembre 2011

     

    Tunisie : Marzouki (CPR) à la Présidence, Ben Jaafar (Ettakatol) à l’assemblée et Jebali (Ennahda) chef du gouvernement.

    Les vainqueurs des dernières élections Tunisiennes ont trouvé un accord pour désigner les responsables des trois principales institutions du Pays : la présidence de la République est attribuée à Moncef Marzouki (CPR), la tête de l’Assemblée constituante à Mustapha Ben Jaafar (Ettakatol) et le Gouvernement sera dirigé par Hamadi Jebali (Ennahda). La composition du gouvernement est attendue lundi.

     

  • Novembre 2011

     

    En vertu de quelle riposte Israël frappe le consul de France et sa famille ?

    Ce qui est triste c’est que non seulement le consul est blessé, que sa femme enceinte a perdu son bébé mais c’est qu’en France médias et politiques saluent la libération d’un soldat colon mais ne condamnent pas fermement Israël pour ses crimes. Les médias appellent cela des ripostes. Pour le consul de France à Gaza Israël a-t-elle riposté au "oui" français pour l’entrée de la Palestine à l’Unesco ?

     

  • Octobre 2011

     

    « La Tunisie d’Ennahdha » : le double langage de la France et des États-Unis !

    Une partie de la presse tunisienne ainsi que de nombreux tunisiens de France (y compris ceux qui n’ont pas voté Ennahdha) n’apprécient pas "l’intervention-chantage" de Juppé. Un point de vue anticolonial que l’on peut lire : Par exemple sur webdo.tn s’agissant de la Tunisie : "Depuis la Révolution, la Tunisie est devenue, en quelque sorte, le centre d’intérêt de plusieurs États occidentaux, même si notre pays ne possède ni pétrole, ni gaz à l’instar de l’Algérie et surtout de la… Libye. La « victoire » du parti Ennahdha à l’Assemblée constituante fait tourner la tête à plus d’un gouvernement étranger jouant les hypocrites. Ainsi, et pour rappel, la France, à travers Alain Juppé, son ministre des Affaires (...)

     

 

Autres articles Euro med

Articles récents

Articles au hasard